•  

     

     

    Les civilisations sont mortelles, mais si en plus, lesdites civilisations, bradent : leur patrimoine, leurs coutumes, leur histoire... la chute est presque certaine !

     

    «Ces murs, dont le destin fut autrefois si beau

     

    N’en sont que la prison, ou plutôt le tombeau

     

    Mais revivre ailleurs dans sa première force

     

    Avec de faux romains elle a fait plein divorce

     

    Et comme autour de moi j’ai tous ses vrais appuis

     

     

    Rome n’est plus dans Rome, elle est où je suis. »

     

    Pierre Corneille

     

     

    Plus dure sera la chute !...

    Démolition de l'église Saint-Jean-en-Grève

    Hubert Robert

     

     

    Tandis que Jean D'Ormesson rappelait que le passé est important, aujourd'hui on brade allègrement au nom de la mondialisation, tout ce que nos pères ont élaborés :

    «Le passé est ce qui empêche l’avenir d’être n’importe quoi…»

     

    Anatole France l'avait déjà conseillé avant lui :

    « Ne perdons rien du passé. Ce n’est qu’avec le passé qu’on fait l’avenir. »

     

     

    Et si Montesquieu revenait aujourd'hui, que dirait-il en découvrant la gabegie et

     

    l'incompétence qui sévissent à la tête de l'Etat ?

    « La dette publique ôte les revenus véritables de l’Etat à ceux qui ont de l’activité et de l’industrie, pour les transporter aux gens oisifs, c’est-à-dire qu’on donne des commodités pour travailler à ceux qui ne travaillent point et des difficultés pour travailler à ceux qui travaillent ».

     

    Il constaterait encore que les dirigeants d'aujourd'hui, n'ont aucune vertu et voilà pourquoi, tout va de mal en pis !

    « Rien ne fonctionne sans la vertu des dirigeants. »

     

    Quand à Napoléon, il aurait une attaque et mourrait une seconde fois !

    « Le sot à un grand avantage sur l’homme d’esprit, il est toujours content de lui ! »

     

    Les dirigeants d'aujourd'hui devrait aussi méditer la constatation du même Napoléon, qui était pourtant loin d'être un dévot : mais quoiqu'on en pense la religion que l'on veut absolument effacer aujourd'hui, aide à vivre !

    «Sans la religion, la société est comme un vaisseau sans boussole»

     

    Et comme Napoléon, nous constatons tous les jours le dénie d'humanité au peuple français, livré aux barbares :

    « Le nom d'humanité ne convient pas à cette molle indulgence qui, en sauvant les coupables, expose les hommes à leurs attentats ».

     

    Nietzsche avait déjà vu le danger de la barbarie à laquelle nous assistons :

    « On n'a plus ni le temps, ni la force pour les cérémonies, pour la courtoisie avec des détours, pour tout esprit de conversation, en général, pour tout otium...* »

    *L'otium est un terme latin qui recouvre une variété de formes et de significations dans le champ du temps libre. C'est le temps durant lequel une personne profite du repos pour s'adonner à la méditation, au loisir studieux.

    Définition du dictionnaire Larousse

     

     

    Sainte Thérèse de Lisieux, nous rappelle que la vie est brève :

     

    « Ma vie n'est qu'un instant, une heure passagère.

     

    Ma vie n'est qu'un seul jour, qui m'échappe et qui fuit. »



    Comme nous le conseille Sénèque :

    « Tirons notre courage de notre désespoir même. »

     

    Terminons sur une note d'espoir avec Marie Noël :

    « Gardez la malicieuse jeunesse qui court les yeux émerveillés au-devant du monde et qui de tout, de la fleur comme du jardin, d’une miette comme de tout le festin, de peu, de rien, comme de beaucoup tire la même joie. »

    14 commentaires
  •  

     

    C'était Rome...

     

    La statue

     

    Hubert Robert

     



     

    « La ville, déchirée, ne forma plus un tout ensemble, et, comme on n’en était citoyen

     

    que par une espèce de fiction, qu’on n’avait plus les mêmes magistrats, les mêmes

     

    murailles, les mêmes dieux, les mêmes temples, les mêmes sépultures, on ne vit

     

     

    plus Rome des mêmes yeux, on n’eut plus le même amour pour la patrie, et les

     

    sentiments romains ne furent plus. Les ambitieux firent venir à Rome des villes et

     

     

    des nations entières pour troubler les suffrages ou se les faire donner ;  les

     

    assemblées furent de véritables conjurations ; on appela comices une troupe de

     

    quelques séditieux ; l’autorité du peuple, ses lois, lui-même, devinrent des choses

     

    chimériques, et l’anarchie fut telle qu’on ne put plus savoir si le peuple avait fait

     

    une ordonnance, ou s’il ne l’avait point faite. »

     

     

    Montesqieu

     

     

     

    Et c'est ainsi que la grande Rome Antique s'acheva !

     

     

    Est-ce le même sort qui attend la France et tout l'Occident aujourd'hui, sous les

     

    coups des barbares ?

     

     

    Livia

     



     

     

     

     


    8 commentaires
  •  

     

     

    «Le temps nous enchaîne réellement par des chaînes irréelles»

     

    Simone Weil (philosophe).

     

     

    Le temps...

    Le temps passe et s'efface comme ces traces de pas sur le sable...

     

    (image internet)

     

     

     

     

     

     

     

    « Le temps passe. Il n’a rien d’autre à faire.

     

    Il y eut un soir, il y eut un matin, ce fut le premier jour.

     

    Et depuis ce jour initial ne cesse de tourner la roue des jours, des semaines, des années,

    des siècles.

     

     

    Le temps qui passe peut donner le vertige :

     

     

    le poids du passé , imprescriptible,

     

     

    la précarité du présent, aléatoire,

     

     

    l’énigme de l’avenir, imprévisible.»

     

     

    Abbé Alain Bandelier

     



     

    Alors, croisons les doigts et espérons que la nouvelle année qui a commencée hier, ne

     

    nous donnera pas de vertige et ne sera ni trop aléatoire, ni trop imprévisible, et que le

     

    poids du passé ne sera pas trop lourd à porter !

     

     

    Livia

     

     


    6 commentaires
  •  

     

     

     

    Nicolas Chamfort

     

    Sébastien-Roch Nicolas, qui prit par la suite le nom de Chamfort, né probablement à Clermont-Ferrand le 6 avril 1741 et mort le 13 avril 1794 à Paris est un poète, journaliste et moraliste français.

     



     

    Les pensées de Chamfort sont toujours brûlantes d'actualité :

     

    « Quand il se fait quelque sottise publique, je songe à un petit nombre d'étrangers qui peuvent se trouver à Paris, et je suis prêt à m'affliger, car j'aime toujours ma patrie. »

     



     

    Je partage tout à fait cette conception, le rire étant indispensable à la vie :

     

    «La plus perdue de toutes les journées est celle où l'on a pas ri. » 

     



     

    Ne peut être prêtre qui veut, il faut tellement d'oubli de soi :

     

    « Je ne serai jamais prêtre, j'aime trop le repos, la philosophie, les femmes, l'honneur, la vraie gloire. » 

     



     

    S'il revenait, je pense qu'il serait ahuri devant le triste spectacle qu'offrent les mœurs aujourd'hui :

     

    « L'amour, tel qu'il existe dans la société, n'est que l'échange de deux fantaisie et le contact de deux épidermes. »

     



     

    Nous avons vu cela pas mal de fois :

     

    « Pourquoi arrive-t-il qu'en France un ministre reste placé après cent mauvaises opérations ? » 

     



     

    C'est exactement à cela que l'on assiste encore, rien n'a changer ! : 

     

    « En France, on laisse en repos ceux qui mettent le feu et on persécute ceux qui sonnent le tocsin. »

     



     

     Il voulait sans doute déjà parler du Fisc qui continue à nous martyriser ! :

     

    « Les économistes sont des chirurgiens qui ont un excellent scalpel et un bistouri ébréché, opérant à merveille sur le mort et martyrisant le vif. »

     


    14 commentaires
  •  

     

     

     

    Il y a de la sagesse et beaucoup de richesse dans les pensées des grands auteurs, ces derniers nous ont laissés des trésors, que le politiquement correct essaye d'occulter aujourd'hui, afin d'abêtir les peuples pour pouvoir les manipuler, un peu de la même manière que l'on dresse les animaux de cirque.

     

    Je vous offre quelques unes de ces pensées, plongeons-y un instant afin d'élever un peu les nôtres...

     

    Livia

     

     

    Le temps qui passe...

     

    Image de plénitude

     

    Photo prise un après midi d'été dans les Côtes d'Armor, il faisait très beau ce jour-là !

     



     

    C'est une chose que nous constatons tout les jours à travers nos médias :

     

    « L’ignorance toujours est prête à s’admirer »

     

    Et

     

    « Souvent trop d’abondance appauvrit la matière »

     

    Boileau

     



     

    C'est après le fric que cette pauvre humanité court toujours  :

     

    « J’ai demandé la richesse, afin d’être heureux ; j’ai reçu la pauvreté afin d’être sage.

     

    J’ai demandé toutes choses afin de jouir de la vie ; j’ai reçu la vie, afin de jouir de toutes choses.»

     

    Anonyme

     



     

    Et pour l'appât du gain, l'homme oublie souvent l'essentiel ! :

     

    « L’homme naît, vit et meurt. Il ne se sent pas naître, il souffre à mourir et oublie de vivre. »

     

    Anonyme

     

     

     

    Alain, quand à lui nous rappelle :

     

    « Il n’y a jamais d’autre difficulté dans le devoir, que de le faire. »

     



     

    Il ne faut pas oublier, que malgré tout les progrès de la science aujourd'hui, et l'étirage de peau, ainsi que le botox, pour rester jeune... le temps passe inexorablement et... l'âge vient quand même !

     

    « Horloge ! Dieu sinistre, effrayant, impassible,

     

    Dont le doigt nous menace et nous dit : Souviens-toi ! »

     

    Charles Baudelaire

     

     

     

    Mais un anonyme nous indique que rien n'est perdu :

     

    « A chaque seconde, tu peux renaître. Chaque seconde peut marquer un nouveau départ… C’est un choix ».

     

    Anonyme

     

     

     

    Alors suivons les conseils de Guillaume Apollinaire, qui nous propose :

     

    « Il est grand temps de rallumer les étoiles dans le cœur. »

     

     

     

    Car lorsque nous passerons l'arme à gauche :

     

    « Il convient de n’avoir pas d’autre richesse, quand on parvient au Jugement, que d’être un enfant. »

     

    Anonyme

     

     

     

    Les jours se suivent et... heureusement ne se ressemblent pas, le soleil est revenu et le ciel est bleu depuis quelques jours, je vais donc quitter mon blog pour reprendre le programme des vacances que le mauvais temps avait interrompu. .

     

    A bientôt

     

    Livia

     

     


    13 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique