•  

     

    J'ai été ravie de découvrir aux détours des pages d'une de mes revues, ce poète délicat, je trouve à ses poésies un petit air suranné qui me plaît beaucoup !

     

    Liviaaugustae

     

     

     

    Actions de grâces...

    (image internet)

     

     

     

     

     

    Action de Grâces
    Seigneur, merci des royaux attraits
    Que ce matin vous offrez au monde :
    Baisers du vent, caresses de l'onde,
    Chaleur du ciel, fraîcheur des forêts,
    Presqu'île bleue et montagne blonde.

    Merci d'avoir lâché des oiseaux
    Qui chanteront jusqu'aux crépuscules,
    D'avoir fleuri tant de campanules,
    D'avoir semé parmi les roseaux
    De la rosée et des libellules.

    Merci d'avoir gardé ma raison
    Contre l'assaut des troubles armures,
    Les baladins, les mauvais augures.
    Merci d'avoir mis dans ma maison
    Le fruit suave et les boissons pures.

    Et cet amour (je suis étonné
    De cette flamme auprès de la mienne),
    Ce jeune amour d'une enfant chrétienne,
    Merci, Seigneur, de l'avoir donné
    Aux vœux d'une âme à demi païenne

     

    Fernand Mazade

     



     



     



     

    Un mot sur le poète

     

     

     

    Actions de grâces...

    Fernand Mazate

     



     

    Fernand Mazade, né au château de Monac à Alès le 8 novembre 1861 et mort à Saint-Georges -de-Didonne le 30 novembre 1939, est un poète français.

     

    Certains de ses poèmes furent mis en musique par Henriette Bosmans.

     

    Il traduisit également des poèmes de Taras Tchevtchenko.

     

    Il nous laisse aussi une Anthologies de poètes français très complète.

     

    (image et texte wikipédia)

     

     

     

     

     

     

     


    18 commentaires
  •  

     

     

     

    La Madone Sixtine

     

    Raphaël

     

     

     

    C'est un vélarium (sorte d'écran) que l'on posa sur la bière de Jules II, d'où la couronne pontificale en bas à gauche. Et saint Sixte, pape et martyre du début du christianisme adopté comme patron par la famille della Rovere, dont faisait parti Jules II, ce dernier eut une longue agonie et sainte Barbe que l'on voit à la droite de la Vierge fut invoquée contre la mort subite.

     

    L'aspect visionnaire du tableau est renforcée par le rideau ouvert de sorte que l'apparition semble encadrée par ses plis. La Madone son manteau et son voile ondulants autour d'elle, est poussée en avant sereine, majestueuse, pieds nus, parce qu 'elle porte l'Enfant Divin dans ses bras et que le sol qu'elle foule est sacré, Sixte lève les yeux vers elle ; Barbe regarde les deux Putti qui s'appuient de air pensif sur la balustrade.

     

     

     

    Les deux Putti de Raphaël

     

     

     

    Dans ce tableau, Raphaël, grâce à un processus de purification iconographique qui libère la peinture d'éléments accessoires, ne représente pas la vision du divin par les dévots, mais le divin qui apparaît et va à leur rencontre. Ceux-ci même s'ils ne sont pas représentés picturalement, sont nettement perceptibles, par le biais de gestes et de l'apparence du groupe sacré.

     

     


    6 commentaires
  •  

     

     

     

     

     

    Adieu Madame !...

     

    Adieu Madame !

     

    Montserrat Caballé, s'est éteinte aujourd'hui à 85 ans.

     

    Elle nous a régalé de sa voix d'une douceur infinie.

     

    Je ne me lasse pas d'écouter le CD que mon mari m'a offert voilà bien des années.

     

    Clic sur le lien ci-dessous pour écouter cette grande Dame :

     

    https://www.youtube.com/watch?v=RxZSP1Dc78Q

     


    16 commentaires
  •  

     

     

     

     

    Je vous présente aujourd'hui, cette artiste française que j'ai découvert au détour des pages d'une revue, dont les tableaux charmants m'ont tout de suite attirés, malheureusement je n'ai trouvé qu'un seul alors qu'elle a énormément peint, vous pourrez la retrouver sur internet. C'était aussi une femme de lettre qui possédait une grande culture.

     

    Liviaaugustae

     

     

     

    Regard sur l'art...

    La marquise de Grolier (1788)

     

     

     

    Charlotte Eustache Sophie de Fuligny-Damas, épouse Grollier, dite Marquise de Grollier, née le 21 décembre 1741 et morte en 1828, est un peintre français, elle est l'élève de Jean-Baptiste Greuze et de Gérard Van Spaendonck.

     

    Elle était aussi une grande amie de'Elisabeth Vigée Lebrun qui ne tarit pas d'éloges dans ses souvenirs :

     

    « Madame de Grollier, quoiqu'elle recherchât peu le monde, était connue de toute la haute société, dont elle faisait le charme et l'ornement par son esprit supérieur...

     

    Sa conversation, toujours animée, était riche d'idées, pleine de traits, et pourtant on ne pourrait citer parmi tant de bons mots qui lui échappaient sans cesse, un seul mot qui fût entaché de médisance...

     

    Madame de Grollier peignait les fleurs avec une grande supériorité. Elle parlait peinture à merveille, comme elle parlait de tout, au reste, car je ne suis jamais sortie du salon de madame de Grollier, sans avoir appris quelque chose d'intéressant ou d'instructif...

     

    ...tant de générosité de cœur, tant de noblesse d'âme, qu'elle a dû à cette façon d'être des amis véritables et dévoués, qui lui sont restés fidèles jusqu'à son dernier jour.

     

    Personne d'ailleurs, n'avait autant que madame de Grollier, ce charme dans les manières, ce ton parfait, que l'on ne connaît plus aujourd'hui et qui semble avoir fini avec elle; car hélas! elle a fini, et cette pensée est une des bien tristes pensées de ma vie; elle a fini, jouissant encore des hautes facultés de son esprit. Elle adressa à Dieu une prière qui fit fondre en larmes et saisit d'admiration tous ceux qui l'écoutaient. Elle pria pour elle, pour son pays, pour cette restauration qu'elle croyait devoir assurer le bonheur des Français. Elle parla longtemps comme Homère, comme Bossuet, et rendit le dernier soupir. »

     

    Elle est considérée à son époque comme une grande spécialiste des fleurs, aussi bien sur toile que naturelles.

     

    Elle perd son mari en 1793, guillotiné à Lyon.

     

    La Révolution la force à s'expatrier. Elle voyage en Suisse, en Allemagne et en Italie. À Florence son talent fut rapidement reconnu et son atelier fut fréquenté par des artistes célèbres. Le sculpteur italien Antonio Canova l'avait surnommée "le Raphaël des fleurs". La peinture ne fut pas son seul art, elle se mit à la mosaïque et y fit merveille.

     

     

     

    Regard sur l'art...

    Still Life

     

    (Nature morte)

     

    En hommage à son professeur Van Spaendonck

     

     

     


    12 commentaires
  •  

     

    Un jour de crachin en août dernier, nous avons avec ma fille été visiter la magnifique cathédrale de Vannes. Malheureusement j'ai du emprunter les images chez wikipédia, car avec la foule qui déambulait, et croyez moi, çà déambule, surtout si brusquement des petits nuages décident de crachiner comme aujourd'hui... et c'est alors la foire d'empoigne, il se trouvait toujours une tête ou même des enfants monté sur trottinette qui se baladaient dans la nef et les travées, une vraie foire vous dis-je !

     

    Et pourtant, à l'intérieur que de merveilles !

     

    Liviaaugustae

     

     

     

    La cathédrale de Vannes...

    Dépassant des toits des maisons lovées contre elle, le clocher gothique pointe vers le ciel...

     

     

     

    La cathédrale de Vannes...

    Ses gargouilles...

     

     

     

    La cathédrale Saint-Pierre de Vannes est une cathédrale catholique romaine située à Vannes, dans le département du Morbihan en France. Siège du diocèse de Vannes, elle porte aussi le titre de basilique mineure.

     

    De style gothique, elle est élevée sur le site de l'ancienne cathédrale romane.

     

    Sa construction s'étend sur cinq siècles, du XVe au XIXe siècle, et si l'on inclut la durée d'existence de la tour-clocher romane conservée de l'ancien édifice, on arrive à une durée de construction de sept siècles. Dans son ensemble, l'édifice reste, malgré tout, fidèle à l'ancienne romane et comprend une nef accompagnée de dix chapelles latérales, un transept à bras inégaux, un chœur enveloppé d'un déambulatoire et en enfilade deux chapelles axiales.

     

     

     

    La cathédrale de Vannes...

    Le maître hôtel, avec les deux beaux anges de chaque côté

     

    (C'est une des photos que ma fille à pu faire, sans touristes)

     

     

     

    La cathédrale de Vannes...

    La magnifique statue de Notre-Dame du Méné, (XVIIe siècle)

     

     

     

    La cathédrale de Vannes...

    Les grandes orgues

     

     

     

    La cathédrale de Vannes...

    Haut-relief de la Cène (XVIIe siècle)

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     


    14 commentaires