•  

     

     

    Dimanche 7 janvier 2018

     

    Fête de l'Epiphanie

     

     

     

    Epiphanie...

    Les rois Mages et leurs chameaux sont arrivés , il y a un monde fou aux abords de ma crèche...

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Du grec épiphanéia : « apprition » ; de épiphainéin » « paraître ou briller ».

     

    La Solennité de l'Epiphanie célèbre la manifestation de Jésus comme Messie. La fête est venue d'Orient où elle a été fixée au 6 janvier : fête des lumières, fête de l'eau, elle est beaucoup plus la célébration de l'inauguration du ministère public du Christ, lors de son baptême au Jourdain, qu'une festivité des événements de l'enfance de Jésus.

     

    En Occident, l'Epiphanie, fixée au 6 janvier ou au dimanche situé entre le 2 et le 8 janvier, est surtout la fête des Mages ou des « Rois ». Les manifestations inaugurales de la vie publique ne sont pas oubliées, puisque l'office de la fête parle des trois mystères de ce jour comme n'en faisant qu'un : l'adoration des Mages, le baptême de Jésus et les noces de Cana ; nous remarquons que les Mages retiennent presque toute l'attention.

     

     

     

    « La tradition veut que pour le jour de la Fête des rois mages, on partage un gâteau dans lequel est dissimulée une fève.

     

    Du XVIIe siècle jusqu'en 1930 environ, les boulangers avaient coutume d'offrir gratuitement une galette des Rois à leurs clients. L'usage s'est perdu et la galette comme le reste est devenue un produit commercial. La fève dans la galette vient du temps des romains, elle était blanche ou noire et était utilisée pour les votes du début janvier aux saturnales de Rome où l'on élisait un roi pour le festin par une fève. »

     

    Portail de l'église catholique de France.

     

     

     

     

     

     

     

    Pour cette fête je vais vous conter une histoire vraie, belle et émouvante !

     

     

     

    Epiphanie...

    Petite église orthodoxe russe sous la neige...

     

    (image internet)

     

     

     

    C'était le 6 janvier 1942.

     

     



     

    Pendant la Seconde Guerre mondiale qui opposait notamment Russes et Allemands, le soir de l’Épiphanie sur le front russe, un soldat-infirmier franciscain allemand, Karl, désireux de suivre l’office du jour entre dans une chapelle, en pleine forêt, et y découvre un pope et son épouse prêts à célébrer la messe. En quelques mots de russe, Karl se présente : « Je suis religieux franciscain. Puis-je servir la messe ? «  Venez », répond le pope.

     

    Les trois participants sont émus : voilà que les hasards d'une guerre abominable réunissent dans l'Eucharistie, Orthodoxes et Catholiques, Russes et Allemands ! Toute la tendresse du Ciel inonde trois cœurs qui ne font plus qu'un dans le Christ.

     

    Soudain, vers la fin de la messe, des soldats de l’Armée rouge qui ont repéré les traces de Karl, cernent l’isba et somment le pope : « Livrez-le nous. Sinon, on tire ! »

     

    Sans s'émouvoir, le pope pose la main sur l'épaule de l'Allemand et explique : « C’ est un religieux franciscain ; un staretz ! » (les staretz sont des ermites vivant dans les forêts russes une vie de prière et de pénitence). Tout l'atavisme de la « Sainte Russie » reflue alors dans le cœur des soldats de Staline élevés pourtant dans le plus pur athéisme. Au mot de « staretz », instinctivement, les fusils se baissent avec respect.

     

    « Le staretz est venu prier avec moi, je vous demande de le reconduire sain et sauf aux abords des lignes allemandes. » D'un signe de tête le sous-officier obtempère et le jeune religieux allemand est reconduit jusqu’en vue de son unité par ses soldats.

     

    Ce fait s'est passé près d’Orel, à 250 kilomètres au sud de Moscou. Karl est aujourd'hui missionnaire au Japon : il n'a pas oublié ce 6 janvier 1942, fête de l'Épiphanie, où il a touché du doigt dit-il, la « Sainte Russie ».

     

    Je vous souhaite une belle fête de l'Epiphanie

     

    Liviaaugustae

     

     

     


    18 commentaires
  •  

     

    1er janvier 2018

     

     

     

    La nouvelle année, du Grand-Ouest au Sud-Est, commence sous les funestes auspices d'une vilaine tempête dénommée Carmen.

     

    Souhaitons et espérons que cette Carmen n'augure aucun mauvais présages pour l'année à venir... on peut toujours rêver !

     

    Liviaaugustae

     

     

     

    Aujourd'hui, c'est aussi la fête de Marie.

     

    « Marie affronte l'avenir avec confiance. Fille d'Israël, elle a foi dans le Seigneur et sait que Dieu tient toujours ses promesses. Elle vit en sa présence et se laisse guider par Lui. Et pourtant son existence n'a pas toujours été une vie de rêve. Un glaive de douleur lui a transpercer le cœur. Mais elle n'a jamais lâché la main de Dieu. Auprès d'elle apprenons la confiance. » La confiance n'est pas l'optimisme. Celui-ci prend sa source dans l'homme, il est affaire de tempérament. La confiance, elle, prend sa source en Dieu. Elle est un fruit de l'Esprit... »

     

    Cardinal Ricard

     

     

    Bonne année...

    « Il y a deux façons de répandre la lumière : être la bougie ou bien le miroir qui la reflète. »

     

    Edith Wharton

     

    J'ai choisi d'être la bougie !

     

     

    Bonne année...

    tchin-tchin !

     

    (image internet)

     

     

     

     

     

    La nouvelle année

     

    Nouvelle année, nouvelle année

     

    Dis-nous, qu'as-tu pour nous sous ton bonnet ?

     

    J'ai quatre demoiselles

     

    Toutes grandes et belles,

     

    La plus jeune en dentelles,

     

    La seconde en épis,

     

    La cadette en fruits,

     

    Et la dernière en neige.

     

    Voyez le beau cortège !

     

    Nous chantons, nous dansons

     

    La ronde des saisons.

     

    Louisa Paulin

     

     

     


    18 commentaires
  •  

     

    31 Décembre 2017 !

     

     

     

    « Pendant que des mortels la multitude vile,

     

    Sous le fouet du plaisir, ce bourreau sans merci,

     

    Va cueillir des remords dans la fête servile... 

     

    Loin d'eux. Vois se pencher les défuntes années... »

     

    Charles Baudelaire

     

     

    (image internet)

     

     

     

    Ce soir, l'année 2017 se termine.

     

    Partout dans le monde ce sera le réveillon : on s'amusera, on dansera, on boira, on chantera.

     

    Les feux d'artifice inonderons le ciel de lumières multicolores sous les yeux émerveillés et ravis de la foule extasiée.

     

    Il y a pourtant dans l'air on ne sait quel souffle de mélancolie, c'est sans doute parce qu'une année va mourir ce soir au son des flonflons...

     

    Liviaaugustae

     

     


    24 commentaires
  •  

     

    24 Décembre ce soir c'est Noël !

     

     

     

    « Ce n'est pas seulement pour duper nos enfants que nous les entretenons dans la croyance au Père Noël : leur ferveur nous réchauffe et nous aide à nous tromper nous-mêmes. »

     

    Claude Lévy-Strauss

     

     

     

     

     

    En compagnie Tchaikovsky, écoutons Noël s'égrener au piano, clic sur le lien ci-dessous  :

     

    https://www.youtube.com/watch?v=9yS4iZVqqOo

     

     

     

    Noël...

    La Nativité est l'une des six mosaïques réalisées autour de 1291 par un grand artiste romain, Pietro Cavallini

     

    Son style est à la charnière entre l'art byzantin et l'art gothique

     

    Cette mosaïque se trouve à Santa Maria in Trastevere à Rome. Elle fut en 220, l'un des premiers lieux de culte chrétiens ouvert au monde.

     

    Les couleurs sont magnifiques, en particulier toutes les nuances de bleu.

     

    (M.G. Leblanc)

     

     

     

     

     

    « Un ange, dans la nuit, aux pasteurs qu'il éveille

     

    D'un Dieu né dans la crèche annonce la merveille »

     

    Jacques Delille

     

     

     

    La crèche a été sortie du placard où elle dormait depuis l'an passé, tandis que le sapin croule sous les guirlandes et les boules brillantes un parfum de forêt règne dans le salon, les cadeaux enveloppés dans de jolis papiers sont amoncelés à ses pieds, ils seront ouverts au matin du 25 décembre, par des petites mains impatientes qui vont lacérer les-dits papiers, pour atteindre plus rapidement « le cadeau » ! Les étoiles de Noël sont allumés dans les yeux des enfants et... les adultes se souvenant de leur enfance sont attendris, dans leur cœur des souvenirs affluent tels de joyeux fantômes venus ressusciter les merveilles d'antan...

     

     

    Noël...

    Les étoiles de Noël

     

    (image internet)

     

     

     

    « Celui qui n'a pas Noël dans le cœur ne le trouveras pas au pied du sapin »

     

    Roy Lemon Smith

     

     

     

     

     

    Je vous souhaite un beau et joyeux Noël.

     

    Je vous retrouve dans quelques jours... après une petite pause en famille.

     

    Liviaaugustae

     

     

     

     

     


    8 commentaires
  •  

     

    3 décembre 2017

     

    1er dimanche de l'Avent

     

     

     

     

     

    Aujourd'hui, nous avons allumé la première bougie de l'Avent !

     

    Et comme je ne me souvenais très bien plus pourquoi on allumait les bougies, j'ai fait quelques recherches pour me rafraîchir la mémoire, je vous les livre ci-dessous :

     

    Liviaaugustae

     

     

     

     

     

    Temps liturgique précédant la fête de Noël.

     

    Quatre dimanches de l’Avent. Ce temps de préparation à la célébration de la naissance de Jésus est marqué par la symbolique de l’attente et du désir. Une tradition de l’Avent utilise la symbolique des bougies au long des quatre dimanches.

     

    • Premier dimanche la bougie symbolise le pardon à Adam et Eve.

    • Deuxième dimanche la bougie symbolise la foi des Patriarches, en la Terre Promise.

    • Troisième dimanche la bougie symbolise la joie de David, célébrant l’Alliance avec Dieu.

    • Quatrième dimanche la bougie symbolise l’enseignement des Prophètes, annonçant un règne de paix et de justice.

    • Avent : début de l’année liturgique.

     

     

    L'Avent...

    Lumière de Noël dans les ténèbres...

     

    (image internet)

     

     

     

    Le temps de l'Avent (du latin adventus « venue, avènement), s'ouvre le 4e dimanche précédent Noël.

     

    L'Avent est la période durant laquelle les fidèles se préparent intérieurement à célébrer Noël, événement inouï et décisif pour l'humanité, puisque Dieu s'est fait homme parmi les hommes ; de sa naissance à sa mort sur la Croix, il a partagé en tout la condition humaine, à l'exception du péché.

     

    Chacun est appelé à la vigilance et au changement de vie. La parole des Prophètes, qui retentit en chaque liturgie dominicale de l'Avent, redit la nécessité de la conversion et de la préparation du cœur, comme le rappellent également les autres lectures de la messe.

     

    Le début de l'Avent marque aussi l'entrée dans une nouvelle liturgie : celle-ci commence chaque année avec ce temps de préparation à Noël, pour s'achever une année plus tard à la même période.

     

    L'Avent, comme l'ensemble du calendrier liturgique, aide les fidèles à revivre les grands événements de la vie et de l'enseignement du Christ, en particulier de sa naissance, (Noël) à sa Résurrection (Pâques).

     

    L'Eglise relit et revit donc «  tous ces grands événements de l'histoire du salut dans « l'aujourd'hui » de sa liturgie ».

     

     

     

    Portail de l'Eglise catholique de France

     

     


    12 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique