• Une histoire d'épée...

     

     

     



     

    « Lorsque l'homme ne se préoccupe pas du problème des fins dernières, lorsque seuls l'intéresse le destin d'une nation politique, de l'économie, lorsque les grands problèmes métaphysiques ne font plus souffrir, laissent indifférents, l'humanité est dégradée, elle devient bestiale. »

     

    Ionesco

     

     

    Une histoire d'épée...

    Charles Martel à la bataille de Poitiers (732)

     

    Charles de Steuben

     

    (Musée d'histoire de France à Versailles)

     



     

    L’épée de Charles Martel

     

     

     

    En 732, toute la moitié Sud de la France fait l’objet de fréquentes incursions des Sarrasins venus de l’Espagne alors occupée par le califat Omeyyade. Charles Martel, maire du palais, c’est-à-dire une sorte de premier ministre tout puissant de la dynastie mérovingienne alors finissante, réunit une armée de chevaliers pour affronter les envahisseurs. Cette rencontre décisive a lieu à proximité de Poitiers. Après un âpre combat, la cavalerie franque met en déroute l’armée Arabe dont le chef, l’émir Abdel Rahman, est tué dans la bataille. Cette victoire est décisive à plusieurs titres. D’abord elle met un terme aux conquêtes musulmanes en Europe occidentale. Obligeant les Arabes à ne plus s’aventurer au-delà des Pyrénées, elle assure la pérennité de la Foi chrétienne sur l’ensemble du territoire Français. Par ailleurs, le prestige que cette victoire a conféré à Charles Martel a également joué un rôle déterminant pour légitimer la dynastie Carolingienne fondée par son fils Pépin-le-Bref.

     

    Conscient de l’importance de cette victoire et certain que c’est grâce au secours de saint Michel qu’il a pu la remporter, Charles Martel, dès son retour de Poitiers, fait envoyer son épée au Mont Saint-Michel pour rendre hommage à celui qu’il considère comme le véritable vainqueur de Poitiers. Plus tard, quand saint Michel apparaîtra à Jeanne d’Arc pour tirer à nouveau notre pays d’une situation désespérée, il lui demandera d’envoyer chercher une épée toute rouillée dans la chapelle de Sainte-Catherine-de-Fierbois. Voici les minutes de son procès à ce propos :

     

    « …Tandis que j'étais à Tours, j'envoyai chercher une épée qui se trouvait dans l'église Sainte-Catherine-de-Fierbois derrière l'autel.

     

    Comment saviez-vous que cette épée fût là ?

     

    Cette épée était en terre, toute rouillée et la garde était ornée de cinq croix. Je sus qu'elle se trouvait là par mes voix, et l'homme qui l'alla chercher ne l'avait jamais vue. J'écrivis aux ecclésiastiques dudit lieu qu'ils voulussent bien m'envoyer cette épée, et ils me l’envoyèrent ».

     

    Bien que Jeanne ne le mentionne pas, la ferveur populaire a très vite conclu que cette épée n’était autre que celle de Charles Martel. Ce qui est sûr c’est que ce n’est pas lui qui a pu la déposer dans la chapelle de Sainte-Catherine-de-Fierbois, car celle-ci n’existait pas en 732.

     

    Mais si saint Michel a insisté pour que Jeanne récupère cette épée, l'aurait-il lui-même placé à Fierbois ?

     



     



     

    Histoire de saints, Histoire de France, histoire qui nous sauva d'abord du Maure et plus tard de l'anglois, !

     

    Mais qui aujourd'hui nous sauvera, puisque nous ne croyons plus à rien, et surtout pas aux saints ! 

     

    Liviaauguatae

     

     


  • Commentaires

    1
    Mardi 27 Septembre 2016 à 06:36

    je n'aimais pas l'histoire quand j'allais à l'école, je pense que ça provient de toutes ces batailles sanglantes....doux mardi à toi

      • Mardi 27 Septembre 2016 à 11:30

        Bonjour moqueplet,

        Et moi, j'ai toujours adoré l'histoire, je trouve extraordinaire... trouves-tu qu'aujourd'hui ce n'est pas sanglant ?passe un doux mardi

    2
    Mardi 27 Septembre 2016 à 08:06
    ZAZARAMBETTE

    Coucou Livia,

    Jaime beaucoup l(introduction de ton billet signé Ionesco.

    Bises et bon mardi

      • Mardi 27 Septembre 2016 à 11:35

        Coucou ZAZA,

        Je n'ai jamais apprécié les pièces de Ionesco, mais J'aime aussi beaucoup cette citation.

        Bises et bon mardi à toi aussi

    3
    Mardi 27 Septembre 2016 à 09:08

    J'ignorais l'histoire de l'épée cachée dans la chapelle. Toujours est-il qu'une société qui tourne le dos au spirituel a bien du souci à se faire...

    Mes amitiés

    Alain

      • Mardi 27 Septembre 2016 à 11:39

        Bonjour Alain,

        J'ai découvert cette histoire d'épée, il n'y a pas si longtemps, je l'ignorai aussi. On ne connaît pas bien notre histoire, mais il faut dire qu'elle est très fournie et certains passages nous échappent.

        Cependant ce que dit Ionesco et bien d'autres penseurs, pas forcément chrétiens, c'est très vrai, je crois que l'homme sans le divin n'est pas grand chose !

        Mes amitiés

    4
    Mardi 27 Septembre 2016 à 18:26

    Un beau passage historique, mais le début me fait penser à l'actualité.

      • Mardi 27 Septembre 2016 à 18:29

        Bonjour Christian,

        Crois-tu que je n'ai pas pensé à l'actualité en éditant cet article ? Mais hélas pas de Martel en vue !!!

    5
    Mardi 27 Septembre 2016 à 21:06
    erato:

    Il nous faudrait un autre Charles Martel !

    Merci pour cette page d' Histoire.

    Belle soirée, bises Livia

      • Mardi 27 Septembre 2016 à 21:44

        Bonsoir erato,

        Un Martel ou un de Gaulle...

        Mais l'histoire de France est abandonnée, quand à la religion, n'en parlons pas, c'est du sommet de l'état que l'on nous combat !

        Alors qui nous sauvera ???

        Bises et belle soirée à toi aussi

    6
    Mardi 27 Septembre 2016 à 22:48

    Bonsoir Chantal. Ton rappel de l'histoire de France est intéressant. Bisous

      • Mardi 27 Septembre 2016 à 23:29

        Bonsoir Brigitte,

        J'ai trouvé que dans la pagaille actuelle,  c'était bon de rappeler ce passage de notre histoire !

        Bisous

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :