•  

     

    Légende et symboles de fleurs...

     

    Le lys est le symbole de la pureté et de la blancheur. Dès l'Annonciation il symbolise l'Immaculée conception, la virginité et la fidélité éternelle. Sa symbolique mariale apparaît déjà dans  Le Cantique des Cantiques, « Comme un lys au milieu des épines, telle est ma Dame au milieu des lys. »

     

     

     

    Légende et symboles de fleurs...

     

    La rose rouge, symbolise le martyr et la Passion. Dans l'Antiquité, elle est la fleur des poètes et le symbole de l'amour, pourtant le pourpre suggère la souffrance et la douleur. Ai Ive siècle saint Ambroise en fait le symbole de la Passion du Christ. La rose rouge devient alors le symbole des martyrs.

     

     

     

    Légende et symboles de fleurs...

     

    La rose blanche est aussi le symbole de Marie. Saint Bernard de Clairvaux écrit : « Marie a été blanche par sa virginité, vermeille par sa charité, blanche par sa chair et vermeille par l'esprit. » Jacques de Vogine, associe la rose blanche à l'Assomption.

     

     

     

    Légende et symboles de fleurs...

     

    L'ancolie symbole la colombe de l'Esprit Saint. Elle symbolise l'amour divin et les dons de l'Esprit Saint, d'où son nom de colombine.

     

     

    Légende et symboles de fleurs...

    La violette incarne la modestie, l'humilité et l'obéissance. Elle évoque aussi la Passion du Christ.

     

     

     

    Légende et symboles de fleurs...

     

    L'iris symbolise la royauté du Ciel. Les trois étoiles représentent la Trinité, sa tige le sceptre royal.

     

     

    Légende et symboles de fleurs...

    Les fraisiers du jardin

     

    Le fraisier, symbolise l'innocence et l'humilité. Sa fleur blanche trilobée représente la Trinité et son fruit rouge la Passion.

     

     

     

    Légende et symboles de fleurs...

     

    L'angélique est « l'herbe des anges ». Elle doit son nom à l'odeur suave qu'elle dégage. Mais aussi à une légende, selon laquelle l'Archange Raphaël qui est l'archange de la guérison, aurait révélé aux hommes ses vertus bénéfiques exceptionnelles.

     

     

     

     

     

     

     

     


    18 commentaires
  •  

     

    Pour Noël, ma fille m'a offert une jolie « étoile de Noël » ou « Poinsettia », pour mieux connaître cette plante j'ai été à la recherche de renseignements, d'abord pour la mieux connaître, ensuite pour essayer de l'entretenir afin de la garder le plus longtemps possible, car cette étoile est fragile et a déjà perdu pas mal de pétales et nombres de ses feuilles.

     

    Malheureusement, les renseignements trouvés ne m'ont guère servi et tous les jours je trouve des pétales et des feuilles sur la table et les branches commencent à se dénuder.

     

    C'est très dommage le Poinsettia est très décoratif, cependant je je n'en rachèterai pas au prochain Noël, car en plus de perdre rapidement ses feuilles et fleurs, (la fleuriste pense qu'il doit faire trop chaud chez moi pour cette plante), j'ai appris que cette plante est allergisante... il est vrai que je n'arrête pas d'éternuer depuis que je l'ai reçue!

     

    Livia

     

     

    La rose de Noël...

    Mon Poinsettia à Noël

     

     

     

    Euphorbia pulcherrima est une espèce de plantes arbustives du genre Euphorbia de la famille des Euphorbiaceae. Cette euphorbe arbustive est originaire d'Amérique centrale et du sud du Mexique, région dans laquelle elle peut atteindre 4 à 5 mètres de haut. Son ancien nom générique, Poinsettia, provient d'ailleurs de celui du premier ambassadeur des Etats-Unis au Mexique, Joel Robert Poinsett. Elle est cultivée comme plante ornementale.

     

    Ce sont les bractées colorées rouge vif qui font sa valeur ornementale, les fleurs n'ayant pas d'intérêt. De nos jours, la sélection a produit des variétés aux bractées roses ou blanches.

     

    L'espèce est communément appelée « étoile de Noël » car ses bractées forment une étoile et elle est principalement commercialisée à l'époque de Noël dans l'hémisphère nord. Cette tradition a commencé au XVIe siècle au Mexique. Pepitta, une petite fille tout pauvre, voulait offrir un cadeau pour l'anniversaire de Jésus. Elle avait cueilli des mauvaises herbes et faisait un bouquet avec, parce que cette fille savait qu'un don humble offert avec amour était bon aux yeux de Dieu. Dans l'église le bouquet a commencé à fleurir avec des fleurs rouges et vertes.

     

    Elle est aussi commercialisée sous le nom de « poinsettia » qui est un de ses anciens noms.

     

    Les feuilles alternes sont vert foncé, acuminées à base cunéiforme et au long pétiole pouvant être coloré, aux nervures marquées et à la marge ondulée. Les bractées lancéolées prennent une couleur rouge vif (autres couleurs pour les cultivars), jouant le rôle de pétales : elles sont qualifiées de « bractée pétaloïde  ». Les petites fleurs nectarifères se regroupent dans une inflorescence de capitule (fleurs mâles apétales autour d'une fleur femelle).

     

    Les premiers plants furent introduits aux Etats-Unis en 1825.

     

    C'est aujourd'hui l'une des plantes en pot les plus commercialisées en Amérique du Nord et en Europe occidentale, où elle est très utilisée comme plante décorative au moment de Noël. Sa culture n'a pu se développer qu'une fois que la sélection variétale ait résolu certains problèmes tels que la sensibilité aux Phytophthora ou sa grande sensibilité aux chocs de culture qui lui faisait perdre ses feuilles.

     

    Euphorbia pulcherrima est un proche parent de l'Hévéa et possède comme lui des canaux laticifères présents dans tous les tissus de la plante. Ces canaux véhiculent un latex blanc proche du caoutchouc contenant les mêmes protéines allergènes. Par conséquent, les personnes ayant une allergie au latex peuvent développer la même réactivité avec le Poinsettia. 

     

     


    8 commentaires
  •  

     

     

    La canne à sucre...

     

    Un champs de cannes à sucre

     

     

     

    Comme pour la banane et l'ananas, je la voyais dans les champs, j'en mangeais, mais ne la connaissais que superficiellement elle aussi, même si nous allions nous balader dans un champs de cannes, mon frère, ma sœur et moi avec par le fils du gardien.

     

    Mon grand-père, avait permis au gardien, de planter sur une petite parcelle, ce que bon lui semblait et c'est sur la canne à sucre qu'il arrêta son choix, (sans doute plus lucrative pour lui) ce fut pour notre plus grand bonheur, car lors de nos virées dans ce petit champs-là, qui n'était pas loin de la maison, juste de l'autre côté de la route, c'était pour nous la grande aventure qui commençait.

     

    Sans plus de façons, on s'asseyait par terre pour déguster les tronçons de canne, que le fils du gardien coupait avec la machette qui ne le quittait jamais, c'était d'autant plus délicieux que ces escapades étaient formellement interdites par les parents. Alors quand nous rentrions avec les fonds de pantalons tout rouges de la terre argileuse de la Prise-d'Eau, maman savait que nous avions été « driver » * comme elle disait et nous nous faisions sonner lourdement les cloches , mais dès que l'occasion se représentait nous récidivions avec allégresse, car les morceaux de cannes dégustés dans le champs, croyez moi, avaient un goût merveilleux, c'était le goût de l'interdit tout simplement...

     

    Mais un jour, j'ai été punie de ma désobéissance aux injonctions maternelles ; j'étais « demoiselle d'honneur » au mariage d'une de mes cousines, et comme la veille, j'avais été « driver » dans le champs de cannes, dont les feuilles sont coupantes comme des lames de rasoir, j'avais les deux bras balafrés, ce n'était guère esthétique, et toute la soirée il a fallut expliquer à tous ceux qui voulaient savoir le pourquoi de ces bobos si moches, mais cela ne m'a pas servi de leçon... j'ai recommencé !

     

    Nous avons aussi pour le dessert, trempé nos « figues » (les bananes), dans « le sirop batterie », c'est « la mélasse » que vous découvrez ci-dessous, c'est délicieux, on fait aussi avec ce sirop, mais je n'en ai jamais goûtés.

     

     

     

    La canne à sucre...

    La mélasse ou « sirop batterie », dans lequel nous trempions nos « figues » (bananes)

     

     

     

    La canne à sucre...

    Et voilà le merveilleux jus de cannes, on y ajoute en générale un zeste et un jus de citron vert, il se sert très frais, rien que d'en parler, cela me met l'eau à la bouche...

     

    Nous allions le déguster au « Zucky bar » à Pointe-à-Pitre, bar d'un ami de mon père, car le jus y était tout simplement divin.

     

    Et si vous allez un jour en Guadeloupe ou en Martinique (ils en font aussi), goûtez à ce jus de cannes, vous ne le regretterez pas.

     

    Voilà pour mes souvenirs personnels, nous allons maintenant découvrir d'où vient la canne et comment elle s'est égayée sur le globe.

     

     

     

    *Driver : De l'anglais « drive », qui veut dire promenade. Il ne faut pas oublier que les Antilles ont été occupées aussi par les anglais et les espagnols, le créole est un savant mélange de : français – d'anglais – d'espagnol, dans lequel traînent quelques mots africains. C'est du « franglaispagnol » comme j'aime à dire !

     

    Livia

     

     

     

    La canne à sucre...

    Les fleurs de la canne à sucre, sont aériennes un peu rosées, c'est très joli quand on voit les champs de loin, on a l'impression qu'il a neigé sous le soleil...

     

     

     

    La canne à sucre...

    Et çà, c'est la galère au moment de la récolte des cannes, quand on suit ces camions sur la route, pas moyen de les dépasser et le vent détache nombre de petits morceaux de feuilles, qui viennent se coller sur votre pare-brise...

     

     

     

    La canne à sucre est une plante cultivée appartenant au genre Saccharum (famille des Poaceae ou graminées, sous-famille des Panicoideae), cultivée principalement pour la production du sucre extrait des tiges (ou chaumes). Historiquement quatre espèces de cannes ont été domestiquées, principalement Saccharum officinarum, mais les cultivars modernes forment un ensemble d'hybrides complexes issus principalement de croisements...

     

    La canne à sucre était jusqu'au début du XIXe siècle la seule source importante de sucre et représente encore, au XXIe siècle, 70 à 80 % de la production de sucre. Avec un volume annuel de production supérieur à 1,9 milliard de tonnes,c'est une des principales plantes cultivées au niveau mondial.

     

    La canne à sucre a été introduite aux Antilles dès 1640 afin de constituer une culture rentable, permettant de fournir à l'Europe un approvisionnement en sucre. Le rhume, qui en est issu, a reçu son premier label en Martinique, île française. (Les martiniquais se haussent toujours du col, le rhum chez nous est très bon aussi, dixit les amateurs dont je ne fait pas partie) .

     

    La canne à sucre est connue depuis la préhistoire (Néolithique), et serait originaire de Nouvelle-Guinée ou d'Indochine. Sa culture s'est progressivement étendue aux îles avoisinantes, puis a gagné l'Inde et la Chine. L'extraction de sucre de canne est attestée en Chine environ six siècles avant Jésus-Christ. C'est l'expédition d'Alexandre le Grand jusqu'à l'Indus aux alentours de -325 qui la fit connaître la première fois aux Européens, on en retrouve la trace dans les écrits de Néarque.

     

    Quand à la mélasse, c'est le résidu liquide après extraction du sucre du jus de la canne. La mélasse est très sucrée, brunâtre et épaisse. Elle contient du sucre, de la vitamine B6 et des minéraux (calcium, magnésium, potassium et fer). Elle peut faire l'objet d'une fermentation et d'une distillation, pour produire le rhum industriel (autrefois dénommé le tafia aux Antilles), également appelé de nos jours rhum de mélasse ou rhum traditionnel de sucrerie (RTS) dans les départements d'outre-mer (Dom).

     

     


    18 commentaires
  •  

     

     

    La saison des figues...

     

    (image internet)

     

     

     

    Aujourd'hui, on en dénombre pas moins de 700 variétés. Elles sont produites en Turquie, en Italie, en Grèce et en Californie. En France, on les a d'abord cultivé en région parisienne. C'est dans le Sud du pays (Vaucluse, Var, et Languedoc-Roussillon) ainsi qu'en Bretagne que se concentre maintenant l'essentiel de la production. La récolte a lieu entre juin et septembre. 

     

    Histoire et caractéristiques de la figue :

     

    La figue, dont le nom est déjà mentionné dans la Bible, est originaire d'Asie Mineure et s'est très vite répandue dans tout le bassin méditerranéen. Elle était très appréciée, par les Romains et les Phéniciens, notamment. Les Corinthiens, eux, en glissaient dans les raisins qu'ils exportaient vers Venise, car elles étaient moins chères ; c'est de cette ruse que vient l'expression "mi-figue, mi-raisin". 

     

    On distingue deux variétés essentielles :

     

    • la blanche (la Marseillaise) : sa peau est vert pâle et sa pulpe est rouge et bien sucrée. Elle est très goûteuse mais assez rare car sa fragilité ne permet pas de la transporter. 

    • la violette (la Noire de Caromb, la Solliès, qui représente 80 % du marché, ou encore la Goutte d'Or de Nice) : sous sa peau d'un rouge violacée, sa pulpe est d'un rouge plus ou moins grenat.

     

    Certains figuiers fructifient deux fois par an et permettent ainsi de récolter les figues fleurs, assez grosses, au début du mois de juillet, et celles d'automne, en août et septembre. Les figues sèches, quant à elle commencent leur saison en juillet. Elles sont alors brunes et gonflées. Elles deviennent plus sèches et plus claires à l'approche du mois de décembre. Elles arrivent essentiellement de Turquie, où après un séchage au soleil, elles ont été lavées à l'eau de mer puis étuvées.

     

     

     

    La saison des figues...

    Une figue hilare !

     

    (image internet)

     

     

     

     

     

    Et comme c'est la saison des figues en ce moment, je vous offre une recette de « côtes de porc aux figues fraîches ».

     

    C'est une recette délicieuse, nous nous sommes régaler.

     

    Il était conseillé d'accompagner ces côtes avec de la purée de pommes de terre, j'ai préféré les accompagner avec des pommes noisettes, qui en fait sont de la purée, je n'affectionne pas la purée de pommes de terre, maman nous en servait quand nous étions malades, elle représente donc la maladie pour moi.

     

    Livia

     

    La saison des figues...

    Côtes de porc aux figues fraîches

    Ingrédients

    4 côtes de porc épaisses

    2 gousses d'ail - 1 échalote -

    1 noix de beurre - 1 filet d'huile de tournesol - 1 c à s de miel liquide - 1 c à s de vinaigre balsamique - 15 cl de fond de veau

    Sel - Poivre – thym - laurier

    8 figues fraîches



    Faites chauffer une poêle avec un filet d'huile de tournesol et une noix de beurre. Faites cuire les côtes de porc 5 bonnes minutes sur chaque face (plus ou moins en fonction de l'épaisseur). Salez et poivrez.
    Épluchez les gousses d'ail et l'échalote, émincez-les finement. Déposez les côtes de porc dans un plat, couvrez avec un papier aluminium et réservez au chaud (dans un four préchauffé puis éteint).
    Dans la poêle de cuisson de la viande non nettoyée, faites revenir quelques instants l'échalote et l'ail. Ajoutez les figues coupées en deux, la cuillère de miel et le vinaigre balsamique, mélangez. Laissez mijoter 1 ou 2 minutes puis versez le fond de veau. Salez et poivrez. Laissez mijoter 5 minutes.
    Servez la sauce avec les côtes de porc, parsemez le tout de romarin frais.

    Bon appétit !

     

     


    14 commentaires
  •  

     

     

     

    Dans une revue, j'ai rencontrer ces mantes religieuses qui semblaient danser debout sur une liane en se donnant la main, cela m'a inspirer le petit poème ci-dessous :

     

     

     

    Les danseuses...

     

     

    « Ces mantes religieuses peuvent faire la fête : il paraît que leur espèce est classée dans la catégorie la moins menacée. »

     

     

    Les danseuses...

     

    Les danseuses...

     

     

     

    Sur une liane verte,

     

    En pointes gracieuses

     

    Ivre de joie et d'amour,

     

    Un couple s'adonne aux joies de la danse.

     

    Mais le mâle sait-il,

     

    Qu'après la danse et l'amour,

     

    Sa belle le dévorera ?

     

    Livia

     

     

     


    18 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique