• Madame du Deffand...

     

     

     

     

     

     

    J'ai découvert l'extrait d'une lettre de Mme du Deffand, au cour d'une lecture et je pense que nous pourrions l'écrire aujourd'hui à propos de nos dirigeants, qui font ce que bon leur semble et se fichent complètement des peuples qui les ont mis sur le trône !

     

    Liviaaugustae

     

     

     

     

     

    « Ne nous flattons jamais d'établir la tolérance ; les persécutés la prêcherons toujours, et s'il cessait de l'être, ils ne l'exerceraient pas. Quelque opinion qu'aient les hommes, ils y veulent soumettre tout le monde...

     

    Tout ce que vous écrivez a un charme qui séduit et entraîne ; mais je regrette toujours de vous voir occupé de certains sujets que je voudrais qu'on respectât assez pour n'en jamais parler, et même n'y jamais penser... »

     

    Madame du Defffand

     

    (extrait d'une lettre à Voltaire, dans laquelle elle lui reproche sa démagogie)

     

     

     

     

     

    Un mot sur l'auteur

     

     

     

    Madame du Deffand...

    Mme du Deffand,

     

    Gravure de Forshel, d'après un portrait de Louis Carrogis dit Carmontelle.

     

     

     

     

     

    Marie de Vichy-Chamrond (ou Champrond), marquise du Deffand, née le 25 septembre 1696 au château de Chamrond en Bourgogne et morte le 12 août 1780 à Paris, est une épistolière et salonnière française. Elle est issue d’une famille de Bourgogne, noble, mais pauvre. Elle fut élevée dans un couvent bénédictin à Paris. Elle épousa, à 22 ans, en 1718, le marquis du Deffand, homme d'un certain âge, qu'elle n'estime guère. Femme célèbre par sa beauté et son esprit, d’une morale peu sévère, elle se vit bientôt entourée d'adorateurs ; elle eut, dès lors, de nombreuses liaisons et mena une vie libre dans les salons de la Régence. Elle fut introduite par son amant Charles-Jean-François Hénault, ami de la reine, chez la duchesse du Maine qui régentait alors les plaisirs à la cour de Sceaux, avec ses salons littéraires et les fêtes des Grandes nuits de Sceaux, dans le cercle des Chevaliers de la Mouche à Miel. Sa maison devint le rendez-vous de tout ce que la cour, la robe et surtout la littérature renfermaient d’hommes marquants. C’est dans ce monde Libertin qu’elle fit la connaissance de Voltaire qui resta son ami toute sa vie. Mais elle y rencontra également des personnalités du monde des arts et des lettres et, à partir de 1742, commença sa correspondance prolixe avec les célébrités de son temps : Voltaire, Horace Walpole, d'Alembert, Julie de Lespinasse et tant d'autres...

     

    Papotages, potins de cour, portraits de personnages célèbres nourrissaient sa correspondance dans un style alerte et vif, mais aussi mordant et piquant, brillant comme l'étaient les conversations de salons de son époque qui, entre toutes, fut celle de la conversation érigée en art ; parfois féroce car ses propos incisifs ne sont que trop lucides. […]

     

    (Texte et images wikipédia)

     

     


  • Commentaires

    1
    Jeudi 20 Septembre à 05:51

    finalement il y a peu de changement dans l'être humain....passe un agréable jeudi

      • Jeudi 20 Septembre à 10:40

        Tu as raison Monique, les hommes ne changent pas!

        Belle journée

    2
    Jeudi 20 Septembre à 08:04

    C'est de pire en pire...

    Bises & douce journée Livia

      • Jeudi 20 Septembre à 10:41

        Bonjour Laure,

        Je suis d'accord, nous allons dans le mur, et l'auto n'a pas de frein...

        J'espère que tu vas mieux.

        Bises et douce journée

    3
    gazou
    Jeudi 20 Septembre à 08:33

    Je n'envie pas ces gens-là et  leurs vues trop étroites et erronées, il sont passés à côté de  leur vie

      • Jeudi 20 Septembre à 10:42

        Bonjour gazou,

        Je ne crois pas que ces gens-là, soient passés à côté de leur vie, je trouve au contraire qu'ils ont eut une vie "intéressante"!

    4
    Jeudi 20 Septembre à 09:37

    Jamais entendu parler de cette Dame qui nous prouve de décennies après que le monde politique ne change pas.

    Bisous bisous

     

      • Jeudi 20 Septembre à 10:45

        Bonjour lili,

        On en parle  quand on parle de Voltaire qui fut un de ses amis très cher et avec qui elle était en relation épistolaire, c'était une grande figure de l'époque, mais déjà les "politichiens" comme les appelait de Gaulle s'activaient à tout foutre en l'air!

        Bisous bisous

    5
    Jeudi 20 Septembre à 10:25

    J'ai peur pour mes enfants et petits-enfants... Je ne connaissais pas cette dame du Belffand. Bonne journée et bisous

      • Jeudi 20 Septembre à 10:46

        Bonjour Brigitte,

        Je suis comme toi, que deviendront nos enfants et surtout nos petits enfants dans ce monde en perdition ?

        Belle journée à toi aussi, bisous

    6
    Jeudi 20 Septembre à 11:04

    Rien ne change Livia et il n'y a pas de nouveau monde, la preuve ... ce gouvernement qui s'inscrit dans l'ancien monde de la corruption !

    Bises et bon jeudi

      • Jeudi 20 Septembre à 12:01

        Bonjour Zaza,

        C'est ce que je dis au début de mon article, : "on pourrait érire cette phrase à nos dirrigeants d'aujourd'hui",!

        Bises et belle journée

    7
    Jeudi 20 Septembre à 12:08

    A l'époque les échanges épistolaires étaient à la mode, il faut dire qu'il n'y avait pas d'autres façons de communiquer ou d'échanger sur un sujet. Il fallait avoir de l'esprit et des connaissances pour briller en société.

      • Jeudi 20 Septembre à 13:22

        Bonjour Maryline,

        Je trouve qu'ils avaient beaucoup de chance de pouvoir échanger des lettres, dans un français toujours parfait...

    8
    Jeudi 20 Septembre à 14:02
    Cigalette 106

    Je ne suis pas assez cultivée pour connaitre tout cela bonne journée

      • Jeudi 20 Septembre à 15:54

        Bonjour Cigalette,

        Tu connais maintenant cette Dame pour l'avoir vu chez moi.
        Belle après midi

    9
    Jeudi 20 Septembre à 14:14

    Autres temps, autres mœurs... Ah, ces  "sujets que l'on voudrait qu'il soient respectés assez pour ne pas en parler, ni y penser"...

    Marine Le Pen refuse de se soumettre à une expertise psychiatrique pour ses tweets...la présidente du Rassemblement national est mise en examen pour "diffusion d'images violentes" après avoir posté sur Twitter, en 2015, des photos de l’État islamique.

    https://www.francetvinfo.fr/politique/front-national/

     

      • Jeudi 20 Septembre à 15:56

        Bonjour Bedeau,

        Bien que Marine Lepen, ne soit pas ma tasse de thé, je trouve qu'elle a raison de refuser cette expertise, car quel médecin, (si médecin il y a) s'occupera d'elle ?

        On marche sur la tête!

    10
    Jeudi 20 Septembre à 16:38

    Un joli billet ! 

    Bon jeudi .

      • Jeudi 20 Septembre à 16:52

        Merci, et belle après midi.

        Bisous

    11
    Jeudi 20 Septembre à 18:38

    l'homme n'évolue guère  frown  bisous

      • Jeudi 20 Septembre à 19:10

        Bonjour Victoria,

        C'est ce que l'on constate avec l'extrait de Mme du Deffand!

        Bisous

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :