• La paix intérieure...

     

     

     

     

     

     

    La paix intérieure ( mmhhhh !!! ), par Scrutatorix Minimus.

     

     

    Humour

     

     

    Un lecteur, et il doit y en avoir plus qu'on ne croit au palmarès du Scrutateur, me fait part d'une expérience récente qu'il a faite en écoutant s'exprimer le Dalaï Lama. 

    Comme quoi, l'écoute d'un mystique, peut prêter à malentendu, surtout après une certaine heure, et après dégustation de quelque vieux Bielle  (hors d'âge ), d'un excellent Jack Daniels, ou d'un Stupéfiant MELANTO, dont il ne faut user qu'avec modération (bien que tout ce qui est beau – et BON – soit difficile autant que rare, comme disait Spinoza, que je soupçonne de n'avoir jamais dégusté cet élixir, pourtant spécialement conçu pour la méditation : vino da meditatione da degustare in compania !). 

    Mais, les suaves exhalaisons avaient dû troubler la comprenette de mon correspondant, comme on va voir. 

     

    Scrutatorix Minimus.  

      

    L'interprétation avinée chez un scrutatorien bon vivant : 

     

    « A la télé j'ai regardé une émission, dans laquelle un représentant du Dalaï-lama affirmait que pour obtenir la paix intérieure nous devions toujours finir ce que nous avions commencé, et qu'à cette condition nous bénéficierions davantage de calme dans nos existences
    J'ai regardé autour de moi, j'ai fait le tour de la maison pour trouver les choses que j'avais commencées sans les terminer.....

    Et j'ai fini une bouteille de rosé de Provence, une bouteille de Châteauneuf du pape, une bouteille de côte du Roussivon, une vouteile de bodka, un buteil de rom, le rest dwiski et zune poit de pière belch.

    Te nimaggine pa com jem sens vachamant mieu mintnan.

    Psasse el mssage a tou ceux con bsoin de paits intrieur et di leurr ke jeu lézèm.

    Un tibêtain zeureux »

     

     

    Humour

     

     

    Je ne voudrais pas vous quitter, lecteurs très sages (mais pas trop! L'excès en tout nuit) sans compléter cette lecture par l'écoute d'une scène théâtrale des années 1930, que je dois de connaître à mon grand père maternel,

    (Maurice Babinus Hyper Scrutatorix Maximus) qui en raffolait.

     Que de fois l'ai-je écoutée, cette scène, sur le même vieux disque Columbia que l'on voit dans la vidéo), vers 1952/1953, et que j'ai eu l'idée de chercher et le bonheur de trouver sur You tube. 

    Ecoutez! Ecoutez! 

     

    Scrutatorix minimus.

     

    Les vignes du Seigneur 

    : http://www.youtube.com/watch?v=ivOBE_v7DMc 

     

     Offert par mon ami le scrutateur : http://www.lescrutateur.com/

     

     


  • Commentaires

    1
    Jeudi 5 Septembre 2013 à 16:18

    C'est un beau cadeau dont je me suis gavé, quel sens de l'humour ! J'adore !

    Bises Livia

    2
    Jeudi 5 Septembre 2013 à 16:50

    Bonjour nettoue,

    Si j'ai copier l'article de mon ami, c'est qu'il m'a énormément plu, et suis ravie, qu'il te plaise aussi. Les vignes du Seigneur, est un grand morceau de cinéma, les films d'aujourd'hui, sont tous nuls!

    Bises Nettoue

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :