• Fête de Saint Martin...

     

     

    Aujourd'hui lundi 11 novembre,

     

    C'est aussi la fête de saint Martin de Tours, le soldat romain qui partagea son manteau avec un pauvre.

     

     

     

    Fête de Saint Martin...

    Saint Martin partageant son manteau

     

    Anthony Van Dyck

     

     

     

    Obligé de s’enrôler dans l’armée romaine à l’âge de 15 ans, il offre la moitié de son vêtement à un pauvre au cours d’une patrouille. Il se convertit par la suite, et devient évêque de Tours.

     

    Au IVe siècle, la loi romaine obligeait les fils de soldats à s’enrôler dans l’armée. C’est ainsi que le jeune Martin, né en Pannonie, à cheval entre les actuelles Autriche, Hongrie et Slovaquie, est envoyé en Gaule. De culture païenne, il hésitait à se convertir au christianisme. Lors d’une patrouille de nuit, il fait la rencontre d’un pauvre grelottant à Amiens. Il lui offre la moitié de son manteau. La nuit suivante, ce pauvre lui apparaît en songe, sous les traits du Christ.

     

    Martin se converti et part fonder le premier monastère des Gaules, à Ligugé, en Poitou.

     

    Il devient ensuite évêque de Tours mais continue à parcourir la France jusqu’à sa mort, en 397, pour évangéliser.

     


  • Commentaires

    1
    Lundi 11 Novembre à 14:43

    Un véritable européen : Autriche, Hongrie, Slovaquie et Gaule

      • Lundi 11 Novembre à 17:23

        En effet, çà nous change des djellabas et des voiles!

    2
    Marie-Gabrielle
    Lundi 11 Novembre à 15:18

    Bravo de mettre en honneur saint Martin. Juste 2 ou 3 petites précisions. le père de Martin (ils étaient de race romaine, mais en garnison en Pannonie. Un grand monastère banédictin qui a le titre d'archi-abbaye  est bâti sur le lieu de sa naissance : Pannonhalma en Hongrie), son père donc était tribun militaire, l'équivalent d'un colonel. Martin n'hésitait pas du tout à se convertir au christianisme, il était attiré par cette religion depuis sa petite adolescence. Il n'y avait plus de persécutions, mais il restait encore beaucoup de païens. Le père de Martin était païen et interdisait à son fils de se convertir (la majorité romaine était à 25 ans !). Et comme à 15 ans son désir d'être chrétien ne passait pas, son père l'a forcé à s'engager dans l'armée pour 25 ans. mais comme il était fils de tribun, il n'était pas du tout soldat, mais directement centurion à 15 ans (équivalent d'un lieutenant ou capitaine). Il ne pouvait donc se faire baptiser malgré son désir, mais se considérait néanmoins comme catéchumène et rencontrait des prêtres et des chrétiens en secret. Il n'a pu se faire baptiser qu'à 40 ans, son temps militaire étant fini. Il savait ce qu'il voulait et avait de la suite dans les idées ! Quand il était en garnison à Trêves, il y a rencontré le patriarche copte d'Alexandrie, saint Athanase le Grand, alors exilé en Allemagne par l'empereur byzantin pour des dissensions théologiques. Les moines de sa suite lui ont parlé des monastères d'Égypte, déjà fondés par saint Antoine le Grand depuis un siècle. Et c'est comme cela qu'à Ligugé puis à Tours, Martin a fondé les tout premiers monastères D'Europe, suivant la même règle de saint Antoine qu'en Égypte, où il n'est pourtant jamais allé.

      • Lundi 11 Novembre à 17:27

        Merci Marie-Gabrielle, pour toutes ces précieuses précisions que je garderai...pour une autre année.

        J'ai trouvé le texte que j'ai édité sur aléteia.

         

    3
    Lundi 11 Novembre à 16:53

    Trop bien, ton article, ma chère Livia... J'avais lu l'histoire de st Martin sur un "Prions en Eglise", mais ne me souvenais plus très bien...

    Merci bcp et passe une douce et belle soirée.... Nous, tps très triste et pluvieux, il fait froid ! Je viens de terminer un ménage épuisant...

    Je t'embrasse tendrement

    A plus et porte toi bien surtout

     

      • Lundi 11 Novembre à 17:30

        Bonjour Luciole,

        Ravie de te retrouver, je suis ravie de t'avoir fais plaisir  avec ce petit hommage pour la fête de Saint Martin.

        Ici, il fais froid mais...nous avons un petit soleil toute la journée, cela fait du bien après toutes ces pluies.

        Porte toi bien aussi

        Je t'embrasse aussi tendrement

    4
    Lundi 11 Novembre à 16:57

    Que ta journée soit agréable 

    Merci pour ce billet qui retrace  cette histoire 

    Amicalement 

      • Lundi 11 Novembre à 17:30

        Merci Rose, et j'espère que ta journée fut agréable aussi.

        Amicalement

    5
    Lundi 11 Novembre à 17:16

    Si je peux me permettre, à mon tour, une petite précision:

    l'explication la plus connue (mais pas forcément la plus exacte...) du fait que Martin ne donne que la moitié de son manteau au mendiant serait que tout équipement du légionnaire appartenait pour moitié à l'armée et pour moitié au soldat lui-même: il ne pouvait donc offrir que la moitié lui appartenant en propre, pour ne pas être accusé de vol...!

    (je ne sais pas ce que le fourrier de l'époque a pu dire de cette "destruction volontaire de matériel militaire" he )

      • Lundi 11 Novembre à 17:32

        Bonjour bedeau,

        L'histoire ne dit pas si saint Martin fut tancé par les militaires pour cette destruction de matériel !

        Merci pour votre précision.

    6
    Lundi 11 Novembre à 21:52
    erato:

    Une belle générosité qui a favorisé la conduite de sa vie.

    Belle soirée, bises Livia

      • Lundi 11 Novembre à 23:50

        Bonsoir erato,

        Très belle générosité, et nous sommes priés aujourd'hui de l'imiter, pas facile!

        Bises et bonne nuit

    7
    Marie-Gabrielle
    Lundi 11 Novembre à 23:12

    Pour la question de la moitié de l'équipement qui appartenait à l'armée, c'est vrai, mais il n'a certainement pas coupé son manteau en deux (destruction de matériel et résultat décevant pour tout le monde). L'armée fournissait la cape en lainage, à charge pour le soldat de se procurer la doublure chaude pour l'hiver, indispensable en Gaule, Germanie, Pannonnie, Helvétie, Belgique etc. Il a donc certainement donné au pauvre la doublure en fourrure. Seulement en peinture et sculpture ce n'est pas "photogénique" et c'est plus explicite et spectaculaire de le voir le couper en deux.

      • Lundi 11 Novembre à 23:52

        J'ignorai cette histoire de doublure, mais c'est vrai que pour les tableaux et aussi pour faire rentrer la générosité de saint Martin dans nos têtes, on nous parle de la moitié du manteau.

        Je me suis toujours demandé si cette moitié était vraiment suffisante pour chacun ?

        Merci pour toutes vos explications

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :