•  

     

    La Madona delle bombe...

     

    La Madona delle bombe

     

     

     

    Située place du Saint-Office, cette fresque représentant la Vierge à l'Enfant est sortie intacte d'un intense bombardement pendant la seconde guerre mondiale. Elle est désormais l'objet d'une grande vénération.

     

    La fresque « La Madone des bombes » doit son appellation à un événement tout à fait particulier.

     

    Le 1er mars 1944, lors du bombardement qui a frappé les édifices de la place du Saint-Office à Rome, la fresque de la Vierge à l'Enfant est resté miraculeusement indemme.

     

    L'écrivain italien J.S. Grioni raconte que ce soir là, vers 20 heurs ; « Un avion a lâché six bombes qui ont causé de puissantes explosions en secouant tous les édifices de la place. Les éclats ont atteint le palis en traversant les appartements et en brisant quasiment toutes les vitres, à l'exception de celle qui protégeait la Madone. Elle est restée curieusement intacte, bien que les éclats aient frappé le mur tout autour de l'effigie. »

     

    La fresque qui date du XVIIe-XVIIIe siècle, est désormais vénérée comme « la Madone des Grâces » ou « Madone des bombes ». Elle se situe entre le palais du Saint-Office et l'entrée de l'oratoire pontifical de Saint-Pierre, sur un mur adjacent à un petit jardin.

     

    L'oratoire de Saint-Pierre a demandé que l'œuvre soit installée dans un nouveau cadre en marbre, entre deux grands anges tenant dans leurs mains un bouclier clouté.

     

     

     

    Je viens de lire l'histoire miraculeuse de cette Vierge de la Place du Saint-Offices à Rome. Et il a d'autres cas, des statues en bois de vierges qui ne brûlent pas sous la Révolution, tandis que d'autres pleurent au Brésil...

     

    Alors pourquoi les hommes sont si peu croyants, elle en a pourtant fait beaucoup la Vierge !

     

    Liviaaugustae

     


    10 commentaires
  •  

     

    Regard sur l'art...

     

    François Rude (1906)

     

    Par Emmanuel Fremiet son neveu.

     

     

     

    François Rude  né le 4 janvier 1748 à Dijon et mort le 3 novembre 1855 à Paris est un sculpteur français, représentatif de la transition entre le néo-classisme et le romantisme, dont il est un des maîtres.

     

     

    Regard sur l'art...

    Jeanne d'Arc écoutant les voix

     

     

    Regard sur l'art...

    Christ crucifié

     

     

    Regard sur l'art...

    Mercure attachant sa talonnière

     

     

    Regard sur l'art...

    Hébé et l'aigle de Jupiter

     

     

    Regard sur l'art...

    L'Amour dominateur du monde

     

     

     

     

     

    Je vous ai présenté hier ce sculpteur français de grand talent découvert seulement hier.

     

    Une de mes revues parlait du 14 juillet notre Fête Nationale, et le citait car il a sculpté l'Arc de Triomphe des Champs-Elysées.

     

    J'ai découvert un grand sculpteur dont on ne parle pas souvent, (Rodin tenant le haut du pavé dans la sculpture chez nous), mais dont les statues magnifiques loin d'être rudes, sont bien au contraire pleines de finesse, de grâce et de charme, comme vous pouvez le constater...

     

    Liviaaugustae

     

     

     

     

     

     

     

     

     


    11 commentaires
  •  

     

     

     

     

    Aujourd'hui 14 juillet 2017 c'est la Fête Nationale

     

    Pour la première fois le président Macron va descendre les Champs-Elysées, pour aller rejoindre ses invités à la tribune.

     

     

    La Fête Nationale...

    Le Départ des volontaires

     

    Arc de Triomphe des Champs-Elysées

     

    François Rude (1792)

     

     

     

     

     

    Mais savons-nous exactement ce que nous fêtons aujourd'hui ?

     

    Serait-ce :

     

     

     

    La date de la pitoyable prise de la Bastille, vieille forteresse médiévale obsolète que Louis XVI envisageait de raser afin d’y créer une place, elle abritait 7 prisonniers dont les cellules n’étaient même pas fermées, leur permettant d’aller à leur guise dans l’enceinte du bâtiment, et pouvaient même bénéficier de « permissions de sortie ». ?

    Ou :

    La date du massacre des pauvres bougres qui gardaient cette vieille dame, (tête coupée à coup de canif, corps déchiqueté par la foule) de 32 Suisses et 82 invalides qui furent pendus ?

     

     

     

    Ou encore :

    La date sinistre pour la culture puisque les voyous saccagèrent et brûlèrent la riche bibliothèque du chimiste Lavoisier, père de la chimie moderne, qui à l’époque était directeur des poudres et salpêtres. Cette action obscurantiste fut d’ailleurs achevée en 1794 lorsque Lavoisier lui-même fut guillotiné, le président du tribunal lui disant « La République n’a pas besoin de savants ni de chimistes ». ?

     

    Oublions ces tristes souvenirs, admirons cette merveilleuse avenue, que Le Nôtre créa sur des marécages à la demande de Louis XIV, sur laquelle notre armée en grand uniforme et en rang impeccable, défilera.

     

    La venue du président américain convié cette année par le président français, a fait du bruit, cependant c'est bien grâce à l'armée américaine que l'Europe fut libérée lors de la « Grande Guerre » il y a cent ans et qui dura pas moins de quatre ans, la venue de Donald Trump ce 14 juillet, n'a donc rien de répréhensible, quand Hollande invita un prince arabe, personne n'a soufflé mot !

     

    Bonne Fête Nationale !

     

    Liviaaugustae

     

     


    10 commentaires
  •  

     

    Le chrétien se dissout dans l'eau tiède !

     

     

    Quanrante jours après...

    Vitrail représentant la Pentecôte...

     

     

     

     

     

    Il y a quarante jours, l'Esprit Saint descendait, embrasant et purifiant nos cœurs à la flamme de son amour. Il n'est pas venu allumé une flammèche tremblotante, mais une fournaise ardente pour faire de nous des Apôtres tout feu tout flamme.

     

    Feu de paille, feu d'enfer ou feu de joie ? Que reste-t-il de ce feu de Pentecôte ?

     

    Contrairement au pubs pour détergents miracles, notre âme ne s'est pas nécessairement sentie décapée de fond en comble. On attendait un big-bang et...rien.

     

    Ce n'est pourtant pas un mou ! Comme Jésus Il « vomit les tièdes ». Voilà qui est clair – à défaut d'être poétique. « Tu as perdu ton amour d'antan », reproche-t-il à l'Eglise d'Ephèse : « Tu n'es ni froid ni bouillant lance-t-il également à l'Eglise de Laodicée.

     

     

     

    L'Esprit « vomit » les tièdes car ils sont indigestes. Avez-vous déjà bu du thé tiède ? Beurk ! Et du Coca tiède ? Beurk également !

     

    Si le Coca se boit bien froid, le chrétien, comme le thé, se déguste bouillant. L'Esprit veut que nous soyons comme Lui un buisson ardent, un brasier d'amour. Notre Dieu ne se contente pas du minimum syndical ! Ils nous veut tout entier à Lui, Il nous veut aimants passionnés. Voilà pourquoi saint Paul ne cesse d'exhorter les nouveaux chrétiens à rester fervents. Avec Paul, d'ailleurs, on est à l'abri du discours consensuel « qui va bien » et de toute forme de compromis relativiste.

     

    Eau froide, eau tiède , connaît pas ! [...]

     

    Juliette Levivier

     

     

     

     

     

    Je vous offre ce petit billet humoristique, retrouvé dans mes cartons.

     

    L'humour de cette journaliste m'amuse beaucoup, j'espère que vous apprécierez aussi...

     

    Liviaaugustae

     

     


    12 commentaires
  •  

     

    L'été en demi teinte...

     

    Mon ciel le matin au-dessus de la ville, tandis qu'une hirondelle passe...

     

     

    L'été en demi teinte...

    .L'après midi sous la pluie l'orage et la grêle...

     

     

     

    Après avoir au début de juin, bien avant la date prévue pour lui au calendrier, flamboyé inondant de soleil et de chaleur la France mais aussi toute l'Europe, l'été retient son souffle, s'enroule de nuages gris et verse de grosses larmes, tandis que Jupiter nous décoche ses flèches et fait gronder ses orages.

     

    Puis le soleil revient, une chape de chaleur pèse sur les arbres du boulevard, pas une feuille ne bouge, les oiseaux pépient doucement dans le jardin sous le soleil ou la pluie...

     

    Les mouches quand à elle entrent par les fenêtres ouvertes, elles dansent un ballet vrombissant et si maladroit qu'elle se mettent sur le grill le soir au-dessus de l' halogène, tandis qu'une petite fumée puante se dégage de ce barbecue improvisé, empestant l'air.

     

    C'est pourtant l'été !

     

    Liviaaugustae

     

     


    20 commentaires