•  

     

     

    Le mot du général…

     

     

    Spectacle

    Détail de la statue du général, située au centre du cours Cambronne à Nantes.

    (image wikipédia)

     

    Un peu d’histoire.

    Pierre, Jacques, Etienne, vicomte de Cambronne (Nantes 1770-1842), Est un général français, engagé comme volontaire en 1792, il prit part aux campagnes de la Révolution et de l’Empire, fut nommé général de brigade puis, major général de la garde impériale. Ayant accompagné Napoléon 1er à l’île d’Elbe (1814), il revint avec lui en 1815, et fut fait comte et pair de France pendant les Cent-Jours. Lors de la bataille de Waterloo (juin 1815), il fit partie du « dernier carré » de la Vielle Garde et, sommé de se rendre aurait répondu, selon la tradition, « La garde se meurt, mais ne se rend pas » ou encore (aurait adressé aux anglais le mot de Cambronne, anecdote repris par Victor Hugo, dans les Misérables).

    Blessé, il fut emmené comme prisonnier en Angleterre. A son retour en France, il fut traduit devant un conseil de guerre. Défendu par l’avocat Berryer, il fut acquitté, et fut peu après chargé du commandement de la place de Lille (1820-1822).

    (Dictionnaire Robert de noms propres)

     

    « Son mot » resté célèbre grâce à Hugo et beaucoup plus tard à Sacha Guitry, a toujours cours  en France bien que l’on ne soit pas sûr qu’il l’ait jamais prononcé…

     

    Comme hier soir, il n’y avait rien d’intéressant à la télévision. TF1 élections, France 2 : élections,  France 3 : élections !  

    Je me sui offert la pièce de Guitry : « Le mot de Cambronne » !

     

    QUAND L’HISTOIRE ET LE PATRIMOINE S’ENTRELACENT…

     

     

     

    Spectacle

    Les trois coups ont raisonné, le rideau va se lever…

     

    Le mot de Cambronne.

     Mme Cambronne, d’origine britannique, à qui l’on a beaucoup parlé du « Mot de son mari », le presse de questions afin d’en connaître la signification. Mais le général se refuse à toute explication et persiste à se taire.

    Jusqu’au moment, où la soubrette, laissant tomber le plateau avec les tasses du goûter, laisse échapper un sonore « Merde » !

    Cette pièce, interprétée avec brio par Guitry campant le général Cambronne.

    Marguerite Moreno l’épouse du général à l’accent anglais à couper au couteau (Birkin en serait jalouse).

    Pauline Carton, la femme du préfet de Nantes.

    Et la jolie soubrette, Jacqueline Delubac (épouse du moment de Guitry), qui n’a qu’un mot à dire : celui de Cambronne !

    Une pièce exquise, pleine d’esprit, et d’humour savoureux, bien français et en vers…

    Pour écouter le texte de la pièce, lien ci-dessous :

    http://www.youtube.com/watch?v=vQhA4eTyQ-o

     


    votre commentaire
  •  
     
     
     
     
     
    LES GRAND REALISATEURS
     
    HITCHCOCK :
    La foi du silence.
     
    Le réalisateur mythique de « Sueurs froides » pleura à chaudes larmes en communiant au corps du Christ, pour la première fois depuis bien longtemps à la fin de sa vie.
    Cette confidence, révélée récemment par le Wall Street Journal et relayée par le Catholic Herald (14 décembre 2012), est due au prêtre américain Mark Henninger.
    Ce jésuite y rappelle qu’Alfred Hitchcok revint à la foi catholique dans sa 80e année. Il demanda au prêtre de venir célébrer la messe dans sa demeure de Los Angeles. « Je n’oublierai jamais, confie le Père Henninger. Après la communion, il pleura silencieusement. Et je voyais des larmes énormes  rouler sur ses joues toutes rondes. »
    Quelques mois plus tard, Hitchcok mourut.
    Eut-il à gravir « les 39 marches » pour rejoindre Celui qu’il avait reçu avec des larmes d’enfant ? Une chose est sûre : Dieu est, pour chacun de nous, l’amour aux trousses.
    Luc Adrian
    Extrait de : Famille Chrétienne
     
    En ce temps-là, il y avait de grands réalisateurs, qui faisaient de bons films, avec une bonne histoire, d’excellents acteurs, de somptueux décors ! Ils nous sortaient de notre petit train-train, et nous embarquaient sur les ailes du rêve…
    Hitchcok était l’un d’eux, ses films étaient à la fois : policiers, humoristiques et pleins d’aventures, cependant j’ignorais qu’il était catholique. Et comme beaucoup de non pratiquants, au soir de la vie ils reviennent retrouver Dieu, pour le grand voyage.
    L’un de mes préférés est : « Sueurs froides », je vous en offre un passage.
    Liviaaugustae
     
     
     
     
     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     


    votre commentaire
  •  

     

     

     

     

     

     

     

    numérisation0002LES SAVEURS DU PALAIS…

     

    On en tant parlé ! C’était le film du siècle !

    Jean d’Ormesson « faisait l’acteur » !

    Et Christian Vincent était un réalisateur fabuleux !

     

    J’apprécie beaucoup Catherine FROT, c’est l’une de nos meilleures actrices du moment, à mon humble avis.

    C’est vrai que les plats qu’elle prépare font saliver, et que c’est agréable de visiter l’Elysée (bien que l’on soit le plus souvent dans les cuisines), mais il y a quelques petites échappées dans les « ors » du château.

    Mais franchement, le film est plat, plat comme une limande, puisque nous parlons cuisine… Cependant on apprend comment le président de l’époque dépensait l’argent du contribuable.

    Il fait quérir Mme Hortense ? dans le fin fond du Périgord, et la ramène à Paris, juste pour concocter des petits (pourquoi dis-je petits ?) Puis qu’il s’agit de grande et succulente cuisine (hors des repas « présidentiels »), rien que pour lui, sa famille et ses amis !

    C’est la cuisinière perso du président des années 80…

     Et quels repas !

    Jugez-en : Truffes (que Mme Hortense va chercher au Périgord, aux frais des contribuables)

    Les meilleurs volaillers de France et de Navarre, fournissent les oies que l’on truffe grassement…

    Le foie gras, lui aussi est exceptionnel, on s’approvisionne… au Périgord !

    Les meilleurs poissonniers du pays apportent les meilleurs poissons, huîtres, coquillages, etc…

    Les légumes sont triés sur le volet…

    Enfin, côté cuisine, c’est parfait, en sortant, on n’a plus qu’une envie… Manger !

    Voilà ! J’ai résumé le film.

    J’aime énormément le « grand écrivain » qu’est Monsieur Jean d’Ormesson, mais je le supplie de ne plus « faire l’acteur » ! Il est nul, et joue comme un pied. Heureusement on ne le voit pas trop.

    Chacun son métier !

    Il doit rester l’écrivain académicien, que tous les français adôôôre, et dont la notoriété a traversée nos frontières.

    Mais où ais-je donc la tête ? Il n’y a plus de frontières !

    Heureusement il y a Catherine FROT, qui porte le film, sans elle, pas de film !

    liviaaugustae

     

     

     

     

     

     

     

     

     


    votre commentaire
  •  
     
     
     
     
     
     
    LES CHIENS AU CINEMA.
     
     
     
     
     
     
     
    23514_diapo_3-copie-1.jpgLassie, chien fidèle
    Qui ne connait pas Lassie, la célèbre chienne Colley, héroïne du roman d’Eric Knight ? Depuis 1943, Lassie n’a eu de cesse d’inspirer le 7e art jusqu’en 2006.  Tous les chiens qui ont interprété Lassie étaient des mâles car les femelles Colley perdent leur pelage une fois par an, ce qui posait des problèmes pour les tournages. Lassie est tellement célèbre qu’elle a, comme les autres stars, son étoile à Hollywood. NANA PRODUCTIONS/SIPA
     

     

     

     

     

     

    23514 diapo 5-copie-2Scoubidou

    Scoubidou est un drôle de fin limier dessiné par Iwao Takamoto et dont le nom lui vient de la fin de la chanson de Franck Sinatra "Strangers in the night". Les premières aventures de Scoubidou et de ses acolytes détectives sont apparues en 1969 dans "Scouby-Doo, où es-tu ?". Depuis, le Dogue Allemand, aussi peureux qu’il est gourmand, s’embarque toujours dans des intrigues loufoques et rocambolesques. INTERFOTO USA/SIPA

     

     

     

     

     

    23514 diapo 0-copie-2Croc-Blanc, 1991

    L’adaptation au cinéma du roman éponyme de Jack London a fait rêver nombre de jeunes filles en 1991. Ethan Hawke joue le rôle de Jack Conroy, le jeune chercheur d’or qui sauve Croc-Blanc. Le cruel Beauty Smith avait fait de Croc-Blanc un chien de combat. Mi-loup, mi-chien, Croc-Blanc est interprété par Jed, un croisé chien et loup. WEBER ANITA/SIPA

     

     

     

     

     

    23514 diapo 7

    Beethoven, 1992

    Baptisé Beethoven parce qu’il aboya à la 5e symphonie de Ludwig Beethoven, ce Saint Bernard s’échappe de l’animalerie quand des cambrioleurs font irruption. Il se réfugie chez les Newton. Face à cette boule de poil, qui va bien grandir, le père hésite à le garder mais les enfants veulent l’adopter. Mignon et bouscule tout, Beethoven est extrêmement populaire. Il a séduit le monde entier et connu plus de 6 suites. DDP IMAGES FILMFOTOS/SIPA

     

     

     

     

     

    23514 diapo 4Les 101 Dalmatiens

     

    Les 101 Dalmatiens est un grand classique des Studios Disney. Il est le premier film d’animation qui a bénéficié d’innovations techniques permettant la multiplication des dalmatiens. En 1996, un remake voit le jour avec une incroyable Glenn Close dans le rôle de Cruella. Suivront la série d’animation de 1997 à 1998 et un autre long-métrage en 2003, les 101 Dalmatiens 2 : sur la trace des héros. INTERFOTO USA/SIPA

     

     

     

     

     

     

    23514 diapo 2Rusty, chien détective, 1998

    Rusty est un gentil petit chien qui vit tranquillement avec Jory et Tess, ses maîtres dans le refuge pour animaux de leurs grands-parents. Jusqu’au jour où un certain nombre de pensionnaires manquent à l’appel. Rusty se lance dans l’enquête avec des amis pour retrouver les animaux kidnappés et démasquer les ravisseurs. INTERFOTO USA/SIPA

    

     

     

    Textes et images : source internet

     

     

     

     

    Ce petit éventail m’a rappelé de bons souvenirs.

     

    Mais, ils ont oublié une grande vedette « ASTA », il  tourna avec de grandes vedettes :

     

    Je l’ai vu maintes fois aux côtés de grands acteurs de l’écran américain. 

     

     

     

    Ci-dessous, avec Cary Grant et Katherine Hepburn, dans :

     

    « L’Impossible Monsieur Bébé » (1938)

     

     

     

     

     

     

    DSCF0631-copie-2Asta : un petit chien blanc tâché de noir, qui a un petit air de Milou,  (alias Georges) dans les bras de Cary Grant.

     

    Il y tient une grande place, il fait et défait les projets des personnages, et provoque des catastrophes en chaîne, aidé il faut bien l’avouer par Katherine Hepburn…

     

     

     

     

     

     

     

    DSCF0628

    Asta, toujours dans : L’impossible Monsieur Bébé…

     

     

    ASTA, a joué aussi dans : Cette sacrée vérité, (1937) avec Cary Grant, et Irène Dunn, il se prénommait alors « Mr Smith ».

    Liviaaugsutae

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     


    votre commentaire
  •  
     
     
     
     
     
     
    Revu aussi en DVD.
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
    numérisation0008Fernandel et Marguerite…
     
    Dans « LA VACHE ET LE PRISONNIER ». (1959)
     
     
     
    Charles Bailly (Fernandel) est un prisonnier de guerre condamné aux travaux forcés dans une ferme allemande en 1943.
     
    Véritablement obsédé, à l’idée de retrouver son épouse, «que je veux voir vieillir gentiment, doucement, jusqu’au bout du chemin», il décide de s’évader en employant une méthode plutôt originale. Il part sur les routes d’Allemagne jusqu’en zone libre, accompagné par l’étonnante « Marguerite », une vache, cédée, par la fermière, chez qui il travaillait.
     
    Et voilà Charles et Marguerite, parti pour l’aventure…
     
    C’est drôle, émouvant…
     
     
     
    « Elle a de grands yeux câlins, un beau front volontaire, un corps à croquer, une bouche pleine de tendresse.
     
    En outre, de toutes les stars du cinéma français, elle est sans doute la seule qui n’a jamais menti. Marguerite l’héroïne à cornes de « La Vache et le prisonnier » s’est installée dans nos mémoires cinématographiques […]
     
    […] Fernandel et elle  formèrent aussitôt une paire d’amis. La modestie de notre belle normande conquis les cœurs de tous les techniciens…
     
    Bref, le cinéma avait engendrée la Divine ! Avec Marguerite, il créa la Bovine.
     
    Qui dit meuh ?
     
    Alain RIOU
     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique