• La Vierge du pilier...

     

     

     

     

    En prolongement du 11 novembre, je vous offre ce beau poème de Paul Claudel, dans lequel il remercie la Vierge pour avoir sauvé la France en 14-18.

     

    Mots émouvants de ce poète, converti à 18 ans à Notre-Dame aux vêpres de Noël en 1886, alors qu'il se tenait à côté la statue de la Vierge du Pilier, (on voit combien l'histoire est déformée, j'ai toujours entendu dire, qu'il se trouvait « derrière le pilier ») il raconta plus tard :

     

    «J'avais eu tout à coup le sentiment déchirant de l'innocence, l'éternelle souffrance de Dieu, une révélation ineffable ».

     



     

    « Car depuis que les hommes spéculent ils n'ont jamais cessé de produire des preuves de l'existence de Dieu, ou de son inexistence, ou de l'impossibilité de conclure à l'une ou à l'autre. Les preuves toutefois ne sont pas inutiles, elles incitent à réfléchir et réfléchir peut induire à prier »

     

    Aimé Michel.

     

     

     

    La Vierge du pilier...

    (image internet)

     

     

     

    La Vierge à midi

     

    Il est midi. Je vois l'église ouverte. Il faut entrer.
    Mère de Jésus-Christ, je ne viens pas prier.
    Je n'ai rien à offrir et rien à demander.
    Je viens seulement, Mère, pour vous regarder.
    Vous regarder, pleurer de bonheur, savoir cela
    Que je suis votre fils et que vous êtes là.
    Rien que pour un moment pendant que tout s'arrête.
    Midi !
    Être avec vous, Marie, en ce lieu où vous êtes.
    Ne rien dire, regarder votre visage,
    Laisser le cœur chanter dans son propre langage.
    Ne rien dire, mais seulement chanter parce qu'on a le cœur trop plein,
    Comme le merle qui suit son idée en ces espèces de couplets soudains.
    Parce que vous êtes belle, parce que vous êtes immaculée,
    La femme dans la Grâce enfin restituée,
    La créature dans son honneur premier et dans son épanouissement final,
    Telle qu'elle est sortie de Dieu au matin de sa splendeur originale.
    Intacte ineffablement parce que vous êtes la Mère de Jésus-Christ,
    Qui est la vérité entre vos bras, et la seule espérance et le seul fruit.
    Parce que vous êtes la femme, l'Eden de l'ancienne tendresse oubliée,
    Dont le regard trouve le cœur tout à coup et fait jaillir les larmes accumulées,
    Parce que vous m'avez sauvé, parce que vous avez sauvé la France,
    Parce qu'elle aussi, comme moi, pour vous fut cette chose à laquelle on pense,
    Parce qu'à l'heure où tout craquait, c'est alors que vous êtes intervenue,
    Parce que vous avez sauvé la France une fois de plus,
    Parce qu'il est midi, parce que nous sommes en ce jour d'aujourd'hui,
    parce que vous êtes là pour toujours, simplement parce que vous êtes Marie, simplement parce que vous existez,
    Mère de Jésus-Christ, soyez remerciée !

    Paul Claudel
    (extrait de "La Vierge à midi", Poèmes de Guerre, N.R.F., 1914-1915)

     



     

     


  • Commentaires

    1
    Lundi 12 Novembre à 06:05

    un très très beau poème et une bien statue de la vierge et de son enfant....passe un doux début de semaine

      • Lundi 12 Novembre à 11:18

        Bonjour Monique,

        Ce poème est magnifique et la statue aussi, Je ne suis pourtant pas une fan de Claudel, mais là il nous offre des vers resplendissants comme la statue.

        Belle journée

    2
    Lundi 12 Novembre à 09:12

    Un très beau poème de Paul Claudel que je ne connaissais pas Livia.

    Bises et bon début de semaine

      • Lundi 12 Novembre à 11:19

        Merci Zaza, Claudel a écrit là un magnifique et lumineux poème.

        Bises et belle journée

    3
    Lundi 12 Novembre à 11:04

    Bonjour Chantal. La statue est magnifique et le poème est très beau. Bonne journée et bisous

      • Lundi 12 Novembre à 11:25

        Bonjour Brigitte,

        J'ai été très émue en lisant ce poème, car Paul Claudel n'est pas un poète que j'apprécie tellement.

        Bisous et belle journée

    4
    Lundi 12 Novembre à 11:45

    J'aime beaucoup la statue et également le poème émouvant de Paul Claudel

    Bon lundi, bien gris ici

    bisous bisous

      • Lundi 12 Novembre à 11:55

        Bonjour lili,

        C'est en effet un bien beau poème et la statue est d'une grande finesse elle m'a tout de suite plu.

        Ici, il y a des nuages mais le soleil est là aussi...et c'est tant mieux.

        Bisous bisous

    5
    Lundi 12 Novembre à 18:27
    erato:

    Je ne connaissais pas , ce poème est sublime et émouvant .La statue est très belle.

    Douce soirée, bises Livia

      • Lundi 12 Novembre à 19:10

        Bonsoir earto,

        Je l'ai découvert il y a quelques jours et j'ai trouvé ce poème très beau et très émouvant, ainsi que la statue de la Vierge à l'Enfant.

        Bises et douce soirée à toi aussi

    6
    Lundi 12 Novembre à 19:36

    Je le découvre avec grand plaisir malgré ma très grosse fatigue, ce week-end a été fou !

      • Lundi 12 Novembre à 19:41

        Bonsoir Christian,

        La Vierge est toujours très reposante!

    7
    Lundi 12 Novembre à 20:36

     

    Bon, voilà que je pleure tant je suis émue par ce poème sublime ! d'autant que la photo l'est aussi !

    Un très très beau billet, Livia

    Merci de ce partage si émouvant

    Bisous

      • Lundi 12 Novembre à 20:42

        Bonsoir Luciole,

        La beauté émeut toujours, ce poème et cette Vierge qui l'accompagne sont tous deux magnifiques et je comprends tes larmes, car il m'ont émus aussi.

        Gros bisous

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :