• Le temps d'une lecture...

     

     

     

     

     

     

    Je viens de terminer ce recueil de quatre nouvelles de Michel Bussi, qui m'a été offert pour la fête des mères.

     

    Elles sont toutes les quatre très agréables à lire et tiennent en haleine jusqu'à la dernière page.

     

    J'ai passé de bons moments de lecture en compagnie des personnages des quatre nouvelles...

     

    Livuaaugustae

     

     

     

     

    Le temps d'une lecture...

     

    « T'en souviens-tu mon Anaïs » est la première qui donne le titre au livre.

     

     

     

    « Une légende tenace veut que la station de Veules-les-Roses, sur la Côte d'Albâtre, ait été lancée en 1826 par une actrice de la Comédie française Anaïs Aubert... Le visiteur a beau multiplier les recherches. S'entêter, s'acharner. Se perdre dans les archives, Mystère...

     

    IL ne reste plus qu'à inventer... »

     

     

     

    Un petit extrait :

     

    « Veules-les-Roses. Village perdu. Comme une oasis mythique aux confins des déserts urbains, oubliée des citadins nomades.

     

    Il n'y a personne dehors. L'eau de la Veules semble hésiter entre stagner un peu dans le bassin, rester jouer entre la mousse et les graviers, attendre une truite fario, ou passer sous le pont de grès pour rejoindre plus vite la mer.Indifférentes à l'indécision du courant, les chaumières tremblent dans l'eau de froide. »

     

     

     

     

     

     

     

    « L'armoire normande » :

     

    Un couple de parisien, s'offre un séjour en Normandie dans un gîte, mais quelle n'est pas leur déconvenue, le propriétaire qui les reçoit est bizarre, il les fait attendre devant la porte de longues minutes et quand il vient leur ouvrir, il n'est pas soigné : cheveux hirsute, essoufflé, manches retroussées, col déboutonné et pantalon taché...peut-être de sang.

     

    Ils vont trouver dans leur chambre une magnifique armoire normande qui tient une grande place et est en fait l'héroïne de cette deuxième nouvelle.

     

     

     

    Extraits :

     

    « Une longue allée de peupliers menant à un adorable manoir en briques et brocs fleuris, un puits, un colombier et des confettis de fleurs des champs, boutons-d'or et coquelicot, éparpillés comme pour agacer les impeccables étendues vertes de gazon fraîchement rasé. »

     

     

     

    « Une fois dans la chambre, ils remarque la superbe armoire normande. Un chef d'œuvre d'ébénisterie. Les vantaux et la corniche de l'élégant meuble n'étaient pas ornés des classiques corbeilles de fruits sculptés, gerbes de blé et autres bouquets de fleurs, mais d'un cortège d'animaux, des plus bucoliques, papillons, colombes et agneaux, aux plus étranges, une licorne, un hibou, un renard et un serpent. La finesse des motifs les stupéfia. Alors qu'elle tendait le bras, le propriétaire la retint, en un réflexe surprenant... »

     

     

     

     

     

    « Vie de greniers »

     

     

     

    Une femme entraîne son mari dans un vide grenier et ce denier, stupéfait retrouve tous les objets qui autrefois ont appartenu à sa famille, jusqu'aux jouets des enfants en bois, fabriqués par un ami menuisier.. ».

     

     

     

     

     

    Extrait :

     

    « J'attends. Mon regard glisse sur les stands les plus proches. Au fond de moi, je dois bien reconnaître que ce rassemblement de familles se séparant de leurs objets les plus intimes a quelque chose d'émouvant. Des vies entières étalées sur une planche posée sur deux tréteaux. Pour se délester des souvenirs... »

     

    « Je remarque une autre constante des vides greniers, ils sont la poubelle du temps. Tous les exposants bradent les mêmes objets. Démodés quelques saison plus tard... »

     

     

     

     

     

    « Une fugue au paradis »

     

    La quatrième et dernière nouvelle se passe à la Réunion, (je pense que l'auteur a du passer de nombreuses années dans cette île qu'il a l'air de bien connaître, plusieurs de ses livres s'y passent). Justine, part avec Johana, une copine originaire de la Réunion pour y passer les fêtes de fin d'années, et le soir du réveillon, c'est le drame...

     

     

     

     

     

    Extrait :

     

    « Justine plante sa petite tente au bord de la plage. Pas même besoin d'un marteau, les sardines s'enfoncent dans le sable, entre les racines des filaos. Elle reste un instant à observer le soleil se coucher derrière la barrière de corail. Le ciel est en feu, les nuages rouges semblent vouloir plonger dans le lagon comme des grands brûlés se jettent en mer, l'océan est d'or, la plage de cuivre, les silhouettes noirs des filaos, posent pour la carte postale, Justine ne prend pas de photos, elle est dedans. »

     

     

     

    En arrivant à la fin de cette dernière nouvelle j'ai regretté de refermer le livre !

     

     


  • Commentaires

    1
    Jeudi 7 Juin à 07:06

    Coucou Livia

    Michel Bussi écrit très bien et lire un de ses livres est très agréable!

    Les extraits donnent envie de l'acheter! 

    Je pense que je le ferai!

    Merci à toi

    Bises

    Gigi

      • Jeudi 7 Juin à 15:40

        Bonjour Gigi,

        C'est un livre très agréable à lire, on passe d'une nouvelle à l'autre avec plaisir et à la dernière on regrette que le livre soit terminé!

        Bises

    2
    Jeudi 7 Juin à 09:33

    Merci Livia pour la présentation de ces 4 nouvelles.

    Bises et bon jeudi

      • Jeudi 7 Juin à 15:40

        Bonjour Zaza,

        Je suis ravie que cela t'ait plu.

        Bises et belle après midi

    3
    Jeudi 7 Juin à 09:44

    Ce livre de Michel Bussi me tente vraiment, merci pour ce partage Chantal

    Bonne journée, toujours orageuse

    bisous bisous

      • Jeudi 7 Juin à 15:46

        Bonjour lili,

        J'ai eu beaucoup de plaisir à lire ces quatre nouvelles, j'ai regretté la fin du livre...

        Ici aussi le temps est lourd et chaud, pas encore de pluie, mais je pense que l'on n'y coupera pas.

        Bisous bisous

    4
    Jeudi 7 Juin à 10:17

    C'est bien dit, les vides greniers, poubelle de notre temps

    On entend "c'est ma grand mère qui l'a fait 1 €" et je suis sure qu'elle a passé de nombreuses heures sur cette broderie à se fatiguer les yeux, bon c'est devenu comme ça, du jetable, du consommable ne pas s’encombrer de souvenirs

    Belle journée

      • Jeudi 7 Juin à 15:48

        Bonjour Delphine,

        Je déteste les vides greniers, c'est comme si l'on mettait au clou les grands mères, et parfois même les parents, cela m'a rendu triste les deux ou trois fois où j'ai accompagné des amis.

        Belle journée

    5
    Jeudi 7 Juin à 16:44

    Curieux. Je lis en ce moment du Colette dont le style est assez voisin.

      • Jeudi 7 Juin à 21:07

        Bonsoir Dr WO,

        J'adore Colette aussi, c'est une de nos grandes Dames de la littérature, elle se lit avec toujours beaucoup de plaisir, Bussi est un auteur d'aujourd'hui que j'aime bien.

    6
    Jeudi 7 Juin à 19:56

    coucou une jolie découverte

    bisous

      • Jeudi 7 Juin à 21:08

        Bonsoir et merci Victoria,

        Bisous

    7
    Jeudi 7 Juin à 21:15
    erato:

    J'aime beaucoup Michel Bussi , merci pour ton ressenti . 

    Je n'aime pas les vide greniers , ils m'attristent.

    Belle soirée, bises Livia

      • Jeudi 7 Juin à 21:40

        Bonsoir erato,

        C'est un auteur que j'aime aussi beaucoup, et même ses livres policiers ont souvent une pincée de poésie!

        Je déteste les vides greniers, je n'y vais pas beaucoup, une ou deux fois avec des amies et comme toi cela m'attriste de voir toutes ces vies offertes aux badauds!

        Bises et belle soirée à toi aussi

    8
    Jeudi 7 Juin à 22:04

    Bonsoir Livia ! Une découverte pour moi je note .

    Bises bonne soirée 

    Françoise

      • Jeudi 7 Juin à 23:41

        Bonsoir Françoise,

        C'est un livre très intéressant, il y a 4 nouvelles toutes plus captivantes les unes que les autres, j'ai beaucoup aimé.

        Bises et bonne nuit.

         

    9
    Samedi 9 Juin à 11:47

    Bonjour Chantal. En général je n'aime pas les nouvelles mais ce que tu en dis me donne envie de lire celles-ci. Bisous

    10
    Samedi 9 Juin à 11:53

    Je ne connais pas ces quatre nouvelles, comme j'adore Michel Bussi, qui a l'art de me tenir en haleine tout au long de ses livres et de me surprendre  à la fin... Je note ce titre!  Merci pour le partage!

    Beau week-end en famille!

    Bisous

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :