•  

     

     

    Le chemin de la vie...

     

     

     

     

     

    Le chemin de la vie…

     

    Allons de l’avant,

     

    Notre pas est compté,

     

    Notre jeunesse s’en va.

     

    Il faut donc avancer,

     

    Vers le fond du temps,

     

    Vers le point final.

     

    Réalité toujours esquivée.

     

    Allez ! Encore ! encore un pas !

     

    Il faut avancer,

     

    Car l’heure va sonner !

     

    Il faudra un jour s'en aller...

     

     

     

     

     

    Est-ce la fin des vacances ?

     

    Ou la violence des anarchistes, racistes et casseurs, qui m'attendait à Nantes ?

     

    Je ne sais. Mais ce soir je me sens las !

     

    Livia

     


    15 commentaires
  •  

     

     

     

    Pour le fric faut-il perdre la joie de vivre ?

     

    Ne le laissons pas nous gâcher l'existence !

     

    Livia

     

    Le savetier et le financier...

    (image internet)

     

    Le Savetier et le financier

     

    Un Savetier chantait du matin jusqu'au soir :
    C'était merveilles de le voir,
    Merveilles de l'ouïr; il faisait des passages,
    Plus content qu'aucun des Sept Sages.
    Son voisin au contraire, étant tout cousu d'or,
    Chantait peu, dormait moins encor.
    C'était un homme de finance.
    Si sur le point du jour, parfois il sommeillait,
    Le Savetier alors en chantant l'éveillait,
    Et le Financier se plaignait
    Que les soins de la Providence
    N'eussent pas au marché fait vendre le dormir,
    Comme le manger et le boire.
    En son hôtel il fait venir
    Le Chanteur, et lui dit : Or çà, sire Grégoire,
    Que gagnez-vous par an ? Par an ? Ma foi, monsieur,
    Dit avec un ton de rieur
    Le gaillard Savetier, ce n'est point ma manière
    De compter de la sorte ; et je n'entasse guère
    Un jour sur l'autre : il suffit qu'à la fin
    J'attrape le bout de l'année :
    Chaque jour amène son pain.
    Et bien, que gagnez-vous, dites-moi, par journée ?
    Tantôt plus, tantôt moins, le mal est que toujours
    (Et sans cela nos gains seraient assez honnêtes),
    Le mal est que dans l'an s'entremêlent des jours
    Qu'il faut chômer ; on nous ruine en fêtes .
    L'une fait tort à l'autre ; et monsieur le Curé
    De quelque nouveau saint charge toujours son prône .
    Le Financier, riant de sa naïveté,
    Lui dit : Je vous veux mettre aujourd'hui sur le trône.
    Prenez ces cent écus : gardez-les avec soin,
    Pour vous en servir au besoin.
    Le Savetier crut voir tout l'argent que la terre
    Avait, depuis plus de cent ans
    Produit pour l'usage des gens.
    Il retourne chez lui ; dans sa cave il enserre
    L'argent et sa joie à la fois.
    Plus de chant ; il perdit la voix
    Du moment qu'il gagna ce qui cause nos peines.
    Le sommeil quitta son logis,
    Il eut pour hôte les soucis,
    Les soupçons, les alarmes vaines.
    Tout le jour il avait l'œil au guet ; et la nuit,
    Si quelque chat faisait du bruit,
    Le chat prenait l'argent : à la fin le pauvre homme
    S'en courut chez celui qu'il ne réveillait plus.
    Rendez-moi, lui dit-il, mes chansons et mon somme,
    Et reprenez vos cent écus.

     

    Jean de la Fontaine

     

     


    20 commentaires
  •  

     

     

    Pour commencer la semaine en douceur.

    Je vous offre, les étoiles et les roses de Victor Hugo.

     

     

    Les étoiles et les roses de Vidtor Hugo...

     

    Les étoiles, au dessus des grands pins...

    (image internet)

     

     

    Tout est doux et clément.

    Tout est doux et clément ! astres ou feux de pâtres, 
    Tout ce que nous suivons de nos yeux idolâtres 
    Tient de Dieu sa clarté. 
    Il est dans les soleils comme il est dans les roses. 
    L'atome est plein de gloire, et les plus grandes choses 
    Sont pleines de bonté.

     

     

     

    Les étoiles et les roses de Vidtor Hugo...

    Elles sont si belles on veut bien croire qu'Il est là-dedans !

    (image internet)



    Ainsi l'étoile d'or, cette splendeur suprême, 
    Ne se contente pas de faire voir Dieu même 
    A l'œil du genre humain, 
    Elle prend en pitié la nacelle qui flotte, 
    Se fait humble, et d'en haut souriant au pilote 
    Lui montre son chemin !

    Victor Hugo

     


    18 commentaires
  •  

     

    C'est pour le jeu café/thé N°94 de Brigitte alias « écureuilbleu », il y a maintenant quelques années, que j'ai écrit ce petit poème inspirée par une promenade en barque avec des amis en Guadeloupe il y a très, très longtemps.

    Comme il fait chaud et beau, je vous invite dans ma barque pour une balade en mer...

    Livia

     

     

     

    Balade en barque...

    Les diamants sur la mer …

    (image internet)

     

    Balade en barque...

     

    Sur les flots harmonieux

    Sous le chaud soleil

    Dans la barque légère

    Nous sommes parti rêver.

     

    La brise marine

    Et la vague écumeuse

    Vers l'horizon lointain

    Nous ont menés rêver.

     

    Nous avons admiré dans l'eau claire

    Des châteaux de coraux

    Hantés par des poissons

    Aux écailles de lumière.

     

    Et avons vu aussi, dessiné dans le ciel

    Par le soleil couchant

    Des pays fabuleux

    Faits de lumière et d'or

     

    Et tout le jour, toux les deux,

    Sous le soleil doré

    Sur les flots harmonieux,

    Nous avons longtemps rêvé !

    Livia

     


    24 commentaires
  •  

     

    Pour commencer la semaine je vous offre un poème d'Armand Sylvestre, c'est un poète oublié aujourd'hui et découvert par hasard au cours d'une lecture.

     

    Mais Dieu que ses aurores brodées d'or, d'argent et de carmin, sont belles !

     

    Livia

     

     

    Les aurores d'Armand Sylvestre...

     

    Lever de soleil...

     

    (image internet)

     

     

     

     

     

    Matutina

     

     

     

    IV

     

    Des jardins de la nuit, s’envolent les étoiles.
    Abeilles d’or qu’attire un invisible miel,
    Et l’aube, au loin tendant la candeur de ses toiles,
    Trame de fils d’argent le manteau bleu du ciel.

     

    Du jardin de mon cœur qu’un rêve lent enivre
    S’envolent mes désirs sur les pas du matin,
    Comme un essaim troublé qu’à l’horizon de cuivre
    Appelle un chant plaintif éternel et lointain.

     

    Ils volent à tes pieds, astres chassés des nues,
    Exilés du ciel d’or où fleurit la beauté
    Et, cherchant jusqu’à toi des routes inconnues,
    Mêlent au jour naissant leur mourante clarté.

     



     



     

    V

     

    L’aurore frange de carmin
    La robe grise de la nue
    Et brode, en passant, l’avenue
    D’un double feston de jasmin

     

    Une aiguille d’or à la main,
    Comme une fée elle est venue
    Mettre leur parure connue
    Au ciel d’azur au vert chemin.

     

    Comme Pénélope, sans trêve,
    Elle recommence le rêve
    Qu’emportera la fin du jour.

     

    Renaissante et mourante flamme,
    Ainsi recommence dans l’âme
    L'œuvre éternelle de l’amour.

     

    Armand Sylvestre

     



     



     

    Un mot sur le poète

     

     

     

    Les aurores d'Armand Sylvestre...

    Armand Sylvestre

     

     

     

    Armand Silvestre, ou Paul-Armand Silvestre, est un écrivain, romancier poète, conteur librettiste et critique d'art français, né le 18 avril 1837 à Paris et mort le 19 février 1901 à Toulouse.

     

    Fils d'un magistrat parisien, il est d'abord destiné à la magistrature. Mais l'étude des mathématiques le conduit à l'Ecole polytechnique dont il sort, en 1859, officier du génie, après avoir publié quelques mémoires scientifiques. Il quitte rapidement la carrière militaire et se consacre à la littérature.

     

    Certains poèmes d'Armand Sylvestre ont été mis en musique par Gabriel Fauré, sous forme de mélodies pour une voix et piano (Le Secret, L'Automne, ...).

     

    Pour l'écouter, clic sur le lien ci-dessous :

     

    https://www.youtube.com/watch?v=DAEnKy1yee4

     

    Son poème Jours Passés a été mis en musique par Léo Delibes sous le titre Regrets.

     

    Pour L'écouter, clic sur le lien ci-dessous :

     

    https://www.youtube.com/watch?v=cVy_i1g_NCU

     

     


    22 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique