•  

     

    31 Mars Samedi Saint

     

    Les marches du Calvaire...

     

     

     

    Le bouquet oublié...

    (image internet)

     



     

    Le bouquet sous la croix

     


    D'où vient-il ce bouquet oublié sur la pierre ?
    Dans l'ombre, humide encor de rosée, ou de pleurs,
    Ce soir, est-il tombé des mains de la prière ?
    Un enfant du village a-t-il perdu ces fleurs ?

    Ce soir, fut-il laissé par quelque âme pensive
    Sous la croix où s'arrête un pauvre voyageur ?
    Est-ce d'un fils errant la mémoire naïve
    Qui d'une pâle rose y cacha la blancheur ?

    De nos mères partout nous suit l'ombre légère ;
    Partout l'amitié prie et rêve à l'amitié ;
    Le pèlerin souffrant sur la route étrangère
    Offre à Dieu ce symbole, et croit en sa pitié !

    Solitaire bouquet, ta tristesse charmante
    Semble avec tes parfums exhaler un regret.
    Peut-être es-tu promis au songe d'une amante :
    Souvent dans une fleur l'amour a son secret !

    Et moi j'ai rafraîchi les pieds de la Madone
    De lilas blancs, si chers à mon destin rêveur ;
    Et la Vierge sait bien pour qui je les lui donne :
    Elle entend la pensée au fond de notre cœur !

    Marceline Desbordes-Valmore

     

     


    24 commentaires
  •  

     

    Vendredi 30 Mars 2018

     

    Aujourd'hui c'est un vendredi pas comme les autres... il est Saint !

     

     

     

    «Jésus sera en agonie jusqu'à la fin du monde : il ne faut pas dormir pendant ce temps-là ! »

     

    Blaise Pascal

     

     

     

    Vendredi Saint...

    Crucifixion

     

     

     

    Le crucifix

     

     

     

    […] La flagellation du Christ n'est pas finie.

     

    Tout ce qu'il a souffert dans sa lente agonie,

     

    Au mont des Oliviers et dans les carrefours,

     

    Sous la croix, sur la croix, il le souffre toujours.

     

    Après le Golgotha, Jésus, ouvrant son aile,

     

    A beau s'être envolé dans l'aurore éternelle,

     

    Il a beau resplendir, superbe et gracieux,

     

    Dans la tranquillité sidérale des cieux,

     

    Dans la gloire, parmi les archanges solaires,

     

    Au-dessus des douleurs, au-dessus des colères,

     

    Au-dessus du nuage âpre et confus des jours ;

     

    Chaque fois que sur terre et dans nos temples sourds

     

    Et dans nos vils palais, des docteurs et des scribes

     

    Versent sur l'innocent leurs lâches diatribes,

     

    Chaque fois que celui qui doit enseigner, ment,

     

    Chaque fois que d'un traître il jaillit un serment,

     

    Chaque fois que le juge, après une prière,

     

    Jette ce mot : Justice ! Et, par derrière,

     

    Tend une main hideuse à l'or mystérieux,

     

    Torquemada*, j'entends le bruit de ta cognée ;

     

    Tes bras sont nus, ta face est de sueur baignée ;

     

    A quoi travailles-tu seul dans ton noir sentier ?

     

    Torquemada répond : « Je suis charpentier

     

    Et j'ai la hache au poing dans ce monde où nous sommes.

     

    « Qu'est-ce que tu fais ? Un bûcher pour les hommes.

     

    Avec quel bois ? « Avec la croix de Jésus Christ. […]

     

    Victor Hugo

     

     

     

    *Torquemada : Grand inquisiteur lors de l'inquisition espagnol.

     


    22 commentaires
  •  

     

    29 mars 2018

     

    Jeudi Saint

     

    C'est le départ des cloches !

     

     

     

     

     

     

     

    Le Jeudi Saint, au terme de la liturgie eucharistique, le célébrant porte au « reposoir » les pains consacrés qui seront donnés aux fidèles lors de la « messe des pré-sanctifiés » (pré-consacrés) le Vendredi Saint. L'autel où vient d'être célébré la Cène du Seigneur est vide et dépouillé ? Devant ce reposoir eucharistique, ce sont les heures de Gethsémani que nous devons revivre. Les cloches sont condamnées au silence pendant trois jours en signe de deuil.

     

     

     

    Gethsémani...

    Cette nuit-là les cloches s'envolent...

     

    (image internet)

     

     

     

     

     

    Pour expliquer l'absence de sonneries pendant cette période, on a longtemps raconté aux enfants, que les cloches partaient pour Rome et que le Pape les bénissait avant leur retour.

     

    On a dit aussi aux enfants qu'elles revenaient chargées de friandises qu'elles déversaient dans les jardins et les prés et sur les balcons des appartements à leur retour.

     

    Ce n'est que dans la nuit du samedi au dimanche de Pâques qu'elles carillonnent pour annoncer la joie de la Résurrection du Christ.

     

    Durant la Semaine Sainte, on faisait sonner les crécelles dans les rues pour annoncer les offices. Les crécelles remplaçaient les cloches, à l'autel pour les cérémonies et messes, c'est aussi la crécelle qui était employée.

     

    Les enfants de chœur passaient plusieurs fois dans la journées et criaient : 

     

    • la première fois « Réveillez-vous ».

    • La deuxième fois :  « Préparez-vous ».

    • La troisième : « Dépêchez-vous ».

      (Portail de l'église catholique )

     

     

     

    Durant ces trois jours, dans le silence des cloches :

     

    • Réveillons-nous

    • Préparons-nous

    • Dépêchons-nous

      Car on peut craindre qu'un jour, nous soyons complètement privés de Dieu !

     

    Livia

     

     

     

     


    12 commentaires
  •  

     

    25 Mars 2018

     

    Fête de l'Annonciation

     

     

     

    Cette fête est d'abord la fête de « l'Incarnation » puisque Dieu commence en Marie sa vie humaine qui conduira Jésus jusqu'à la Croix et la « Résurrection », jusqu'à la gloire de Dieu.

     

    En répondant « Oui », Marie devient la Mère de Dieu et du Sauveur avant de devenir, au pied de la croix, la Mère de l’Eglise.

     

    Cette fête est célébrée par les catholiques le 25 mars. Lorsque le 25 mars tombe durant la Semaine Sainte, elle est célébrée le lundi suivant.

     

    (Portail de l'Eglise catholique)

     

     

     

    Tous les grands peintres ont célébré l'Annonciation, et nous ont laissé de splendides tableaux, que je vous en offre ci dessous :

     

     

     

    Annonciation...

    Annonciation

     

    Filippo Lippi

     

     

     

    Annonciation...

    Annonciation

     

    Lorenzetti

     

     

     

    Annonciation...

    Annonciation

     

    Leonardo da Vinci

     

     

     

    Annonciation...

    Annonciation

     

    Sandro Botticelli

     

     

     

    Annonciation...

    Annonciation et deux saints

     

    Simone Martini

     

     

     

    Annonciation...

    L'Annonciation

     

    Fra Angelico

     

     

     

     

     

    Et si la Vierge n'avait pas répondu à l'ange Gabriel : « Voici la servante du Seigneur, que tout advienne pour moi selon ta parole » (Luc 1, 38)

     

    Ce n'était sûrement pas facile de dire « Oui » tout de suite !

     

    Et si elle avait chipoter, hésiter, et dit « Oui, mais » ?

     

    Car enfin, quelle femme aujourd'hui répondrait oui tout de suite à un parfait inconnu prétendant qu'il est un ange envoyé par Dieu et qui lui dirait sans ambages : « Voici que tu vas concevoir et enfanter un fils ; tu lui donneras le nom de Jésus. » On remarque que Marie n'a même pas eu le choix du prénom de l'Enfant qu'elle devait mettre au monde... alors que chez les juifs, c'est en principe le père qui donne le prénom à l'enfant.

     

    En effet, quelle femme aujourd'hui répondrait « oui »,  sans poser de questions sur le déroulement des événements, le pourquoi et le comment et sans demander des garanties en tout genre et surtout des « garanties sonnantes et trébuchantes » pour élever cet enfant qui lui tombe du ciel ?

     

    Mais heureusement pour nous Marie a dit oui tout de suite et Dieu dépêcha son ange pour tout expliquer à Joseph et... lui aussi a dit : « oui ».

     

    Ouf !

     

    Liviaaugustae

     

     

     

     

     

     

     

     

     


    22 commentaires
  •  

     

     

     

    Mercredi 14 février 2018

     

    C'est le mercredi des Cendres !

     

     

     

    Les Cendres sont obtenues en brûlant les rameaux de l'année écoulée.

     

     

     

     

     

     

     

    C'est un rite à forte connotation biblique, un jour important pour les catholiques...

     

    Dans la Bible, les cendres sont le signe qui exprime la tristesse de l'homme devant le malheur :

     

    « Me voici pareil à la poussière et à la cendre », crie Job après avoir tout perdu (Jb 30, 19).

     

    Se recouvrir de cendres, voire se rouler dans la cendre, est donc logiquement devenu le symbole du deuil : « Ô fille de mon peuple, revêts-toi de sac et roule-toi dans la cendre !

     

    Prends le deuil », demande Jérémie à Jérusalem (Jr 6, 26). Dieu met en garde Adam :  « Tu es poussière, et à la poussière tu retourneras. » (Gn 3, 19)

     

    D'où vient le mercredi des Cendres ?

     

    Dans l'Eglise, la symbolique des cendres s'est imposée très rapidement pour les pénitents qui, dès l'Antiquité, portaient le cilice et se couvraient la tête de cendres. Cette manifestation publique de pénitence n'avait toutefois pas la connotation liturgique qu'elle aura plus tard.

     

    Ce n'est qu'au début du VIe siècle que le Carême s'est mis en place, et l'Eglise voulut que ce temps préparatoire à la fête de Pâques dure 40 jours...

     

    Portail de l'église catholique de France

     

     

     

    Mais aujourd'hui c'est aussi, la Saint Valentin.

     

    Je souhaite une bonne fête à tous les amoureux !

     

     


    8 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique