• Plumes insolentes...

     

     

     

    Régalons-nous encore avec les trait d'esprits des anciens...

     

     

    Plumes insolentes...

    Les plumes insolentes...

     

    (image internet)

     

     

     

     

     

     

     

    « A Vienne, Talleyrand avait battu au jeu monsieur de Metternich, mais il avait été battu par le comte de Palfy. Celui-ci était très bon joueur et avait gagné contre le prince du Liechtenstein une somme énorme de quoi faire construire et meubler son château. Le comte en fit les honneurs à Talleyrand et lui demanda son avis :

     

    • Comment trouvez-vous la maison ?

    • Pas mal, marmonna le diplomate, pas mal du tout pour un château... de cartes ! »

     

     

     

     

     

    « Quand on apprit, le 17 mai 1838, que Talleyrand était allé voir comment allaitent les affaires de l'Etat dans l'autre monde, l'épigramme s'exerça de façon forcenée à Paris et dans toute l'Europe. Charles-André Pozzo di Borgo, l'irréductible ennemi de Napoléon, devenu le serviteur du tsar Alexandre de Russie, ne fut pas en reste.

     

    • Que dit-on de cette disparition ? Le questionna Guizot.

    • Vous ne le savez-pas ? Le prince de Talleyrand fit une entrée triomphale aux Enfers. Il a été fort bien reçu. Satan lui a même rendu de grands honneurs, mais lui a murmuré à l'oreille : Prince, vous avez un peu outrepassé mes instructions... »

     

     

     

    « Sire, le prince de Talleyrand est mort, annonce-t-on à Louis-Philippe.

     

    - Êtes-vous bien sûr qu'il en soit ainsi ? C'est qu'avec Talleyrand il ne faut jamais juger sur les apparences, et je ne vois pas quel intérêt il pouvait bien avoir à mourir en ce moment précis ».

     

     

     

     

     

     

    « Le polémiste Henri Rochefort ne dételait jamais.

     

    Napoléon III se remit difficilement de sa fameuse apostrophe : « La France compte 35 millions de sujets, sans compter les sujets de mécontentement ». De telles insolences lui valaient une grande familiarité avec les tribunaux. Il fut découvert un jour avec une arme sur lui alors qu'il s'apprêtait à participer à l'audience.

     

    Le président furieux de cette découverte l'interroge :

     

    • Voudriez-vous nous dire qui vous aviez l'intention d'assassiner à présent ?

    • Conclusion hâtive, monsieur le président.Permettez-moi d'en apporter la preuve : j'ai sur moi en ce moment tout ce qu'il faut pour commettre un attentat à la pudeur... or je vous assure que l'idée ne m'en effleure même pas ! »

     

     


  • Commentaires

    1
    Vendredi 10 Février à 06:48

    les santons que tu as vu hier, ne sont pas les miens, mais la visite d'un musée que ma sœur a fait pour les vacances de Noël avec ces enfants....j'en ai quelques uns que Maman m'avait offert, un joli souvenir...passe un agréable vendredi

      • Vendredi 10 Février à 13:50

        Bonjour moqueplet,

        Ils sont très beaux ces santons, moi aussi j'en ai deux ou trois que je mets dans ma crèche tous les ans!

        Belle journée à toi aussi

    2
    gazou
    Vendredi 10 Février à 08:25

    très belles réparties !

    3
    Vendredi 10 Février à 09:30

    J'ai toujours aimé le réparties de Talleyrand qui avait énormément d'esprit!

    Très bel article, Livia!

    Bises

    Gigi

      • Vendredi 10 Février à 13:52

        Bonjour Gigi,

        J'ai toujours apprécié ces grands esprits, celui de Talleyrand était de taille supérieur !

        Bises

    4
    Vendredi 10 Février à 09:40

    J'ai beaucoup aimé ton billet et souris ...  merci

    bisous bisous

      • Vendredi 10 Février à 13:53

        Bonjour lili,

        Profitons que l'on peut encore déguster ces esprits brillants du passé, on va vers un ostracisme envers le français dans toutes ses dimensions!

        Bisous bisous

    5
    Vendredi 10 Février à 10:11

    Bonjour Chantal. Ces Messieurs avaient de la répartie ! Bonne journée et bisous

      • Vendredi 10 Février à 13:54

        Bonjour Brigitte,

        C'était de grands et forts esprits, qui nous font toujours sourire jusqu'à aujourd'hui, profitons-en pendant que l'on peut encore!

        Bisous

    6
    Vendredi 10 Février à 12:49

    De très bons mots Livia prononcés par des esprits brillants. Talleyrand m'a toujours fasciné.

    Bises et bon vendredi

      • Vendredi 10 Février à 13:56

        Bonjour Zaza,

        Je me régale toujours à la lecture de ces citations si pleines d'esprit et d'à propos!

        Bises et belle après midi

    7
    Vendredi 10 Février à 19:48

    C'est bien dit comme on savait bien le faire à l'époque

      • Vendredi 10 Février à 19:53

        Bonsoir Christian,

        J'aurai beaucoup aimé avoir de la répartie aussi spirituelle!

    8
    Vendredi 10 Février à 20:35
    feelaure

    Douce soirée Livia

    Bises

      • Vendredi 10 Février à 21:36

        Bonsoir Laure et bonne soirée à toi aussi

        Bises

    9
    Samedi 11 Février à 17:28

    Aujourd'hui, les traits d'esprit manquent un peu.

      • Samedi 11 Février à 17:35

        Bonjour Dr WO,

        Vous voulez dire qu'il n'y en a plus, ou alors çà vole si bas, que même en se baissant on a du mal a les entendre!

    10
    Dimanche 12 Février à 13:21
    cathycat

    Ces réparties sont très fines ! :-) merci pour le partage

    Belle journée à toi Bisous

      • Dimanche 12 Février à 14:26

        Bonjour cathy,

        J'aurai beaucoup aimé avoir autant de réparties et si spirituelles!

        Bisous et bon dimanche

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :