• A la recherche du français perdu...

     

     

     

    A LA RECHERCHE DU FRANÇAIS PERDU… 

     

    Littérature

    Notre-Dame de Paris se mirant dans la Seine

     

     

    La langue française est belle parce qu’elle est vieille. Vieille comme Notre-Dame, vieille comme Versailles, comme la maison de Jacques Cœur, comme le portrait de d’Agnès Sorel par Fouquet. Chaque mot a été roulé par les âges, il est devenu beau par l’usure, l’érosion, les souvenirs qui s’attachent à sa forme, l’étymologie qui raconte sa vie séculaire. On pourrait quasiment poser en principe que lorsqu’un mot est laid, c’est qu’il est superflu. Il n’est que de comparer un dictionnaire du XIXe siècle, le Littré ou le Darmesteter, aux dictionnaires que l’on publie aujourd’hui. Ces derniers sont pleins de discordances bien propres à désespérer les écrivains, les lettrés et le peuple s’il les feuillette. On voit là en plein les ravages de la néologie : quand apparaît un vocable inédit, au sens indécis, à consonance étrangère ou scientifique, il a vite fait de se substituer aux termes anciens qui étaient non seulement esthétiques mais encore adéquats ; il les mange comme un loup ou un bacille. 

     

    Jean DUTOUR : 

     

    Extrait de « A la recherche du français perdu » 

     

     

     

     

     

     

     

     


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :