•  

     

     

     

    Jeudi 2 février 2023

     

     

     

    Fête gourmande pour les uns, jour de processions autour de la lumière pour les autres, le 2 février, la Chandeleur est tout cela et bien plus !

     

     

    La Lumière de la Présentation de Jésus au Temple

     

    (image internet)

     

     

     

    Célébrée dès le 4ème siècle à Jérusalem, cette fête eut d’abord pour objetrencontre du Seigneur Jésus avec le vieillard Syméon. En proclamant que cet enfant était la lumière du monde et serait un signe de contradiction, le vieillard achevait de manifester que Jésus était le Messie, Sauveur du monde. Au 7ème siècle, cette fête commence à être célébrée à Rome et s’accompagne d’une procession de pénitence qui, commencée à l’aurore, se faisait à la lumière des cierges, pour témoigner que dans la nuit du monde, Jésus était cette lumière tant attendue. La bénédiction des cierges ne date que du 10ème siècle. En Gaule, la fête devint mariale, reprenant la Purification exigée des jeunes mères juives qui se faisait quarante jours après la naissance, d’où la date de la fête qui se rattache encore au mystère de Noël.

     

     

     

    Les crêpes de la Chandeleur...

     

    (image pixabay)

     

    Au fil du temps, cette fête chrétienne est devenue la fête de la crêpe dans ce monde sans Dieu !

     


    13 commentaires
  •  

    Mercredi 1er Février 2023

     

     

    Neige sur le jardin à Nantes...

    (Vu de ma fenêtre, c'était en février 2022)

     

    Février

    Hélas ! dis-tu, la froide neige
    Recouvre le sol et les eaux ;
    Si le bon Dieu ne les protège,
    Le printemps n’aura plus d’oiseaux !
    Rassure-toi, tendre peureuse ;
    Les doux chanteurs n’ont point péri.
    Sous plus d’une racine creuse
    Ils ont un chaud et sûr abri.
    Là, se serrant l’un contre l’autre
    Et blottis dans l’asile obscur,
    Pleins d’un espoir pareil au nôtre,
    Ils attendent l’Avril futur ;
    Et, malgré la bise qui passe
    Et leur jette en vain ses frissons,
    Ils répètent à voix très basse
    Leurs plus amoureuses chansons.
    Ainsi, ma mignonne adorée,
    Mon cœur où rien ne remuait,
    Avant de t’avoir rencontrée,
    Comme un sépulcre était muet ;
    Mais quand ton cher regard y tombe,
    Aussi pur qu’un premier beau jour,
    Tu fais jaillir de cette tombe
    Tout un essaim de chants d’amour.
    François Coppée
    Recueil : "Les Récits et les Élégies"

     


    8 commentaires
  •  

    Tout d'abord merci, je suis très touchée pour vos commentaires sympas.

     

    Les nouvelles sont plutôt bonnes, l'opération du genou est réussie, j'ai passé 1 semaine en clinique et puis j'ai passé à côté au centre de rééducation qui jouxte la clinique pour une remise en forme intensive du genou, de ma fenêtre je pouvais admirer la Loire, le vol des mouettes au-dessus de l'eau et Nantes au loin...

     

     

    La Loire au premier plan et la ville de Nantes au loin...

     

    (C'est la vue que j'avais de ma chambre, capturée avec mon téléphone au travers des vitres)

     

    Me voici revenue dans mes pénates, je me déplace à tout petits pas avec des cannes anglaises, ce n'est pas très facile et un peu laborieux car le genou reste très sensible et ne plie pas encore très bien, mais avec beaucoup de patience et surtout beaucoup de volonté on arrive à tout, les séances de kiné continuent à la maison tous les deux jours, comme je ne peux encore me déplacer pour faire les courses, on me porte mes repas à domicile, je peux donc me nourrir correctement.

     

    Je vais essayer de reprendre tout doucement mon blog.

     

    Livia

     

     


    9 commentaires
  •  

     

     

     

    Pour ce 152ème Café Thé, Brigitte, allias écureuilbleu https://www.unebonnenouvelleparjour.com nous propose :

     

    de broder autour de cette photo prise en février 2021, au port ostréicole d'Arès, de carcasses de bateaux rassemblées en fin d'hiver, avant leur évacuation.

     

    Vous pouvez nous raconter ce qu'il est arrivé à ces bateaux, comment ils sont arrivés là

     

    Ou bien nous dépeindre leurs beaux jours et ceux de leurs passagers...

     

     

    La photo de Brigitte...

     

     

     

    Une mort annoncée...

     

    Sous la voûte bleue du ciel de l'été, ils gisent abandonnés sur le sable de la grève.

     

    Entendent-ils les murmures des vagues qui invitent aux voyages ?

     

    Rêvent-ils, ces bateaux oubliés sur le sable, de la caresses des vagues glissant le long de leurs flancs quand il s'en allaient vers les lointains rivages ?

     

    Rêvent-ils aussi des levers grandioses du soleil embrasant la mer d'or et d'argent et de ses somptueux couchers qui ensanglantent la mer avant la nuit ?

     

    Ils avaient alors fière allure quand ils sortaient du port, toutes voiles dehors, gonflées par la brise marine, lorsqu'ils cinglaient vers le large, vers les confins de la terre.

     

    Las ! C'est fini ! Ils ont perdu leurs couleurs, leur peinture s'écaille, privés de leurs voiles, rongés doucement par le sel, ils attendent la mort allongés là, sur la grève !

     

    Livia

     

     

    Une symphonie en bleue ? Je n'en suis pas si sûre !

     

    (image pixabay)

     

     

     

     

     

    Mon blog sera en pause pour... quelques temps, je rentre en clinique aujourd'hui pour être opérée d'un genou.

     

    A bientôt

     

    Livia

     

     


    19 commentaires
  •  

     

     

     

     

     

    Tel qui rit vendredi, dimanche pleurera...

     

    (Image pixabay)

     

    Et tandis que beaucoup de personnes s'inquiètent de savoir comment vivre en ce début d'année – tout augmentent dans des proportions effrayantes – cependant le gouvernement propose « en même temps » comme dit Macron, des coups de pouce par ci, des coups de pouce par là !

     

    Coup de pouce pour acheter des pompes à chaleur.

     

    Coup de pouce pour acheter de nouveaux supers radiateurs machin chose pas gourmands en électricité, dont le prix a dépassé celui de l'or.

     

    Coup de pouce pour acheter du bois pour les cheminées.

     

    Et de coup de pouce en coup de pouce, les contribuables français, alors qu'ils sont déjà exsangues, vont finir par prendre un coup de poing dans la gueule !

     

    Car qui va payer tout ces coups de pouces-là ? Sinon les français ?

     

    Mais nous savons bien que : « Ce n'est pas cher, puisque c'est l'Etat qui paye ! » comme l'avait si bien dit le gros François, quand il était « un président normal » !

     

    Il ne faut pas non plus perdre de vue le coût pharaonique des voyages, de l'actuel président , qu'il nous faut aussi payer !

     

    Il nous faudrait de la poudre de perlinpinpin et beaucoup de magie pour nous sortir de ce maelstrom de dépenses, puisque nos gouvernants sont incapables de réguler lesdites dépenses !

     

    Livia

     


    12 commentaires



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires