• Toilettes de Reine...

     

     

     

     

    Toilettes de Reines...

    Frontispice du recueil du coiffeur Depain en 1780, montrant la reine à sa toilette…

     

     

     

    Toilettes de Reines...

    Marie-Antoinette en grand habit de cour à panier, robe de satin réalisée par Rose Bertin.

    Tableau d’Elisabeth Vigée-Le brun (1778)

    Château de Versailles

     

     

     

    Toilettes de Reines...

    Marie-Antoinette

     Robe de cour, garnie de perles, de guirlandes et de glands, avec un manteau royale violet ornée de fleurs de lys d’or, coiffée de perles,  de fleurs, aigrettes et épingles à diamant.

     

     

     

    Toilettes de Reine...

    Marie-Antoinette en redingote.

     

     

     

    Toilettes de Reine...

    Chapeau pour la reine, création de Rose Bertin.

     

    Marie-Antoinette est la femme la plus élégante du royaume. Elle demande à être habillée et coiffée par les couturières et les coiffeurs à la mode. Naturellement, le style de la reine est copié par  toutes les élégantes, de tout le royaume, et même hors des frontières.

    L’arrivée de Rose Bertin, « marchande de modes » bouleverse la vie mondaine et la reine va devenir sa principale cliente Rose Bertin crée pour elle des robes aux noms évocateurs : « La Cléopâtre », « le chien couché » ; le berceau d’amour » etc…

    Le coiffeur Léonard quand à lui, confectionne des « poufs » extraordinaires, échafaudages de gaze et de plumes qui ornent la chevelure des femmes, à commencer par celle de la reine. Ainsi quand Lafayette va combattre aux Amériques, les perruques sont dites : à l’insurgeant, à la belle poule, à l’indépendance, etc…

     

     

     

    Toilettes de Reine...

    Coiffure réalisée par Léonard, portée par Marie-Antoinette aux Tuileries en 1791.

     

     

     

    Toilettes de Reine...

    Un splendide éventail ouvragé.

     

    Il y a trop de tout !

    Je n’aurai pour rien au monde aimé ces kilomètres de tissus, ces montagnes de rubans et de glands …

    Non plus que  ces échafaudages sur mon chef !

    Mais pensez-vous que cette pauvre Rose Bertin, « marchande de modes », devait mourir sur l’échafaud, parce que, pour gagner sa vie elle a créé des toilettes pour une reine condamnée ?

    Pour le coiffeur Léonard, je n’ai rien trouvé sur sa mort… il a peut-être quitté la France, comme beaucoup de monde à cette époque ! Et c’est ce que j’espère pour lui.

    Liviaaugustae

     

     

     

     

     


  • Commentaires

    1
    Mercredi 11 Février 2015 à 07:31

    des robes un peu trop envahissantes, elles sont dignes du carnaval de Venise....de beaux dessins....passe une adorable journée

    2
    Mercredi 11 Février 2015 à 08:50
    Cigalette 106

    Bonjour des toilettes superbes mais je me demande toujours comment ils faisaient pour les laver!

    merci bonne journée

    3
    Mercredi 11 Février 2015 à 10:27

    Bonjour moqueplet,

    Très, trop envahissantes, si elle font penser au carnaval de Venise, c'est parce que c'était la mode dans toute l'Europe, et l'on copiait Marie-Antoinette...passe une belle journée

    4
    Mercredi 11 Février 2015 à 10:28

    Bonjour Cigalette,

    Moi aussi, je me suis toujours posé cette question, restée sans réponse jusqu'à ce jour!

    Bonne journée

    5
    Mercredi 11 Février 2015 à 10:31
    ÔvÔ lili ÔvÔ

    Certainement plus jolies à regarder qu'à porter, ces toilettes ... 

    Pour répondre à Cigalette, j'ai lu qu'à l'époque les toilettes étaient plus que sommaires !

    Douce journée Chantal - bisous bisous

    6
    Mercredi 11 Février 2015 à 10:51

    Bonjour lili,

    Je préfère regarder que porter, cela devait être épouvantable d'avoir ces kilos de tissus, glands et tout ce fatras devait peser très lourd.

    Les gens se baignaient à l'époque, même si l'idée reçue était celle que tu as lu, mais mes profs d'histoire (tous), nous répétaient le contraire!

    En ce qui concerne la lessive, ils n'en ont rien dit.  Je suppose qu'ils avaient tant de vêtements que l'on ne mettait les vêtements qu'une seule fois, pas besoin de lessive!

    Douce journée à toi lili

    bisous bisous

     

    7
    Mercredi 11 Février 2015 à 19:45

    Les robes étaient d'extraordinaires pièces montées. Heureusement la femme s'est libérée depuis.

    • Nom / Pseudo :

      E-mail (facultatif) :

      Site Web (facultatif) :

      Commentaire :


    8
    Mercredi 11 Février 2015 à 21:02

    Une bien belle époque

    A bientôt

    9
    Pascal
    Mercredi 11 Février 2015 à 22:17

    Bonsoir Livia,

    Je trouve que c'était vraiment exagéré. Quel amoncellement d'étoffes et de parures, c'est tellement fourni que ça n'en est même pas beau ni surtout esthétique. Et puis les femmes étaient transformées en porte manteaux, quel plaisir pouvaient elles éprouver à promener ces kilos d'étoffes ?

    En redingote, je trouve que Marie-Antoinette était bien plus féminine.

    Bonne soirée Livia 

    10
    Mercredi 11 Février 2015 à 22:28
    erato:

    Je crois qu'il valait mieux rester dans l'ombre à cette époque!!

    J'aime beaucoup le tableau de la reine en grand habit de cour.J'ai l'impression de pouvoir palper le tissu de la robe.

    Belle soirée, bises Livia

    11
    Mercredi 11 Février 2015 à 23:08

    Bonsoir Dr WO,

    Il y avait des kilomètres de satin, rubans et glands (comme pour les rideaux); mais dans quelques siècles, comment jugera-t-on les trucs que pondent les couturiers, il y a pas mal d'horreurs aujourd'hui, au moins les peintres peignaient bien!

    12
    Mercredi 11 Février 2015 à 23:09

    Bonsoir lemenuisiart,

    A cette époque, la France était belle, grande et respectée de part le monde!

    A bientôt

    13
    Mercredi 11 Février 2015 à 23:14

    Bonsoir Pascal,

    C'était sûrement exagéré, mais... c'était la mode de l'époque! Comme je le dis au Dr Wo, que penseront les gens dans deux siècles des horreurs que les couturiers pondent aujourd'hui ? Pas grand chose sans doute! Si les femmes étaient des porte-manteaux à cette époque, aujourd'hui vous avez le choix entre un gros tas de graisse boudiné dans les vêtements ou un sac d'os flottant dans des trucs trop larges!

    Bonne nuit Pascal

    14
    Mercredi 11 Février 2015 à 23:17

    Bonsoir erato,

    comme tu dis, il valait mieux être anonyme à cette époque !

    Le tableau est signé de Vigée-Le brun qui peignait divinement, et les drapés et le brillant du satin sont superbement rendus !

    Bonsoir et bises erato

    15
    Samedi 14 Février 2015 à 11:26

    de jolies robes certes mais vraiment pas pratiques pour se déplacer

    16
    Samedi 14 Février 2015 à 11:56

    Bonjour flipperine,

    C'est le constat que nous avons toutes fait, elles ne sont vraiment pas pratiques

    17
    Samedi 14 Février 2015 à 22:51

    Des robes magnifiques mais que je n'aurais jamais pu porter...

    18
    Samedi 14 Février 2015 à 23:29

    Bonsoir écureuil bleu,

    Comme je te comprends! Ce devait être si encombrant! Bisous

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :