•  

     

     

    La Bocca della verita...

     

    La Bocca della Verita à Rome

     

     

     

    La Bocca della Verita, « la Bouche de la Vérité », est une ancienne sculpture bas-relief sur marbre, assimilée à un masque, aujourd'hui muré dans la paroi du pronaos de l'église Santa Maria in Cosmedin de Rome.,

     

    Elle date du 1er siècle après J.C. Elle représente un visage masculin et barbu dont les yeux le nez et la bouche sont forés et creux. On pense que c'est probablement une bouche d'égout hypothèse liée à sa découverte près du site du « Cloaca Maxima » (grands égouts de Rome)

     

    Ce disque en forme de mascaron, est devenu célèbre en vertu de la légende selon laquelle la Bouche de la Vérité aurait tranché la main de tous les menteurs, et est considérée comme une des grande curiosités de Rome, qui attire tous les ans des milliers de visiteurs.

     

     

     

    La Bocca della verita...

    Ici, Audrey Hepburn et Gregory Peck devant cette célèbre Bocca, dans le charmant film : Vacances romaines »
    IL fait semblant de ne plus avoir de main, pour effrayer Audrey Hepburn qui ne veut pas y mettre la sienne...

     

    (Texte et images wikipédia)

     

     

     

    J'ai trouvé cette Bocca assez impressionnante et j'avoue que comme Audrey Hepburn, je n'y ai pas mis la main, non par peur de l'y laisser, mais bien qu'on nous avait affirmé le contraire,  je craignais de rencontrer araignées ou quelques autres bestioles...  

     

    Liviaaugustae

     

     


    22 commentaires
  •  

     

     

     

    Le château de Brézé, est un petit château de la Loire que nous avons visité il y a déjà quelques années et que j'avais trouvé ravissant.

     

    J'ai retrouvé avec plaisir, ce château au détour des pages d'une revue, cela m'a donner l'idée de vous en parler aujourd'hui.

     

    Livuaaugustae

     

     

     

     

    Château de la Loire...

     

    En 1856, l'architecte René Hodé réalise une estampe de ce château. Ce dessin est conservé aux musée des Beaux-Arts d'Angers.

     

    Le château de Brézé est évoqué par Marcel Proust dans la deuxième partie de : « Du côté de Guermantes ». Dans le roman, le château est présenté comme ayant été la propriété de la défunte femme du baron de Charlus, lequel en aurait ensuite fait cadeau à sa sœur madame de Saint-Loup.

     

    « Brézé est royal » déclare Charlus. Cette assertion de ce personnage de Proust n'est pas tout à fait dénué de fondement si l'on considère que Brézé appartint un temps au Condé qui, par leur parenté avec Louis XIV (ils étaient cousins germains) étaient ce qu'on appelait des « princes du sang » (il faut entendre : du sang royal).

     

    Proust présente le château de Brézé comme une « demeure royale. » 

     

    Ses douves sont les plus profondes d'Europe (18 mètres). La pierre de la construction a été tirée du creusement des douves. Il possède un pont-levis et un grand réseau souterrain du XIIe siècle, et toute une partie troglodyte.

     

     

     

    Château de la Loire...

    Les douves

     

     

     

    Château de la Loire...

    Les douves

     

     

     

    De style Renaissance, il comporte une grande galeries en équerre et une tour d'horloge.

     

     

     

    Château de la Loire...

    Les galeries souterraines

     

     

     

     

     

    Il paraît qu'il y a un très beau colombier cylindrique qui date du XVIe siècle de 3700 boulins (trous qui servent de nids aux pigeons), est coiffé d'un dôme à lanternon. (Je n'ai pas trouvé d'images pour ce colombier malheureusement)

     

    Chaque année, lors de la pentecôte le Château de Brézé accueille un tournois le temps d'un week-end. Ces joutes médiévales font revivre aux visiteurs l'époque des combats des chevaliers en armure.

     

    (image et texte wikipédia)

     

     

     

     


    20 commentaires
  •  

     

     

    Embrun ! On aurait pu penser qu'avec un nom pareil, on trouverait cette ville sur une de nos côtes recevant les embruns de la mer...mais non, Embrun, est une ville des Alpes du Sud de la France, une ville à découvrir, chargée de passé mais aussi de présent...

     

    Liviaaugustae

     

     

     

    La ville des rois...

    Vue sur la vallée de la Durance, avec Embrun s'étalant le long du fleuve...

     

     

     

    La ville des rois...

    La tour Brune

     

     

     

    La ville des rois...

    Sur le toit du petit Palais

     

    Enfants musiciens

     

    Maurice Ferray

     

     

    Embrun, ville des Alpes du Sud, a été jusqu'à la révolution française une cité prestigieuse et une métropole dont le rayonnement s'étendait bien au-delà de l'Europe, grâce à son célèbre sanctuaire dédié à Notre-Dame des Trois Rois. C'est Saint Marcellin qui dès le IVe siècle fit bâtir une première église dédiée à Notre-Dame de la Nativité, mais très vite les sanctuaire fut nommé Notre-Dame des Trois Rois en raison de la fresque du tympan représentant les rois mages venus s'agenouiller à la crèche devant l'Enfant et sa Mère.

     

    Charlemagne lui-même une somptueuse église sanctuaire où durant tout le Moyen Âge, la Vierge des Trois Rois a attiré d'innombrables pèlerins de l'Europe tout entière, d'Outre-mer et même d'Asie. Cette dévotion est presque devenue héréditaire dans la famille royale française à partir de Charles VII. De nombreux rois ont fait le pèlerinage : Louis XI, Charles VIII, Louis XII, François 1er... Si bien que ce pèlerinage reçut le titre populaire de « pèlerinage des rois de France ».

     

    Au XVIe siècle cependant les troupes de la Réforme vont dévaster et détruire la fresque de la Vierge du Réal : privée de la fresque, ville d'Embrun dépérit.

     

    Mais l'église somptueuse construite par Charlemagne fut restaurée et dès la fin des troubles de la Réforme, les pèlerins revinrent recevoir les grâces mariales, jusqu'à aujourd'hui.

     

     

     

    La ville des rois...

    La cathédrale d'Embrun

     

     

     

     

     

    Parmi les miracles de Notre-Dame des Trois Rois, on rapporte qu'en 1639, un enfant âgé de deux ans et demi s'était égaré. On le chercha pendant plusieurs jours en implorant la Vierge et en faisant à pieds un pèlerinage.

     

    Or trois jours après l'enfant fut retrouvé sain et sauf, en parfaite santé malgré ces trois jours sans manger ni boire, malgré le froid dans cet environnement peuplé d'ours et de loups, il souriait et tendait la main vers quelqu'un que lui seul voyait...

     

    (Images wikipédia)

     

     

     

     

     

     


    18 commentaires
  •  

     

     

     

    Les fromages de France...

     

    Miam !

     

    (image internet)

     

     

     

     

     

    J'ai lu en mars, durant mes vacances un article sur le fromage dans lequel j'ai appris énormément de choses intéressantes, je vous les offre ci-dessous :

     

     

     

    • Par exemple, que c'est Napoléon III qui au XVIIIe siècle a donné ses lettres de noblesse au camembert. La légende attribue sa création à Marie Harel, une fermière du village de Camembert. C'est en 1863, alors que Napoléon III est présent à l'inauguration de la ligne Paris-Granville, qu'on lui offre un morceau de ce fromage. Il l'apprécia beaucoup et en fit l'éloge dans tous les restaurants de la capitale, ce qui les incita à le mettre sur leur carte. Cependant c'est seulement en 1880 qu'Eugène Ridel parvient à l'emballer soigneusement dans un boîte qui l'empêche de couler.

    • Tandis que le morbier est né au XVIIIe siècle d'une mauvaise météo qui empêcha les fermier du Jura d'amener à bon port le lait destiné à la fabrication du comté. Pour ne pas le perdre, il le versaient dans une cuve et le recouvrait d'un peu de cendre pour le protéger. Le lendemain, ils y ajoutaient la traite du matin. Le morbier était né. Aujourd'hui il est réalisé en une seule fois, mais cette raie sombre réalisée avec du charbon végétal reste sa marque de fabrique.

     

     

     

    • Le Roquefort quand à lui remonte au XIe siècle, il est fabriqué à partir du lait cru de brebis. La légende veut qu'un berger ait abandonné son troupeau et sa tartine de pain recouverte de lait caillé, pour suivre une jeune femme. A son retour le pain et le fromage avaient fusionné et était recouvert de moisissures. Le roquefort naquis de cette étourderie amoureuse. C'est pourtant lui qui en 1666, obtint le premier l'Appellation d'origine contrôlée, devenue aujourd'hui AOP (Appellation d'origine protégée).

    • C'est en 1815, lors du congrès de Vienne, que le diplomate français Charles-Maurice de Talleyrand-Périgord, a proclamé le brie « le roi des fromages » !

    • Le Saint-Nectaire, à sa naissance est posé sur un lit de paille de seigle à même la terre battue, selon la technique ancestrale d'affinage.

    • Le fromage contient de la caséine qui est une des protéine du lait qui est anti-cariogènes et dont les effets se prolongent 6h après l'ingestion, protégeant ainsi la flore intestinale

    • Pour éviter les désagréments du lactose si on y est sensible, il faut manger des fromages affinés, comté, camembert ou bleus, qui sont des fromages carrément sans lactose, mais...ils sont gras.

    • Et contrairement à l'idée reçue, tous les fromages ne sont pas gras, il faut manger des fromages frais, car plus un fromage est frais plus il contient d'eau, moins il est gras, mais il contient du lactose en grande quantité...

     

     

     

     

     

    Et avec tous ces sublimes fromages, je vous propose un verre de bon vin rouge : Pomerol, Sancerre rouge, Gamay de Touraine etc... sans oublier un morceau de baguette croquante.

     

    Après cette saine lecture, je me suis précipitée chez le fromager et j'ai pu ainsi me régaler.

     

    Bon appétit !

     

    Liviaaugusate

     


    20 commentaires
  •  

     

     

     

     

    Le Livre d'Heures de François Ier

     

    Un livre d'heure, est un livre liturgique destiné aux fidèles catholiques laïcs, à la différence du bréviaire qui lui, est destiné aux clercs. Il permet de suivre la liturgie des heures.

     

     

     

     

    Un livre merveilleux...

     

    Ce précieux vestige des Valois est remarquable par son histoire, parfaitement connue depuis 1538, c'est un exceptionnel témoignage de l'orfèvrerie du XVIe siècle.

     

    Le plat supérieur du livre a une monture en or émaillé, rubis et turquoise, plaque de cornaline ovale gravée en intaille représentant le Christ en croix entourés des saints, François et Jérôme, possédant un fermoir orné d'une tourmaline.

     

     

     

    Un livre merveilleux...

    Le pendentif du livre d'heures, il y a un camée du Christ à la colonne.

     

     

     

     

     

    Un aperçue de deux pages du livre d'heures...

     

     

     

    Un livre merveilleux...

    L'Adoration des mages

     

     

     

    Un livre merveilleux...

    La Fuite en Egypte

     

     

     

     

     

    J'apprends par une lecture que : « la souscription lancée en octobre 2017 pour réunir un million d’euros manquant pour l’acquisition du précieux Livre d’heures de François 1er a dépassé les espoirs du Louvre, puisque la somme a été récoltée avant même la fin de l’opération, prévue mi-février. 6800 donateurs se sont mobilisée pour ce joyau de la Renaissance, classé « œuvre d'intérêt patrimoniale majeur » car « il est sans équivalent dans les collections françaises étrangères » selon Jean-Luc Martinez le président du Louvre ». (c'est pas le même Martinez, qui fiche la pagaille dans les gares et dans les rues)

     

    Réjouissons-nous donc que cette magnifique œuvre française, revienne chez nous pour enrichir notre musée !

     

    (images wikipédia)

     

     

     

     

     


    22 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique