•  

     

    Pause vacances d'été...

     

    Bruyères sur la lande bretonne...

     

    (Photo prise en 2010 en Côtes d'Armor)

     

     

     

     

     

    Blog en Pause.

     

    Je vous souhaite à tous un bel été et de bonnes vacances.

     

     

     

    Et durant ces vacances suivons le conseil d'André Breton :

     

    « Ne pas alourdir ses pensées du poids de ses souliers »

     

    A bientôt

     

    Liviaaugustae

     


    20 commentaires
  •  

     

     

     

     

    « En te levant le matin, rappelle-toi combien précieux est le privilège de vivre, de respirer, d'être heureux. »

     

    Marc Aurèle

     

     

    Invitation aux vacances...

    Fenêtre ouverte sur les vacances...

     

    (photo prise au Pays Basque, de la terrasse du gîte où nous avons résidé l'été dernier)

     

     

     

     

     

     

     

    « Les grandes vacances sont là. Plein soleil, pluies diluviennes, orages furieux : peut me chaut, je me claquemure dans ma maison. Dès l'arrivée des enfants et petits-enfants, elle évoque Berlin ou Dresde après les bombardements alliés. C'est le prix à payer pour goûter les joies des retrouvailles en famille. Je paye et ne m'en plains pas.

     

    L'été, je n'ai qu'un ennemi : La culture. Elle sévit en tout lieux, c'est une déferlante. Chaque jour, la presse locale assigne aux estivants un devoir de vacances.

     

    Musique baroque dans une église, expo de photographies anciennes ou d'objets artisanaux, un son et lumière dans les ruines d'un château en costumes d'époques, la prestation d'un groupe folklorique andin ou breton, représentation théâtrale engagée... Il a aussi les randonnées pédestres à vocation didactique, la visite d'un centre de ville historique avec écouteur. Ajoutez les festivals dérivés de celui d'Avignon qui prolifèrent comme du chiendent...

     

    A chacun sa pitance culturelle. La mienne se contente de mes auteurs favoris, tous lisibles en collection de poche et de mes compositeurs de prédilection en CD. Cela ne coûte rien au contribuable, et laisse du temps...

     

    Ce temps voluptueux où corps et âmes, nous prenons congés de celui des horloges. Ce temps béni où chacun redevient jusqu'au terme des congés payés, papillon, lézard ou couleuvre. Le temps, notre trésor le plus précieux, qui se dilapide bêtement si l'on succombe à la tentation d'aller consommer dans la cohue , la culture des « cultureux » ? Résister à leur harcèlement n'est pas difficile, il suffit d'obéir à l'injonction de nos désirs.

     

    J'écris ces lignes allongé sur un canapé, un roman de Balzac à portée d'une main, un verre de Campari-pamplemousse à portée de l'autre ; et, pour accompagner mon oisiveté, j'ai inséré un enregistrement des sonates de Haydn dans le lecteur CD.

     

    C'est en cet aimable compagnonnage que je cultive ma désertion de leur culture.

     

    Denis Tillinac

     

     

     

    Je compte faire exactement comme le conseille Denis Tillinac (mis à part le Campari-pamplemousse), écouter de la musique choisie par moi et lire les auteurs que j'apprécie, faire les balades et les visites de monuments que j'aurai choisies, en désertant « la culture obligée »...

     

    Et suivre l'injonction de mes désirs profonds !

     

    Liviaaugustae

     

     


    14 commentaires
  •  

     

    « La vie c'est la communication de proche en proche »

     

    Victor Hugo

     

     

    Ces écrits venus du coeur...

    Les petits mots aussi entretiennent l'amitié et... l'amour !

     

    (image internet)

     

     

     

    J'ai lu cet article sur internet, il paraît qu'envoyer des cartes postales à nos proches et amis cela fait ringard, dixit les jeunes qui le nez vissé sur leurs smartphones, envoient toutes les secondes à peu près , un SMS avec photo ce qui, d'après eux remplace « vachement mieux » les cartes postales ! C'est super, génial, méga, plus top, plus in et que sais-je encore ?

     

    Il faut avouer aussi que « ces jeunes » peine tellement à écrire correctement leur langue, qu'ils trouvent plus « pratique »  d'écrire quelques mots tronqués sur un smartphone.

     

    Cependant, n'étant plus une « jeune » je préfère envoyer des cartes postales, souvenirs de vacances, aux fêtes et aux anniversaires, des cartes de vœux que je vais choisir avec amour pour ceux que je porte dans mon cœur, car il y a un grand choix, toutes plus belles les unes que les autres, et pour toutes les bourses, cossues ou pas !

     

    Cependant dixit cet article, (sont-ce les « vieux »  qui les envoient ?) la carte postale et la carte de vœu se vend encore très bien.

     

    Car, aller faire le tour des buralistes, des kiosques ou magasins qui les vendent, et trouver LA carte dont on rêvait, est déjà un petit plus durant les vacances... et puis c'est un souvenir qui reste, et qui prouve que l'on pense à vous, donc que l'on a de l'affection, voire de l'amour pour vous, alors pas d'hésitations durant l'été, écrivons des cartes postales, des cartes de vœux pour les fêtes et anniversaires, un petit mot gentil écrit sur le bord d'une table à la terrasse d'un café, ou à la plage sur les genoux, (là attention à l'écriture), vaut bien au moins deux sourires !

     

    En plus, on peut collectionner ces cartes, moi qui vous parle, j'en ai deux grandes boîtes pleines, je les relis parfois et redécouvre avec émotion : l'écriture pointue de maman, celle élégante et calligraphiée de ma marraine, ainsi que les pattes de mouches d'une amie décédée qui me ramènent au temps où elle et moi, étions jeunes et belles et... heureuses par dessus le marché !

     

    Liviaaugustae

     

     


    16 commentaires
  •  

     

    Et si nous parlions du melon qui nous fait de l'œil sur les marchés, dans les épiceries et dans les supermarchés tous les étés ?

     

    Comme le dit Voltaire : « c'est une outre de jus, un boulet de lumière, un chef d'œuvre de l'été. »

     

    Et La Marquise de Sévigné qui le découvre en villégiature à Grignan en devient fort friande.

     

    J'avoue que je les comprends tous deux car je suis fort friande de melons, en ce moment où nous connaissons une grande chaleur, j'en mange souvent.

     

    Et comme je ne l'ai encore jamais déguster en salade, je vais essayer la recette des grécos/romains avec du vinaigre et du poivre...

     

    Liviaaugustae

     

     

    Du soleil dans l'assiette...

    Nature morte au melon(1872)

     

    Claude Monet

     

     

     

    Bien qu'il soit sucré, qu'on en fait des confitures et des glaces, le melon est un légume et fait partie de la famille des cucurbitacées au même titre que le concombre, le potiron et la courgette.

     

    Il fut d'abord cultivé en Afrique, il se retrouve en Grèce et en Italie où il est dégusté avec du vinaigre et du poivre. Il faudra attendre le XVe siècle pour qu'il soit enfin cultivé en France.

     

    Pour certains gastronomes, la présence d'une petite aréole à la base du fruit, est un signe de qualité, indiquant un melon « femelle ». La largeur de l'aréole est selon une légende, en rapport avec l'érotisation de ce légume, un indicateur selon lequel il serait meilleur et bien plein. En réalité, il s'agit seulement d'un indicateur concernant la variété.

     

    Et bien qu'il existe des fleurs femelles le melon lui, n'a pas de genre.

     

     

    Du soleil dans l'assiette...

    Feuilles, vrilles et fleurs de melon

     

     

     

    Quand aux appellations, elles n'ont rien à voir avec son origine géographique, il s'agit d'une appellation commerciale. Le melon charentais par exemple est cultivé principalement : dans le Sud-Est, le Centre-Ouest et le Sud-Ouest, mais peut aussi bien être cultivé au Maroc ou en Espagne.

     

    Le dossier pour décrocher le précieux label a été déposé par un groupe de producteurs mais pour l'heure, seuls trois productions sont protégés : les melons du Haut-Poitou, ceux du Quercy et...ceux de Guadeloupe.

     

     

    Du soleil dans l'assiette...

    Un boulet de lumière...

     

     

     

    L'IGP désigne un produit dont les caractéristiques sont liées à un lieu géographique et garantit sa qualité. Cela protège également au niveau européen. C'est le cas par exemple : du sel de Guérande et des anchois de Collioure.

     

    Il faut en moyenne 90 jours au melon pour mûrir et être récolté, mais si l'ensoleillement est important en juin et juillet ils n'auront besoin que de 60 jours...

     

    (Images wikipédia)

     

     

     

     


    14 commentaires
  •  

     

    Le chrétien se dissout dans l'eau tiède !

     

     

    Quanrante jours après...

    Vitrail représentant la Pentecôte...

     

     

     

     

     

    Il y a quarante jours, l'Esprit Saint descendait, embrasant et purifiant nos cœurs à la flamme de son amour. Il n'est pas venu allumé une flammèche tremblotante, mais une fournaise ardente pour faire de nous des Apôtres tout feu tout flamme.

     

    Feu de paille, feu d'enfer ou feu de joie ? Que reste-t-il de ce feu de Pentecôte ?

     

    Contrairement au pubs pour détergents miracles, notre âme ne s'est pas nécessairement sentie décapée de fond en comble. On attendait un big-bang et...rien.

     

    Ce n'est pourtant pas un mou ! Comme Jésus Il « vomit les tièdes ». Voilà qui est clair – à défaut d'être poétique. « Tu as perdu ton amour d'antan », reproche-t-il à l'Eglise d'Ephèse : « Tu n'es ni froid ni bouillant lance-t-il également à l'Eglise de Laodicée.

     

     

     

    L'Esprit « vomit » les tièdes car ils sont indigestes. Avez-vous déjà bu du thé tiède ? Beurk ! Et du Coca tiède ? Beurk également !

     

    Si le Coca se boit bien froid, le chrétien, comme le thé, se déguste bouillant. L'Esprit veut que nous soyons comme Lui un buisson ardent, un brasier d'amour. Notre Dieu ne se contente pas du minimum syndical ! Ils nous veut tout entier à Lui, Il nous veut aimants passionnés. Voilà pourquoi saint Paul ne cesse d'exhorter les nouveaux chrétiens à rester fervents. Avec Paul, d'ailleurs, on est à l'abri du discours consensuel « qui va bien » et de toute forme de compromis relativiste.

     

    Eau froide, eau tiède , connaît pas ! [...]

     

    Juliette Levivier

     

     

     

     

     

    Je vous offre ce petit billet humoristique, retrouvé dans mes cartons.

     

    L'humour de cette journaliste m'amuse beaucoup, j'espère que vous apprécierez aussi...

     

    Liviaaugustae

     

     


    12 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique