• Rendons à Néricault...

     

     

     

     

    Portrait  de Philippe Néricault

    Par Nicolas Largillière (1741)

     

    Philippe Néricault, Destouches est son nom de scène, né le 09 avril 1680 à Tours et mort le 04 Juillet 1754 dans son château de Fortoise à Villiers-en-Bière, est un auteur dramatique et un comédien français.

    Né d’un père écrivain et organiste, il fait ses études à Tours, puis à Paris. Peu enclin à la magistrature à laquelle on le destinait, il se fait comédien et devient directeur de troupe sous le pseudo de Destouches.

    Roger Brulart de Sillery, marquis de Puysieux, ambassadeur de France en Suisse, le remarque et l’engage comme secrétaire. C’est là qu’il commence à écrire encouragé par N. Boileau, et produit en Suisse sa première pièce : Le Curieux impertinent, qui est aussitôt reprise par la Comédie Française.

    Ses pièces suivantes lui attirent la protection du Régent Philippe d’Orléans qui lui confie plusieurs missions diplomatiques, et lui ouvre les portes de l’Académie française en 1723.

    Devenu secrétaire d’ambassade à la cour d’Angleterre, il épouse secrètement une anglaise et dépeint son couple dans sa pièce : Le philosophe marié ou le Mari honteux de l’être. Sa renommée atteint son apogée avec : Le Glorieux, qui traite du conflit entre l’ancienne noblesse et la bourgeoisie montante.

    En 1832, âgé de 52 ans, il se retire dans sa propriété de Fortoise à Villiers-en-Bière et, devenu gouverneur de Melun, écrit des essais théologiques que publie le Mercure de France.

    Plusieurs de ses pièces ne seront jouées qu’après sa mort.

    Il fut un familier de la cour de Sceaux, où la duchesse du Maine le recevait dans les Grandes Nuits de Sceaux et dans le cercle des Chevaliers de la Mouche à Miel.

    Des pièces de Destouches, on ne se souvient plus guère aujourd’hui que de trois vers devenus expressions proverbiales.

    -       « Les absents ont toujours tort. » (L’obstacle imprévu, I, 6)

    -       « La critique est aisée, et l’art est difficile. » (Le Glorieux, II, 5)

    -       « Chassez le naturel, il revient au galop. » (Le Glorieux, III, 5 ; ce vers est en fait une traduction  d’un vers d’Horace, « naturam expelles furca, tamen usque recurret » (« tu peux chasser le naturel à coup de fourche, il reviendra toujours au galop »)

     

    Texte et image Wikipédia

     

    J’ai toujours entendu dire de ces vers : « La critique est aisée, et l’art est difficile » qu’ils étaient de Boileau, et j’ai continué à citer lesdits vers comme étant ceux de Boileau !

    On ne prête qu’aux riches (çà, je ne sais pas de qui c’est), Mr Néricault étant tombé dans un oublie profond alors que Boileau jouit toujours d’une certaine aura, du moins chez les lettrés, on lui donne la paternité de ces vers…  

    Liviaaugustae


  • Commentaires

    1
    Vendredi 28 Novembre 2014 à 03:14

    Bonjour Kivia, merci pour tes jolis textes sur NOEL chez moi c'est vraiment sympa :)

    Merci aussi pour cette découverte sur ce personnage que je ne connaissais pas. Très intéressant article. Bonne journée

    2
    Vendredi 28 Novembre 2014 à 07:41

    c'est triste d'être reconnu qu'après sa mort.....il n''a pu en profiter...doux vendredi

    3
    Vendredi 28 Novembre 2014 à 08:58
    Cigalette 106

    Bonjour c'est souvent ainsi la célébrité vient ben après que la personne soit décédée, moi-même je ne connaissais pas ce personnage merci bonne journée

    4
    Vendredi 28 Novembre 2014 à 10:25
    ÔvÔ lili ÔvÔ

    Comme les autres amies je ne connaissais pas ce Monsieur, il y a souvent des injustices, les honneurs ne reviennent pas toujours à la personne qui les méritent !

    bonne fin de semaine

    bisous bisous

    5
    Vendredi 28 Novembre 2014 à 11:36

    comme tu dis, on ne prête qu'aux riches....et Néricault est peu connu

    6
    Vendredi 28 Novembre 2014 à 11:49

    Bonjour Mireille,

    J'apprécie ton jeu de lettre pour Noël, et cela m'amuse de m'y exercer...

    C'est au cours d'une lecture que j'ai découvert ce pauvre Mr Néricault, et pourtant c'était un grand Monsieur!

    Bonne journée à toi aussi

    7
    Vendredi 28 Novembre 2014 à 11:50

    Bonjour moqueplet,

    En effet, il n'a pas eu la chance de passer à la postérité, on répète indéfiniment ses trois vers, sans connaître la provenance...belle journée à toi

    8
    Vendredi 28 Novembre 2014 à 11:52

    Bonjour Cigalette,

    C'est triste en effet pour Mr Néricault, pourtant ses pièces ont eu du succès... mais la gloire ne tient qu'à un fil! Bonne journée

    9
    Vendredi 28 Novembre 2014 à 11:55

    Bonjour lili,

    Je ne le connaissais pas non plus, jusqu'à avant-hier, je l'ai rencontré au cours d'une lecture et été à sa recherche, ce que j'aime beaucoup faire.

    Bien que Boileau, mérite aussi les honneurs,mais ses oeuvres les lui apportent, je trouve injuste de lui avoir attribué les mérites d'un autre...

    Bonne fin de semaine

    bisous bisous

    10
    Vendredi 28 Novembre 2014 à 11:56

    Bonjour gazou,

    Il est même inconnu, jusqu'à ce jour je n'avais jamais entendu parler de Néricault...

    11
    Vendredi 28 Novembre 2014 à 21:36
    erato:

    Je ne le connaissais que de nom .C'est un grand homme qui a plu , de son vivant , à plusieurs cours. Je ne savais pas que les citations étaient de lui .Tu as raison " on ne prête qu'aux riches " , c'est bien injuste!

    Douce soirée, bises Livia

    12
    Pascal
    Vendredi 28 Novembre 2014 à 22:00

    Bonsoir Livia,

    Pour une fois je ne me sens pas trop bête car je vois que les autres aminautes sont comme moi qui n'avais que vaguement entendu parler de Néricault. Par contre, bien sûr les trois expressions sont connues de tout le monde. Comme quoi la célébrité est vraiment aléatoire, car rien que pour ces trois phrases il mériterait d'être reconnu.

    Bonne soirée Livia

    13
    Vendredi 28 Novembre 2014 à 23:24

    Bonsoir erato,

    Je ne le connaissais pas et l'ai découvert au cours d'une lecture,  et j'ai été rechercher qui était cet homme.

    Je croyais qu'au moins une citation, "la critique est aisée etc" était de Boileau qui était son ami, c'est très injuste!

    Bonne soirée, bises erato

     

    14
    Vendredi 28 Novembre 2014 à 23:26

    Bonsoir Pascal,

    Comme vous le constatez, je ne connaissais pas Mr Nércault, je prêtais une de ses citations :"la critique est aisée etc..." à Mr Boileau qui était son ami.

    Bonsoir Pascal

    15
    Samedi 29 Novembre 2014 à 16:17

    Moi aussi je croyais que l'auteur de ces citatipns étaient Boileau et je ne connaissais pas du tout ce Monsieur Néricault. Bisous

    16
    Samedi 29 Novembre 2014 à 17:44

    Bonsoir Brigitte,

    J'étais comme toi, et le pauvre Néricault a été défait de ses vers... Bisous

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :