• Château du prince de Talleyrand...

     

     

     

    LOIRE… VALLEE DES ROIS VALLEE DES REINES.

     

    LE CHATEAU DE VALENCAY.

     

     

     

    Vu d’ensemble du château.

     

    Bien que présentant une relative unité de style, le château de Valençay ne fut terminé que trois siècles après le début des travaux, alors que la Renaissance appartenait à un lointain passé.

    L’énormité de la demeure explique ce délai qui fait que l’histoire n’a rejoint ce château qu’après la révolution, quand Talleyrand s’en rendit maître. Ainsi  sa décoration est-elle Louis XVI et Empire, tandis que le témoignage principal qui y a trouvé place est la table du congrès de Vienne de 1815, conférence où Talleyrand joua le rôle que l’on sait : (à cette époque, il soutenait Napoléon vaincu et prit place à la table des vainqueurs représentant Louis XVIII).

     

     

    Portrait de Talleyrand

     

     

    Par Fouché, le ministre de la police qui détestait cordialement Talleyrand et qui avait rempli Valençay de ses espions, (on sait que Madame de Talleyrand succomba aux charmes d’un des grands personnages de la suite espagnol, le duc de San Carlos.) En effet, quotidiennement, l’Empereur voyait arrivé sur son bureau des rapports de tout ce qui se passait à Valençay et c’est ainsi que Talleyrand se fit apostropher un jour en ces termes par Napoléon : « Pourquoi ne m’avez-vous pas dit que le duc de San Carlos était l’amant de votre femme ? » « Sire, répondit le prince, je ne pensais pas que cela put intéresser la gloire de votre Majesté. » Etant à l’époque déjà très lié avec la duchesse de Dino, le « diable boiteux » n’avait pas de quoi se formaliser, et si la princesse de Talleyrand fut bientôt rappelée à Paris pour mettre fin à cette liaison, c’est probablement à l’initiative de l’empereur, qui ne souhaitait pas compliquer plus une situation déjà fort embrouillée.

     

    Portrait de Madame de Talleyrand

     

    « Je veux que vous achetiez une belle terre, et que vous y receviez brillamment le corps diplomatique, les étrangers marquants… » signée de Napoléon, la missive était comminatoire et Maurice de Talleyrand s’exécuta en se portant acquéreur en 1803 du splendide château de Valençay.

     

     

    Madame de Talleyrand, ne fit que rendre à son mari, ses infidélités, et Talleyrand s’en fichait comme d’une guigne, occupé qu’il était à courir les jupons…

    Aujourd’hui, les femmes veulent être des « hommes » à part entière !   

    Elles en oublient leur féminité et arborent des jeans percés, des cheveux gras, des pulls en tire-bouchon… C’est d’un triste !

    Liviaaugustae

     

     

     


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :