•  

     

     

     

     

    « En se retournant on distingue, trop tard, sombrant dans l’océan du temps, la saison, l’instant… »

     

    Gilbert Cesbron

     

     

     

     

     

    Noël est déjà loin, la fête est bien finie !

     

    Les enfants ont regagné leurs pénates depuis longtemps déjà et me manquent beaucoup.

     

    J'ai eu un petit coup de spleen dimanche, après avoir rangé la crèche et tous ses personnages dans le placard, où ils dormiront jusqu'à l'année prochaine

     

    Une nouvelle année à déjà prit les rênes de nos vies, mais où nous conduira-t-elle ? Là est toute la question !

     

    Le monde étant en ébullition, on peut penser qu'il nous faudra supporter encore, des choses plus ou moins supportables.

     

    Quand aux pauvres sapins, qui ont orné les fêtes durant ces quelques jours, ils sont dépouillés de leurs attraits étincelants et finissent pour certains, dans l'âtre en procurant une douce chaleur aux parfums de forêt.

     

    D'autres moins chanceux, sont enveloppés dans des sacs plastique et déposés dans le local à poubelle, où leur vie éphémère d'arbres, se termine piteusement.

     

     

    Après la fête...

    Le sapin abandonné...

     

    (image internet)

     

    Et puis il y a ceux très malheureux, qui meurent dans le ruisseau, jetés après les festivités, ils meurent doucement, humiliés, éclaboussés, salis, sur un trottoir, sous la pluie d'hiver.

     

     

    Après la fête...

    Sapinière

     

    (image internet)

     

     

     

    Rêvent-ils, ces sapins moribonds, aux belles forêts où il sont nés, et aux jardins où ils ont été plantés en vue d'orner les maisons pour les fêtes de fin d'année, enguirlandés et rutilants de colifichets ?

     

    Nous ne le saurons jamais !

     

    Livia

     

     

     


    16 commentaires
  •  

    Il y a quelques jours j'ai lu un article qui fait un peu peur, nous donnons chaque année des étrennes à tout un petit monde qui vient sonner à votre porte pour essayer de vous soutirer quelques sous en échange d'un calendrier, faites donc attention aux arnaques il paraît que cette année il y en a eu beaucoup ! Que ne ferait-on pour chaparder un peu de fric ?

     

    Hier, mon facteur est venu me vendre son calendrier. C'est un jeune homme charmant, qui porte une énorme crête sur le haut de son crâne rasé, mais il n'a pas fait grève, (du moins pour le moment), je lui ai donc acheté un calendrier avec plein de toutous, je l'offrirai à une de mes petites filles qui en raffole.

     

    J'avais déjà donné aux pompiers, fin décembre, car sans eux que deviendrions-nous ? et puis les pompiers ne font jamais grève et sont sur la brèche 24h sur 24 à notre service !

     

    Livia

     

     

    Les étrennes...

    Si seulement je possédais une valise comme celle-ci, je gâterai beaucoup plus de monde !

     

    (image internet)

     



     

    Attention ! Chaque année, de faux facteurs, éboueurs, pompiers ou agents EDF profitent de la saison des étrennes pour démarcher les particuliers à leur domicile, notamment les personnes âgées et espèrent ainsi récolter quelques euros. Pour limiter les risques: Exigez la carte professionnelle de l'agent qui sonne à votre porte, même s'il est en uniforme. Il refuse ou prétexte ne pas l'avoir? Ne le laissez pas entrer et exigez qu’il repasse le lendemain avec sa carte. Vous pouvez également contacter la société dont il prétend dépendre. Ne craignez pas d’être trop prudent, c’est votre droit. À Paris, la mairie a rappelé que "tous les agents municipaux avaient la stricte interdiction de solliciter quelque gratification que ce soit sous peine de sanction disciplinaire". Cela concerne notamment les éboueurs. Si vous avez un doute sur qui a le droit de passer dans votre ville, téléphonez à votre mairie.

     

    - L'agent est à votre porte, vous souhaitez donner mais n’avez pas de monnaie à portée de main? Ne lui proposez pas d'entrer chez vous, faites-le attendre sur le palier. Vous éviterez ainsi qu'une personne mal intentionnée vous dérobe des objets ou repère quels biens vous possédez.

     

    Donner, oui, mais combien?

     

    - En théorie, la tradition veut que les étrennes oscillent entre 5 et 10 euros pour les pompiers, le facteur et les éboueurs. Pour les gardiens d’immeuble, comptez entre 5 et 10% du loyer mensuel. Rien ne vous empêche de donner un peu moins et d’ajouter une boîte de chocolats. Libre à vous de faire de même avec les personnes qui vous aident à domicile (femme de ménage, jardinier...).

     

    En pratique, qu'en est-il ? Certains donne "10 euros pour les pompiers, le facteur et les éboueurs. Moins me paraît insultant et plus, je ne le peux pas

     

    D'autres estiment que l'on pourrait donner aux infirmières qui ont un travail difficile !

     

      "Les facteurs et les éboueurs ont un travail bien rémunéré, certainement pas plus fatiguant que les métiers du bâtiment, les hôtesses de caisse et autres travailleurs de force!"

     

    Rappelons que les étrennes sont une tradition non obligatoire. 

     

     


    10 commentaires
  •  

     

    Je me suis remémoré un souvenirs de mes jeunes années, c'était il y a longtemps, du temps où dans mon école, on fêtait Noël avant de partir pour les vacances, c'est un souvenir charmant pour moi. Mais c'est étrange comme d'un même événement on peut garder un bon ou un mauvais souvenir.

     

    Quand j'en ai parlé à mon frère, il avait l'air toujours aussi en colère contre maman qui avait accepter pour lui ce «rôle idiot» comme il dit.

     

    Je vous offre cette petite anecdote telle que je me la rappelle.

     

    Livia

     

     

    Une crèche très vivante...

    Mes lumières de Noël

     

     

    Une crèche très vivante...

    Dans ma crèche, les anges, et les petits moutons, sont très sages, il y a même un petit ange qui dort.

     

     

     

     

     

    Une crèche (très) vivante

     

    A l'Externat des sœurs de Saint Joseph de Cluny, tous les ans pour la fête de Noël, les sœurs organisaient une petite fête avant le départ en vacances. Nous apprenions des chants dont le fameux renne au nez rouge du Père Noël, ou encore Mon beau sapin, et pour des gamines qui n'avaient jamais vu : ni neige, ni sapins, ni rennes et ni père noël c'était un rêve de Noël.

     

    Et tous les ans la petite fête se terminait par la crèche vivante, composée des élèves des petites classes dont je faisais partie, je devais avoir alors dans les 7-8 ans. Et cette année-là, allez savoir pourquoi, la sœur qui organisait cette crèche avait décidé d'avoir un petit garçon pour incarner Saint Joseph, c'était une amie de maman et elle connaissait très bien notre famille, elle réclama un de mes frères celui qui avait juste 1 an de plus que moi, maman avait accepté et mon frère qui était très timide, était furieux de se retrouver le seul garçon dans cette école de fille (à l'époque les filles et les garçons étaient séparés et ce qui n'était pas plus mal) et sa timidité se changea carrément en angoisse !

     

    Ma petite sœur (5 ans), se retrouvait en petit mouton, ils étaient très nombreux les petits moutons et les bergers avaient fort à faire avec eux.

     

    Une maman avait bien voulu prêté son bébé d'un mois (c'était en réalité une petite fille) pour incarner le Petit Jésus, et cette petite fille a été très sage, elle a un peu gazouillé au début, puis elle s'est endormie, les chants de Noël l'ont sans doute bercée ? (Cela on me l'a raconté, je ne m'en souvenais pas).

     

    Les mamans étaient aussi présentes pour habiller leurs enfants. Maman avait fort à faire, car il fallait qu'elle aide Saint Joseph (mon frère) à s'habiller et qu'elle lui remonte le moral, qu'elle habille son petit mouton (ma petite sœur) et calme son ange (moi en l'occurrence), ce dernier étant très excité.

     

    Mais voilà qu'un petit mouton très entreprenant, tomba amoureux de saint Joseph et le colla durant tout le spectacle, et hélas pour le pauvre saint Joseph, ce petit mouton ayant deux mains, il pouvait donc lui enlacer les jambes, lui tenir la main, etc... le pauvre Joseph, qui ne l'oublions pas était d'une grande timidité était tétanisé et n'osait rien faire, il dû supporter durant tout le temps que dura les chants de Noël, les marques d'affection de ce petit mouton entreprenant.

     

    Une fois à la maison il laissa éclater sa colère, et jura que plus jamais il n'irait dans cette école de filles interpréter quoique ce soit! On comprend ce pauvre Joseph, après les affres assumés durant la représentation... j'avoue que je n'aurai pas aimé aller dans son école de garçon pour interpréter la Sainte Vierge !

     

    Joseph étant un des prénoms de mon frère, je me demande aujourd'hui, si ce n'est pas pour cela que la sœur l'a choisit ?

     

    Livia

     

     

     


    14 commentaires
  •  

     

     

    « Les enfants peuvent nous apprendre à profiter du temps qui passe plutôt qu’à regretter le temps qu’il fait. »

     

    Christiane Collanges

     

     

     

    Mon petit-fils adore dessiner, alors quand il m'a apporté le dessin de ses îles imaginaires, je lui ai proposé de les nommer, ce sont des îles du Sud m'a-t-il précisé, il a tenu à apporter des précisions sur les températures que l'on pouvait y rencontrer.

     

    Mon petit fils et moi, avons passer un long et agréable moment à nommer ces îles, suivant leur forme et leur emplacement, comme par exemple : l'île «Torticolis» qui part un peu dans tous les sens et la petite «île Coincée» en dessous de l'île de la botte.

     

    Livia

     

     

    Les îles imaginaires...

     

    Les îles imaginaires de mon artiste en herbe...

     

     

     

     

     

     


    18 commentaires
  •  

     

     

     

    Je vous propose aujourd'hui de visiter les crèches dans le monde. Nous allons commencer par une très belle crèche en Italie, que le pape François aime beaucoup. J'avoue que je partage l'avis du pape sur cette crèche.

     

    Livia

     

     

    Les crèches du monde...

    Cette crèche en Italie est intitulée :« Que maman se repose » : Ou l'on voit Marie qui dort tandis que Joseph, un peu plus loin, tient dans ses bras un Enfant-Jésus qui semble dormir les bras écartés.

     

    Le pontife a souligné que cette image témoignait de « la tendresse d’une famille et d’un mariage ». « La crèche, est comme un Évangile vivant ».

     

    La crèche « manifeste la tendresse de Dieu », poursuit le successeur de Pierre. « Lui, le Créateur de l’univers, s’abaisse à notre petitesse ».

     

     

    Les crèches du monde...

    Des blocs de glace offre un abri à la Sainte Famille, pour cette crèche en Russie.

     

     

    Les crèches du monde...

    La crèche en bois d'ébène en Afrique, est d'une grande sobriété et la Sainte Famille est accueillie dans la case traditionnelle

     

     

    Les crèches du monde...

    Aux Philippines, Joseph et Marie sont magnifiquement vêtus de soieries et le Petit Jésus est enveloppé quand à lui dans une couverture d'or.

     

     

    Les crèches du monde...

    En Lituanie comme en Afrique la sobriété est de mise, dans cette crèche minimaliste

     

     

    Les crèches du monde...

    Naples étant le paradis des crèches, celle représentée ici est d'inspiration baroque, art qui a connut son âge d'or au XVIIIe siècle. Aujourd'hui, Naples poursuit cette tradition.

     

     

    Les crèches du monde...

    Au Pays Bigouden, la Sainte Famille, habillée avec de costumes bretons, est accueillie dans la traditionnelle maison bretonne, et Jésus est bercé au son des binious

     

     

    Les crèches du monde...

    Au Pakistan sous la lumière des étoiles, la Sainte Famille ainsi que tout les membres composants la crèche, sont habillés en kurtas, vêtement traditionnels du pays. Le costumes des rois Mages sont plus élaborés et sont ornés de perles et de fils d'or.

     

     

    Les crèches du monde...

    A Tahiti, c'est en paréo sous les palmiers que la Sainte Famille a trouvé refuge, Jésus est bercé par les sons du Yukulélé.

     

     

    Les crèches du monde...

    Au Guatémala, la Sainte Famille endosse le vêtement traditionnel des Mayas, brodé ou tissé, ils sont ornés de motifs ancestraux.

     

     

    Les crèches du monde...

    Vivante ou statique, la crèche est un élément important dans la tradition de Noël en Provence.Tous les habitants et les animaux des villages sont invités à la crèche.

     

     

    Les crèches du monde...

    Marie, Joseph et Jésus, ont coiffé le bonnet péruvien, dans cette crèche au Pérou

     

     

    Les crèches du monde...

    Nous voici aux Etats Unis d'Amérique, au pays des Navajos et là aussi la sainte Famille endosse les habits ancestraux de ces derniers.

     

    Aleteia

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     


    22 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique