•  

     

    L'espèce la plus menacée...

     

    Prométhée enchaîné

     

    Pierre Paul Rubens

     

     

     

     

    La civilisation occidentale s'est, au long des siècles, construite sur le respect inconditionnelle de la personne humaine. Depuis que le respect de la personne humaine est devenu relatif, à la suite de vote démocratique qui ont renié la sagesse des Anciens (Hippocrate 400 ans av. J.C), la civilisation occidentale se déconstruit à vue d'œil. [...]

     

    Depuis qu'il a souverainement décidé d'être son propre créateur, en abandonnant ses quartiers de noblesse divine, et de définir lui-même à quelle condition « il est », l'homme est devenu l'espèce la plus menacée de la création. Depuis que la modernité a inventé la tyrannie du bonheur pour tous (cette idée neuve en Europe), dans un paradis terrestre contemporain qui ressemble à un parc d'attraction perpétuellement démodé, elle a créé l'enfer pour tous. L'homme étant devenu la variable d'ajustement d'une civilisation qui n'a plus de nom, l'homme n'est plus dans l'homme, le politique n'est plus dans le politique et Rome n'est plus dans Rome. […]

     

    Le monde occidental a accepter de n'avoir plus ni origine (avortement systématique de l'enfant dépourvu de projet parental), ni fin (euthanasie pour mettre un terme à une vie illimitée), ni sens (indifférenciation sexuelle). […]

     

    L'état de droit n'a plus rien à voir avec ce qui est juste, c'est le triomphe du droit et la défaite de la justice. L'homme est en miettes mais chaque miette vaut de l'or. Le ventre des femmes est un nouvel Eldorado. […]

     

    Le marché de la technoscience touche les dividendes de génocides permanents. […]

     

    Nous avons fait allégeance sur le plan culturel à des dominants qui définissent notre périmètre d'évolution et nous chargent même de faire avance certains de leurs projets. Comme le poisson rouge dans son bocal, nous sommes en liberté surveillée, associée à une soumission à nos adversaires auxquels nous finissons par nous habituer. […]

     

    Or, nous ne pouvons plus nous payer le luxe de cette liberté surveillée. Nous sommes dos au mur sur le plan spirituel, politique et démographique. L'enjeu est de s'opposer à cette destruction programmée du réel. Pour cela il est indispensable et urgent de poser à la fois des gestes et des paroles. […]

     

    Jean-Marie Le Méné, président de la Fondation Jérôme Lejeune

     

     

     

    Comme Prométhée, si nous ne réagissons pas, nous risquons d'être dévorés par ceux qui nous gouvernent (très mal d'ailleurs) et par les aigles de la mondialisation...

     

    Liviaaugustae

     


    22 commentaires
  •  

     

     

     

     

     

    Le lion dépecé...

     

    (image internet)

     

     

     

    [...]  Ma fille est délicate ;

     

    Vos griffes la pourrons blesser

     

    Quand vous voudrez la caresser.

     

    Permettez donc qu'à chaque patte

     

    On vous les rognes, et pour les dents,

     

    Qu'on vous les lime en même temps.

     

    Vos baisers en seront moins rudes,

     

    Et pour vous plus délicieux ;

     

    Car ma fille y répondra mieux ,

     

    Etant sans ces inquiétudes.

     

    Le lion consent à cela,

     

    Tant son âme était aveuglée !

     

    Sans dents ni griffes le voilà,

     

    Comme place démantelée.

     

    On lâche sur lui quelques chiens :

     

    Il fit fort peu de résistance.

     

    Jean de La Fontaine

     

     

     

    N'est-ce pas ce que le sieur Macron fait de nous ?

     

    Nous voilà aujourd'hui sans griffes et sans dents...

     

    Il promit beaucoup, mais qu'en est-il sortit ?

     

    Du vent ! Comme le dit Monsieur de La Fontaine

     

    Car comme la montagne il accoucha d'une souris.

     

     

     

    Et Molière de rajouter :

     

    « Je voudrais bien savoir si la grande règle de toutes les règles n'est pas de plaire ? »

     

     

     

    Mais il ne plaît plus !

     

    84°/° de français en ont ras-le-bol !

     


    20 commentaires
  •  

     

     

    « Selon que vous serez puissants ou misérables ;

     

    Les jugements de cour vous rendront blanc ou noir. »

     

    Jean de La Fontaine

     

    (Les Animaux malades de la peste)

     

     

     

    Deux poids, deux mesures...

    Gravure de Gustave Doré

     

     

     

     

     

    Tandis que les féministes « tweetent pour balancer leurs porcs » à qui mieux mieux, dénonçant les hommes qui osent leur parler ou même les regarder et qu'on va jusqu'à changer la fin d'un opéra, en faisant mourir un homme plutôt qu'une femme, on s'apprête cependant à fêter ce mois-ci les cent ans de Louis Althusser. Cet homme étrangla sa femme, alors qu'elle voulait le quitter à la suite des mauvais traitements qu'il lui infligeait.

     

    Cette femme s'appelait Hélène Rythman, elle était juive et durant l'occupation elle fit de la Résistance et refusa de porter l'étoile jaune, l'étoile de la honte que le gouvernement socialiste de Pétain, Laval et Cie avait ordonné, elle échappa à plusieurs rafles de la Gestapo, pour mourir bêtement le 16 novembre 1980 entre les mains de l'homme avec qui elle avait partagé 30 ans de sa vie. Comme il fut déclaré fou il fut enfermé mais fut déclaré innocent du meurtre de son épouse. Il va mourir deux ans plus tard en 1990.

     

    Cependant ce n'est pas la mémoire d'Hélène Rythman que l'on va commémorer, mais celle de son assassin, normal, c'est un homme on peut donc lui pardonner ce petit moment d'égarement !

     

    Alors que le même féminisme attaque, avec raison d'ailleurs, B. Cantat le chanteur qui tua Marie Trintignant sous l'emprise de la drogue, qui lui, a purgé 8 années de prison, ( lassé par les harcèlements incessants des féministes il jette l'éponge et arrête de chanter) j'avoue que cela ne me fait ni chaud ni froid, je ne l'apprécie pas.

     

    Mais pourquoi le premier a-t-il été pardonné et le deuxième voué aux gémonies ? Les féministes vont-ils expliquer leur silence sur le cas « Althusser »  ?

     

    Rien n'est moins sûr, car Althusser est une figure de proue de la gauche et à ce titre est vénéré par tous les intellos gauchos du politiquement correct, maîtres à penser d'aujourd'hui.

     

    Tandis que Cantat, lui... n'est qu'un petit chanteur !

     

    Liviaaugustae

     

     


    20 commentaires
  •  

     

     

     Encore un acte de bravoure...

     

    La Vierge et son fils, décapités à Noirmoutier dans la nuit en août dernier

     



     

    Cette statue de la Vierge à l’enfant, haute de 3,5 mètres, est érigée au croisement de l’avenue du Maréchal Joffre et de la rue de Furgeois, les habitants du quartier ont retrouvé au réveil la Vierge et son fils décapités...

     

    Qui en sont les auteurs ? On ne sait pas !

     

    Mais à ce jour et à ma connaissance, ils n'ont pas été retrouvés !

     

    Liviaaugustae

     


    24 commentaires
  •  

    Je suis égoïste, irréfléchie et j’en suis fière !

     

    Polluants atmosphériques...

     

    Parfois, vous savez, dans les journaux, il y a des reportages sur de belles œuvres humanitaires. Aujourd’hui, je lis dans Le Point, sous le titre « Faire moins d’enfants, le geste écolo ultime ! », que « par convictions écologiques, des hommes et des femmes du monde entier ont choisi de renoncer à avoir des enfants pour sauver la planète » : « Aux États-Unis, on les appelle les GINK, pour Green Inclinations, No Kids. » Il y en a aussi en France (notons que le message semble s’adresser préférentiellement aux Occidentales, les fécoloministes, avec le racisme bienveillant qui les caractérise, jugeant sans doute les autres inaptes à l’entendre), et l’une de ces Françaises témoigne : elle a eu deux enfants mais elle le regrette (merci pour eux). Elle était jeune, sans doute, pardonnez-lui, elle ne savait pas ce qu’elle faisait.

     

    Le Point a dressé un petit tableau de pourcentages implacable : seriez-vous végans, renonceriez-vous à acheter une voiture, à prendre un chien, ne consommeriez-vous que de l’énergie renouvelable, tout cela serait négligeable comparé au gaz carbonique que dégage votre enfant, vous êtes coupables, coupables, coupables ! Ce devrait être inscrit en lettres capitales sur les tests de grossesse : PROCRÉER TUE !

     

    Au passage, on remarquera que rien n’est dit, en revanche, de la pollution – non pas dans l’air, mais dans l’eau, cette fois – induite par la pilule contraceptive, outil fétiche des GINK, une étude britannique relayée en avril 2017 par BFM TV révélant, par exemple, que 20 % des poissons d’eau douce seraient, à cause d’elle, hermaphodrites. Le Point nous en parlera sûrement une prochaine fois. Ou pas.

     

    La fondatrice de GINK affirme que « la maternité devrait être plus réfléchie. Il s’agit d’un choix qui va au-delà d’un besoin personnel égoïste, mais qui doit aussi prendre en compte l’intérêt de tous ».

     

    Alors, oui, je le confesse, j’ai pollué, j’ai pollué, j’ai beaucoup pollué. Par pensée (je rêvais tellement d’avoir des bébés), par action (donc je les ai faits) et par omission (j’ai oublié de demander la permission aux écolos). Et, pire, j’en suis fière ! Plus vicieux encore, j’aime mes polluants atmosphériques, je ne pourrais pas m’en passer, je les trouve beaux, gentils et je les embrasse le soir. Jusqu’où, quand même, peut aller la perversion ! Je fais partie des abominables BIMK (Baby Inclinations, Many Kids) qui n’ont pas réfléchi, qui ont fait un choix égoïste sans prendre en compte l’intérêt de tous. C’est égoïstement que les BIMK se lèvent la nuit pour leur bébé, quand les GINK dorment du sommeil du juste après s’être verni les ongles des doigts de pied – dans l’intérêt de tous, bien sûr. Et c’est égoïstement que les BIMK mettent leur carrière entre parenthèses pour élever des enfants qui paieront les retraites… des GINK. Mais pas la leur, ou si peu, parce qu’elles n’auront pas assez cotisé.

     

    Un responsable associatif interviewé par Le Point dit militer pour « le plafonnement des allocations familiales à deux enfants par couple ». Et pourquoi pas, plutôt, les verser carrément aux GINK, au titre de subvention publique pour une œuvre d’intérêt général ? Mieux : si l’on créait une redevance bébé dont on ferait don à la fondation Hulot ? Nous sommes tous des Chinois communistes.

     

    Cet article vous semble grotesque ? À moi aussi. Il devient, pourtant, d’une grande banalité. Il ne se passe pas un mois sans que le refus de maternité n’ait les honneurs de la presse, la seule variante étant l’argument mis en valeur : dégoût de la grossesse ou de l’accouchement, envie de rester libre, de réussir son couple ou, plus raffiné et abouti, comme ici, du fait de sa dimension altruiste, écologie. On pourrait l’appeler l’escroquerie intellectuelle ultime.

     

    Gabrielle Cluzel

     



     

    J'ai lue cette nouvelle quelque peu fracassante, ignorée par moi jusqu'à aujourd'hui et j'avoue que les bras m'en sont tombés.

     

    Mais comme Madame Gabrielle Cluzel, je suis très irréfléchie et d'un d'un grand égoïsme, car j'aime aussi énormément tous mes polluants atmosphériques, les grands (puisque j'ai commis deux enfants) et mes trois adorables polluants blonds aux yeux bleus, commis par mon fils et son épouse.

     

    Il y a quelques années, on s'en prenait aux vaches péteuses, aujourd'hui, ces GINK complètement malades, s'en prennent aux enfants ! Et çà, il paraît que c'est le progrès !

     

    Michel Onfray affirme que les cathos, relèvent de la psychiatrie ?

     

    Alors de quoi ou de qui relèvent ces gens-là ?

     

    Liviaaugustae

     

     


    21 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique