•  

     

    La Madona delle bombe...

     

    La Madona delle bombe

     

     

     

    Située place du Saint-Office, cette fresque représentant la Vierge à l'Enfant est sortie intacte d'un intense bombardement pendant la seconde guerre mondiale. Elle est désormais l'objet d'une grande vénération.

     

    La fresque « La Madone des bombes » doit son appellation à un événement tout à fait particulier.

     

    Le 1er mars 1944, lors du bombardement qui a frappé les édifices de la place du Saint-Office à Rome, la fresque de la Vierge à l'Enfant est resté miraculeusement indemme.

     

    L'écrivain italien J.S. Grioni raconte que ce soir là, vers 20 heurs ; « Un avion a lâché six bombes qui ont causé de puissantes explosions en secouant tous les édifices de la place. Les éclats ont atteint le palis en traversant les appartements et en brisant quasiment toutes les vitres, à l'exception de celle qui protégeait la Madone. Elle est restée curieusement intacte, bien que les éclats aient frappé le mur tout autour de l'effigie. »

     

    La fresque qui date du XVIIe-XVIIIe siècle, est désormais vénérée comme « la Madone des Grâces » ou « Madone des bombes ». Elle se situe entre le palais du Saint-Office et l'entrée de l'oratoire pontifical de Saint-Pierre, sur un mur adjacent à un petit jardin.

     

    L'oratoire de Saint-Pierre a demandé que l'œuvre soit installée dans un nouveau cadre en marbre, entre deux grands anges tenant dans leurs mains un bouclier clouté.

     

     

     

    Je viens de lire l'histoire miraculeuse de cette Vierge de la Place du Saint-Offices à Rome. Et il a d'autres cas, des statues en bois de vierges qui ne brûlent pas sous la Révolution, tandis que d'autres pleurent au Brésil...

     

    Alors pourquoi les hommes sont si peu croyants, elle en a pourtant fait beaucoup la Vierge !

     

    Liviaaugustae

     


    10 commentaires
  •  

     

    Batailles et victoires...

     

    La bataille de Lépante

     

    Fernando Bertelli

     

     

     

    La bataille de Lépante est l'une des plus grandes batailles navales de l'histoire. Elle s'est déroulée le 7 octobre 1571 dans le golfe de Patras, à proximité de Naupacte (appelée alors Lépante). Dans le contexte de la « Quatrième guerre vénéto-ottomane, la puissante marine ottomane y affrontait une flotte chrétienne comprenant des escadres vénitiennes et espagnoles renforcées de galères génoises et pontificales, maltaises et savoyardes, le tout réuni sous le nom de Sainte Ligue à l'initiative du pape Pie V.

     

    La bataille se conclu par une défaite magistrale pour les Turcs qui y perdirent la plus grande partie de leurs vaisseaux et près de 20 000 hommes. L'évènement eut un retentissement considérable en Europe car, plus encore que la défaite des janissaires lors du Grand Siège de Malte de 1586, il sonnait comme un coup d'arrêt porté à l'expansionnisme ottoman.

     

    Certains historiens estiment qu'il s'agit de la bataille navale la plus importantes depuis celle d'Actium, qui marque la fin des guerres civiles romaines.

     

    Pour l'empire ottoman, cette défaite fut dure à digérer, mais les ottomans reconstruisirent l'intégralité des navires en une année. Le grand Visir Mehmet Sokkolü a commenté ces événements par cette arrogante phrase :

     

    «En nous emparant de Chypre, nous vous avons coupé un bras, à Lépante vous nous avez coupé la barbe. Un bras coupé ne repousse pas, tandis que la barbe repousse avec plus de forces qu'avant ». […]

     

    (Wikipédia)

     

     

    Batailles et victoires...

    Basilique de la Sainte Trinité à Cracovie

     

    (Image internet)

     

     

     

     

     

    Dans la basilique de la Trinité, à Cracovie (Pologne), se trouve une chapelle de la Vierge du Rosaire, son icône est une copie de l'icône de Rome en l'église de Sainte-Marie-des-Neiges, celle que le pape Grégoire le Grand, porta en procession pour demander à la Vierge de mettre fin à la grande peste de 597.

     

    Au cours de la fameuse bataille de « Lépante polonaise » le 7 octobre 1571, lorsque les navires de la coalition des pays chrétiens mirent en déroute la flotte turque au large de la Grèce, le pape Pie V priait le Rosaire avec une grande foule de fidèles devant l'icône romaine. Depuis cette date, l'antique image est associée à la dévotion du Rosaire et à la protection de l'Europe contre la domination ottomane.

     

    Cette icône a joué encore un grand rôle dans le « Lépante polonais » en 1621, quand, a Khotyn, en Ukraine (qui était à l'époque une ville polonaise), une force alliée de Polonais, de Lituaniens et d'Ukrainiens fit face à une armée turque deux fois plus importante. L'évêque de Cracovie dirigea une procession du rosaire avec l'icône sainte.

     

    On ne sait pourquoi, mais les Turcs renoncèrent à attaquer, ajoutant une brillante victoire au palmarès de Notre Dame du Rosaire.

     

    On la fête à Cracovie le premier dimanche d'octobre.

     

     

     

    En Hongrie, le 5 août 1716, Charles VI, empereur du Saint Empire romain, fut confronté une fois de plus à une grande force d'invasion islamistes Turcs. Au moment même de la bataille, la Confrérie du très Saint Rosaire offrait une prière publique et solennelle dans la ville éternelle. Un très grands nombres de fidèles prirent part à cette prière implorant la Vierge de protéger le peuple chrétien.

     

    Presque immédiatement, la ville antique catholique de Belgrade, le joyau de Danube, qui était un bastion important dans la défense de l'Europe chrétienne, fut reprise par les forces catholiques.

     

    En signe de reconnaissance et de gratitude pour ces glorieuses victoires et pour la protection singulière dont Notre-Dame lors de l'assaut des infidèles, le pape Clément XI a étendu la fête du Très Saint Rosaire à toute l'Eglise Universelle. Le pape Benoît XIII décréta que tous ces événements devaient être inscrits dans les leçons d'histoire du bréviaire romain.

     

     

     

     

     

    La Vierge, une fois encore pourrait-elle débarrasse l'Europe des infidèles, si nous prenions le temps de la prier ?

     

    Cependant nous sommes top arrogants aujourd'hui, pour penser un seul instant que Marie pourrait nous être d'une utilité quelconque !

     

    Et puis, méritons-nous d'être sauvés ?

     

    Liviaaugustae

     

     


    14 commentaires
  •  

     

     

     

     

     

    Le roi Charles IX est mort, vive le roi Henri III.

     

    Catherine de Médicis a rappelé son fils Henri, alors roi de Pologne, à revenir en France pour ceindre la couronne. Mais les sujets polonais refusent de laisser partir leur roi. Henri et sa suite française se sauvent de Pologne la nuit.

     

     

    Séjour enchanté à Venise du roi...

    La fuite de Pologne d'Henri III de Valois (1860)

     

    Arthur Grottger

     

     

     

    Le roi exprime alors son désir de s'arrêter à Venise. C'est le 18 juillet 1574 que les français sont accueillis à Murano par le Doge et le Patriarche de Venise en grande pompe.

     

     

    Séjour enchanté à Venise du roi...

    Henri III reçu à Venise

     

    Tiepolo

     

     

     

    A Venise, Henri passe de merveille en merveille. Le Palais Foscari où il loge est tendu de cuir d'or, tandis que sa suite est installée au Palais Giustinian. La foule est innombrable sur le passage du futur roi de France dont la tenue de deuil tranche avec les vêtements pourpres, blancs, bleus ou oranges des patriciens vénitiens.

     

    Tourbillons, féeries, Henri ne sait plus où donner de la tête. On lui organise des banquets, des bals, des réceptions, des régates et même une rixe au poings qui l'amuse beaucoup. Il découvre que les courtisanes dites honnêtes sont une véritable institution à Venise et se laisse charmer par la plus célèbre de ces dames galantes, Véronica Franco (elle est célèbre pour son cercle littéraire et les poésies qu'elles écrivait).

     

    Comme les vénitiens savent vivre ! Comme Henri les aime ! Comme il voudrait prolonger ce séjour !

     

    Las ! Le duc de Savoie apporte à son neveu les consignes de sa mère la reine Catherine de Médicis, Henri doit se hâter de rentrer en France pour régner.

     

    IL gardera toujours dans sa mémoires ce merveilleux séjour vénitien.

     

    (images wikipédia)

     

     

     


    16 commentaires
  •  

     

     

     

     

    Saviez-vous que c'est sur l'avant cour du château que le premier vol habité de l'histoire s'effectua ?

     

    Qu'on expérimenta le premier vaccin anti variolique sur les deux frères de Louis XVI ?

     

    Que la machine de Marly acheminant l'eau de la Seine, jusqu'aux jardins royaux, était considérée comme la huitième merveille du monde par tout le royaume ?

     

    Que le premier androïde de l'histoire fut inventé pour la rein Marie-Antoinette ?

     

    En fait le Château fut assidûment fréquenté par les savants : anatomistes, botanistes, agronomes, cartographes, astronomes et zoologues.

     

     

    Les sciences à Versailles...

    Le globe terrestre du fils de Louis XV, inventé par l'abbé Nollet.

     

    Vendu par la Révolution se trouve aujourd'hui au Getty Museum à Los Angeles

     

     

     

    Le globe terrestre à la portée de tous : l'Abbé jean-Antoine Nollet réalise entre 1728 et 1730 une paire de globe céleste et terrestre pour l'éducation de son élève le Dauphin fils de Louis XV. Monté sur un piétement tripode en bois sculpté, et doté de Méridien, cercle horaire et boussole, ils font la somme des connaissances cartographiques et astronomiques de l'époque. Le succès qu'il rencontra à la cour donna lieu à l'ouverture d'un marché (déjà). Ainsi Voltaire fut l'un des premiers à passer commande d'instruments e ce type.

     

     

    Les sciences à Versailles...

    L'androïde de Marie-Antoinette se trouve aujourd'hui au Château de Versailles

     

     

     

    Réalisée en 1784, par l'horloger Pierre Kintzing et l'ébéniste de la reine David Roentgen, la joueuse de tympanon, illustre l'intérêt du XVIIIe siècle pour les prouesse mécanique et particulièrement pour l'art de reproduire des anatomies animées ou androïdes. La joueuse a les traits de la reine, la reine offrit ses cheveux pour la perruque, un morceau d'une de ces robes pour son habit. La joueuse interprète huit airs différents. La reine offrit l'androïde à l'académie des sciences afin qu'il put figurer parmi les curiosités de l'institution.

     

     

    Les sciences à Versailles...

    Estampe du premier ballon conçu par les Frères Montgolfier

     

     

     

    Une expérience aérostatique se déroula le 19 septembre 1783 dans l'avant cour du Château en présence de Louis XVI et de sa famille.

     

    Au premier coup de canon, un mouton, un canard et un coq prirent place à bord de la nacelle. Un second coup annonça le décollage. A la stupéfaction générale, le ballon s'éleva à 500 mètre au-dessus de la foule, puis il redescendit huit minutes plus tard sous les acclamations, les animaux se portaient bien, baptisé montauciel, le mouton aéronaute finit paisiblement ses jours dans la bergerie de la reine. Ce fut le premier vol habité de l'histoire !

     

     

    Les sciences à Versailles...

    Peinture d'époque de la machine de Marly en 1715

     

     

     

    Au XVIIe siècle, l'eau était en quantité insuffisante à Versailles pour une population de quarante cinq mille personnes, au point que l'on actionnait les fontaines que rarement. Un liégeois, Rennequin Sualem, proposa au roi d'apporter l'eau en abondance au moyen d'un ingénieux système. Soutenue par une puissante maçonnerie qui plongeait dans la Seine, à hauteur de Bougival, la machine de Marly fut universellement considérée comme une prouesse technique. Les ambassadeurs auprès du Roi Soleil, ne manquaient jamais d'aller voir cet enchevêtrement de charpentes montant à plus de vingt mètres qui déversait l'eau dans un aqueduc au moyen de quatorze roues à eau. Elle fut en service durant 133 ans. La machine fut malheureusement détruite en 1817, que Napoléon III remplaça par une machine à vapeur, qui fut inaugurée le jour de la fête de Louis XIV en 1827.

     

     

     

    (Images wikipédia)

     

    Il ne faut surtout pas croire les livres ou films pseudos historiques orientés à gauche, quand ils racontent que les rois étaient de parfaits imbéciles, qu'ils passaient leur temps au lit avec des femmes (bien sûr ce n'était pas des saints, mais certains présidents de la république n'en font-ils pas autant ?) et ne fichaient rien d'autre que : manger, boire, dormir, etc... il ne faut pas oublier que c'est grâce à eux que la France naquit et perdure jusqu'à ce jour !!!

     

    Liviaaugustae

     

     

     

     

     


    10 commentaires
  •  

     

    Les rois guérisseurs...

     

    Saint Louis touchant les écrouelles

     

     

     

    Le Sacre conférait aux Rois de France une dimension quasi sacerdotale. L'oint du Seigneur possède à l'instar du Christ des dons de thaumaturge. Saint Louis en fera l'un des aspect de son inlassable charité. Chaque semaine il procède au « toucher des écrouelles » sur des malades souvent venus de loin et qu'ils ne renvoie jamais sans une aumône.

     

    Les écrits royaux attestent de la régularité de cette pratique de Louis XIV à Charles X, seul Louis XV, sceptique, n'en fera rien (c'était un scientifique doublé d'un libertin) !

     

     

    Les rois guérisseurs...

    Livre d'Heures d'Henri II

     

    Touché des écrouelles.

     

     

     

     

     

    Les écrouelles, ou plus scientifiquement, l'adénopathie cervicale tuberculeuse chronique, est le nom d'une maladie d'origine tuberculeuse qui provoque des fistules sur les ganglions, surtout du cou. Du Moyen-Âge au XIXe siècle, les rois de France avaient le pouvoir de guérir les écrouelles, en traçant une croix sur le front des malheureux, accompagné de la formule : « Le roi te touche, Dieu te guérisse ».

     

     

     

     

     

    Cela peut faire sourire,(les incrédules et les incroyants), en 1825, Charles X sera le dernier roi à procéder à l'antique cérémonial de ses ancêtres, et sur 121 scrofuleux,   5 seront guéris miraculeusement !

     

    Je tire mon chapeau à nos rois, je les admire d'avoir toucher ces adénopathies si peu appétissantes ! (vous pourrez si vous avez l'estomac solide, aller voir ces dernières sur internet) pouah!

     

    Mon beau père qui s'appelait Louis, n'était ni roi, ni oint , cependant il guérissait les « verrues » par simple touché , nous n'avons jamais su ni pourquoi, ni comment, son épouse lui a ramené des amies et leurs enfants porteurs de verrues afin qu'il guérisse gracieusement lesdites verrues, il disait avec humeur, qu'il avait l'impression d'être à la cour des miracles !

     

    Liviaugustae

     

     


    14 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique