• Printemps qui rit...

     

     

    Des Saisons et des Jours

    Les jonquilles…

    (image Wikipédia)

     

    PRINTEMPS

     

    On appelle arbitrairement « printemps » et « beaux jours » l’état d’atmosphère qui fait sortir des fenêtres la literie, et des loges les concierges ; qui farde les gens qui passent d’un air de béatitude qui ne correspond ni à leurs vêtements ni à la position de leurs traits ; qui leur donne en un mot l’expression que l’on prend quand le photographe presse sur une poire, et qui par ce déclic vous envoie vers la postérité avec des chances d’agrandissement.

    Par un prodige particulier à cette époque, la jonquille qui, à son état naturel, ressemble à une clochette tombée de haut dans un œuf, devient, agglomérée, un ananas, afin sans doute de doubler le plaisir visuel d’un plaisir culinaire et de permettre aux gens qui ont appris la poésie dans Brillat-Savarin de s’écrier : « ah ! que ces fleurs sont belles, on en mangerait !»

    Inexplicablement allégée de ses peines, le martyr de la IIIe République qu’on nomme le piéton et qui ne circule qu’entre les instruments de sa passion, le bâton de l’agent et les clous du sol parisien, le piéton, cet ilote sans ivresse, s’évade enfin du sens unique, lève la tête au mépris du danger, et perçoit soudain, entre le nuage rond et le premier thyrse des marronniers, le sens éternel des chemins qu’il ne suivra jamais.

    Combien plus triste est le poète qui, ne faisant un tri judicieux parmi les accessoires  printaniers jadis offerts à son délire métrique, constate la carence de la bergère, de l’agneau et des fleurettes émaillant l’herbette.

     […] Le printemps n’est ni de ce mois, ni de ce jour, ni de cette heure, ni de cette sison. Il n’appartient ni aux catalogues, ni aux calendriers. Il naît chaque fois que rit une jeune fille, et meurt chaque fois que pleure un enfant.

    Germaine BEAUMONT

    Extrait de : Si je devais…

     

    C’est vrai que le calendrier ne peut changer le temps !

    Le printemps, on l’a dans le cœur, quand une jeune fille,  un enfant, ou n’importe quel être humain rit …même s’il fait gris, froid et qu’il pleut !

    Liviaaugustae

     

     

     


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :