•  

     

    Lundi 6 avril 2020

     

    Aujourd'hui, c'est l'anniversaire des 500 ans de la mort du peintre Raphaël.

     

     

    Raphaël...

    Les Célèbres Chérubins de Raphaël

     

    (Détail de la Madone Sixtine)

     

     

     

    Maître de la Renaissance décédé le 6 avril 1520, Raphaël nous a laissé une œuvre exceptionnelle, tant profane que religieuse.

     

    Au Vatican, le peintre fut chargé de la décoration des salles du palais de Jules II.

     

    Casanova disait : « aucun peintre n'a surpassé Raphaël dans la beauté des figures » ;

     

    Et Delacroix affirmait que : « le simple nom de Raphaël « rappelle à l'esprit tout ce qu'il y a de plus élevé dans la peinture ».

     

    Et Ingres vouait un véritable culte à Raphaël, tant dans son style dominé par un graphisme proche du maître de la Renaissance que d'hommages récurrents à son œuvre.

     

    Et le plus bel hommage vient de Giogio Vassari qui estime que : « On vit clairement dans la personne, non moins excellente que gracieuse, de Raphaël à quel point le Ciel peut parfois se montrer généreux et bienveillant, en mettant – ou pour mieux dire – en déposant et accumulant en un seul individu les richesses infinies ou les trésors de ses innombrables grâces, qui sont de rares dons qu'Il ne distribue cependant que de temps à autre, et encore à des personnes différentes. »

     

     


    20 commentaires
  •  

     

    Dimanche 5 avril 2020

     

    C'est le dimanche des Rameaux

     

    Malheureusement cette année, privé de messe et de rameaux !

     

     

    Les rameaux, sans rameaux...

    Fresque de Giotto Jésus rentrant dans Jérusalem

     

     

     

     

     

    Six jours avant la fête de la Pâque juive, Jésus vient à Jérusalem. La foule l’acclame lors de son entrée dans la ville. Elle a tapissé le sol de manteaux et de rameaux verts, formant comme un chemin royal en son honneur.

     

    C’est en mémoire de ce jour que les catholiques portent des rameaux (de buis, d’olivier, de laurier ou de palmier, selon les régions. Ces rameaux, une fois bénis, sont tenus en main par les fidèles qui se mettent en marche, en procession : marche vers Pâques u peuple de Dieu à la suite du Christ.

     

    La foule nombreuse venue pour la fête apprit que Jésus venait à Jérusalem ; ils prirent les rameaux des palmiers et sortirent à sa rencontre et ils criaient : Hosanna ! Béni soit celui qui vient au nom du Seigneur !

     

    Ces paroles sont chantées comme antienne d’ouverture au lieu où les fidèles se sont réunis : après une brève allocution, le célébrant bénit les rameaux et l’on lit le récit évangélique de l’entrée messianique de Jésus avant de se rendre en procession jusqu’à l’église.

     

    La tradition chrétienne veut que l’on emporte, après la messe, les rameaux bénits, pour en orner les croix dans les maisons : geste de vénération et de confiance envers le Crucifié.

     

     

    Les rameaux, sans rameaux...

    « Les Rameaux en mode Covid »

     

    À Montreuil (Seine-Saint-Denis), les paroissiens sont invités à fleurir leurs portes ou leurs fenêtres en y attachant un petit bouquet de branchages, ou bien une fleur, voire même un dessin de branchage afin que chaque foyer se sente prêt à accueillir Jésus.

     

    Et même si vous n’êtes pas de Montreuil, n’hésitez pas à vous approprier l’idée.

     

     

    Les rameaux, sans rameaux...

    Une amusante idée !

     

    Différents diocèses proposent une bénédiction depuis le clocher de telle ou telle église afin de bénir buis, mais aussi foulards ou ce qui peut remplacer les buis.

     

    Les chrétiens sont invités à se tenir tenir sur leurs balcons, dans leurs jardins ou leurs maisons pour recevoir cette bénédiction.

     

    Aleteia

     

     

     

     


    14 commentaires
  •  

     

     

    Saviez-vous qu'aujourd'hui, 1er avril c'est la fête de saint Glin-Glin?

     

    Je viens de le découvrir au cours d'une lecture !

     

    Souhaitons un très bon anniversaire à tous ceux qui se nomment : Glin-Glin s'il en existent!

     

    Livia

     

     

    Saint Glin-Glin...

    GERMINAL

     

    Calendrier révolutionnaire.

     

    21-22 Mars - Le Soleil entre au signe du Bélier.

     

    C'est l'époque de l'Equinoxe du Printemps

     

    Tout végète et s'anime au retour du Zéphyr

     

    La Nature à ses Lois ramène nos désirs

     

    Et l'Âge le plus pur apprend des Tourterelles

     

    Qu'il est doux de s'unir et de s'aimer comme elles

     

    (entre 1797 et1798)

     

    Saint Glin-Glin...

     

    FLOREAL 21 Avril: Le Soleil entre au signe du Taureau

    Sitôt que FLORE en sa magnificence,

    Promet dans Ses présents des trésors aux Humains

    On aime à voir la candeur l'innocence

    Que la Jeune Beauté couronne de Ses mains

     

     

     

     

     

    « Fêté » le 1er avril, saint Glinglin, patron des personnes en retard, a eu une vie vraiment pas commune. Mais au fait, a-t-il vraiment existé ?

     

    On raconte qu’avant de daigner venir au monde, il a fait  attendre sa mère durant… 18 mois. Un sacré bonhomme. Ce détail  donne le ton quant à l’histoire de saint Glinglin. Ce moine imaginaire aurait eu la charge de sonner les cloches du couvent, d’où son surnom « Grelin, grelin » ou « Glin, glin ». Patron des gens en retard, c’est la vox populi, non dépourvue d’humour, qui l’a inscrit au calendrier des saints le 1er avril.

     

    En réalité, comme le décrit Georges Planelles dans « Les 1001 expressions préférées des français», son nom viendrait non pas de « saint » mais de « seing », un terme issu de l’ancien français désignant « une sonnerie de cloche » puis, par extension, une cloche tout court. Quant à « glinglin », ce terme dériverait du verbe « glinguer », issu de l’allemand « klinguen », qui signifie « sonner ». Attendre quelque chose jusqu’à la Saint-Glinglin, c’est attendre une hypothétique sonnerie de cloche qui ne vient jamais.

     

    Aujourd’hui, on espère juste que le confinement, lui, ne s’achèvera pas à la Saint-Glinglin.

     



     

     


    14 commentaires
  •  

     

     

     

    Mercredi 25 mars 2020

     

    Aujourd'hui, c'est la fête de l'Annonciation à Marie.

     

     

    L' Annonciation...

    L'Annonciation

     

    Le Greco

     

     

     

    Alors que l’épidémie du Covid-19 continue de se propager en France, les évêques proposent à l’ensemble de la population de se manifester le jour de la fête de l’Annonciation. Ce mercredi 25 mars, alors que les cloches des églises sonneront pendant dix minutes à 19h30, chacun est invité à déposer une bougie à sa fenêtre.

     

    Ce geste sera « une marque de communion de pensée et de prière avec les défunts, les malades et leurs proches, avec tous les soignants et tous ceux qui rendent possible la vie de notre pays », a expliqué Mgr Éric de Moulins-Beaufort, président de la conférence des évêques de France...

     

     

    L' Annonciation...

    Les lumières pour la communion de pensée...

     

    (Image internet)

     



     

     

     

    L’Annonciation

     

    O divin Créateur, descendez, voici l’heure
    De venir habiter votre sainte demeure,
    De venir annoncer son destin glorieux
    A la Reine à venir de la terre et des cieux.

     

    Dans son humble demeure, elle est seule, elle prie,
    La Vierge d’Israël,
    Quand l’ange Gabriel
    Entrant tout lumineux, lui dit : « Salut Marie,
    Le Seigneur est en vous ;
    Vos grâces sont la joie et le parfum des âmes,
    Vous vous trouvez bénie entre toutes les femmes,
    Vierge au cœur humble et doux ;
    L’Esprit-Saint répandra sa semence féconde
    En votre jeune fleur,
    Et sans nulle douleur
    Vous concevrez, mettrez un homme dans le monde ;
    Et l’adorable Enfant
    Sorti de votre sein, ce fruit du doux Mystère,
    Sera le Fils de Dieu, le Sauveur de la terre,
    Jésus, Dieu triomphant ;
    Et l’ange précurseur de sa terrestre voie,
    Vierge de Nazareth,
    Naîtra d’Élisabeth
    Dont le sein maternel est déjà plein de joie. »

     Joseph-Eugène Boquet

     



     

    Alors que le chantier de Notre-Dame est à l’arrêt le temps du confinement, deux personnes ont tenté de voler des pierres de la cathédrale il y a quelques jours. Ils ont été rapidement interpellés par la police.

     

    Il y a un marché noir », a expliqué André Finot, porte-parole de Notre-Dame au Parisien : « On trouve des pierres de la cathédrale en vente sur eBay.

     

    Sauf qu'il faut se méfier si vous les acheter, car il y a beaucoup des fausses pierres .

     

    On se rend compte que les malhonnêtes gens et les profiteurs, ne sont pas en confinement et continuent leur mauvaises actions au détriment des autres !

     

    Livia

     

     

     


    14 commentaires
  •  

     

     

     

    Mardi 4 février 2020

    Aujourd'hui, nous fêtons saint Théophile le Pénitent

    Au IVe siècle, ce clerc avait scellé un pacte avec le diable pour se venger de son évêque.

    Repenti, il consacra le reste de sa vie à faire pénitence.

     

     

    Fête de saint Théophile le Pénitent...

    Cette légende est sculptée au tympan du portail du cloître de Notre-Dame

     

    L’histoire remonte au IVe siècle à Adana en Turquie. Théophile un jeune clerc tombe en disgrâce aux yeux de son évêque. Réduit à la misère, il renie sa foi et conclu un pacte avec le Diable. Le démon lui permet d’humilier son évêque et de prendre sa place. Mais rapidement, Théophile est pris de remords, il regrette cette alliance avec Satan et désire demander pardon.

    Son pacte avec le Diable l’interdit de pénétrer dans une église. De l’entrée il peut voir une chapelle dont l’autel est surmonté d’une Vierge assise, son fils entre les bras. Sous le regard de la Vierge, il se met alors à prier avec ferveur. Touchée par la supplique du clerc, la mère du Christ va à la rencontre du démon pour sauver l’âme du repenti. Frémissant de rage, et ne pouvant résister à la demande de la vierge, Satan remet le contrat que Théophile avait signé de son sang et scellé de son anneau.

    Au XIIIe siècle, le poète et conteur Rutebeuf s’est inspiré de cette histoire pour écrire le drame religieux « Les miracles de Théophile ». La pièce fut jouée pendant plus de deux siècles lors des cérémonie religieuses, devant un large public sur le parvis des églises. Le passage de la pièce le plus célèbre est probablement la prière qu’adresse le pénitent à la Vierge Marie.

    Ma sainte reine belle,
    Glorieuse pucelle,
    Dame de grâce pleine,
    Qui le bien nous révèle,
    En besoin qui t’appelle.
    Délivre est de peine ;
    Qui son cœur vous amène,
    Au perdurable règne
    Il aura joie nouvelle ;
    Jaillissante fontaine
    Et délectable et saine,
    À ton fils me rappelle.

    Aujourd’hui, il est possible de retrouver l’histoire de saint Théophile le repenti sur le tympan du portail nord de Notre-Dame de Paris. La légende est là pour symboliser le sacrement de pénitence et de réconciliation par lequel Dieu, dans son immense amour, pardonne toutes les fautes et tous les péchés.


    12 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique