•  

     

     

     

    1er Octobre 2019

     

     

     

    Si le ciel est bleu sur cette miniature en octobre, en réalité, il fait gris, il pleut et il fait un peu frisquet...

     

    Calendrier...

    La scène paysanne du premier plan représente les semailles. À droite, un homme sème à la volée. Des pies et des corneilles picorent les graines qui viennent d'être semées, à proximité d'un sac blanc et d'une gibecière. Derrière, un épouvantail en forme d'archer et des fils tendus, sur lesquels sont accrochés des plumes, sont destinés à éloigner les oiseaux. À gauche, un paysan à cheval passe la herse sur laquelle est posée une pierre qui permet aux dents de pénétrer plus profondément dans la terre. Il recouvre ainsi les grains qui viennent d'être semés. À l'arrière-plan, le peintre a représenté le Palais du Louvre. Du château au centre, on distingue, outre le donjon central qui accueillait alors le trésor royal, la façade orientale à droite, encadrée par la tour de la Taillerie et la tour de la Chapelle, et à gauche la façade méridionale, avec ses deux tours jumelées au centre. L'ensemble est entouré d'une enceinte ponctuée de trois tours et de deux bretèches, visibles ici. Sur la rive, des personnages conversent ou se promènent.

     


    16 commentaires
  •  

     

     

     

    Lundi 23 septembre 2019

    L'automne arrive aujourd'hui sur le calendrier, et déjà il pleut !



    «  « Bientôt nous plongerons dans les froides ténèbres,

    Adieu vive clarté de nos étés trop courts. »

    Charles Baudelaire

     

     

     

    Automne...

    C'est l'automne !

    (image internet)



    Requiem d'automne

    « Tout ce que le monde m'offre ici-bas
    pour me consoler me pèse »
    (Imitation de Jésus-Christ.)


    L'automne fait gronder ses grandes orgues grises
    Et célèbre le deuil des soleils révolus,
    L'avare automne entasse aux rebords des talus
    Les vols de feuilles d'or que flagelle la bise.

    Stérile et glacial reliquaire où s'effrite
    Ce qui ne peut pas être avec ce qui n'est plus,
    L'âme s'entrouvre, et son fragile cristal nu
    Vibre et s'étoile au bruit des branches qui se brisent.

    Le dôme clair de la forêt tremble sans trêve,
    Tandis que, prompt et froid et sifflant comme un glaive,
    Le vent aigu du Doute effeuille tes croyances.

    Que ce soit donc l'automne enfin de ta jeunesse,
    Ô toi qui vas, au temps où les roses renaissent,
    Ramasser d'âcres fruits sous l'arbre de Science.

    Charles Guérin


    16 commentaires
  •  

     

     

     

    Calendrier...

     

    L'automne à l'œuvre sur le bord des chemins...

     

    (image internet)

     

     

     

    L'été s'en va doucement sur la pointe des pieds... le soleil fait la grasse matinée et le soleil peine à se lever, pas de crépuscule les soirées écourtées sont plus fraîches. Dans les forêts et sur le bord des chemins certaines essences se parent déjà d'or et le lierre rougit jusqu'en haut du toit.

     

    Aidée de ma petite fille, j'ai ramassé et rempli un panier avec les noisettes du jardin, nous les dégusterons l'hiver prochain.

     

    Livia

     

     

     

    Calendrier...

    Miniature « Les très riches heures du duc de Berry »

     

    Septembre est illustré par les vendanges. Cinq personnages cueillent du raisin tandis qu'un homme et une femme, apparemment enceinte, se reposent. Les grappes sont déposées dans des paniers qui sont ensuite vidés dans des hottes fixées sur des mulets. Ces hottes sont elles-mêmes déversées dans des cuves chargées dans des charrettes tirées par des bœufs. Le second plan est entièrement occupé par le château de Saumur en Anjou, région déjà viticole à l'époque. Les tours sont coiffées de girouettes à fleurs de lys. À ses abords, une lice est représentée avec sa barre centrale et son mur de

     


    12 commentaires
  •  

     

     

    Lundi 1er juillet 2019

     

     

     

    Le temps a passé très vite, l'été déjà amorcé le 21 juin est déjà bien entamé, il faut se presser d'en profiter.

     

     

     

    Le temps des moissons...

    Enluminure : Les Riches heures du Duc de Berry

     

    Les travaux du mois de juillet représentent la moisson et la tonte des moutons. Deux personnages fauchent les blés à l'aide d'un volant et d'une baguette. Un volant est une longue faucille ouverte dont le manche fait angle avec le plat de la lame. À l'aide de la baguette, ils dégagent un paquet de tiges qu'ils coupent en lançant le volant. Les moissonneurs avancent de l'extérieur de la parcelle en se dirigeant vers son centre en tournant. L'un d'entre eux porte une pierre à aiguiser à la ceinture. Deux autres personnages, dont une femme, coupent la laine des moutons à l'aide de forces. Exception faite des montagnes imaginaires, le paysage représente, au premier plan, la rivière Boivre se jetant dans le Clain, à proximité du palais comtal de Poitiers.

     


    16 commentaires
  •  

     

     

    21 juin 2019

    L'été !

    On l'attend toute l'année,

    On en rêve surtout l'hiver aux arbres dépouillés,

    Et quand le ciel tout gris pleure inlassablement.

    Aujourd'hui, l'été est de retour,

    Pourtant le ciel est chaotique,

    Et le vent et la pluie sont souvent de la partie.

    Livia

     

     

     

    L'été...

    Summer (été)

    Andrea Casali

     

    Sensation

    Par les soirs bleus d’été, j’irai dans les sentiers,
    Picoté par les blés, fouler l’herbe menue :
    Rêveur, j’en sentirai la fraîcheur à mes pieds.
    Je laisserai le vent baigner ma tête nue.

    Je ne parlerai pas, je ne penserai rien :
    Mais l’amour infini me montera dans l’âme,
    Et j’irai loin, bien loin, comme un bohémien,
    Par la Nature, – heureux comme avec une femme.

    Arthur Rimbaud


    24 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique