• Quand tombe le soir...

     

     

     

    Quand tombe le soir...

    Coucher de soleil sur les ajoncs en Côtes D’Armor

     

    Soleil couchant

    Les ajoncs éclatants, parure du granit,
    Dorent l'âpre sommet que le couchant allume ;
    Au loin, brillante encor par sa barre d'écume,
    La mer sans fin commence où la terre finit.

    A mes pieds c'est la nuit, le silence. Le nid
    Se tait, l'homme est rentré sous le chaume qui fume.
    Seul, l'Angélus du soir, ébranlé dans la brume,
    A la vaste rumeur de l'Océan s'unit.

     

     

     

    Quand tombe le soir...

    Angélus (1857-59)

    Jean-François Millet


    Alors, comme du fond d'un abîme, des traînes,
    Des landes, des ravins, montent des voix lointaines
    De pâtres attardés ramenant le bétail.

    L'horizon tout entier s'enveloppe dans l'ombre,
    Et le soleil mourant, sur un ciel riche et sombre,
    Ferme les branches d'or de son rouge éventail.

    José Maria de Heredia

     


  • Commentaires

    1
    Mercredi 27 Avril 2016 à 06:18
    Cigalette 106

    Beaux tableaux et beaux poèmes, ici quand tombe le soir tous le monde s'enferme, on baisse les volets, on ferme les portes à double tour et chacun aspire au lendemain bonne journée

      • Mercredi 27 Avril 2016 à 11:57

        Bonsoir Cigalette,

        A Nantes aussi, depuis que la ville est changé en terrain de guerre la nuit, tout le monde rentre et s'enferme à double tour... quel monde!

        Bonne journée à toi aussi

    2
    Mercredi 27 Avril 2016 à 07:30

    voilà un tableau que j'ai brodé il y a bien des années, il doit se trouver dans un coin de la maison....passe une agréable journée

      • Mercredi 27 Avril 2016 à 11:58

        Bonjour moquplet,

        Cela devait être très beau, c'est dommage qu'il soit dans un coin. Moi je n'ai jamais rien brodé, je ne suis pas douée pour les travaux d'aiguilles...passe une belle journée

    3
    gazou
    Mercredi 27 Avril 2016 à 08:35

    beau tableau et beau poème !

      • Mercredi 27 Avril 2016 à 11:59

        Bonjour et merci gazou

    4
    Mercredi 27 Avril 2016 à 09:03

    C'est un beau poème et les illustrations que tu as choisies sont très belles.

    Merci, Livia.

    Passe une douce journée.

      • Mercredi 27 Avril 2016 à 12:01

        Bonjour Quichottine,

        J'aime aussi beaucoup les poèmes d'Hérédia, ils sont toujours très romantiques!

        Passe une douce journée toi aussi

    5
    Mercredi 27 Avril 2016 à 09:06

    Il y a chez Heredia une puissance évocatrice qui force l'admiration. De beaucoup je préfère ce genre poétique au vers libre dont je ne conteste pas la valeur mais qui ne me touche pas autant.

    Mes amitiés

    Alain

      • Mercredi 27 Avril 2016 à 12:03

        Bonjour Alain,

        Je suis d'accord avec toi sur Heredia, mais j'aime aussi les vers libres, le charme et la force poétique sont équivalents (perso)

        Mes amitiés

    6
    Mercredi 27 Avril 2016 à 10:20

    Magnifiques images dans ce poème de José Maria de HEREDIA, il décrit superbement le soleil couchant.  Bon choix des tableaux pour illustrer ce poème.

    Bisous bisous

      • Mercredi 27 Avril 2016 à 12:06

        Bonjour lili,

        Le soleil couchant sur les ajoncs, je l'ai vu bien des fois, et c'est très beau, preuve la photo que mon fils a faite dans les Côtes d'Armor. Quand à l'angélus de Millet, je le trouve très émouvant...

        Bisous bisous 

    7
    Mercredi 27 Avril 2016 à 12:17
    Féelaure

    Douce journée Livia

    Bises

      • Mercredi 27 Avril 2016 à 12:25

        Bonjour et merci Laure

        Douce journée à toi aussi

    8
    Mercredi 27 Avril 2016 à 17:47

    Les ajoncs un bon d'une grande beauté , Bon la tableau est bien aussi

      • Mercredi 27 Avril 2016 à 17:52

        Bonjour Christian,

        C'était la fin de soirée et le soleil se couchait sur les ajoncs, j'aime beaucoup cette photo, d'autant qu'elle me rappelle de belles vacances en famille.

    9
    Mercredi 27 Avril 2016 à 20:00

    Bonsoir Chantal. Les ajoncs me rappellent aussi les vacances. Jolie photo et beau poème. Bisous

      • Mercredi 27 Avril 2016 à 21:25

        Bonsoir Brigitte,

        Cette photo me rappelle aussi les vacances en Côte d'Armor avec les enfants. Bisous

    10
    Mercredi 27 Avril 2016 à 20:09

    Je me souviens avoir commenté en première ce poème de josé Maria de Heredia dont j'aimais les envolées lyriques pourtant peu conformes à mes goûts qui me portaient vers Apollinaire ou Eluard!

    Brise marine

    L'hiver a défleuri la lande et le courtil.
    Tout est mort. Sur la roche uniformément grise
    Où la lame sans fin de l'Atlantique brise,
    Le pétale fané pend au dernier pistil.

    Et pourtant je ne sais quel arome subtil
    Exhalé de la mer jusqu'à moi par la brise,
    D'un effluve si tiède emplit mon coeur qu'il grise ;
    Ce souffle étrangement parfumé, d'où vient-il ?

    Ah ! Je le reconnais. C'est de trois mille lieues
    Qu'il vient, de l'Ouest, là-bas où les Antilles bleues
    Se pâment sous l'ardeur de l'astre occidental ;

    Et j'ai, de ce récif battu du flot kymrique,
    Respiré dans le vent qu'embauma l'air natal
    La fleur jadis éclose au jardin d'Amérique.

    Je le trouve toujours beau! peut-être parce qu'il est lié à de doux souvenirs!

    Bises Gigi

     

      • Mercredi 27 Avril 2016 à 21:31

        Bonsoir Gigi,

        Je connais mal Apollinaire et encore moins Eluard, mes goûts m'ont toujours portés vers les poètes tel Heredia. Le poème que tu as mis en commentaire est très beau aussi, j'aime beaucoup l'idée des" Antilles bleues qui se pâment  sous l'astre occidental", car les Antilles c'est chez moi et je sens aussi parfois, lorsque je ferme les yeux tous les parfums de là-bas... soupirs!

        Merci pour ce joli poème.

        Bises

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :