•  

     

    Des amis m'ont invité à déjeuner, nous avons mangé du civet de lièvre, cette recette a fait remonter le souvenir des lapins de mon enfance...

     

     

     

    Une histoire de lapin...

    Deux adorables bébés lapins

     

    (image internet)

     

     

     

    Quand j'étais gamine, maman achetait des lapins au marché pour en faire des civets, c'était à l'époque une viande pas trop chère, et comme nous étions forts nombreux à la maison, cela arrangeait tout le monde, sauf papa, qui n'en était guère friand car il trouvait qu'il y avait trop de petits os.

     

    Un jour elle ramena un lapin du marché, mais après l'avoir examiné, elle se rendit compte qu'en fait c'était une lapine, une jolie lapine blanche et grise, qui portait des petits, maman décida d' attendre que Madame mette au monde ses petits. Et elle en eut dix, qui ressemblaient au début à de véritables petits saucissons roses à pattes.

     

    Nous avons, (les enfants) été ravis de ces naissances et avons veillé à ce que cette maman ait toujours bien à manger pour nourrir sa famille nombreuse, aussi quand nous nous rendions à la campagne chez nos grands parents à la Prise-d'Eau, nous allions ramasser des « bois patates » dont les lapins (chez nous en tout cas) sont très friands et c'était à qui donnerait à manger à la mère pour qu'elle se fortifie.

     

    Et les petits grandirent, ils étaient vraiment adorables, il y en avait des tout blancs aux yeux roses, des gris et blanc et des blancs avec des taches grises, nous avons décidé, d'adopter chacun un petit, je baptisais le mien « Panpan » (comme le petit lapin du film Bambi de Disney), il était gris perle avec une toute petite touffe de poils blanc sur le dessus de la tête.

     

    En cachette, j'allais chaparder des carottes et des feuilles de salade à la cuisine quand il n'y avait personne, et ne les donnais qu'à lui en repoussant ses frères et sœurs, et toujours en cachette je l'amenais dans ma chambre, c'est comme cela qu'il grignota quelques pages d'un livre de ma sœur, cela fit grand bruit à la maison et je me suis fait gronder sévèrement bien entendu, d'autant plus qu'il laissait aussi des petits souvenirs, des petites billes noires dans les coins de la chambre...

     

    Mais ces adorables petites bêtes se reproduire comme le font tous les lapins à vitesse grand V.

     

    Maman décida qu'il était grand temps de se débarrasser de cet élevage et malgré les cris et les pleurs ils furent tous passés à la casserole. On en donna à la famille, aux amis, pour le même usage.

     

    Je ne voulus pas manger le jour où l'on cuisit mon pauvre Panpan, un de mes frères trouva cela très bien et dit en guise d'épitaphe : « Tant mieux, il y en aura plus pour les autres ».

     

    Je n'aime toujours pas le lapin et n'en cuisine jamais, mais j'en mange parfois quand je suis invitée chez des amis, ce qui me fait penser invariablement à cet élevage dans notre jardin citadin à Pointe-à-Pitre et au petit lapin que j'avais adopté. ..

     

    Liviaaugustae

     

     


    20 commentaires
  •  

     

     

     

     

    « Cet Evangile, vous l'avez reçu. »

     

    1 corinthiens 15, 1

     

     

    Regard sur l'art chrétien...

     

     

    La page d'introduction à l'évangile de saint Luc est une des sompteuses enluminures du très célèbre Book of Lindisfarne ou Lindisfarne Gospels (évangéliaire de Lindisfarne), de la fin du VIIe siècle (vers 698), conservé à la British Library de Londres.

     

    Saint Luc, un bel homme jeune, est assis sur un riche siège pour écrire son évangile sur un rouleau de parchemin sous la dictée de son emblème le taureau, un des quatre vivants du Tétramorphe dans le livre d'Ezéchiel et dans l'Apocalypse « le deuxième vivant est comme un jeune taureau », avec l'homme, le lion et l'aigle. IL est le symbole de Luc, car il commence son évangile par le sacrifice de Zacharie, père de Jean Baptiste.Mais aussi de la patience et du Christ en sa Passion.

     

    Ce manuscrit fut réalisé au prieuré de Lindisfarne (en ruines depuis la Réforme protestante au XVIe siècle), sur une petite île au nord-est de l'Angleterre , Northumberland. Il fut fondé en 635. Le VIIe siècle est l'époque où il se déploya dans les monastères, et tout particulièrement dans ceux de l'Angleterre, d'Ecosse et d'Irlande, nouvellement converties au christianisme, l'art de l'illustration des manuscrits par enluminure pré-carolingienne.

     

    Les autres manuscrits les plus célèbres et les plus remarquables de cette époque sont : « Le Livre de Kells et Le Livre de Durrow », tous deux irlandais et conservés à Dublin. Un exemple de l'art étrange, à la fois sauvage et raffiné, de ces pays récemment convertis.

     

     

    Regard sur l'art chrétien...

    L'évangéliste au beau visage dont le nom est écrit en grec, mais en caractères latins : « Agios Lucas »

     

     

    Regard sur l'art chrétien...

    Le taureau ailé du Tétramorphe tient entre ses pattes l'évangile de Luc, un codex relié. Il est auréolé comme le saint.

     

     

    Regard sur l'art chrétien...

    L'évangile de Luc est écrit sur u rouleau de parchemin ou papyrus un volumen.

     

     

     

    Marie-Gabrielle Leblanc

     

     

     

     


    9 commentaires
  •  

     

     

    11 novembre 2017

     

     

     

    Le ciel est gris et triste, il ne pleut pas et il ne fait pas très froid, et pourtant il y a du vent qui décoiffe les arbres du jardin, ceux qui ont encore des feuilles,  qui pleurent parfois en grosses larmes dorées et virevoltantes sur le gazon toujours verdoyant.

     

    Et pourtant de ce jardin silencieux où meurent les feuilles, monte une morne tristesse.

     

     

    Les arbres du jardin sous le ciel gris de novembre...

     

     

    Le jardin couvert de feuilles mortes...

     

     

     

    Liviaaugustae

     

     

     


    13 commentaires
  •  

     

     

     

     

    11 novembre, jour du souvenir !

     

    Sous l'immensité du ciel froid et sous la petite pluie glacée de novembre, dans les cimetières militaires, les milliers de croix nous invitent à nous souvenir de ces jeunes hommes qui y dorment depuis les des deux dernières guerres !

     

     

    Hommage à nos soldats !

    Cimetière militaire

     

    (image internet)

     

     

     

     

     

    Aujourd'hui les « officiels » vont aller rendre hommage au soldat inconnu et à travers lui, à tous les autres qui ont donné leur vie pour défendre leur pays !

     

    Il paraît qu'il y avait beaucoup de monde de droite autant que de gauche à Colombey-Les-Deux-Eglises sur la tombe du général !

     

    C'est très bien d'honorer la mémoire de ce grand chef politique et militaire, car c'est à tous les hommes comme lui que nous devons notre relative paix d'aujourd'hui !

     

    Liviaaugustae

     

     


    14 commentaires
  •  

     

     

     

    « Bientôt, se retirant dans un hideux royaume,

     

    La Femme aura Gomorrhe et l'Homme aura Sodome,

     

    Et, se jetant de loin, un regard irrité,

     

    Les deux sexes mourront chacun de son côté. »

     

    Alfred de Vigny

     

    (Extrait de : La colère de Samson)

     

     

    La guerre des sexes...

    Le prédateur ne dort-il jamais ?

     

    (Image internet)

     

     

     

     

     

    Après le « racisme » voilà le « Harcèlement », mot à la mode en ce moment, qui fait non seulement du bruit médiatique ce qui fait déborder les égouts, mais fait aussi beaucoup de mal à la société !

     

    Depuis « l'affaire Weinstein » tout le monde ne parle plus que de cela , c'est le grand défilé, des « stars », du petit autant que du grand écran, qui on été apparemment violentées ! Mais n'est-ce pas le « métier » qui veut çà ?

     

    Et certaines tombées dans l'oubli, espèrent sortir de l'ombre avec ce «Bienvenu  Harcèlement » et chacune de venir dans les médias, raconter sa mésaventure... La liste des délatrices s'allonge, elle est loin d'être close, tous les jours un nouveau nom est donné en pâture au public, voilà qu'un metteur en scène est cité lui-aussi, et puis le deuxième frère Weinstein, ainsi que plusieurs acteurs....

     

    Dans ce microcosme frelaté d'Hollywood, depuis longtemps déjà, le sexe, la drogue, l'alcool et le fric, sont les compagnons de route de tout ce petit monde, et depuis toujours les femmes qui n'avaient pas de fortune et peu de bagage intellectuel, ont « coucher », pour arriver à percer. Combien de petites starlettes du style « sois belle est tais-toi » de la promotion canapé, ont encombré les écrans durant la liaison qu'elles entretenaient avec producteur ou metteur en scène, alors qu'elles étaient totalement dénuées de talent ?

     

    La secrétaire d'état « chargée de l'égalité entre les femmes et les hommes », (titre pompeux que porte Marlène Schiappa), « violentée elle-aussi », poussant le bouchon très loin, recommande aux femmes, sans rire, de porter plainte dès qu'un homme les regardera !

     

    Ces foldingues, vont dégoûter les mecs, il ne voudront plus entendre parler des femmes, et encore moins les regarder cela va s'en dire ! La race humaine serait-elle en danger d'extinction ? On cherche comment elle pourrait bien se reproduire, car si les hommes n'ont plus le droit de « regarder les femmes », comment pourront-ils leur faire des enfants ?

     

    Et pourtant je fut « pelotée » un après midi dans un cinéma, (croyez-moi, cet acte m'a bouleversée car il faut avouer que c'est une chose horrible quand cela vous arrive, je n'ai depuis ce jour, plus jamais osée aller seule au cinéma), mais je ne voue pas pour autant tous les hommes à l'enfer, parce qu'un détraqué sexuel m'a tripoté !

     

    Dieu merci, tous les hommes ne pensent pas qu'à « baiser » et beaucoup de ceux que je connais, sont des hommes tout à fait charmants, sûrement plus que ces  femelles qui se font appeler  «fémen » et qui se baladent à demi -nues dans les rues... celles-là crieront-elles au harcèlement et porteront-elles plaintes, si des hommes les regardent ?

     

    C'est une hystérie collective qui est en train de s'installer dans le monde occidental, mais pas contre tous les mâles, c'est le « mâle blanc » qui est visé dans ce grand déballage.... Quid des autres ?

     

    Mais comme le rappelle la sexologue, Thérèse Hargot : « On ne naît pas porc, on le devient. C'est toute la société qui fabrique des porcs. Quand on a baigné dans une culture qui transforme l'homme ou la femme en objet, en instrument de jouissance, quand on fait de la sexualité un produit de consommation, il ne faut pas s'étonner que tant d'individus soient comme des enfants, incapables de contrôler leurs pulsions. »

     

    - Rappelez-vous « Mai 68 », dont le slogan était : « il est interdit d'interdire », durant ce mois la sexualité a été débridée et portée au pinacle, ils ont coucher à tout va, un peu comme ferait les chiens...

     

    - Pour nous présenter un rouge à lèvres, un parfum, un Iphone, ou un bijou, les mannequins ne sont-elles pas à demi-nues elles-aussi ? Ce n'est sûrement pas à « l'insu de leur plein gré », elle le font juste pour du fric ! 

     

    - J'avoue être sidérées devant certaines scènes d'amour de films ou de séries, dans lesquelles l'actrice nue comme un vers accueille l'acteur tout aussi dénudé, entre ses cuisses tandis que ce dernier mime l'amour ! On se demande d'ailleurs comment le mec peut tenir ? Peut-elle après ces scènes, crier au harcèlement ?

     

    - Quand la « gay-pride » défile avec tous ces gens à poils sur la plate-forme d'un camion, n'est-ce pas un appel à la fornication ?

     

    - Et quand les-dites « stars », montent les marches de Cannes, avec un petit voile transparent en guise de robe, les seins à l'air et le bas du ventre recouvert juste d'un petit string, espèrent-elles qu'on ne les regardera pas ???

     

    Mais de qui se moquent-elles ?

     

    Cependant il y des détraqués sexuels qui sévissent : je pense à toutes ces petites filles, enlevées, violées et tuées et dernièrement à cette jeune femme joggueuse dont on a retrouvé le corps carbonisé dans une forêt. Ceux-là, il faut les arrêter, les enfermer ou mieux les punir par où ils ont péchés et crac !

     

    Les martyrs du sexe, celles-là oui nous devons les plaindre !

     

    Liviaaugusate

     

     


    16 commentaires