• La fête du souvenir...

     

     

    Lundi 11 Novembre 2019

     



     

    Ce poème est d'Albert Pestour, poète complètement oublié aujourd’hui.

     

    Il écrivait en langue limousine et en français.

     

    Très pieux, il rédigeait beaucoup de prières. En voici une consacrée aux morts de 14-18.

     

    Une prière tout à fait appropriée pour les commémorations de ce jour.

     

    Livia

     

     

     

    La fête du souvenir...

    Un cimetière américain fleuri de roses rouges en souvenir...

     

    (image internet)

     



     

    Ayez Pitié

     

    Ayez pitié de ceux qui sont morts à la guerre

     

    Seigneur, s’ils ont pêché, cela ne compte guère !

     

    Ils ont assez souffert de la faim et du froid,

     

    De la boue et des poux, dans le sépulcre étroit

    Que, vivants déjà morts, ils se creusaient sous terre !

     

    Ayez pitié de ceux qui sont morts dans les airs

     

    Fracassés, comme l’aigle au milieu des éclairs,

     

    De ceux qui sont tombés, mélangés à la foule,

     

    Engloutis par la charge et roulés dans sa houle

     

    Ou, seuls guetteurs perdus, au bord des cieux déserts.

    Ayez pitié de ceux qui sont morts en silence

     

    Et de ceux qui hurlaient sur le lit d’ambulance,

     

    Seigneur, ayez pitié de tous ces pauvres morts

     

    Dont l’âme, par vingt trous, s’échappa de leurs corps

    Ô vous dont le côté fut percé par la lance.

     

    Ayez pitié de ceux qui sont morts dans les eaux,

     

    De ceux que les Shrapnells ont taillés en morceaux

    Que vos anges auront bien du mal à recoudre,

     

    De ceux que les obus réduisirent en poudre

     

    Et de ceux que les gaz ont pris dans leurs réseaux !

     

    Ayez pitié des morts bienheureux dont la cendre

     

    Engraissera ce sol qu’ils ont voulu défendre

     

    De leurs corps étendus et de leurs bras en croix,

     

    Et dont les yeux, ouverts pour la dernière fois,

     

    Ont reflété l’azur français sublime et tendre !

     

    Ayez pitié des morts qui dorment tristement

    Sur un roc étranger, sous un ciel inclément,

     

    Et de ceux-là surtout qui, les plus misérables,

     

    Auront laissé leurs os captifs dans les sables

     

    De la Poméranie au Vautour allemand.

     

    Ayez pitié de ceux qui, dans leurs agonies,

     

    Se rafraîchissent l’âme au vent des litanies,

     

    De ceux qui blasphémaient au lieu de vous prier,

     

    Hélas ! depuis longtemps le blasphème est guerrier,

     

    Mais vos compassions, Seigneur, sont infinies !

     

    Tous ces morts de Vingt ans fauchés en plein avril,

     

    Seigneur, prévenez-les de votre amour subtil,

     

    Et les autres, les vieux, ceux dont l’âme est moins belle,

     

    Par la chair obscurcie, hésite et se rebelle,

    Que le sang soit un baptême

     

    Ainsi soit-il...

     

    Albert Pestour 

     



     



     

    Un mot sur le poète.

     

     

     

    La fête du souvenir...

    Albert Pestour

     



     

    Léon Albert Pestour Né le 8 avril 1886 à Magnac-Bourg, Haute-Vienne et mort le 28 décembre 1965 à (Coulounieix-Chamiers, Dordogne) est un journaliste, écrivain et militant royaliste français. Membre du félibrige, il est l'un des fondateurs de "l'Eicola dau Barbichet" en 1923. Il fut l'un des collaborateurs de l'Action française de Charles Maurras. (On comprend très bien pourquoi il a été mis de côté : trop catho et trop à droite! Livia)

     

     



     

     


  • Commentaires

    1
    Lundi 11 Novembre à 06:58

    Un poème-prière très fort. Merci pour cette lecture matinale, en ce jour du 11 novembre. Je ne connais pas du tout ce poète.

      • Lundi 11 Novembre à 12:04

        Bonjour,

        C'est en effet une belle prière pour les morts de 14/18, le poète y a je crois participé.

        Belle journée

    2
    Lundi 11 Novembre à 07:54

    une année nous sommes allés dans les Vosges et là nous avons compris combien d'hommes sont mort pour la France....une visite que je ne pourrai jamais oublier....passe une douce journée

      • Lundi 11 Novembre à 12:06

        Bonjour Monique,

        Nous, nous avons été en Normandie, c'était très émouvant aussi, car 39/40 n'a pas été non plus une partie de plaisir. Toutes les guerres sont affreuses!

        Belle journée

    3
    Lundi 11 Novembre à 08:36

    Un très joli poème en hommage à tous ces morts pour la France.

    Je reviens sur la toile en pointillé. Bises et bon début de semaine Livia

      • Lundi 11 Novembre à 12:06

        Bonjour Zaza,

        Contente de te revoir, même en pointillé, j'espère que tu vas mieux.

        Bises et bonne journée

    4
    Lundi 11 Novembre à 10:19

    Bonjour Chantal. Ce poème est très dur et émouvant : une belle façon de commémorer l'Armistice de cette horrible Guerre. Bonne journée et bisous

      • Lundi 11 Novembre à 12:07

        Le poème est dur, mais si vrai, il pourrait s'appliquer aussi à 39/40 qui fut elle aussi très moche.

        Bisous et belle journée

    5
    Marie-Gabrielle
    Lundi 11 Novembre à 15:30

    Merci Chantal pour cette découverte d'Albert Pestour, que je ne connaissais pas je l'avoue à ma grande honte, bien qu'étant née en Haute-Vienne et y ayant vécu jusqu'à l'âge de 19 ans ! Je connaissais très bien en revanche l'École du Barbichet, le groupe de danse traditionnelle limousine. On en parlait très peu certainement parce que royaliste : dans mon enfance, toute la Haute-Vienne était communiste sauf Limoges qui était socialiste et anticlérical c'est pour ça.

      • Lundi 11 Novembre à 17:38

        Bonjour Marie-Gabrielle,

        En effet, je suppose qu'il était, comme je l'ai dit : trop catho et trop à droite pour qu'on fasse connaître ses oeuvres, je trouve ce poème magnifique, il m'a beaucoup émue.

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :