• Un Chemin sous la Neige 

     

    LES PETITS VIEUX

     

    Il à neigé des ans sur leurs têtes qui branlent.

    La vie a buriné des sillons sur leurs fronts.

    Leurs gestes sont maladroits,

    Et leurs mains qui s’avancent ;

    Tremblent de ne pas rencontrer ; une autre main amie.

    Ils s’en vont deux par deux,

    L’un soutenant l’autre,

    D’un pas qui hésite, et qui n’en finit pas,

    Qui a peur d’arriver, ou finissent les pas.

    Ce monde ne leur donne rien,

    Que la peur d’exister.

    Ils vont les petits vieux, isolés deux par deux.

    Sur la dernière route,

    La plus dure de toute !

    Anonyme


    votre commentaire
  •  

    Ruines de l'Abbaye Cistercienne près de Dogheda

    Près de DROGHEDA MELLIFONT, ruines de l’Abbaye Cistercienne consacrée en 1157 (Irlande)

     

      

     

     

     

     

    VŒUX ROMPUS

     

    Tard hier soir,

    Le chien parlait de toi.

    La bécasse parlait de toi au cœur du marais.

    Car tu es l’oiseau solitaire à travers bois.

    Et puisses-tu demeurer sans compagnon…

    Jusqu’à ce que tu m’ais  trouvé.

    Tu m’as promis,

    Et tu m’as menti.

    Tu as dis que tu m’apparaitrais, quand s’assemblerait le troupeau de moutons.

    J’ai sifflé, j’ai crié trois cent fois vers toi.

    Et je n’ai rien trouvé… Qu’un agneau bêlant.

    Tu m’as promis une chose qui était difficile à trouver.

    Une nef d’or sous un mât d’argent.

    Douze villes, avec chacune un marché.

    Et un beau palais blanc sur le rivage de la mer.

    Tu m’as promis une chose qui n’était pas possible.

    Que tu me donnerais  des gants faits de la peau d’un poisson.

    Que tu me donnerais des souliers de peau d’oiseaux.

    Et un habit de la plus coûteuse soie d’Irlande.

    Ma mère m’a dit de ne pas te parler.

    Aujourd’hui, ni demain, ni dimanche.

    Elle a mal choisit son moment pour me le dire.

    C’était fermer sa porte, après le cambriolage.

    Tu m’as pris l’Est.

    Tu m’as pris l’Ouest.

    Tu m’as pris ce qui était devant moi, et ce qui était derrière moi.

    Tu m’as pris la lune.

    Tu m’as pris le soleil.

    Et j’ai grand peur, que tu ne m’ais pris DIEU !

     

    POEME GAELIQUE DE LADY GREGORY

     


    votre commentaire
  • numérisation0007 

    Portrait de Joséphine Tascher de la Pagerie par P.P. PURD'HON (musée du Louvre). Née en 1763 aux Tois-Ilets Martinique (France) 

     

     

     

    A UNE DAME CREOLE

     

    Au pays parfumé que le soleil caresse,

    J’ai connu, sous un dais d’arbres tout empourprés

    Et de palmier d’où pleut sur les yeux la paresse,

    Une dame créole aux charmes ignorés.

     

    Son teint est pâle et chaud ; la brune enchanteresse

    A dans le cou des airs noblement maniérés ;

    Grande et svelte en marchant comme une chasseresse,

    Son sourire est tranquille et ses yeux assurés.

     

    Si vous alliez, Madame, au pays de gloire,

    Sur les bords de la Seine ou de la verte Loire,

    Belle digne d’orner les manoirs,

     

    Vous feriez, à l’abri des ombreuses retraites,

    Germer mille sonnets dans le cœur des poètes,

    Que vos grands yeux rendraient plus soumis que vos noirs.

     

    Charles BAUDELAIRE

     


    votre commentaire
  •  

    Paul GERALDY

    (Pseudonyme de Paul LEFEVRE). Ecrivain français. Né le 06 mars 1885 à Paris, mort à Neuilly en 1983. Il se destine à la carrière littéraire. Il publie en 1913 un recueil de poèmes, « Toi et Moi »  auquel fera écho près de cinquante ans plus tard, « Vous et Moi ».

    Il écrit aussi des pièces et des essais.

    Sous le charme d’une écriture légère se dessinent une imagination mélancolique et des sentiments nostalgiques qui sont propres à émouvoir, sans tristesse excessive. (Voici ce que dit de lui le nouveau dictionnaire des Auteurs, bouquins)

    Il est tombé de nos jours dans un oubli complet.

    C’est de « Toi et Moi » que je veux aujourd’hui parler…

    Puisque nous sommes en été, voici quelques poèmes sur cette saison.

     

     

    numérisation0004

     

    LE BEAU TEMPS RIT…

    Le beau temps rit ainsi qu’un refrain de chanson.

    Le village est si plein de soleil, de pinsons et de roses,

    Que je revois ces paysages dans une majuscule,

    Au début des  romans,

    Quand tout est calme encor, quand des évènements

    N’ont pas encor troublé la paix des personnages.

    Et c’est le décor frais, convenable, verni,

    D’une histoire contée au passé défini.

    Je vais sortir. Le ciel abonde à ma fenêtre.

    Je songe à ce petit passant que je vais être

    Parmi tout cet azur, et je m’attarde exprès à l’évoquer.

    J’attends, pour la voir de plus près, la cycliste, là-bas, brusquement

    Apparue devant l’église et qui remonte la grand-rue.

    Elle s’approche, avec un bruit d’ailes léger.

    Sa robe autour des roues a l’air de voltiger.

    Je peux suivre le jeu nerveux de ses chevilles qui montent, alternées.

    C’est une jeune fille en robe de printemps, qui vient de la forêt.

    Et je songe : «Petite inconnue, je voudrais vous mettre dans mes vers 

    Pour vous revoir encore.

    Mais quoi ! Fixer vos yeux avec des métaphores !

    Horreur ! Et puis quels mots assez simples diraient la douceur d’être

    Ainsi, par ce matin sonore de feuillées et d’oiseaux, dans ce village frais, la jeune fille en blanc qui vient de la forêt ? »

    Une pédale haute, elle saute, s’arrête.

    Son visage, ses yeux, doivent être fleuris de parfums emmêlés par

    La course. Elle rit d’être arrivée, reprend sa machine, époussette le

    Soleil aux plis de ses jupes, me voit…

    Rougit un peu, remet sous son béret, d’un doigt, ses cheveux envolés.

    Ils retombent… N’importe !

    Elle entre vite. Un bruit rouillé ferme la porte.

    La sonnette grelotte et grelotte sans fin…

    Et je n’ai plus envie de sortir, ce matin.

     

     

     

     

    numérisation0003 

     

    IL FAIT BEAU…

    Il fait beau. Le fouillis des feuilles endormies mélange une ombre tiède au jour chaud. Mes amies ont mis leurs beaux bras nus au frais dans leur corsage.

    L’enfant court à travers les pelouses et rit.

    Il va mouiller ses doigts tendus aux arrosages, les retire, se sauve avec de petits cris et vit si fort dans le grand calme qu’il encombre le bel après-midi de son petit bonheur.

    Nous sommes tous baignés de ciel. Il touche aux fleurs, à l’herbe.

    Il envahit même notre coin d’ombre.

    L’air lumineux et tendre a l’éclat du matin et la douceur du soir.

    Et le temps brille et passe, mûr, chaud, doré, gonflé de soleil et d’espace.

    Tout le bonheur du monde est au fond du jardin.

    On voudrait n’en rien perdre et l’on tourne la tête.

    On tâche en vain de le mesurer. On répète, comme pour en jouir d’avantage : « Il fait beau… »

    Et puis on le répète encore. On dit des mots, de pauvres mots insuffisants et misérables.

    On se trouve un cœur humble et des regards étroits.

    On sent qu’un tel bonheur est trop considérable pour le pouvoir goûter tout entier à la fois.

    On a la tête libre et les membres pleins d’aise.

    On a laissé, comme en un bain charmant et doux, les corps beats se délier au fond des chaises.

    On écoute… Il y a du silence partout…

    Mais un silence heureux, peuplé, vivant, immense, plein d’un frémissement d’arbres et de rameaux, car les sons éternels sont encore des silences, et rien ne se tait mieux qu’un bruit de feuilles ou d’eau.

     

     

     

     

     

     

     

    numérisation0006 

     

     

     

     

    LE JARDIN CHAUD…

    Le jardin chaud, repu de soleil, accablé de trop de jour, s’affaisse.

    Et les roses, en touffes, manquant d’air, à l’étroit dans leurs parfums, étouffent.

    UN rosier feu met des carmins acidulés dans le grenat béat des pivoines bourgeoises.

    Là sont les roses-thé qui sentent la framboise.

    Et voici, dominant les couleurs, les odeurs, la rose-rose, belle avec tant de splendeur, qu’auprès d’elle on se sent l’âme plus roturière.

    L’arrosoir sec fait regretter le jardinier.

    Aveuglé par tout ce tapage de lumière on voudrait s’abriter du ciel et des rosiers…

    Mais déjà Marthe a préparé, dans la cuisine, où les carreaux  lavés à grande eau sont mouillés, des fraises frais cueillies, du lait et des tartines… et mis à égoutter sur les claies les caillés.

     

     

     

     

    numérisation0001 

     

    LE COUVERT AU JARDIN…

    Le couvert au jardin luit comme un reposoir.

    L’air se détend comme une robe qu’on dégrafe.

    Entre les feux croisés des cristaux les  carafes ont l’air de blocs de jour oubliés par le soir.

    Sur la nappe jonchée de roses luxueuses, les coupes d’émail blanc luisent sous les beaux fruits.

    Mais, comme doucement sur ces choses heureuses achève de tomber la nuit, tandis que se rendort la nature épuisée sous la fraîcheur nocturne et les parfums flottants, dans les chambres, là-haut, claires et reposées, les femmes en retard s’habillent, et j’attends qu’au jardin bleu, prés des lumières tamisées, éclate cet autre printemps.

     

     

     

     

     

     

     

    numerisation0007.jpg

     

     

     

    PROMENADE TROP LONGUE…

    Promenade trop longue et soleil éprouvant.

    Retour muet… Mais ce bonheur en arrivant :

    Trouver le couvert mis sous la tonnelle fraîche,

    Refuser son potage et mordre dans les pêches !

     

     

     


    votre commentaire
  • EXTRAIT DE : LA RETAITE SENTIMENTALE DE COLETTE

     

    Une  tombe, ce n’est rien qu’un coffre vide.

    Celui que j’aime tient dans mon souvenir, dans un mouchoir encore parfumé que je déplie, dans une intonation que je me rappelle soudain et que j'écoute un long instant, la tête penchée...

     Et quel amertume d’abord,- mais quel apaisement ensuite ! – de découvrir, un jour

    ou le printemps tremble encore de froid, de malaise, et d’espoir,- que rien n’a changé, ni la forme, en bouton de roses, des bourgeons du marronnier...

     

    Se pencher, étonnée, sur la petite coupe filigranée des anémones sauvages, vers le

    tapis Innombrables des violettes, - sont-elles bleues ? Sont-elles mauves ?

    Caresser du regard la forme inoubliée des montagnes, boire d’un soupir qui hésite le

    vin piquant d’un nouveau soleil.

    Revivre !

    COLETTE

     

     

     


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique