•  

     

     



     

    1er octobre  2016

     

     

     

    Sous un ciel encore bleu, l'automne s'est prélassé au soleil de septembre, mais aujourd'hui, finit la trêve !

     

    Il réajuste son vol, grisaille le ciel et précipite la nuit, le jour agonise et meurt très tôt et une nuit noire et sans lune s'étale au-dessus de la ville...

     

    Le temps a passé très vite, l'été n'est plus qu'un joli souvenir...

     

    Liviaaugustae

     

     

    Octobre en gris et en larmes...

     

    Des lueurs dorées caressent les arbres du jardin …

     

    (photo prise la semaine dernière)

     

     

     

     

     

    […] Des lueurs plus dorées font dormir le midi

     

    Comme un après-midi

     

    Les brises rafraîchies arrivent à pas de loup

     

    Poursuivant le soleil et la lune

     

    Et les feuilles, fatiguées de souffler.

     

    Prennent des tons de couchant, sachant

     

    Que leur temps s'achève.

     

    George Macdonald

     

     

     

     

     

    Pour accompagner ce poème « octobre en automne » extrait des saisons de Tchaikovsky, clic sur le lien ci-dessous :

     

    https://www.youtube.com/watch?v=AxzD-bOLYyM

     

     

     

     


    votre commentaire
  •  

     

    Adieu sacs en plastique...

     

    Sacs en plastique de toutes les couleurs

     

    (image internet)

     

     

     

    Il paraît qu'on trouve ces sacs en plastique à la pelle dans la mer et que les poissons s'étouffent avec, et puis ils s'envolent aussi dans les arbres et effraient les oiseaux, c'est un drame écologique, c'est pour cette raison que les sacs en plastique ont été retiré de la circulation.

     

     

    Adieu sacs en plastique...

    Sacs en plastique dans l'eau pratiquant la brasse...

     

    (image internet)

     

     

    Adieu sacs en plastique...

    Sacs en plastique dans un arbre perchés...

     

    (image internet)

     

     

     

    C'est vrai que lorsque l'on voit ces tas de sacs dans la mer, les fleuves, les rivières et dans les arbres, cela fait frissonner d'horreur !

     

    Mais comment diable ces sacs sortent-ils des poubelles pour aller se balader sur les côtes et plonger dans la mer bleue  pour étouffer les poissons ou s'envoler et se poser sur les arbres ? Mystère !

     

    Donc plus de sacs en plastique !

     

    On nous donne à la place ( seulement pour les fruits) des sacs en papier, je me pose une « question écologique », combien d'arbres va-t-on détruire pour fabriquer ce précieux papier pour emballer les fruits ? Car il paraît que les fruits ne supportent pas le plastique. C'est nouveau, cela vient de sortir, on ne me l'avait jamais dit au-paravent.

     

    Mais les sacs en papier  supportent-ils les fruits ? Pas sûr !

     

    Hier matin j'ai été acheter des prunes, du raisin et des brugnons, que l'on m'a emballé dans des sacs en papier, les fruits étaient humides et l'humidité, c'est connu, fragilise le papier, le bas du sac s'est déchiré, et mes fruit se sont carapatés, j'étais toute marrie au milieu de l'allée, a regarder s'écraser mes fruits sur le carrelage du magasin !

     

    Il a fallut que je retourne à l'étalage que je demande d'autre fruits, que l'on m'a mis dans d'autres sacs en papier.

     

    Aimable, la vendeuse m'a rajouté un sac en plastique (il y en avaient cachés sous l'étal, dans un tiroir) afin que j'y mette les sacs en papier contenant mes fruits !

     

    Ne ronchonnons pas contre les sacs en papier et pour éviter de courir après nos fruits, apportons nos panier comme au bon veux temps, pour recueillir nos provisions, afin de sauver la vie des poissons, et la beauté de la nature !

     

     

    Adieu sacs en plastique...

    Panier à provisions...

     

    (image internet)

     

    Liviaaustae

     

     

     


    10 commentaires
  •  

     

    Des romains à nos jours...

     

    Le calendrier romain gravé sur le marbre

     

    (Photo prise au Musée du Capitole, lors d'un voyage à Rome, il y a fort longtemps)

     

     

     

     

     

    Le calendrier :

     

    Système pour diviser et mesurer le passage du temps dans une année.

     

     

    Des romains à nos jours...

    Dates importantes en rouges

     

    (Image internet)

     

     

     

    Dans l'ancien calendrier romain, chaque mois avait des « calendes » le 1er des « nones » le 5 ou le 7, et des « ides » le 13 ou le 15.

     

    Si un romain voulait préparer un banquet ou un rendez-vous, il utilisait ces trois repères pour convenir d'une date.

     

    Par exemple : « le quatrième jour des ides » ou « deux jours avant les calendes ».

     

    Calendrier est tiré du latin calendes.

     

    Notre système de douze mois dans une année avec un jour de plus pour le mois de février tous les quatre ans est un héritage direct du système de la Rome antique.

     

    Même le nom des mois, après plus de deux mille ans, est resté identique.

     

     

     

    • Janvier - Januaris, nommé d'après le dieu romain Janus, dieu des passages et donc de la nouvelle année.

    • Février – Februarius, nommé d'après Februa, une fête romaine de purification qui se tenait le 15 février tous les ans.

    • Mars – Martius, nommé d'après Mars le dieu de la guerre.

    • Avril – Aprilis, dédié à Vénus.

    • Mai – peut-être nommé d'après les majores, « ancêtres », ou d'après la déesse Maïa.

    • Juin – peut-être nommé d'après la déesse Junon.

    • Juillet – tire son nom de Jules César qui a réformé l'ancien calendrier de dix mois pour donner le « calendrier julien » moderne.

    • Août – augustus, nommé d'après l'empereur Auguste

    • Septembre – a d'abord été le septième mois, tire son nom du latin septem (sept)

    • Octobre – de octo, (huit)

    • Novembre – de novem, (neuf)

    • Décembre – de decem (dix)

     

     

     

     

     

    Le calendrier est encore une chose que nous devons aux grecs et aux romains.

     

    En fait, presque tout ce que nous utilisons nous vient de ces ancêtres, ils ont pratiquement tout inventé !

     

    Liviaaugustae

     

     


    18 commentaires
  •  

     

    « On a toujours besoin de yaourts à la maison »

     

     

    La beauté est dans le pot...

    Jatte de yaourt, prêt à l'emploi...

     

    (Image wikipédia)

     

     

     

    En me baladant sur internet, je suis tombée sur un article vantant les bienfaits du yaourt nature pour toutes sortes de soins esthétiques, nous connaissions déjà ses bienfaits sur les intestins, mais là cela change tout. Plus besoin d'acheter des produits de beauté , on peut être belle avec... le yaourt !

     

    Par exemple :

     

    Vos cheveux sont ternes ?

     

    Un pot de yaourt sur la tête en masque, laissez poser, faites un shampoing et vous retrouvez une chevelure douce et brillante...

     

    Vos lèvres sont gercées ?

     

    Pas de panique, mélangez votre yaourt à quelques gouttes de citron « bio évidemment », étalez sur les lèvres avant de vous coucher, le lendemain, lèvres douces assurées !

     

    Votre peau est sèche ?

     

    Sauvée  encore, avec le yaourt, en masque la nuit, teint rose et fleuri au réveil !

     

    Vous n'avez plus de démaquillant ?

     

    Mais vous avez des yaourt au frigo ? Vous lui rajoutez quelques gouttes d'huile d'amande douce cette fois, cela vous permettra de débarrasser votre frimousse de toutes les impuretés amassées dans la journée...

     

    Vous serez belle sans dépenses exagérées, avec quelques pots de yaourt, quelques gouttes de jus de citron et quelques gouttes d'huile d'amande...

     

    N'est-ce pas formidable, que demander de plus ?

     

    Décidément on n'arrête pas le progrès !

     

    Alors qui veut essayer ?

     

    Liviaaugustae

     

     


    18 commentaires
  •  

     

     



     

    « Lorsque l'homme ne se préoccupe pas du problème des fins dernières, lorsque seuls l'intéresse le destin d'une nation politique, de l'économie, lorsque les grands problèmes métaphysiques ne font plus souffrir, laissent indifférents, l'humanité est dégradée, elle devient bestiale. »

     

    Ionesco

     

     

    Une histoire d'épée...

    Charles Martel à la bataille de Poitiers (732)

     

    Charles de Steuben

     

    (Musée d'histoire de France à Versailles)

     



     

    L’épée de Charles Martel

     

     

     

    En 732, toute la moitié Sud de la France fait l’objet de fréquentes incursions des Sarrasins venus de l’Espagne alors occupée par le califat Omeyyade. Charles Martel, maire du palais, c’est-à-dire une sorte de premier ministre tout puissant de la dynastie mérovingienne alors finissante, réunit une armée de chevaliers pour affronter les envahisseurs. Cette rencontre décisive a lieu à proximité de Poitiers. Après un âpre combat, la cavalerie franque met en déroute l’armée Arabe dont le chef, l’émir Abdel Rahman, est tué dans la bataille. Cette victoire est décisive à plusieurs titres. D’abord elle met un terme aux conquêtes musulmanes en Europe occidentale. Obligeant les Arabes à ne plus s’aventurer au-delà des Pyrénées, elle assure la pérennité de la Foi chrétienne sur l’ensemble du territoire Français. Par ailleurs, le prestige que cette victoire a conféré à Charles Martel a également joué un rôle déterminant pour légitimer la dynastie Carolingienne fondée par son fils Pépin-le-Bref.

     

    Conscient de l’importance de cette victoire et certain que c’est grâce au secours de saint Michel qu’il a pu la remporter, Charles Martel, dès son retour de Poitiers, fait envoyer son épée au Mont Saint-Michel pour rendre hommage à celui qu’il considère comme le véritable vainqueur de Poitiers. Plus tard, quand saint Michel apparaîtra à Jeanne d’Arc pour tirer à nouveau notre pays d’une situation désespérée, il lui demandera d’envoyer chercher une épée toute rouillée dans la chapelle de Sainte-Catherine-de-Fierbois. Voici les minutes de son procès à ce propos :

     

    « …Tandis que j'étais à Tours, j'envoyai chercher une épée qui se trouvait dans l'église Sainte-Catherine-de-Fierbois derrière l'autel.

     

    Comment saviez-vous que cette épée fût là ?

     

    Cette épée était en terre, toute rouillée et la garde était ornée de cinq croix. Je sus qu'elle se trouvait là par mes voix, et l'homme qui l'alla chercher ne l'avait jamais vue. J'écrivis aux ecclésiastiques dudit lieu qu'ils voulussent bien m'envoyer cette épée, et ils me l’envoyèrent ».

     

    Bien que Jeanne ne le mentionne pas, la ferveur populaire a très vite conclu que cette épée n’était autre que celle de Charles Martel. Ce qui est sûr c’est que ce n’est pas lui qui a pu la déposer dans la chapelle de Sainte-Catherine-de-Fierbois, car celle-ci n’existait pas en 732.

     

    Mais si saint Michel a insisté pour que Jeanne récupère cette épée, l'aurait-il lui-même placé à Fierbois ?

     



     



     

    Histoire de saints, Histoire de France, histoire qui nous sauva d'abord du Maure et plus tard de l'anglois, !

     

    Mais qui aujourd'hui nous sauvera, puisque nous ne croyons plus à rien, et surtout pas aux saints ! 

     

    Liviaauguatae

     

     


    12 commentaires



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires