•  

     

     

     

     

    Aujourd'hui, je vous propose de la Sculpture.

     

    Un groupe statuaire du jardin de Versailles.

     

    l'Art tel qu'on l'aimait et le pratiquait autrefois.

     

    L'Art a son paroxysme de grandeur et de beauté.

     

    L'Art à Versailles au bassin d'Apollon.

     

    Liviaaugustae

     

     

    Regard sur l'Art...

    Apollon, servi par les Nymphes

     

    [...] Le style de François Girardon est du baroque bien tempéré : c'est la règle qui corrige l'émotion. Tout se passe dans le Palais Royal de Versailles qui parvient à réunir dans un projet « solaire » la ville et le parc, en contraignant même la nature à se plier aux lois de l'étiquette de la cour. Girardon a travaillé durant sept années sur ce groupe en marbre. Les figures sont grandeur nature et on dirait le reflet de ce Prince et de ces Dames qui s'égaille joyeusement dans le parc. Le voyage que fit Girardon en Italie durant ce travail a été certainement très important : les sept figures rigoureusement isolées, rappellent certains prototypes de la Renaissance et prennent l'aspect d'une commémoration.

     

    (Les deux nymphes en retrait son de Thomas Regnaudin)

     

     

    Regard sur l'Art...

    Tandis qu'une Nymphe coiffe Apollon...

     

     

    Regard sur l'Art...

    D'autres portent l'eau dans de splendides amphores, pour lui laver les mains...

     

     

    Regard sur l'Art...

    Et d'autres encore, à genoux lui baignent les pieds...

     

     

    Regard sur l'Art...

    Elles ont l'air d'y prendre beaucoup de plaisir...

     

     

     

     

     

     

     


    10 commentaires
  •  

     

     

     

    La peinture reflet de l'âme...

     

    Le Musée Jacquemart-André à Paris a réunis des œuvres prestigieuses de Rembrandt dans une mise en scène intimiste qui montre la spiritualité du grand maître hollandais.

     

    Cette exposition se tient jusqu'au 23 janvier 2017, pour ceux qui auraient la possibilité d'y aller...

     

     

    Regard sur l'art...

    Autoportrait à la tête nue

     

    Ce brillant autoportrait de forme ovale nous présente un Rembrandt fringant de 27 ans, l'année de ses fiançailles avec Saskia. Le pourpoint de velours est d'un rouge si sombre qu'il paraît noir. Une lumière délicate modèle les traits du visage.La splendide chaîne en or se veut le symbole de son éclatante réussite sociale, mais sans le vouloir, annonce aussi sa faillite, car il se ruinera à force d'amasser des collections coûteuses.

     

     

    Regard sur l'art...

    Parabole de l'homme riche

     

    Un vieil homme avec des lorgnons examine une pièce d'argent à la lueur d'une bougie dont la flamme est cachée par sa main. Sa table croule sous les livres de compte, les sacoches, les parchemins où apparaissent des inscriptions en pseudo hébreu. Cette œuvre de jeunesse représente un usurier, ou peut-être la parabole du riche qui voulait bâtir des greniers encore plus grands mais qui meurt la nuit suivante.

     

     

    Regard sur l'art...

    La fuite en Egypte

     

    Un des premiers chefs-d'œuvre, peint à 21 ans. Les saints fugitifs surgissant de l'obscurité, le manteau bleu de Marie attire le regard vers l'Enfant endormi dans ses bras. Le tableau illustre bien le deuxième chapitre de l'évangile de saint Mathieu : « Joseph se leva, prit l'Enfant et sa mère et se retira en Egypte. » Ils semblent longer un campement de bergers, car un feu, hors champs à gauche éclaire la scène et projette des ombres allongées.

     

     

    Regard sur l'art...

    Repas des pèlerins d'Emmaüs

     

    Après avoir réalisé en 1628 l'une de ses œuvres les plus saisissantes, Rembrandt reprend vingt ans plus tard le thème du « Repas de pèlerins d'Emmaüs ». Il se renouvelle complètement. Tout est exprimé dans les visages. Jésus est d'une infinie bonté et porte encore les souffrances de la Passion, vrai Dieu et vrai homme. Le disciple à gauche étouffe un cri car il reconnaît Jésus : il représente la conviction. Celui de droite est plus lent et se pose des questions. Le serviteur est ignorant de ce qui se passe, et ce sera aux disciples de l'évangéliser.

     

     

    Regard sur l'art...

    Titus lisant

     

    Il s'agit du fils de Rembrandt et de Saskia, ici âgé de 17 ans. Si son père a fait plusieurs fois son portrait, celui-ci est l'un des plus beaux : il prend un plaisir extrême à sa lecture, qu'il semble faire à voix haute, en souriant. Quand la peste emporta Titus à 27 ans, il venait de se marier, et n'a donc pas connu sa fille née après sa mort. Il était resté le soutien de son père dans ses épreuves familiales et professionnelles.

     

     

     

    Marie-Gabrielle Leblanc

     

     

     

     

     


    14 commentaires
  •  

     

    Regard sur l'art...

     

    Edvard Munch Autoportrait (1882)

     

     

     

     

     

    Edvard Munch, né le 12 décembre 1863 Ädalsbruk et mort le 23 janvier à Oslo est un peintre et graveur expressionniste norvégien.

     

    Il peut être a posteriori, après l'exposition berlinoise de 1892, comme le pionnier de l'expressionnisme dans la peinture moderne. Il est réputé pour son appartenance à une nouvelle école artistique en Allemagne et en Europe centrale, son œuvre et son importance sont aujourd'hui reconnues dans le monde entier. Le Cri en 1893 est son œuvre la plus connue, mais elle ne connaît le succès dans les pays nordiques qu'après la grande exposition rétrospective de 1909, organisée par son ami Jappe Nilssen. Cependant en état de dépression nerveuse le peintre ne sera pas présent, victime de troubles graves du comportement, physique et nerveux, depuis 19808.

     

     

    Regard sur l'art...

    Le Cri (1893)

     

     

    Regard sur l'art...

    L'anxiété (1894)

     

     

    Regard sur l'art...

    Vampire (1893)

     

     

    Regard sur l'art...

    La Madone (1894)

     

     

    Regard sur l'art...

    Le Soleil

     

     

     

     

     

    (Texte et images Wikipédia)

     

     

     

     

     

    C'est un des peintres qui partage l'exposition du Musée Marmotan-Monet avec Monet et Hodler, jusqu'au 22 janvier 2017.

     

    Sur fond noir, gris et bleu-vert, couronnés de vagues de feux et d'or, « Le Cri » et « l'Anxiété » les plus connus et les plus appréciés de ses tableaux, ne montrent à mes yeux, que les délires d'un homme emporté par la folie...

     

    « La Madone », n'est pas mal, mais je dois avouer que le titre du tableau me dérange, a-t-on jamais vue de Madone si peu vêtue ?

     

    J'ai voulu terminer, ma petite expo du samedi par « Le Soleil », c'est le tableaux que j'apprécie le mieux, le seul qui ne soit pas lugubre !

     

    Liviaaugustae

     

     

     

     

     

     


    16 commentaires
  •  

     

     

     

     

    Claude Monet – Edvard Munch – Ferdinand Hodler

     

    sont réunis au Musée de Marmottan-Monet, Paris XVIe, jusqu'au 22 janvier 2017.

     

     

     

     

     

    Ferdinand Hodler est un peintre suisse, il naît le 14 mars 1853 à Berne et meurt le 19 mai 1918 à Genève où il s'installe en 1872 après avoir achevé son apprentissage.

     

    Il est considéré comme le peintre suisse qui a le plus marqué la fin du XIXe siècle et le début du XXe.

     

     

    Mes tableaux du samedi...

    Ferdinand Hodler autoportrait (1915)

     

     

    Mes tableaux du samedi...

    Le grand Muveran (1912)

     

     

    Mes tableaux du samedi...

    Paysage au-dessus du lac Léman (1906)

     

     

    Mes tableaux du samedi...

    La nuit

     

     

    Mes tableaux du samedi...

    Etudiant à Iena (1908)

     

     

    Mes tableaux du samedi...

    Clara Pasche-Battié (1914)

     

     

    Mes tableaux du samedi...

    Arbeitslos (1891)

     

     

    Mes tableaux du samedi...

    Anbetung

     

     

     

     

     

    (Texte et images wikipédia)

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     


    18 commentaires
  •  

     

     

    Mes tableaux du samedi...

     

    John William Godward

     

     

     

    John Willima Godward né le 9 août 1861 et mort le 12 décembre 1922 est un peintre anglais de la fin de la période pré-raphaélite et néo-classique.

     

    Il était un des protégés de Sir Lauwrence Alma-Tadema, et son style est tombé en désuétude avec l'avènement de peintres tel Picasso. Il se suicidera à 61 ans.

     

     

    Mes tableaux du samedi...

    Summer flowers (1903)

     

     

    Mes tableaux du samedi...

    Play time

     

     

    Mes tableaux du samedi...

    Ione

     

     

    Mes tableaux du samedi...

    A souvenir

     

     

    Mes tableaux du samedi...

    The Jewel casket

     

     

    Mes tableaux du samedi...

    Dolce farniente

     

     

    Mes tableaux du samedi...

    Violets, sweet violets

     

     

     

     

     

    (Texte et images Wikimédia)

     

     

     

     

     

    Les tableaux de ce peintre, me font rêver, à la beauté des ciels d'été, des fleurs et à la douceur de la vie d'autrefois...

     

    John Godward a rendu un grand hommage aux femmes, qu'il peignait de façon merveilleuse...malheureusement, le style Picasso et compagnie l'a détrôné...

     

    Liviaaugustae

     

     

     

     

     

     

     

     

     


    14 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique