•  

     

    15 août 2019 

     

    Mon fils m'ayant prêté son ordi, j'ai voulu fêter l'Assomption avec vous aujourd'hui.

     

    Livia

     

     

     

    L'Assomption...

    Assomption

    Rubens

     



     

    Ecce Mater Tua

     


    Le céleste concert des sphères infinies
    Est moins harmonieux que le bruit de son nom ;
    Et quand il a vibré sur les harpes bénies,
    Le firmament s'emplit d'un immense frisson.

    Une armée en bataille est moins terrible qu'elle,
    Et la fleur virginale a de moins doux parfums ;
    Son front laisse oublier, sans regrets importuns,
    L'éclat mystérieux de la lune nouvelle.

     


    C'est le dernier refuge et le secours constant ;
    Trône de la sagesse et miroir de prudence,
    Elle est l'espoir de ceux qui n'ont plus d'espérance.
    Cause de notre joie, à son aspect charmant

    L'étoile de la mer, l'arc-en-ciel des tempêtes
    Pâlissent comme une ombre au souffle du matin ;
    Et l'aurore naissante a de moins belles fêtes,
    Et moins blanc est le lis qui croît dans le ravin.

    Son voile est plus léger qu'un nuage qui passe ;
    Son manteau parsemé des astres de la nuit
    Retombe chastement, et ses plis ont la grâce
    D'un flottant crépuscule où le jour déjà luit.

    Nul ne pourrait comprendre et nul ne saurait dire
    Tant de puissance unie avec tant de douceur ;
    Le héros est moins grand, moins savant le docteur,
    Moins précieux le sang de la jeune martyre !

    C'était l'Eve promise à la nouvelle loi ;
    Judith eut moins de force, Esther eut moins de charmes,
    Rachel inconsolable a pleuré moins de larmes,
    Et le cœur de ta mère a moins d'amour pour toi !

    René F. Saint-Maur
    Le Messager du Cœur de Jésus (août 1898)

     

     


    10 commentaires
  •  

     

    Dimanche 14 Juillet 2019

     

     

     

    La fête de la Prise de la Bastille par les révolutionnaires qui fit beaucoup de morts !

     

     

     

    Fête Nationale...

    Prise de la Bastille

     

     

     

     

     

    Le 14 juillet 1790 a lieu la Fête de la Fédération. C'est l'une des nombreuses fêtes révolutionnaires.

     

    La « fête de la fondation de la République » est célébrée le 1er vendémiaire de chaque année, de 1793 jusqu'en 1800. On cesse alors de célébrer la Saint-Louis en l'honneur du roi.

     

    Le décret du 19 février 1806 institue la Saint Napoléon le 15 août le (alors que c'est en réalité la Saint Louis) alors que le 14 juillet, fête subversive, n'est plus commémoré de 1804 à 1848, autrement que dans des célébrations clandestines.

     

    En 1848, une fête nationale est célébrée le 4 mai, jour anniversaire de la proclamation ou ratification de la République par l'Assemblée nationale constituante . l

     

    À partir de 1852, Napoléon III restaure la Saint-Napoléon.

     

    À la suite de la guerre franco-allemande de 1870 la fête devient nationaliste, privilégiant le défilé militaire (c'est ce qui a été gardé jusqu'à aujourd'hui).

     

    En 1878, une fête nationale a lieu le 30 juin pendant l'Exposition universelle de 1878. Elle est immortalisée par plusieurs toiles de Claude Monet et d'Edouard Manet.

     

     

     

     

     

    Fête Nationale...

    La rue Montorgueil

     

    Claude Monet

     

     

     

    Fête Nationale...

    La rue Mosnier aux drapeaux

     

    Edouard Manet

     



     

    En 1879, la IIIe République naissante cherche une date pour servir de support à une fête nationale et républicaine. Après que d'autres dates ont été envisagées, le député Benjamin Raspail dépose le une proposition de loi tendant à adopter le 14 juillet comme jour de fête nationale annuelle. Si le 14 juillet 1789 (prise de la Bastille) est jugé par certains parlementaires comme une journée trop sanglante, la Fête de la Fédération du 14 juillet 1790, elle, permet d'atteindre un consensus. Cette date « à double acception » permet d'unir tous les républicains.

     

    La loi, signée par 64 députés, est adoptée par l'Assemblée le 8 juin et par le Sénat le 29 juin. Elle est promulguée le 6 juillet 1880 et précise simplement que « La République adopte le 14 juillet comme jour de fête nationale annuelle », sans indiquer quel est l'événement ainsi commémoré.

     

     

     

    Et pour ceux qui aiment l'opéra, il ne faut pas oublie à la télé le « Concert de Paris » au pied de la Tour Eiffel, retransmit en direct et présenté par Stéphane Bern, c'est en général très beau et puis après si on aime cela on assistera au feu d'artifice tirés de cette même tour.

    Bonne fête Nationale !

     



     

     


    15 commentaires
  •  

     

     

    13 juillet 2019

     

    Aujourd'hui c'est la fête de Saint Henri,

     

    Je rends hommage à ce saint en souvenir de mon père qui se prénommait Henri.

     

    Je souhaite une bonne fête à tous ceux qui portent ce prénom.

     

    Mais qui donc était ce saint ?

     

     

     

     

    Saint Henri...

    Couronnement de saint Henri II

     

     

     

    Henri II, dit « le Boiteux » ou « le Saint », né en mai 973 (selon le nécrologe de Merseburg, le 6 mai) et mort en 1204, est le sixième et dernier roi de Germanie ou empereur romain germanique de la dynastie saxonne et ottonienne.

     

    Duc de Bavière de 995 à 1004 et de 1009 à 1017, Roi de Francie Orientale (Germanie) en 1002, roi d'Italie en 1004, élu empereur romain germanique, il est couronné à Rome par le pape Benoît VIII en 1014. Il épouse Cunégonde, qu'il associe à son gouvernement. Menant une vie pieuse, il encourage le développement du monachisme, créé en 1007 sur des terres qui lui appartenaient en propre depuis 995 ; l'évêché de Bamberg et doit combattre Boleslas 1er duc puis roi de Pologne.

     

    Mort en 1024 à Göttigen en Saxe, enseveli à Bamberg, il est canonisé en 1146. L'impératrice connaît cette reconnaissance en 1200.

     

    L'Eglise catholique le célèbre le 13 juillet.

     


    31 commentaires
  •  

     

     

     

    Le 29 juin 2019

     

    C'est la fête aujourd'hui de Saint Pierre et Saint Paul

     

     

     

    Le Christ entouré de Saint Pierre à gauche et Saint Paul à droite

     

    Chapelle Palatine

     

     

     

     

     

    Saint Pierre et saint Paul : on ne peut les séparer. Ils sont les deux piliers de l’Église et jamais la Tradition ne les a fêtés l’un sans l’autre. L’Église romaine, c’est l’Église de Pierre et de Paul, l’Église des témoins directs des fruits de la vie du Seigneur.

     

    Différents et complémentaires, l’un et l’autre nous rappellent que l’Eglise est fondée sur les apôtres.

     

    Pierre était galiléen, reconnu par son accent, pêcheur installé à Capharnaüm au bord du lac de Tibériade. Paul était un juif de la diaspora, de Tarse en Asie Mineure, mais pharisien et, ce qui est le plus original, citoyen romain. Tous deux verront leur vie bouleversée par l’irruption d’un homme qui leur dit : « Suis-moi. Tu t’appelleras Pierre. » ou « Saul, pourquoi me persécutes-tu? » Simon devenu Pierre laisse ses filets et son foyer pour suivre le rabbi. Saul, devenu Paul se met à la disposition des apôtres. Pierre reçoit de l’Esprit-Saint la révélation du mystère caché depuis la fondation du monde: « Tu es le Christ, le Fils du Dieu vivant. » Paul, ravi jusqu’au ciel, entend des paroles qu’il n’est pas possible de redire avec des paroles humaines. Pierre renie quand son maître est arrêté, mais il revient: « Seigneur, tu sais tout, tu sais bien que je t’aime. » Paul, persécuteur des premiers chrétiens, se donne au Christ: « Ce n’est plus moi qui vis, c’est le Christ qui vit en moi. » Pierre reçoit la charge de paître le troupeau de l’Église: « Tu es Pierre et sur cette pierre je bâtirai mon Église. » Paul devient l’apôtre des païens. Pour le Maître, Pierre mourra crucifié et Paul décapité.

     

    C’est aux alentours de cette date que la majorité des ordinations de nouveaux prêtres sont célébrées. Cette année il a eut 126 ordinations, c'est un signe que malgré tout les efforts

     

    pour l'abattre l'Eglise reste debout.

     

     


    28 commentaires
  •  

     

     

     

    Lundi 24 juin 2019

     

    Fête de Saint Jean le Baptiste.

     

     

     

    Jean naît d’une vieille femme stérile. Il est au terme des prophètes. Le Christ naît d’une jeune vierge. Il est l’avenir Dieu. La naissance de Jean affronte l’incrédulité et son père devient muet. Marie croit à la naissance du Christ et elle l’engendre par la foi.
    (Saint Augustin – Sermon sur la naissance de Jean-Baptiste)

     

     

     

    Les feux de la Saint Jean...

     

     

    Dans la demi obscurité de la crypte de la cathédrale Saint-Bavon (Sint Baafskathedraal) de Gand en Belgique est conservé ce très beau et saisissant reliquaire en argent et argent doré d’une taille imposante qui nous présente la tête de saint Jean Baptiste sur un plateau orné d’amples volutes, de grappes de fruits et de chérubins porté par quatre anges agenouillés vêtus de dalmatiques.

     

    Les anges hérités du Moyen-âge donnent à cette grave figuration de la tête apaisée du martyr une légèreté divine.

     

     

     

     

     

     

     

    Les feux de la Saint Jean

     

     

     

    Filles et garçons en se tenant la main,

     

    Dansent autour du feu pour célébrer l'été.

     

    La nuit chaude les enveloppe,

     

    Les tient serrés dans sa cape brune,

     

    Cache leurs baisers et retient leurs serments,

     

    Gravés sur les troncs des arbres alentours...

     

    Livia

     

     

     

    Les feux de la Saint Jean...

    La fête de la Saint Jean

     

    Jules Breton

     

     

     

    Chaque année, le 24 juin, des milliers de bûchers s'embrasent à la tombée de la nuit. Trois jours après le solstice d'été, ces feux de joie célèbrent un personnage majeur du Nouveau Testament. Le Jean en question n'est pas l'évangéliste mais Jean le Baptiste, cousin de Jésus, ultime prophète annonciateur de sa venue. Sa naissance fait l'objet d'un culte depuis au moins le VIe siècle.

     

    La Nativité de Jésus est célébrée le 25 décembre dans la foulée du solstice d'hiver (c'est-à-dire le jour où la lumière triomphe des ténèbres). Une cohérence symbolique explique alors le choix de lier le solstice d'été à Saint Jean le Baptiste, le précurseur, la voix dans le désert qui annonce : « Il faut qu'il croisse et que je diminue ».

     

    Temps fort du calendrier liturgique, cette fête demeure très populaire dans les campagnes, où le cycle saisonnier revêt une importance particulière.
    En 1648, le jeune Louis XIV est le dernier roi de France à allumer le bûcher parisien dressé Place de Grève.

     

    Et au Québec, en 1977, le gouvernement a fait de la Saint Jean, sa fête Nationale.

     

     


    15 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique