•  

     

     

     

     

    Tous les jours pratiquement des chrétiens sont tués dans le monde, des églises incendiées, des croix démembrées, des cimetières profanés dans un silence tonitruant de la part des politiques et des médias. C’est ce qu’indique le rapport «persécutés et oubliés» publié par l’AED le 26 novembre. S’appuyant sur des centaines de témoignages recueillis sur le terrain, le rapport décrit la détresse des communautés chrétiennes les plus opprimées au monde en raison de leur foi, sur les deux dernières années (juillet 2017-juillet 2019).

    Le cardinal Joseph Coutts, archevêque de Karachi, au Pakistan, écrit dans l’introduction du rapport:

     

    «C’est un fait bien établi que la religion la plus persécutée au monde est aujourd’hui le christianisme, même si beaucoup de gens n’en sont pas conscients».

    Persécutions...

     
    Il gît, jeté et écartelé, dans la poussière
    (image internet)

     

    Extrait de La Confession d'un enfant du siècle

    « Eh bien ! Qu'il soit permis d'en baiser la poussière

    Au moins crédule enfant de ce siècle sans foi

    Et de pleurer, Ô Christ ! Sur cette froide terre

    Qui vivait de ta mort et qui mourra sans toi ! »

     

    « Et que nous reste-t-il, à nous, les déicides ?

    Pour qui travaillez-vous, démolisseurs stupides ?

    Lorsque vous disséquiez le Christ sur son autel ?

     

    Vous vouliez pétrir l'homme à votre fantaisie ;

    Vous vouliez faire un monde. Eh bien, vous l'avez fait.

    Votre monde est superbe, et votre homme est parfait !

    Les monts sont nivelés, la plaine est éclaircie ;

    Vous avez sagement taillé l'arbre de la vie ;

    Tout est bien balayé sur vos chemins de fer ;

    Tout est grand, tout est beau, mais on meurt dans votre air. »

    Alfred de Musset

     

     


    14 commentaires
  •  

     

     

    La zizanie...

     

    Les démons en attente en haut de la cathédrale...

     

    (image internet)

     

     

     

     

     

    Notre-Dame de Paris renaîtra-t-elle ?

     

    Verrons-nous notre belle cathédrale, Notre-Dame de Paris, renaître de ses cendres comme le Phénix cet oiseau merveilleux ?

     

    Pour le moment la *zizanie règne à la tête des travaux, entre l'architecte Philippe Villeneuve architecte en chef des monuments historiques et le général Georgelin sorti de sa retraite et nommé par un décret du premier ministre sur ordre de Macron.

     

    L'architecte qui est au chevet de Notre-Dame depuis 2013, se voit malmener par Georgelin, qui lui demande en termes grossiers de : « fermer sa gueule » ! on peut se poser la question : ce général connaît-il quelque chose à l'art pour en remontrer à cet architecte d'art ?

     

     

    « Mais la grande question, qui est laissée jusque-là en suspens, concerne la

     

    reconstruction, à l'identique ou non, de la flèche de la cathédrale. Le souhait exprimé

     

    par Emmanuel Macron de réaliser à cette occasion, avec « une audace respectueuse »,

     

    un «geste architectural contemporain», a été confirmé par l'organisation d'un

     

    concours international d'architecture annoncée par le Premier ministre. Que vont-ils

     

    inventer pour détruire ce chef-d'œuvre ?

     

     

    Philippe Villeneuve, l'architecte en chef des Monuments historiques, n'augure rien de

     

    bon de ce concourt et d’une restauration de la flèche de Viollet-le-Duc . Il s’était

     

    prononcé dès le début du mois de juin (Figaro du 3 juin) pour une restauration à

     

    l’identique, choix qu’il a confirmé le 14 octobre sur RTL: « Soit je restaure à l’identique,

     

    soit on fait une flèche contemporaine et ça sera un autre ».

     

     

     

    La zizanie...

    Phénix

     

    Friedrich Justin Bertuch

     

    Espérons que Notre-Dame pourra renaître de ses cendres comme le Phénix !

     

    Livia

     

     

    *zizanie

     

    nom féminin

     

    (latin ecclésiastique zizania, ivraie, du grec dzidzanion, mauvaise herbe)

     

    Désunion, mésintelligence qu'on fait naître dans un groupe  ou dans un

     

    couple.

     

     

    Dictionnaire Larousse

     

     


    16 commentaires
  •  

     

     

     

    Beaucoup de gens aujourd'hui, veulent quitter les villes pour se retirer à la campagne, oui mais, ils veulent une campagne propre, sans bêtes, sans bruits, bref, une campagne aseptisée qui leur ressemblerait !

     

    J'ai lu un texte très édifiant, racontant comment les coqs (enfin leur propriétaire) sont déférés devant les juges, afin qu'on leur coupe le sifflet pour qu'ils arrêtent de chanter aux aurores !

     

    Livia

     

     

     

    Laissez les coqs chanter...

    Plaidoyer pour le coq

     

     

     

    Connaissez-vous les néoruraux. Ce sont des citadins qui, à l’âge de la retraite, se disent comme Bouvard à Pécuchet : « Comme on serait bien à la campagne ! » Or, à peine arrivés, ils découvrent que leur choix ne va pas sans "nuisances". Sonores en particulier. Dont le coq !

     

    À la campagne, les chiens jappent, les vaches meuglent, les moutons bêlent. Cette déconvenue contrarie parfois le choix de la vie rurale caressé depuis longtemps par d’anciens citadins. Or aujourd'hui, toute irritation se judiciarise. Ceux qu’il est convenu d’appeler les néoruraux intentent parfois un procès au coq du voisin, aux cloches du curé. Depuis peu au pestilentiel pesticide du paysan. Il leur faut une campagne aseptisée. Sans pollution sonore ni olfactive. Pour tout homme de bon sens, de tels titres dans la presse au-dessus de deux ou trois colonnes tiennent d’un canular assez réussi. Mais l’information récurrente est sérieuse. Les procès se multiplient, et les maires ou députés défenseurs de la campagne envisagent de faire classer son « patrimoine sensoriel » pour le mettre à l’abri. On se frotte les yeux. Mais non, ce n’est pas un énorme canular, comme ceux des Copains de Jules Romains, c’est sérieux.

     

    Ridicule, grotesque — mais sérieux.

     

     

     

     

     

    Laissez les coqs chanter...

     

    Si le coq est bien connu pour être l’emblème gaulois par excellence, il présente aussi une force symbolique à plus d’un titre dans le christianisme, ce qui explique qu’il trône souvent fièrement au sommet des flèches de nos églises. Animal annonçant la lumière, il est aussi celui qui souligne le reniement de saint Pierre lors de la condamnation de Jésus à la crucifixion. Le fier volatile partage avec d’autres le mérite de représenter le Christ en faisant retentir dans la nuit sa voix perçante annonçant la clarté, le fameux Gallicinium invitant les fidèles à la prière matinale… 

     

     

     

    La symbolique chrétienne pardonne tout au coq. Oiseau de l’aube, pourvu d’un cri vainqueur, elle ne voit en lui que ce guetteur qui annonce la lumière quand il fait encore nuit — le héraut de la Résurrection. Qui nous le dit ? De très anciens poètes latins, ruraux, de profonde campagne, qui avaient le sens des choses de la nature. Et de ce que chacune signifie dans l’ordre surnaturel, par le biais du symbole. Alors ils ont chanté le coq, louange et reconnaissance pour ses services. Et leurs poèmes ont fourni leur psalmodie aux moines, ruraux eux aussi mais qui se lèvent tôt, à matines ou à laudes.

     

    « Le héraut du jour déjà sonne,
    Le veilleur de la nuit profonde »

     



     

    Il faudrait citer plus avant cette hymne ambrosienne (d’époque et de facture de saint Ambroise). Elle est de toute beauté, elle dit tellement vrai sur l’aube qui ouvre chaque jour que fait le Seigneur. Rimbaud lui-même, dans sa terrible Saison en enfer, en pousse un cri de saisissement : « Au chant du coq, — ad matutinum, au Christus venit, — dans les plus sombres villes ».

     

    Passe pour le coq, puisque c’est la nature, diront peut-être les néoruraux. Mais les cloches ! Ils se plaignent des cloches qui sonnent trop tôt. Au moment où ils se rendorment après le coq. C’est l’angélus. Il faut leur dire que ce n’est pas une fantaisie, un caprice : c’est une prière de reconnaissance qui rappelle l’avènement de notre Salut. L’ange annonce à une jeune fille du nom de Marie que, si elle veut bien, les temps sont accomplis pour la naissance d’un Enfant qui vient sauver les hommes. Fiat, dit-elle. Les cloches le font savoir trois fois le jour. À leurs tintements fuient les dieux païens, les démons regagnent l’enfer, les fées courent aux abris. Et ce sont les anges qui volent par les chemins. Les néoruraux retrouvent enfin le sommeil — sans savoir à qui ils le doivent.

     

    Bernard Plessy

     



     

    J'ai trouvé sur un site la prière de saint Ambroise à la gloire du coq, que je vous offre ci-dessous :

     

     

     

    Laissez les coqs chanter...

    Saint Ambroise

    Eternel créateur du monde,
    toi qui gouvernes les nuits et les jours
    fais succéder les temps aux temps
    pour alléger la lassitude

    Le hérault du jour déjà sonne
    le veilleur de la nuit profonde,
    clarté nocturne aux voyageurs,
    séparant la nuit de la nuit.

    Par lui réveillé, Astre porteur de lumière
    Délivre le ciel des ténèbres,
    par lui tout le chœur des rôdeurs
    abandonne les voies du mal.

    Par lui le marin reprend force
    et la houle des flots s’apaise ;
    La Pierre même de l’Eglise
    à son chant a lavé sa faute.

    Levons nous donc avec courage ;
    le coq éveille ceux qui gisent,
    invective les somnolents ;
    le coq confond les renégats

    Au chant du coq, l’espoir renaît,
    la santé revient aux malades,
    l’arme du bandit se rengaine,
    la foi s’en retourne aux pécheurs.

    Jésus, regarde qui chancelle
    et par ta vue corrige-nous
    sous ton regard, nos faux pas cessent,
    nos pleurs effacent notre faute.

    Reprends ton éclat dans nos âmes,
    dissipe le sommeil du cœur ;
    pour toi d’abord, que nos voix sonnent :
    acquittons nos vœux envers toi.

    La Prière de Saint Ambroise « Éternel créateur du monde » :

     


    12 commentaires
  •  

     

     

     

    « Or, du fond de la nuit, nous témoignons encore

     

     

    De la splendeur du jour et de tous ses présents.

     

     

    Si nous ne dormons pas c’est pour guetter l’aurore

     

     

    Qui prouvera qu’enfin nous vivons au présent. »

     

     

    Robert Desnos

     

     

     

     

     

    Agisme...

     

    Près d'eux, les vautours veillent...

     

    (image internet)

     

     

     



     

    « La femme a perdu son prestige avec son jupon. Difficile de marivauder en short ! »

    Frédérique Hébrard

     

    L’âgisme regroupe toutes les formes de discrimination, de ségrégation et de mépris fondées sur l’âge.

     

    Selon le Glossaire du site Stop Discrimination publié par l'Union européenne, l'âgisme est un « préjugé contre une personne ou un groupe en raison de l'âge ».

     

    Selon l'Observatoire de l'âgisme, l'âgisme est pour l'âge ce que le sexisme est au sexe ou ce que le racisme est aux races.

     

    L’âgisme est une problématique qui va de pair avec le féminisme puisqu’ils traitent tous les deux de questions identitaires en lien avec l’image du corps, qui est construite selon les normes sociales propres à chaque culture. Par exemple, la culture occidentale favorise la productivité, le pouvoir et la beauté, tout en maintenant l’idéalisme de jeunesse éternelle. En ce qui à trait au féminisme, l’image est transposée sur le corps féminin, alors qu’en ce qui concerne l’âgisme, l’image est projetée sur le corps vieillissant. Toutefois, le féminisme n’adresse pas l’âgisme en fonction des personnes vieillissantes ni des relations de pouvoir qui y sont rattachées; le mouvement féministe se concentre davantage sur les problématiques actuelles entourant l'âge des jeunes adultes, femmes et filles.

     

    Si le terme âgisme faisait, lors de sa création (en 1969, aux États-Unis, par le gérontologue Robert Butler), surtout référence aux discriminations touchant les personnes âgées ; il est employé aujourd’hui pour toutes les personnes qui en sont victimes quel que soit leur âge. De nombreuses manifestations de l’âgisme touchent en effet les jeunes.

     

    Compte tenu du vieillissement de la population occidentale et de l'augmentation de l'espérance de vie, cette valorisation de la jeunesse risque de faire des personnes âgées les principales victimes de l'âgisme ! […]

     



     

    Cela commence à se faire sentir chez nous, il n'y a pas si longtemps, deux gamines se moquaient d'une vieille dame et la traitaient de « vieille chnoque » j'ai juste dis en passant : «vous ne resterez pas toujours jeunes, vous êtes de futures vieilles chnoques ! » ces petites sottes sont restées un peu interloquées par mon intervention.

     

    Les jeunes oublient toujours qu'eux aussi, deviendront vieux un jour !

     

    Livia

     

     


    16 commentaires
  •  

     

     

     

     

    « Mal nommer les choses, c'est ajouter au malheur du monde »

     

    Albert Camus

     

    SOS français en péril...

    SOS..

    (image internet)

     

    Bien que beaucoup de personnes ont déjà des difficultés à bien écrire et parler le français, ne voilà-t-il pas que « Le Robert » insère encore entre ses pages des nouveaux mots, qui viennent de ci et de là . Des mots incongrus entre chaque année subrepticement dans nos dicos français.

    A nous français, de ne pas utiliser ces « nouveaux mots », la langue française est si riche et si belle, pourquoi vouloir lui insérer ces mots puisés dans toutes les langues de l'Univers ?

    Et l'on continue à déconstruire petit à petit le français, comme un tricot qui se détricoterait si nous lâchions des mailles.

    Il y a de quoi perdre notre français !

    Livia

     

    Je vous en offre la liste ci-dessous de ces nouveaux mots qui affectent tant notre langue :

     

    • Tout d'abord ! Aimez-vous les beignets ? Alors il faut donc vous rendre dans une « beignerie », car c'est l'endroit où vous pourrez les acheter, (mais... il faut aller au Québec)

    • Si vous voulez faire des économies pour la location d'un espace de travail et en partager les frais, il vous faudra faire du « coworking ». Ce coworking est né en Allemagne en 1999. (Cependant le Robert, conseille d'employer le mot « cotravail » à consonance plus française, c'est vraiment sympa!)

    • Avez-vous besoin de faire un cadeau à quelqu'un ? Alors vous allez « cadeauter », c'est un mot africain, qui signifie faire un don. (je préfère de beaucoup : « offrir un cadeau », c'est plus classe!)

    • Pour être heureux, vivons « Hygge » ! Mot d'origine norvégienne qui désigne un art de vivre valorisant qui procure bien-être et réconfort, les plaisirs simples du quotidien ? il se traduit en anglais « cosy », qui est assez fréquent chez nous. (restons français et comme l'adage disons: « pour vivre heureux vivons caché »)

    • Et pour faire preuve de bon sens, il faut tout simplement « jarnigoiner ». Un mot qui nous arrive encore du Canada, qui signifie intelligence, bon sens et jugement. (Alors pourquoi ne pas continuer à dire bon sens et jugements, tout simplement ?)

    • Nous souhaitons une belle vie aux « millénials », à tous ceux qui sont nés entre 1980 et 1985, car ils sont devenus adultes aux environs de l'année 2000. Et quand à ceux qui sont nés après 1995, ils font partie de la génération Z. (De quoi perdre son latin si jamais on le possédait !)

    • Au restaurant, si vous commandez des « sobas », vous mangerez des pâtes japonaises, consommées chaudes ou froides, ce sont des pâtes très fines à la farine de sarrasin. D'autres plats de la gastronomie japonaise intègrent l'édition 2020 du Petit Robert, exemple : le « ramen » qui sont des nouilles japonaise servies dans un bouillon et puis aussi les « udons » encore des nouilles mais épaisses celles-là qui ont une constance élastique.

      (Alors que la cuisine française est délicieuse et la meilleure du monde, sans chauvinisme exagéré, voilà que l'on nous incite à manger des pâtes élastiques, et pourquoi pas le « riz gluant » le plat de fête des vietnamiens ?)

    • Et puis il paraît que nous « scrollons » (faire défiler), sans le savoir quand nous naviguons sur internet et que nous faisons défiler une page à l'aide de notre souris. sur notre ordinateur. Ce mot vient de l'anglais « scroll », qui veut dire : rouleau, manuscrit. (Mais là, nous ne dirons rien, cette invention nous vient des USA!)

     


    16 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique