•  

     

     

    « Il y avait une excitation palpable dans l'air, portées par le vent, gorgées de soleil, les senteurs bourgeonnantes, éblouissantes du printemps. Des lilas exubérants qui commençaient tout juste à défleurir et dans le petit fossé au bord de la route des lys tigrés encore en bouton, d'un vert éclatant... »

     

    Joyce Carol Oates

     

     

    La campagne au printemps...

     

    (Image internet)

     

     

     

    Après l'hiver

     


    La nuit meurt, l'hiver fuit ; maintenant la lumière,
    Dans les champs, dans les bois, est partout la première.
    Je suis par le printemps vaguement attendri.
    Avril est un enfant, frêle, charmant, fleuri ;
    Je sens devant l'enfance et devant le zéphyr
    Je ne sais quel besoin de pleurer et de rire ;
    Mai complète ma joie et s'ajoute à mes pleurs.
    Jeanne, Georges, accourez, puisque voilà des fleurs.
    Accourez, la forêt chante, l'azur se dore,
    Vous n'avez pas le droit d'être absents de l'aurore.
    Je suis un vieux songeur et j'ai besoin de vous,
    Venez, je veux aimer, être juste, être doux,
    Croire, remercier confusément les choses,
    Vivre sans reprocher les épines aux roses,
    Être enfin un bonhomme acceptant le bon Dieu.

    Ô printemps ! bois sacrés ! ciel profondément bleu !
    On sent un souffle d'air vivant qui vous pénètre,
    Et l'ouverture au loin d'une blanche fenêtre ;
    On mêle sa pensée au clair-obscur des eaux ;
    On a le doux bonheur d'être avec les oiseaux
    Et de voir, sous l'abri des branches printanières,
    Ces messieurs faire avec ces dames des manières.

     

    Victor Hugo

     

     


    28 commentaires
  •  

     

     

    20 mars 2017

     

    Aujourd’hui, retour officiel du Printemps… pas forcément dans le ciel !

     

     

     

    « Mais qu'importait ? En ce moment, c'était la saison des fleurs... »

     

    Marcel Proust

     

     

    Spring (Printemps)

     

    Andrea Casali

     

     

     

    Printemps

     

    Voici donc les longs jours, lumières, amour délire !

     

    Voici le printemps ! Mars, avril au doux sourire,

     

    Mai fleuri, juin brûlant, tous les beaux mois amis !

     

    Les peupliers, au bord des fleuves endormis,

     

    Se courbent mollement comme de grandes palmes ;

     

    L'oiseau palpite au fond des bois tièdes et calmes ;

     

    Il semble que tout rit, et que les arbres verts

     

    Sont joyeux d'être ensemble et se disent des vers.

     

    Le jour naît couronné d'une aube fraîche et tendre ;

     

    Le soir est plein d'amour ; la nuit, on croit entendre,

     

    Quelque chose d'heureux chanter dans l'infini.

     

    Victor Hugo

     

     


    24 commentaires
  •  

     

     

    Mercredi 1er Février 2017

     

     

     

    Après nous avoir offert du froid dans un ciel bleu glacé mais paré de soleil, l'hiver noie la ville dans un emportement de gris de vent et de pluie !

     

     

    Le lierre d'hiver...

    Lierre dans les bois...

     

    (image internet)

     

     

     

     

     

    De racine en racine,

     

    Le lierre au ras du sol

     

    Court en sa verdure,

     

    Ou grimpant fort

     

    En un labyrinthe hasardeux,

     

    Sur l'orme, le frêne ou l'aulne

     

    Il s'égare et autour de chaque tronc

     

    Tisse un réseau fantastique

     

    Et chaque rameau il enlace et l'enjolive de feuilles

     

    Aux formes multiples,

     

    De fleurs vert pâle et jeunes bourgeons.

     

    Le lierre, des fleurs de nos régions

     

    La plus tardive, disperse

     

    Ses calices vert pâle et mûrit ses graines

     

    Noires et luisantes pour nourrir,

     

    Insensible au givre hivernal,

     

    La foule gémissante des petits oiseaux ;

     

    Le lierre, la plus belle des plantes,

     

    La plus rapide à couvrir les arbres tout proches

     

    Et les troncs et les branches

     

    De feuilles lisses, étincelantes,

     

    Qui s'enroulent tenaces

     

    Et vêtent les bois sans cela déserts

     

    D'un habit frais et vert.

     

    Monseigneur Mant

     

     


    16 commentaires
  •  

     

     

    Requiem d'hiver...

     

    L'arbre dépouillé par le vent du nord, vu de ma fenêtre...

     

     

     

    Bien que le soleil se balade dans un ciel bleu, il fait un froid de loup qui nous arrive des pays nordiques et le vent du nord qui s'est levé, fait trembler les feuilles sèches sur les branches du jardin.

     

    En passant, pour jouer, il emporte parfois une feuilles ou deux , les balance un moment, les retrousse et les fait virevolter en cadence...

     

    Le vol lourd d'un corbeau fend l'air glacé, il a sûrement la faim au ventre, car plus de nid à dépouiller, les geais et les colombes, ont quitté le grand marronnier, je ne sais où ils sont allée pour passer l'hiver au chaud.

     

    Il semble que la terre transie, ne respire plus et tremble de froid  elle aussi !

     

    Liviaaugustae

     

     

     

    Pour accompagner la mort de la nature je vous offre ce sublime Requiem de Dvorak, si vous désirez l'écouter, clic sur le lien ci-dessous :

     

    https://www.youtube.com/watch?v=aPxHEN9lXCU

     


    22 commentaires
  •  

     

     

    21 Décembre 2016

     

    L'hiver est officiellement arrivé sur le calendrier !

     

     

    L'hiver...

    Photo prise de ma fenêtre, en févier 2012,

     

    (C'est un phénomène hivernal très rare à Nantes je ne l'ai vu que très rarement et la neige ne tient jamais plus de deux jours ici, nous n'en avons pas eu depuis).

     



     

    En hiver la terre pleure

     

    En hiver la terre pleure ;

     

    Le soleil froid, pâle et doux,

     

    Vient tard, et part de bonne heure,

     

    Ennuyé du rendez-vous.

     



     

    Leurs idylles sont moroses.

     

    Soleil ! Aimons ! Essayons.

     

    O terre, où donc sont tes roses ?

     

    Astre, où sont donc tes rayons ?

     



     

    Il prend un prétexte, grêle,

     

    Vent, nuage noir ou blanc,

     

    Et dit : « C'est la nuit, ma belle ! [...]

     

    Victor Hugo

     



     

    Que dire après Hugo ?  

     

    Seulement qu'il faut supporter l'hiver, pour arriver au printemps qui nous conduira à l'été et puis...tout recommencera !

     

    Liviaaugustae

     

     


    16 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique