• Une histoire de vinaigre...

     

     

    Petite histoire sur fond d’Histoire…

     

     

     

    Une histoire de vinaigre...

    Antoine-Claude Maille

     

    En 1742, Claude-Antoine Maille prend la suite de son père, il élabore dans la tradition familiale des potions thérapeutiques et cosmétiques destinées à une clientèle aristocratiques fortunée.  « Vinaigre de Vénus », « de la Reine », « à la Dauphine », ou de « Virginité », vendus dans de jolis pots de grès vernissés.

     

     

     

    Une histoire de vinaigre...

    Armes dorées gravées sur un pot en grès  vernissé…

     

    A la fin de sa carrière, la maison compte plus de deux cent  de ces élixirs. Des vinaigres d’assaisonnement et des moutardes, qui lui permettent d’accéder au rang  de fournisseur officiel de la cour de Louis XV, en 1747, après l’installation d’une boutique parisienne. C’est la clientèle  de Mme de Pompadour, favorite du roi qui influence  les femmes du royaume, et qui assied sa fortune. Et en 1769, Claude-Antoine Maille n’est plus que « fournisseur de la cour » mais, « distillateur-vinaigrier ordinaire du roy ».

     

     

     

    Une histoire de vinaigre...

    Portrait du roi Louis XV 

    Carl Van Loo

     

    Et comme la France à cette époque dicte alors le « bon goût » au reste de l’Europe, les grandes cours suivent cette mode.

    François Ier et Marie-Thérèse d’Autriche, à Vienne, comme la Grande Catherine II à Saint-Pétersbourg, relèvent leurs plats de viande avec une pointe de moutarde Maille.

    Mais quand éclate la Révolution française, le vinaigrier ne perd pas le nord et  s’associe à André-Arnoult Acloque, commandant général de la garde nationale et ancien brasseur. La production de vinaigre poursuit donc son ascension avec : « pour la table », aromatisés à l’estragon, au basilic, à la ciboulette ; « de parfum » à la lavande, au benjoin, à la marjolaine ; « de propriété » à la fleur de citron pour soigner les boutons, stypique pour effacer les rides, fondant contre les cors aux pieds, etc…

    Les orages de la révolution et l’Empire passés, Louis XVIII, de retour sur le trône de ses ancêtres, rend à la maison Maille son titre de « fournisseur du roi ». Privilège qui se poursuivra sous les règnes de Charles X et Louis-Philippe. En 1830, Maille devient aussi « fournisseur de la cour d’Angleterre », par concession du roi Georges IV.

     

     

     

     

    Une histoire de vinaigre...

    Les armes gravées sur les pots vernissées garantissent des contrefaçons.

     

    Maille aujourd’hui est tombé hélas, dans le giron d’un colosse anglo-néerlandais, Unilever, fait entrer la marque dans les étals des grandes surfaces. (C’est tant mieux pour nous)

    Cependant, des boutiques chics de Maille  ont ouvert leurs portes d’abord à Paris en 1996 place de la Madeleine, et les lettres d’or de son enseigne brillent à Londres, Melbourne, Sydney et New-York, elles ressemblent à des échoppes de grands parfumeurs…

    Mais après tout, parfumeur, n’était-ce pas un peu son premier métier ?

     

     

    Une histoire de vinaigre...

    Qui ne connait cette publicité ? Il n’y a que Maille qui M’aille ?

     

     

     

     


  • Commentaires

    1
    Mercredi 10 Février 2016 à 06:59

    une histoire intéressante pour "Maille", mais comme il n'y a plus grand de français", on ne s'étonne plus....passe un très doux mercredi

      • Mercredi 10 Février 2016 à 11:08

        Bonjour moqueplet,

        En effet, la France n'est plus au top, les dirigeants l'ont descendue en flèche, les rois savaient donc mieux faire sa promo!...belle journée

    2
    Mercredi 10 Février 2016 à 08:35

    Je ne pensais pas que l'histoire de Maille remontait aussi loin. Merci Livia pour ces précisions fort intéressantes.

    Mes amitiés

    Alain

      • Mercredi 10 Février 2016 à 14:30

        Bonjour Alain,

        je ne pensais pas non plus que cette moutarde si connue datait du siècle de Louis XV, on apprend tous les jours.

        Mes amitiés

    3
    Mercredi 10 Février 2016 à 09:44

    Merci Chantal pour ce billet très intéressant, je ne pensais pas que la marque Maille existait depuis si longtemps.  Le slogan bien trouvé est effectivement très connu.

    Bonne journée - toujours la pluie mais plus trop de vent.

    Bisous bisous

      • Mercredi 10 Février 2016 à 14:33

        Bonjour lili,

        J'ai découvert l'histoire des produits Maille au cours d'une de mes lectures, et cela m'a incité à vous en faire part, comme vous je n'avais aucune idée des débuts de la marque Maille.

        Ici soleil mais je crois que météo France nous prévoit encore du mauvais temps à partir de demain...

        Bisous bisous

    4
    Mercredi 10 Février 2016 à 10:30
    Cigalette 106

    Oui je me rappelle de cette publicité, aujourd'hui je ne mange plus souvent de la moutarde mon mari adorait aussi

      • Mercredi 10 Février 2016 à 14:34

        Bonjour Cigalette,

        J'aime bien leur moutarde à l'ancienne elle est très douce. Cette pub est toujours d'actualité aujourd'hui.

        Belle après midi

    5
    Mercredi 10 Février 2016 à 15:36

    Vraiment super article!!! Je n'aurais jamais cru que la moutarde remontait à si loin!!!! C'est très instructif.  Merci, Livia. Bisous.

    6
    Mercredi 10 Février 2016 à 15:57

    Bonjour Rebecca,

    Je ne le pensais pas non plus, on pense que tout est créé à notre époque sous prétexte qu'il y a "le progrès", mais beaucoup de choses nous viennent de nos ancêtres (sauf pour la technique).

    j'ai beaucoup apprécié aussi cet article et j'ai eu du plaisir à l'éditer.

    Bisous

    7
    Mercredi 10 Février 2016 à 21:16

    Je découvre tout ici , car finalement je ne m'étais jamais posé la question.

      • Mercredi 10 Février 2016 à 23:09

        Bonsoir Christian,

        Je dois avouer qu'avant de découvrir cette histoire dans une revue, je l'ignorais aussi car avant je ne m'étais jamais posé la question non plus;

    8
    Samedi 13 Février 2016 à 17:19

    Une belle histoire que tu nous racontes... Merci Chantal

      • Samedi 13 Février 2016 à 17:28

        Bonjour Brigitte,

        En lisant cette histoire, j'ai été épatée, je ne pensais pas que Maille remontait à Louis XV.

        Bisous

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :