• Les idées reçues ont la vie dure...

     

     

     

     

     

    Il paraîtrait que : «  l'église aurait toujours maltraité les femmes » , c'est une idée reçue, arrivée on ne sait d'où envoyée par on ne sait qui, cependant entretenue avec autant de soin que la flamme sur la tombe du soldat inconnu... aujourd'hui « les femmes » font leur miel de cette idée !

     

    Pour en finir avec ce « mensonge », quelques éclaircissements ci-dessous :

     

    Liviaaugustae

     

     

     

    Les idées reçues ont la vie dure...

    Annonciation

     

    Botticelli

     

    C'est la principale femme dans l'église et pas la moindre, puisque c'est la mère de Dieu !

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Aubrée David-Chapy, agrégée d’histoire et chargée de travaux dirigés en histoire moderne à l’Université Paris-IV Sorbonne, Aubrée Chapy s’est spécialisée dans l’histoire des femmes… il répond à cette question que se pose aujourd'hui le monde moderne !

     

    Pleinement consciente de la dignité intrinsèque des femmes, qu’elle reconnaît comme égales des hommes aux yeux de Dieu, l’Église leur a apporté une protection que la société n’était pas toujours en mesure de leur fournir, et elle s’est appuyée sur elles pour diffuser la foi, dès les origines du christianisme.

     

    - Dès les origines du christianisme les femmes ont été impliquées dans la transmission de la foi chrétienne. Très présentes autour du Christ, elles ont eu, dans la construction des premières communautés chrétiennes, un rôle éminent bien que différent de celui des apôtres de Jésus.

     

    - Contrairement à une légende tenace, l’Église médiévale n’a pas opprimé les femmes ni enseigné qu’elles étaient inférieures aux hommes. Le fameux concile de Mâcon n’a pas discuté de l’existence d’une âme chez les femmes : cette fable provient d’une déformation du témoignage de Grégoire de Tours, un évêque de la fin du VIe siècle. 

     

    - Au Moyen Âge, les femmes occupaient une place éminente parmi les grands modèles de sainteté. Seule à ne pas être marquée du péché originel, la Vierge Marie était reconnue comme l’idéal ultime de perfection pour les fidèles : la Mère de Dieu est aussi  celle de tous les membres du Corps de son Fils, qu’elle enfante et protège dans leur foi. 

     

    • Loin d’avoir été misogyne, l’Église du Moyen Âge a donné aux femmes une liberté qu’elles n’avaient pas auparavant et qu’elles ont en partie perdue par la suite. Sans être dénuée de préjugés à l’égard des femmes, l’Église médiévale a cherché par de nombreux moyens à les protéger, notamment en promouvant le mariage monogame et indissoluble. 

     

    • À la Renaissance, le retour du droit romain, peu favorable aux femmes, entraîna un durcissement des institutions civiles à leur égard. Avec la Révolution, les femmes n’obtinrent aucune existence politique et le Code civil (1804) renforce l’autorité du père de famille, et son droit de propriété au détriment de la femme. Si les femmes ont pu être reléguées dans une position de subordination, elles ont gardé dans l’Église une place particulière, par exemple en tant que fondatrices de nouvelles formes de spiritualité.

      - Au niveau des principes, l’Église contemporaine n’a cessé de rappeler le rôle unique des femmes dans la tradition biblique puis chrétienne. Les derniers papes ont pris en compte de manière nouvelle la condition et la vocation des femmes. La réflexion anthropologique de saint Jean-Paul II a été poursuivie par la réflexion de Benoît XVI sur les responsabilités des femmes dans l’Église.

      infocatho

     

     

     


  • Commentaires

    1
    Lundi 5 Février à 07:02

    je pense que par maltraité les femmes à une certaine époque c'est peut-être vouloir dire qu'elles n'étaient pas aidées dans les maisons par ces messieurs et avaient beaucoup d'enfants....je me souviens que maman était debout à 4 heures pour aller laver le linge dehors et n'arrêtait jamais puisqu'elle faisait tous nos vêtements....mais ce n'est pas pour autant qu'elle était maltraité....voilà mon raisonnement de ce que j'ai pu voir étant enfant....passe une bien douce journée

      • Lundi 5 Février à 11:41

        Bonjour Monique,

        En effet, les femmes à la maison n'arrêtaient pas une seconde, mais je parle des femmes dans l'église, ce qui n'est pas tout à fait pareil.

        Belle journée

    2
    Lundi 5 Février à 10:04

    Bonjour Chantal. Elles n'ont quand même pas été mises en valeur dans l'histoire, catholique ou pas : au mieux courtisanes, au pire servantes et martyres. Bref, je préfère vivre à notre époque ! Bonne journée et bisous

      • Lundi 5 Février à 11:48

        Bonjour Brigitte,

        Tu oublies les Docteurs de l'église, et si la première de toutes les femmes a vu crucifier son fils, elle est mise très en valeur dans l'église et toutes les saintes  ne sont-elles pas vénérées elles aussi, quand à Jésus il en a fait ses Apôtres ! Dire que les femmes sont maltraités c'est quand même un peu gros.

        Je pense que cela vient que nous les cathos ne voulons pas de femmes "curés", cela fait jaser, mais Mgr Aupetit explique très bien pourquoi, il faut que les prêtres soient disponibles pour les fidèles, de plus ils sont envoyés en mission partout; les femmes enceintes ou mères de plusieurs enfants seraient-elles disponibles, c'est aussi pour cela que les prêtres ne se marient pas, le jour où il y aura des prêtres mariés et des bonnes femmes curés j'abandonne!

        Bisous et belle journée

    3
    Lundi 5 Février à 11:33

    Merci Livia pour ces explications très intéressantes.

    Bises et bon début de semaine

      • Lundi 5 Février à 11:49

        C'est un sujet très à la mode aujourd'hui et j'ai trouvé excellentes les explications de Mr Aubrée David Chapy.

        Bises et belle journée à toi aussi

    4
    Lundi 5 Février à 19:18

    coucou l' Eglise ne donne pas la même place aux hommes et aux femmes ;

    elle est assez rétrograde là dessus par rapport à nos "cousins" protestants   (je dis cousins car nous appartenons à la grande famille chrétienne)

    bisous

      • Lundi 5 Février à 23:34

        Coucou Victoria,

        Je ne suis pas d'accord, et je ne veut surtout pas de bonnes femmes curés ou de curés mariés, ils n'auront pas la même écoute, ils auront trop de soucis et si leur couple bat de l'aile ils feront des dépressions... ET puis suivons ce que le Christ a dit : "laisses tout, et suit moi"!

        Bisous

    5
    Lundi 5 Février à 21:16

    Coucou Livia! Certes mais quand même on ne peut fermer les yeux sur certaines errances dans l'Eglise concernant le genre féminin et autre sujets! Je crois qu'il nous faut modérer aussi bien d'un côté que de l'autre nos propos!

    En ce moment je lis une thèse sur Michel Ange où l'auteur(italien) relate sur preuves historiques notées les désastres engendrés par l'Eglise.

    Toutes les églises ont une part de responsabilité dans le conditionnement et le formatage de l'esprit humain et les évènements du monde!

    Tu vois aussi comment l'Eglise s'est servie de la pauvre Jeanne d'Arc par exemple!

    Enfin je ne veux pas entrer dans une polémique! Je veux dire simplement de prendre la mesure de nos propos parfois trop sûrs!

    Je t'embrasse Livia! Bonne nuit à toi!

      • Lundi 5 Février à 23:42

        Coucou Laure,

        Certes l'église a formaté les esprits, et nous lui devons pratiquement tout, et nous remarquons que depuis que les humains l'ont déserté, le monde va de travers!

        Je ne trouve pas que l'église a fait un "mauvais usage" avec Jeanne d'Arc, d'ailleurs ce n'est pas elle qui l'a "mise en selle"  mais Dieu.

        Je ne veux pas non plus polémiquer, mais si l'église a parfois commis des erreurs, il ne faut pas oublier qu'elle est constituée d'humains et que l'erreur est humaine.

        Mais je ne me suis jamais sentie mise de côté, ni oubliée en tant que femme au sein de l'église.

        Je t'embrasse et bonne nuit à toi aussi

    6
    Mardi 6 Février à 19:51

    coucou pour répondre à ta réponse; les religieuses quittent tout aussi  pour Dieu 

    bisous

      • Mardi 6 Février à 22:54

        Coucou Victoria,

        Et pour répondre à ta réponse, je le sais d'autant que j'avais trois tentes religieuses, et quand elles venaient chez nous, c'était la paix de Dieu qui entrait avec elle. Je les aimais beaucoup toutes les trois mais avec une préférence pour la soeur de maman qui était merveilleuse.

        Bisous

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :