•  

     

     

     

    Le vendredi 21 janvier dernier, c'était la commémoration de l'anniversaire de la mort de Louis XVI dernier roi de France, mort à 39 ans sur l'échafaud.

     

     

     

     

     

    « Depuis que, sur une place publique, un souverain, les cheveux coupés, les mains liées derrière le dos, a abaissé la tête sous le glaive au son du tambour, qui conserve la moindre illusion sur la France ? »

     

    Chateaubriand

     

     

     

     

     

    Pour écouter le Lacrimosa-Requiem de Mozart, en mémoire de ce roi, clic sur le lien ci-dessous :

     

    https://www.youtube.com/watch?v=FUaIUHYfhjs

     

     

    Louis XVI en costume de Sacre

     

    Joseph Duplessis

     

     

     

    Ce roi a été caricaturé par beaucoup, à commencer par : M. de Choiseul, le comte de Mercy, l'Abbé de Vermond et enfin par sa belle mère Marie-Thérèse d'Autriche, sans oublier les révolutionnaires qui en ont fait un balourd, un lourdaud sans finesse.

     

    Il était chétif quand il était enfant, mais à l'âge adulte le futur roi se caractérise par un certain embonpoint et une taille hors du commun pour l'époque : 6 pieds et 3 pouces de haut, soit environ 1 mètre 93. Il est également doté d'une forte musculature lui donnant une force étonnante : le roi fait à plusieurs reprises la démonstration de soulever à bras tendu une pelle contenant un jeune page accroupie.

     

    Louis XVI, aime beaucoup la chasse à laquelle il s'adonne souvent et même si il aime, aussi la serrurerie et la menuiserie, c'est aussi un prince très studieux et érudit, qui lit beaucoup : en moyenne 2 ou 3 livres par semaine. (Au cours des 4 mois passés à la Tour du Temple, il dévorera un total de 257 volumes.) Il maîtrise à merveille la langue britannique, lit quotidiennement la presse outre-manche et traduit intégralement en français Richard III d'Horace Walpole. Il est aussi féru d'histoire, de géographie et de sciences, le 21 novembre 1783, il assiste au Château de la Muette à l'envol de la première Montgolfière. Puis au deuxième vol cette fois-ci depuis Versailles où le ballon baptisé en l'honneur de la reine « La Marie-Antoinette » s'élève devant le couple royal et le roi de Suède et comme son grand-père il se passionne aussi pour la botanique, le dessin d'architecture ...

     

    «De l'habileté manuelle de ce prince et de son goût pour la serrurerie et l'horlogerie, on a beaucoup parlé, et on s'est beaucoup moqué...

     

     

    « C’est ainsi que l’on se venge des traîtres »
    Gravure de 1789 dépeignant des soldats ou des miliciens portant les têtes de Jacques de Flesselles et du marquis de Launay sur des piques.

     

     

    Les adieux de Louis XVI à sa famille

     

    Et le dernier jour, un prêtre vint dire la messe dans la prison du roi au Temple, le roi se confessa et put communier.

     

    […] À 8h, il est temps de partir. Le roi monte dans la voiture qui l’emmène vers son funeste destin. Sur l’échafaud, alors que le couperet s’apprête à tomber, l’abbé prononce ces derniers mots : « Fils de saint Louis, montez au Ciel ! » À 10h22, Louis XVI, 39 ans, a rejoint le Ciel. [...]

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     


    votre commentaire
  •  

     

     

     

     

     

     

    La rencontre au désert de Dieu de saint Paul et saint Antoine est la partie centrale du panneau sur bois de la Légende de saint Antoine d'Egypte.

     

    Cette rencontre illustre l'entretien au désert du premier ermite et du premier moine.

     

    Saint Antoine le grand, qui vécut en Egypte de 250 à 356, est le père des moines d'Orient et d'Occident. Il vend ses biens après avoir entendu à la messe le chapitre 19 de l'évangile de Mathieu :

     

    « Si tu veux être parfait, va, vends ce que tu possèdes et donnes le aux pauvres. Puis vient et suis moi. » Il part alors dans le désert montagneux, près de la mer Rouge, à la recherche du père des ermites, Paul de Thèbes, dont la réputation de sainteté est venue jusqu'à lui.

     

    C'est ce qui est mis en scène ici, dans un paysage complètement européen, semé de châteaux et d'églises gothiques. Les deux saints sont représentés plusieurs fois par le peintre. Paul est en prière à l'intérieur de son ermitage, puis il se lève et accueille Antoine sur le seuil de sa grotte. Ce dernier a probablement actionné la corde de la cloche en arrivant, pour signaler sa présence.

     

    Paul (à droite en vert) accueille Antoine (à gauche en noir et pourpre) dans son ermitage creusé dans le rocher. Il ne souhaite pas avoir de disciple et veut rester seul avec Dieu, mais le corbeau, avec lequel il est toujours représenté sur les icônes des chrétiens d'Egypte et qui lui apportait chaque jour un ½ pain, apporte alors un pain entier pour eux deux. Paul comprends la volonté de Dieu et accepte qu'Antoine vienne le rejoindre dans son désert.

     

    La source aménagée en fontaine est un point indispensable dans le désert. C'est aussi le symbole, en peinture, de la grâce divine et du baptême : c'est pourquoi elle est située au premier plan et coule vers l'extérieur en un ruisselet.

     

    A gauche, des diables dans les airs, fondent sur Antoine pour le tenter. Ils sont tronqués car l a scène continue sur le volet gauche. Antoine est agenouillé en prière et contemple Dieu qui lui apparaît dans le ciel.

     

    Le peintre, dont le vrai nom est inconnu, a été pourvu du nom d'emprunt : Le Maître de la Sainte Parenté l'Ancien, d'après une de ses peintures. IL œuvra à Cologne entre 1410 et 1440, où il dirigeait un atelier important, et pratiquait le style doux, une version rhénane du gothique international répandu dans toute l'Europe. Notre tableau est l'une de ses dernières œuvres, plus réaliste que gothique. Il s'y montre influencé, comme tout les peintres de Cologne, par la grande peinture de la Flandres voisine (Visage, traitement des paysages et des rochers) mais avec des couleurs bien différentes. Cologne fut au XVIe siècle un brillant foyer pictural.

     

    Marie-Gabrielle Leblanc

     


    20 commentaires
  •  

     

     

     

    Marie Bracquemond, née Marie Anne Caroline Quivoron, (1er décembre 1840 à Argenton-en-Landunvez – 17 janvier 1916 à Sèvres), est une artiste peintre, graveuse et céramiste française.

     

    Elle est considérée par le critique d'art Gustave Geffroy, comme une des trois « grandes dames » de l'impressionnisme avec Berthe Morissot et Mary Cassatt. Portraitiste avant tout, elle est également peintre de fleurs, de natures mortes, de paysages et de scènes d'intérieur. Elle a aussi exécuté des décorations murales et des dessins pour des vases en céramique..

     

    Longtemps reléguée dans l'ombre de son mari Félix Bracquemond, elle commence à avoir une reconnaissance méritée grâce à de nombreuses expositions sur les femmes peintres au cours de ces dernières années.

     

     

    Trois femmes aux ombrelles

     

     

    Souper sous la lampe

     

     

    Femme à l'ombrelle

     

     

    La sœur de Marie et son fils

     

     

    Sur la terrasse à Sèvres

     

     

    Vase peint

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     


    18 commentaires
  •  

     

     

    Souvent l'hiver, surtout après les fêtes, le moral est en berne, pour essayer de remonter le courant on peut s'inspirer d'Hildegarde de Bingen et se soigner avec de la médecine douce pour faire passer cette sensation de malaise qui nous fait croire parfois que : « tout va plus mal » ! Il paraît que cela marche !

     

    Je me «shoote» en ce moment avec de la passiflore en gélules (prescrit par mon médecin) que j'accompagne d'un grand verre de lait sucré avec du miel, çà marche à peu près... une nuit sur trois !

     

    Livia

     

     

     

    Comment soigner le spleen de l'hiver ?

     

     

     

    Sainte Hildegarde de Bingen est la première naturopathe de l’histoire. Elle était à la fois visionnaire et femme d’action. Elle sera maîtresse des novices, puis abbesse, et fondera par la suite deux autres monastères avec de nombreuses moniales. Hildegarde de Bingen partait en croisade pour prêcher la bonne nouvelles au quatre coins du monde. Peu commun pour une femme à cette époque. Elle a eu une correspondance d’environ 400 lettres avec les grands de son temps (les évêques, les papes, les gouvernants), avec qui elle communiquait dans une grande humilité. Elle a été canonisée et proclamée docteur de l’Église par le pape Benoit XVI en 2012. Cette religieuse bénédictine du XIIe siècle, proclamée Docteur de l’Église, a rédigé des ouvrages célèbres de médecine et de botanique à côté de ses enseignements d’une haute qualité spirituelle. Pour elle, nous avons tous ce qui ressemble à un système d’entretien de la bonne humeur, une trousse à pharmacie naturelle qui peut avoir besoin d’un coup de pouce sous la forme de certaines plantes régulatrices du bien-être mental.

     

    Un modèle pour les femmes d’aujourd’hui

     

    Avec une vie aussi riche, et une œuvre aussi importante, cette femme très complète peut être un modèle pour les femmes d’aujourd’hui. À une époque où les femmes étaient effacées, sainte Hildegarde a laissé son empreinte en fondant des monastères, en enseignant et en correspondant avec les plus grands de ce monde, un peu à la manière d’une autre femme docteur de l’Église, sainte Catherine de Sienne, quelques siècles plus tard.

     

     Découvrez les dix plantes qui devraient vous mettre de bonne humeur :

     

     

    Le Safran

     

    Ses propriétés du sont utilisés depuis longtemps déjà, il améliore les problèmes d'insomnie, stimule la digestion et lutte efficacement contre les déprimes légères

     

     

    La Passiflore

     

    Elle est depuis toujours utilisée contre la dépression légère et les troubles du sommeil, elle n'a en principe pas d'effets secondaires. (je confirme c'est de la Passiflore que je prends quand je dors mal)

     

     

    Le Millepertuis

     

    Connu aussi sous le nom de l'herbe de Saint Jean, a été utilisée pendant des siècles pour traiter la dépression à tel point que L'OMS a reconnu l'intérêt de cette plante pour traiter la dépression légère. (Si c'était vrai, cela se saurait)

     

     

    La Valériane

     

    1. Cette plante traite les troubles du sommeil et l'agitation nerveuse, et n'a aucun effet indésirable. Toutefois comme elle présente des effets sédatifs il est recommandé de ne pas prendre le volant. (Je n'ai pas encore testé celle-ci)

     

    L'Aubépine

     

    Est connue et utilisée depuis l'Antiquité, elle est réputée pour traiter le trouble du sommeil, l'anxiété et les palpitations. (pas encore essayé non plus)

     

     

    La Lavande

     

    Déjà utilisée par les romains dans l'Antiquité pour ses qualités thérapeutiques et son parfum, elle très prisée aujourd'hui en phytothérapie pour des problèmes de sommeil et de nervosité. (il paraît çà marche ???)

     

     

    La Camomille

     

    Favorisant la détente elle apaise les tensions musculaires dues aux contrariés et aide au sommeil

     

     

    Le Tilleul

     

    (comme la tante Léonie de Proust buvons des infusions de tilleul)

     

    Il réduit les troubles nerveux, comme la tachycardie, les migraines, les douleurs musculaires et l'anxiété.

     

     

    Le Ginseng

     

    Est une plante stimulante qui aurait également des effets sur la déprime, l'irritabilité et les troubles du sommeil. Il est surtout utilisé pour stimuler les système immunitaire des personnes fatiguées. (Ce ginseng est très à la mode aujourd'hui, on en met même dans les plats, je déteste, je trouve que cette plante à un goût de parfum)

     

     

     

    Cependant : il est recommandé, avant d’entamer un traitement en phytothérapie, de consulter un médecin formé sur le sujet.

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     


    16 commentaires
  •  

     

     

     

    Pour faire découvrir Paris aux enfants, à la fin juin, nous avons été passer une journée à Paris, afin qu'ils découvrent les principaux monuments de notre belle capitale...

     

    Ce fut une belle journée à courir les monuments même si le ciel était chagrin et nous a arrosé quelque peu nous obligeant à nous réfugier dans un café pour nous abriter afin... de boire un café pour les grands et des jus de fruits ou smoothie pour les enfants...

     

     

     

    Les photos de ma petite fille illustreront cette balade.

     

    Une journée à Paris...

     

    Paris sur Seine...

     

    Une journée à Paris...

     

    La Tour Eiffel incontournable quand on visite Paris, surtout pour la première fois...

     

    Une journée à Paris...

     

    L'arc de triomphe

     

    (malheureusement, on ne peut le photographier sans voiture)

     

    Une journée à Paris...

     

    Le plafond de l'Arc de Triomphe, une véritable œuvre d'art...

     

    Une journée à Paris...

     

    Notre-Dame, qui était à cette époque malheureusement toujours en soins intensifs...

     

    Une journée à Paris...

     

    Visite au Sacré-Cœur, il y avait pas mal de monde

     

    De là-haut la vue sur Paris est imprenable et admirable...

     

    Une journée à Paris...

     

    Les fameuses, mais toujours très moches colonnes de Buren, qui firent couler tant d'encre sous le règne de Mitterand... servent aujourd'hui de sièges aux touristes.

     

    Une journée à Paris...

     

    Le Louvre vu des jardins

     

    Une journée à Paris...

     

    La cour du Musée du Louvre et...sa pyramide.

     

    Une journée à Paris...

     

    l'Opéra Garnier...

     

    Comme on peut le voir sur ces dernières photos, le ciel s'était un peu éclairci

     

    Une journée à Paris...

     

    Les personnages ailés et dorés du toit...

     

     

     

    Nous sommes rentrés fatigués mais contents de notre journée !

     

    Livia

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     


    16 commentaires



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires