•  

     

    Carpe Diem

     

    (cueille le jour présent)

     

     

     

    Carpé Diem...

    Cette maxime est très fréquente sur les cadrans solaires...

     

    (image wikipédia)

     

     

     

     

     

    Carpe diem (quam minimum credula postero) est une locution latine extraite d'un poème d'Horace s'adressant à sa femme, que l'on traduit en français par : « Cueille le jour présent sans te soucier du lendemain », littéralement « et sois la moins crédule possible pour le jour suivant »

    « Ne cherche pas à connaître, il est défendu de le savoir, quelle destinée nous ont faite les Dieux, à toi et à moi, ô Leuconoé ; et n’interroge pas les Nombres Babyloniens. Combien le mieux est de se résigner, quoi qu’il arrive ! Que Jupiter t’accorde plusieurs hivers, ou que celui-ci soit le dernier, qui heurte maintenant la mer Tyrrhénienne contre les rochers immuables, sois sage, filtre tes vins et mesure tes longues espérances à la brièveté de la vie. Pendant que nous parlons, le temps jaloux s’enfuit. 
    Cueille le jour, et ne crois pas au lendemain. »

     

    Leconte de Lisle (1873)

     

     

     

     

     

    C'est donc un hédonisme d'ascèse, une recherche de plaisir ordonnée, raisonnée, qui doit éviter tout déplaisir et toute suprématie du plaisir. C'est un hédonisme a minima : c'est un épicurisme (Horace faisait partie des épicuriens de l'ère romaine).

     

     

     

    La rose, fleur rapidement fanée et qu'il faut cueillir dès sa floraison, est devenue une métaphore canonique de la brièveté de l'existence humaine dans la poésie française du XVIe siècle, en particulier avec les poètes de la Pléiade. Ronsard écrit ainsi : « Cueillez dès aujourd'hui les roses de la vie » dans ses Sonnets pour Hélène.

     

     

     

    « Carpe diem » à vous tous !

     

     


    votre commentaire
  •  

     

     

     

    Vous qui me lisez, vous connaissez maintenant Madame Marie- Gabrielle Leblanc, qui nous explique si bien les tableaux d'art religieux.

     

    Elle a écrit un livre « L'enfance du Christ dans l'art » c'est un petit chef-d'œuvre magnifiquement illustré et commenté.

     

    Je l'ai reçu pour Noël, c'est un cadeau qui m'a comblée.

     

    Liviaaugustae

     

     

     

    La beauté chrétienne...

    L'enfance du Christ dans l'art

     

    par Marie-Gabrielle Leblanc

     

    Résumé du livre :

     

    « Ce beau livre propose de traverser l'histoire de l'art pour redécouvrir l'enfance de Jésus. Bien plus qu'un livre de spécialiste, cet ouvrage propose de redécouvrir quelle lecture de l'histoire sainte chaque époque a pu faire à travers l'art. Chaque détail, chaque explication deviennent un prétexte pour pénétrer le mystère de l'incarnation et pour suivre pas à pas le génie de l'homme dans sa compréhension de la divinité du Christ. Le livre s'articule autour des grandes étapes de l'enfance de Jésus à travers une centaine d'œuvres approfondies par un texte, sur une double page : 1/ La Nativité 2/ L'Adoration des bergers 3/ L'Adoration des mages 4/ La Circoncision 5/ La Présentation au Temple 6/ Le massacre des saints innocents 7/ La Fuite en Égypte 8/ La Sainte Famille 9/ Le Christ enfant 10/ Le Recouvrement au Temple (Jésus à 12 ans parmi les docteurs de la Loi) ».

     

    Si vous appréciez l'art religieux, je vous recommande ce livre d'art, il est en vente partout au prix de 25€.

     

     


    16 commentaires
  •  

     



     

    « Sac à procès »: on en apprend tous les jours !

     

    C'est de ce « Sac à procès » que découlent plusieurs expressions dont nous nous servons encore aujourd'hui !

     

     

     

    Le sac de la justice...

    (image internet)

     



     

    Un sac à procès plus rarement appelé sac de procès, était un sac en toile de jute, de chanvre ou en cuir qui était utilisé sous l'Ancien Régime, lors des affaires judiciaires, et qui contenait tous les éléments du dossier à des fins d'archivage.

     

    Il contenait :

     

    · dépositions et requêtes ;

     

    · copies signées des procureurs des pièces ;

     

    · pièces à conviction.

     

    Une fois l'affaire terminée, ces différentes pièces étaient rassemblées et suspendues dans le sac fixé par un crochet à un mur ou une poutre (d'où l'expression «une affaire pendante ») pour que les parchemins ne soient pas détruits par les rongeurs.

     

    Ces sacs étaient placés dans le cabinet de l'avocat ou les greffes de chaque juridiction.

     

    L'expression « l'affaire est dans le sac » signifiait que le dossier judiciaire était prêt et que l'ensemble des pièces était archivé dans le sac scellé.

     

    Pour l'audience, le sac était descendu et le procureur (avocat) pouvait plaider devant la cour et « vider son sac » en sortant les pièces nécessaires à sa plaidoirie.

     

    L'avocat ou le procureur rusé qui savait bien exploiter toutes ces pièces est à l'origine de l'expression « avoir plus d’un tour dans son sac ».

     

     


    12 commentaires
  •  

     

     

     

    Aujourd'hui Notre-Dame est en ruine à cause de « négligences » (les politiques veulent que les français croient à un accident), mais il y a tout juste 1 an (passé sous silence par les médias), Notre-Dame de Saint-Omer à faillit brûler elle aussi : elle était en en réfection comme Notre-Dame de Paris : « des jeunes » ont escaladé l'échafaudage et ont allumé un feu sur le toit », vite éteint heureusement.

     

    Celui qui a voulut brûler l'église Saint Patrik à New York est sous les verrous !

     

    Mais les brûleurs de cathédrale chez nous sont-ils punis ?

     

    Car vouloir éradiquer les cathédrales, n'est-ce pas vouloir éradiquer aussi notre religion? 

     

    Livia

     

     

     

    Victor Hugo disait en la voyant :

     

    « C'est un livre de pierre »

     

     

     

    Léon Daudet, fils d'Alphonse, la voyait comme :

     

    «La Sentinelle spirituelle de l'Occident »

     

     

     

    Péguy la comparait à un vaisseau flottant dans Paris :

     

    « Double vaisseau de charge aux deux rives de Seine

     

    Vaisseau de pourpre et d'or, de myrrhe et de cinname

     

    Vaisseau de blé, de seigle et de justesse d'âme

     

    D'humilité, d'orgueil et de simple verveine. »

     

     

     

    « Je vous le dis «  s'ils se taisent les pierres crieront »

     

    Saint Luc

     

     

     

    « Restaurer un édifice, ce n'est pas l'entretenir, le réparer ou le refaire, c'est le rétablir dans un état complet »

     

    Eugène Viollet-Le-duc

     

     

     

    Notre-Dame de France...

    Notre Dame au soleil couchant

     



     

    Soleil couchant

     


    En passant sur le pont de la Tournelle, un soir,
    Je me suis arrêté quelques instants pour voir
    Le soleil se coucher derrière Notre-Dame.
    Un nuage splendide à l'horizon de flamme,
    Tel un oiseau géant qui va prendre l'essor,
    D'un bout du ciel à l'autre ouvrait ses ailes d'or,
    - Et c'était des clartés à baisser la paupière.
    Les tours au front orné de dentelles de pierre,
    Le drapeau que le vent fouette, les minarets
    Qui s'élèvent pareils aux sapins des forêts,
    Les pignons tailladés que surmontent des anges
    Aux corps roides et longs, aux figures étranges,
    D'un fond clair ressortaient en noir ; l'Archevêché,
    Comme au pied de sa mère un jeune enfant couché,
    Se dessinait au pied de l'église, dont l'ombre
    S'allongeait à l'entour mystérieuse et sombre.
    - Plus loin, un rayon rouge allumait les carreaux
    D'une maison du quai ; - l'air était doux ; les eaux
    Se plaignaient contre l'arche à doux bruit, et la vague
    De la vieille cité berçait l'image vague ;
    Et moi, je regardais toujours, ne songeant pas
    Que la nuit étoilée arrivait à grands pas.

     

    Théophile Gautier

     

     


    14 commentaires
  •  

    Dimanche 21 avril 2019

     

     

     

    Aujourd'hui, c'est Pâques.

     

     

     

    Bien qu'en ce pays de France aujourd'hui, Dieu n'est plus le bienvenu, - d'ailleurs ne brûle-t-on pas les cathédrales - nous chrétien, continuons de commémorer la Résurrection du Christ.

     

    On sent dans l'air, flotter la vie ; les arbres rayonnent d'un vert tendre, le soleil qui est de la partie inonde le ciel de rayons dorés tandis que les oiseaux poussent leurs trilles en envols de plumes soyeuses...

     

    Et de chez moi, j'entends les cloches de la cathédrale - qui fut brûlée elle aussi il y a quelques années - qui carillonnent joyeusement à toutes volées, pour annoncer cette Résurrection.

     

    Livia

     

     

     

    « Il est grand temps de rallumer les étoiles dans le cœur. »

     

    Guillaume Apollinaire

     

     

     

     

     

    « Son nom hébreu "Pesah", évoque le passage
    La première référence est celle du passage de la mer rouge par les hébreux lors de la libération d’Egypte. Depuis la Résurrection du Christ, c’est la célébration du passage avec lui de la mort à la vie. Si l’événement de la libération d’Egypte est lié au sacrifice de l’agneau pascal, par sa mort et sa résurrection Jésus, "nouvel agneau", devient le principe d’une création nouvelle et réalise pleinement le dessein de Dieu. La Pâque de Jésus est le fondement absolu de la foi chrétienne comme l’Exode celui la foi juive. »

     

    Eglise catholique de France

     

     

    Joyeuses Pâques...

     

     

    Résurrection

     

    Luca Giordano

     

     


    8 commentaires



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires