•  

     

     

     

     

     

    J'ai découvert l'extrait d'une lettre de Mme du Deffand, au cour d'une lecture et je pense que nous pourrions l'écrire aujourd'hui à propos de nos dirigeants, qui font ce que bon leur semble et se fichent complètement des peuples qui les ont mis sur le trône !

     

    Liviaaugustae

     

     

     

     

     

    « Ne nous flattons jamais d'établir la tolérance ; les persécutés la prêcherons toujours, et s'il cessait de l'être, ils ne l'exerceraient pas. Quelque opinion qu'aient les hommes, ils y veulent soumettre tout le monde...

     

    Tout ce que vous écrivez a un charme qui séduit et entraîne ; mais je regrette toujours de vous voir occupé de certains sujets que je voudrais qu'on respectât assez pour n'en jamais parler, et même n'y jamais penser... »

     

    Madame du Defffand

     

    (extrait d'une lettre à Voltaire, dans laquelle elle lui reproche sa démagogie)

     

     

     

     

     

    Un mot sur l'auteur

     

     

     

    Madame du Deffand...

    Mme du Deffand,

     

    Gravure de Forshel, d'après un portrait de Louis Carrogis dit Carmontelle.

     

     

     

     

     

    Marie de Vichy-Chamrond (ou Champrond), marquise du Deffand, née le 25 septembre 1696 au château de Chamrond en Bourgogne et morte le 12 août 1780 à Paris, est une épistolière et salonnière française. Elle est issue d’une famille de Bourgogne, noble, mais pauvre. Elle fut élevée dans un couvent bénédictin à Paris. Elle épousa, à 22 ans, en 1718, le marquis du Deffand, homme d'un certain âge, qu'elle n'estime guère. Femme célèbre par sa beauté et son esprit, d’une morale peu sévère, elle se vit bientôt entourée d'adorateurs ; elle eut, dès lors, de nombreuses liaisons et mena une vie libre dans les salons de la Régence. Elle fut introduite par son amant Charles-Jean-François Hénault, ami de la reine, chez la duchesse du Maine qui régentait alors les plaisirs à la cour de Sceaux, avec ses salons littéraires et les fêtes des Grandes nuits de Sceaux, dans le cercle des Chevaliers de la Mouche à Miel. Sa maison devint le rendez-vous de tout ce que la cour, la robe et surtout la littérature renfermaient d’hommes marquants. C’est dans ce monde Libertin qu’elle fit la connaissance de Voltaire qui resta son ami toute sa vie. Mais elle y rencontra également des personnalités du monde des arts et des lettres et, à partir de 1742, commença sa correspondance prolixe avec les célébrités de son temps : Voltaire, Horace Walpole, d'Alembert, Julie de Lespinasse et tant d'autres...

     

    Papotages, potins de cour, portraits de personnages célèbres nourrissaient sa correspondance dans un style alerte et vif, mais aussi mordant et piquant, brillant comme l'étaient les conversations de salons de son époque qui, entre toutes, fut celle de la conversation érigée en art ; parfois féroce car ses propos incisifs ne sont que trop lucides. […]

     

    (Texte et images wikipédia)

     

     


    votre commentaire
  •  

     

     

    Jean Piat nous a quitté, hélas !

     

     

    Hommage à Jean Piat...

    Jean Piat en 2008

    (Image wikipédia)

     

     

    Je dis hélas, parce que c'est encore un très grand acteur qui quitte la scène.

     

    C'était aussi un homme d'honneur, un homme bon, savez-vous qu'il apportait son soutient au Liban au milieu de la guerre ?

     

    Ecoutez-le récitant le texte du Père Mansour, clic sur le lien ci-dessous :

     

    https://www.youtube.com/watch?v=GwjSwy75TmU

     

     

     

    Il fut aussi un auteur très prolixe, qui m'a fait rêver bien des fois.

     

    Vous pourrez le découvrir ou le redécouvrir, clic sur le lien ci-dessous :

     

    https://www.youtube.com/watch?v=iLH48bGsLJk

     

     

     

    Nous allons le regretter.

     

    Liviaaugustae

     

     


    14 commentaires
  •  

     

     

     

    Une histoire de bottes...

    (image internet)

     

     

    « Droit dans ses bottes »

    Celui qui garde une attitude ferme et déterminée, sans plier.

    Qui a la conscience tranquille (souvent à tort)

     

     

    L'origine de cette expression n'est pas certaine.
    Elle pourrait venir du milieu militaire où les cavaliers devaient se tenir bien droit sur leur selle et dans leurs bottes.

     

     

     

    Cependant, les militaires d'aujourd'hui ne portent plus de bottes, mais des godillots...

    (image internet)


    Cette expression, aurait aussi apparue en opposition à une expression d'origine flamande « avoir une petite pièce dans ses bottes » qui voulait dire « être ivre » (la petite pièce rendant la marche difficile), donc tout le contraire de se tenir bien droit.

    Elle fut remise au goût du jour par Alain Juppé le 6 juillet 1995 lorsqu'il déclare : « Je suis droit dans mes bottes et je crois en la France » alors qu'il est interrogé sur TF1 à propos de son appartement parisien, au loyer défiant toute concurrence, mais aussi de la baisse de loyer qu'il avait demandée pour l'appartement de son fils.
    Ce jour-là, si lui croyait en la France, la France n'a pas vraiment cru en lui.

     

    Et Macron l'a employée dans le courant du mois de juillet, à propos de sa vaisselle à 500,000€ et de la construction de la piscine à Brégançon.

    La France croit-elle toujours en lui ?

    Liviaaugustae


    12 commentaires
  •  

     

     

    Souvenirs de vacances...

     

    La plage de Carnac, en fin de soirée samedi dernier...

     

     

     

    Cette année encore ce furent de belles vacances, nous avons bien profité de la plage ( châteaux de sable, pâtés etc... avec les petits) j'ai aussi pâtissé avec l'aînée de mes petites filles, je vous donnerai les recettes ultérieurement, nous avons joué à pleins de jeux de société.

     

     

     

    Souvenirs de vacances...

    Le ciel de mes vacances, quelques petits nuages blancs baguenaudent dans le bleu du ciel

     

     

     

    J'ai beaucoup lu, écouté de la musique et aussi visité la cathédrale de Vannes qui est magnifique.

     

     

     

    Souvenirs de vacances...

    La voilà, son clocher dépasse les maison qui sont lovées contre elle.

     

     

     

    Le jour de la rentrée, les trois enfants ont retrouvé leur école respective ils ont l'air contents, nous le sommes aussi bien entendu.

     

    Septembre a déjà coloré d'or et de roux quelques feuilles du cerisier et des deux noisetiers qui ont parsemés le gazon de noisettes que j'ai ramassé avec mes petits enfants. 

     

     

     

    Souvenirs de vacances...

    L'or de septembre dans le cerisier et les noisetiers du jardin...

     

     

     

    Liviaaugustae

     

     

     

     


    20 commentaires
  •  

     

     

     

    Je veux d'abord vous remercie pour tous vos petits mots sympas et vos vœux de bonnes vacances qui ont été exaucés, me voilà de retour après de belles et agréables vacances, le temps était très beau et le soleil présent, ingrédients indispensable pour les vacances.

     

    Pour commencer la semaine, je vous offre la belle histoire du voile de la Vierge et bien qu'elle n'arrête pas de faire de miracles, malgré toutes les merveilles qu'elle nous a offert, les hommes entêtés ne veulent rien savoir...

     

    Liviaaugustae

     

    Le voile de la Vierge...

     

     

    Coupiac (commune de l’Aveyron, France) possède, depuis un temps qui ne peut être inférieur à cinq siècles au moins, un important fragment d'un voile que la tradition a toujours considéré comme ayant appartenu à la Sainte Vierge. La fête officielle de Notre Dame du Saint Voile a toujours lieu le deuxième dimanche après Pâques.

     

    À 800 mètres au nord de Coupiac se trouve la chapelle Notre-Dame de Massiliergues : c'est là que fut caché, dans la terre, le Saint Voile pendant les guerres de Religion au XVIe siècle. La sainte relique fut ainsi soustraite au ravages des protestants dans la région par des personnes pieuses. Celles-ci la cachèrent dans un terrain attenant au cimetière de la paroisse. Elles comptaient la retirer après la guerre, mais la mort les surprit. Le lieu resta secret et la relique fut oubliée.

     

    La tradition raconte qu'un taureau du hameau voisin grattait continuellement la terre aux environs du cimetière et faisait entendre des gémissements extraordinaires. Ce taureau ne mangeait pas ; il était cependant très gras. Intrigués, les habitants creusèrent. Malgré l'humidité et un séjour très prolongé dans la terre, la relique était en parfait état de conservation.  

     

    En 1968, un oratoire, destiné à recevoir la châsse en cuivre doré contenant le Saint Voile, a été aménagé dans une dépendance du presbytère.

     

    La relique aurait la particularité de soigner les yeux malades.

     

     


    16 commentaires



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires