• Le poète du roi...

     

     

    Le poète du roi...

     

    Fontaine au creux de la verdure...

     

    (image internet)

     

     

     

     

     

     

     

    D'une fontaine

     

    Cette fontaine est froide, et son eau doux-coulante,

     

    A la couleur d'argent, semble parler d'Amour ;

     

    Un herbage mollet reverdit tout autour,

     

    Et les aunes font ombre à la chaleur brûlante.

     

     

     

    Le feuillage obéit à Zéphyr qui l'évente,

     

    Soupirant, amoureux, en ce plaisant séjour ;

     

    Le soleil clair de flamme est au milieu du jour,

     

    Et la terre se fend de l'ardeur violente.

     

     

     

    Passant, par le travaille du long chemin lassé,

     

    Brûlé de la chaleur et de la soif pressé,

     

    Arrête en cette place où ton bonheur te mène ;

     

     

     

    L'agréable repos ton corps délassera

     

    L'ombrage et le vent frais ton ardeur chassera,

     

    Et ta soif se perdra dans l'eau de la fontaine.

     

    Philippe Desportes

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Un mot sur le poète :

     

     

    Le poète du roi...

    Philippe Desportes

     

    (Médaillon provenant de son tombeau à Notre-Dame de Bonport en Normandie)

     

     

     

     

     

    Philippe Desportes né à Chartres en 1546 et mort à l'abbaye Notre-Dame de Bonport le 5 octobre 1606, est un poète baroque français. Surnommé le « Tibulle  français » pour la douceur et la facilité de ses vers, il fut abbé de Tiron, lecteur de la chambre du Roi et conseiller d'Etat.

     

    D'une riche famille de négociants de Chartres, Philippe Desportes, entre dans les ordres après de solides études classiques. Il suit à Rome l'évêque du Puy, dont il est devenu le secrétaire : il y découvre la poésie de Pétrarque, qui influença profondément son œuvre.

     

    A son retour en France en 1567, il gagne les bonnes grâce du duc d'Anjou, le futur Henri III, qu'il suit en Pologne. Lorsque celui-ci occupe le trône de France, il en reçoit plusieurs abbayes qui lui rapportent un confortable revenu. Le roi, préférant sa poésie à celle de Ronsard et de Du Bellay en fait son poète officiel.

     

    Ses poèmes sont lus à la Cour et transmit en manuscrits, (c'est peut-être pour cela qu'ils sont arrivés jusqu'à nous) quelques -uns de ses poèmes paraissent en 1572, parmi les « Imitations de quelques chants » avec ceux de Ronsard, Jean Dorat et d'Etienne Pasquier.

     

    Ses poésies, en partie galantes, en partie dévotes, eurent un grand succès : il y imite avec bonheur Clément Marot et les poètes italiens.

     

    Nourri d'Homère et de Virgile, Desportes poussa cependant moins loin que Ronsard l'imitation de l'Antiquité. Il polit la langue, donna plus de soins à la régularité des rimes, à l'harmonie de la phrase […]

     

     

     

    (image et texte wikipédia)

     

     


  • Commentaires

    1
    Mercredi 28 Juin à 07:07

    voilà ce qu'il faudrait chez nous pour arroser le jardin....mais je crois qu'aujourd'hui le ciel va s'en charger....passe un doux mercredi

      • Mercredi 28 Juin à 10:36

        Bonjour moqueplet,

        En effet, le ciel a l'air de vouloir jouer les arroseur, la nature en sera très contente, elle a besoin d'eau;

        Belle journée

    2
    Mercredi 28 Juin à 08:36
    Cigalette 106

    Bonjour très beau poème merci bonne journée

      • Mercredi 28 Juin à 10:37

        Bonjour Cigalette,

        Merci et belle journée à toi aussi

    3
    Mercredi 28 Juin à 10:27

    Un agréable moment de lecture avec ce poème qui coule comme une source claire et rafraîchissante.

    La pluie est revenue ce matin, les fleurs et les arbres sont contents !

    bisous bisous

      • Mercredi 28 Juin à 10:39

        Bonjour lili,

        Je trouve comme toi que cette source est sublime et les mots qui l'accompagnent ne le sont pas moins un poète que j'ai découvert en lisant le séjour vénitien d'Henri III.

        Ici, pas encore de pluie, mais on nous en annonce, les jardins vont être contents.

        Bisous bisous

    4
    Mercredi 28 Juin à 14:53

    Bonjour Chantal. Je découvre ce poète apprécié du roi Henri III. Une belle invitation à profiter de l'ombre et de l'eau... Bisous

      • Mercredi 28 Juin à 16:01

        Bonjour Brigitte,

        Il a sans doute écrit ce poème sur la fontaine, par une chaude journée d'été...

        Bisous

    5
    Mercredi 28 Juin à 18:28
    C'est une découverte pour moi
      • Mercredi 28 Juin à 18:57

        Bonjour Christian,

        Ce fut aussi une découverte pour moi, et j'ai été éblouie par ces charmants vers sur la fontaine...

    6
    Mercredi 28 Juin à 19:49

    coucou c'est une belle photo et un beau poème ; je ne connaissais pas ; bisous

      • Mercredi 28 Juin à 20:27

        Coucou Victoria,

        Découvert en lisant le séjour vénitien d'Henri III, j'aime aussi beaucoup ses vers si charmants...

        Bisous

    7
    Mercredi 28 Juin à 21:35
    erato:

    Je ne connaissais pas ce poète. Ce poème est magnifique , j'aime sa musique douce et la fluidité des vers.

    Douce soirée, bises Livia

      • Jeudi 29 Juin à 00:13

        Bonsoir erato,

        Il coule comme l'eau de la source, le roi avait bon goût !

        Bises et belle nuit

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :