•  

     

     

     

     

    « C'était enfin la Provence, sèche, classique aux contours nets, avec un ciel de marbre bleu, des collines rouges et basses couvertes d'oliviers, de creux pierreux où coule un mince filet d'eau, et un soleil rehaussant d'or les pures colonnes de la Maison carrée. »

     

    Edith Warthon extrait de : « La France en automobile »

     

     

    La maison carrée de Nîmes...

    La maison carrée de Nîmes

     

    (elle a été entièrement rénovée)

     

     

     

    La maison carrée fut bâti dans le courant de la première décennie avant J.C sur ordre de l'empereur Auguste en l'honneur de ses petits fils les princes de la jeunesse Caius et Lucius.

     

    Ce temple d'ordre corinthien érigé sur un podium rectangulaire, son plan se divise en deux parties ; un pronaos (vestibule) et une cella ( salle cultuelle).

     

    La cella proprement dite abritait la statue divine : en l'occurrence celle du prince et des membres de sa famille.

     

    L'exécution du décor a été confié a des artisans locaux, même si la conception globale du monument se réfère aux chefs d'œuvre de l'architecture augustéenne de Rome.

     

     


    12 commentaires
  •  

     

    Le « Mulsum », une boisson originale afin d'épater nos invités, à servir en apéritif, dans des « kantharos », pour accompagner les amuse-bouches.

     

    Liviaaugustae

     

     

    Un apéro antique grec...

    Bacchus (1808)

     

    Erik Gustaf Göthe

     

    (image wikipédia)

     

     

     

     

     

    La vigne comme l'olivier sont des cadeaux des dieux donnés à un peuple...

     

    Dionysos pour les Grecs et Bacchus pour les Romains est le dieu de la vigne. Il tient dans sa main droite le thyrse, longue baguette entourée de feuilles de vigne et de lierre.

     

    Le vin prêtait à des débordements lors des orgies grecques. Dionysos accompagné de son père adoptif Silène, monté sur un âne, suivi par des petits dieux des champs appelés satyres ainsi que des nymphes échevelées, les bacchantes, restent dans l'imagerie populaire. Ce cortège totalement aviné s'accompagnait de cymbales, de tambourins et de flûtes et arpentait les campagnes. (C'est de la mythologie)

     

    Le vin est l'élément indispensable du symposium célèbre banquet grec. Le terme signifie « la fête de boire ensemble ». C'est le moment juste après le repas du soir où les hommes continuent la soirée, évinçant les femmes et les enfants, afin de s'adonner au plaisir de boire. Les hommes semi allongés sur des litière placées le long des murs, sont servis dans la salle de réception.

     

    Aujourd'hui le mot « symposium » est employé pour désigner une réunion ou un congrès de spécialistes.

     

     

     

    On pouvait trouver lors de ces symposiums du Mulsum, qui est un vin miellé et épicé, je vous offre la recette ci-dessous :

     

     

    Un apéro antique grec...

    Kantharos dans lesquels les grecs dégustaient le Mulsum

     

     

     

    Recette du Mulsum

     

     

     

    Ingrédients : -

     

    75 cl de bon vin rouge corsé (oubliez le père Julien ou autre du même acabit)

     

    25 cl d'eau

     

    2 cuillère à soupe de miel liquide

     

    2 cuillère à soupe d'eau

     

    2 cuillère à café de poivre blanc

     

     

     

    Dans une casserole, faites chauffer le miel avec les 2 cuillerées d'eau ainsi que le poivre. Aux premiers bouillons, diminuez le feu et laissez encore chauffer pendant 1 à 2mn. Ecumez délicatement. Dans une carafe, versez 75 cl de vin, 25 cl d'eau, ajoutez le mélange miel/poivre. Laissez infuser 24 à 48 heures. Avant de servir, filtrez la préparation. Servir très frais.

     

     

     

    Tchin tchin !

     

     

     


    16 commentaires
  •  

    La naissance de Marseille...

     

    Colonie grecque à Marseille

     

    Pierre Puvis de Chavannes

     

     

     

    La Massalia grecque est fondée en 600 avant J.C.

     

    La cité est conquise par Trebonius légat de Jules César en 49 Avant J.C. Et s'intègre dans le monde romain. Massilia naît alors, mais elle n'a plus l'aura et la puissance qu'elle avait connu avec les Grecs.

     

    Les remparts hellénistiques encore visibles aujourd'hui sur le site du port antique et la porte principale à l'est sont toujours les témoignages de la puissance passée des grecs.

     

     

    La naissance de Marseille...

    Le jardin des vestiges

     

    Emplacement du premier port de la cité phocéenne.

     

     

     

    Contrairement au port grec qui était aussi militaire, le port romain, est entièrement tourné vers le commerce il est d'une grande vitalité.

     

    L'héritage hellène s'efface lentement au cours du Haut-Empire devant la toute puissante romanité qui se traduit par des édifices publics et des maisons à la romaine.

     

    Au cours de l'Antiquité tardive, dès les Ive Ve siècles après J.C. Marseille retrouve une place majeure grâce au dynamisme de ses penseurs et à la vitalité de sa communauté chrétienne, qui dote la ville de nouveaux bâtiments liés à la nouvelle foi. C'est l'âge d'or du christianisme marseillais, témoins des derniers feux de l'antiquité romaine.

     

     

    La naissance de Marseille...

    Dans le jardin des vestiges

     

    Reste de la voie dallée romaine.
    (découverte en 1967)

     

    (Images Wikipédia)

     

     

     

     


    20 commentaires
  •  

     

     

     

     

    Après la conquête de la Gaulle par les romains, Munatius Plancus, un lieutenant de César, reçoit l'ordre de Rome de créer une colonie pour accueillir d'anciens colons chassés de Vienne (France), par la tribu des Allobroges en 43 avant J.C., à la croisée de la Saône et Rhône.

     

     

    La naissance de Lyon...

    Statue de Munatius Plancus

    (Cette statue n'est pas romaine, ce personnage n'était pas assez important pour qu'on lui élève une statue)

     

     

     

    Lugdunum, (la colline de Lug, le dieu des arts chez les gaulois), devient la capitale des trois Gaules (Aquitaine, Lyonnaise et Belgique) en 14-16 avant J.C., sous Auguste. L'emplacement n'est pas choisie au hasard, car la cité est au cœur des communications fluviales et terrestres, un nœud commercial dont elle tire avantage.

     

    Lyon frappe aussi la monnaie, faveur énorme quand on sait que seule Rome était habilitée à produire : or, argent et bronze pour les échanges monétaires.

     

    Lyon bénéficie aussi du premier théâtre en Gaule suivant l'exemple récent de Rome. C'est là aussi que sont établie des bureaux administratifs ayant autorité sur les trois Gaules dont les douanes, les impôts sur les successions, le préfet des véhicules, (transports en communs, postal, marchandises et voyageurs).

     

     

    La naissance de Lyon...

    Théâtre de Lyon, sur la colline de Fourvières.

     

     

    La naissance de Lyon...

    L'empereur Claude, né à Lugdunum

     

     

     

    La cité est le berceau de certains empereurs, dont le plus célèbre est l'empereur Claude né à Lyon sous le règne d'Auguste. Le personnage de ce dernier n'est pas sans intérêt pour la Gaule. En effet lors d'un discours prononcé en 48 après J.C., il plaide pour l'accès des gaulois aux magistratures et pour l'entrée au Sénat. Une copie de ce discours impérial est affichée dans l'enceinte du sanctuaire des trois Gaules, sur ce que l'on appelle la table claudienne. (On peut encore le voir au musée gallo romain de Lyon).

     

     

    La naissance de Lyon...

    La table claudienne.

     

     

     

    Les soldats représentent une part importante de la population lyonnaise et ceux qui l'a constituent sont soit lyonnais, soit italien. (C'était le « vivre-ensemble » réussi, de l'époque) Lyon bénéficie à partir de l'époque flavienne d'un titre exceptionnelle en recevant une cohorte urbaine, unité généralement dédiée à la défense de Rome, Lyon et Carthage sont les deux seules villes de province, a en être pourvues.

     

    Les chrétiens à Lyon, comme dans le reste de l'empire sont très nombreux, cependant leur histoire est très marquée par les martyres de 177 après J.C. (sainte Blandine, saint Irénée et tant d'autres), et on sait aujourd'hui que ses assassinats ont été approuvés par Marc Aurèle alors empereur, par un « senatus consulte ». (Jean-Paul II s'est rendu au cirque de Lyon en pèlerinage, en 1986 pour se recueillir et prier).

     

     

    La naissance de Lyon...

    L'empereur Marc Aurèle dont la signature condamna de nombreux chrétiens

     

     

    La naissance de Lyon...

    L'amphithéâtre de Lyon où ont eu lieu les martyrs chrétiens.

     

    (Au fond le poteau sur lequel furent attachés les chrétiens)

     

     

     

    Et Lyon, comme tout l'empire romain sera frappée de plein fouet par les invasions barbares !

     

     

     

     

     

     

     


    15 commentaires
  •  

     

    Le goût des mots...

     

    Arrivée de Philippidès à Athènes

     

    Luc-Olivier Merson (1869)

     

     

     

    Courir un Marathon

     

    Participer à l'une des nombreuses courses de 42,195km organisées à travers le monde

     

    (S'emploie aussi pour montrer sa fatigue quand l'on s'est démené)

     

     

     

    En 490 avant J .C., une petite armée d'Athéniens et leurs alliés battaient le tout-puissant roi de Perse Darius 1er dans la plaine de Marathon, à environ 42Km d'Athènes . Ce fut un moment très important dans l'histoire de l'Occident. Darius était le maître du monde connu, et ses armées avaient jusque là imbattables...

     

    La Grèce restait indépendante, et l'effervescence de ses cités-Etats chaotiques deviendrait le creuse d'un grand nombres d'idées qui forment encore de nos jours la base de la culture occidentale.

     

    Comme on pouvait s'y attendre, étant donné l'importance de la victoire, elle donna naissance à un nombre incroyable de mythes et légendes. Les soldats déclarèrent avoir vu le s dieux Héraclès et Pan combattre du côté des Grecs, tout comme les troupes britanniques affirmèrent avoir vu des anges lors de la bataille de Mons quelque deux millénaires et demi plus tard.

     

    La plus célèbre de ces histoires est celle du messager Phidippidès qui envoyé à Athènes pour y annoncer la nouvelle victoire.

     

    Dans l'euphorie, il courut pendant les 42km qui le séparaient de la ville et mourut d'épuisement à son arrivée, après avoir eu tout juste le temps de murmurer dans son dernier souffle : « Nous avons gagné. »

     

     

    Le goût des mots...

    La plaine de Marathon, aujourd'hui plantée d'oliviers...

    C'est dans ce beau paysage qu'eut lieu la bataille de Marathon.

     

     

     

    Le marathon moderne a été développé lorsque les jeux olympiques ont été instaurés à la fin du XIXe siècle, afin de commémorer la course légendaire de Philippidès.

     

     

     

    (Images wikipédia)

     

     


    10 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique