•  

     

     

     

    « La lecture, une porte ouverte sur un monde enchanté. »

     

    François Mauriac

     

     

    Tuseras ma beauté...

    « Tu seras ma beauté, je serai ton esprit »!

     

    C'est ce que Cyrano propose à Christian...

     

     

     

    « Lisa professeur de sport au physique parfait, ne perd pas de temps en grands discours. C'est une femme directe. Et quand elle rencontre, lors d'un salon du livre, Philippe Mermoz, séduisant auteur à succès, elle pressant que sa seule beauté ne suffira pas. Et elle va demander à Irène, une collègue professeur de français, éprise de littérature, d'écrire à sa place quelques lettres pour le charmer. Cette dernière accepte et finalement se prend au jeu et voilà que ses jours monotones, s'en trouvent profondément bouleversés.

     

    La correspondance s'intensifie, devient intime, se prolonge. Mais Lisa en a assez, perdant patience, elle décide d'aller retrouver l'écrivain pour une nuit... »

     

     

     

    Dans ce Cyrano de Bergerac moderne, Gwenaël Robert raconte le destin émouvant d'une femmes dont un échange épistolaire vient bousculer le quotidien.

     

    Une magnifique réflexion sur le pouvoir enchanteur des mots.

     

     

     

    Quelques jolis extraits :

     

    « Sans le savoir, Lisa a réveillé un désir très ancien, tapi en embuscade, à mi-chemin entre le cœur et l'esprit, le rêve d'une correspondance amoureuse, littéraire et désintéressée pour Irène qui a la passion des belles lettres. C'est une passion inavouable, presque honteuse dans un siècle où le langage n'est plus considéré que comme un outil de communication, un canal utilitaire, dépourvu de toute propension à émouvoir. »

     

     

     

    « C'est une délicatesse. La même qu'elle éprouve pour les lettres, la littérature, la langue française, toutes ces choses périssables que le siècle blesse assez pour qu'elle répugne à participer à la curée de son temps.  Une précaution d'antiquaire en somme.»

     

     

     

    « Mais aussi : le plaisir d'une désuétude assumée. Elle se livre sans retenue au bonheur d'user de formules surannées, d'employer des termes oubliés, délogés par les « selfies », « covoiturage », « glamouriser » et autres recycleries », qui se pavanent désormais dans les pages du « Larousse » avec cette assurance un peu vulgaire des parvenus.»

     

     

     

    « La cendre fine du soir tombe sur les feuillages, elle enveloppe dans un parfum d'humus les ramures immobiles et les colonnades des conifères. En contrebas, la Loire s'étire, charriant dans ses méandres sa mélancolie ordinaire. »

     

     

     

    « La langue a le pouvoir de vous redonner la vue. »

     

     

     

     

     

    J'ai dévoré en deux jours cette magnifique et élégante prose, émaillé de citations ; de Cyrano bien sûr, mais de beaucoup d'autres poètes et écrivains.

     

    C'est un régal, on se délecte et on déguste ce roman comme un grand cru et notre belle langue en ressort grandie et embellie s'il le fallait encore, et on vibre avec Irène en déclamant des poèmes !

     

    Quand à Lisa, elle m'a beaucoup énervée c'est le genre cougar et aussi « Sois belle et tais-toi », ne pensant qu'à jouir de l'instant, de l'amour évidemment et de tout le reste... comme c'est la mode aujourd'hui.

     

    On plaint le mari, homme bon, généreux et dévoué, qui ne comprend pas ce qui arrive à sa femme si calme en tant ordinaire. Oui mais voilà, ce n'est pas un temps ordinaire pour elle, et le pauvre homme de mari ne sait que faire pour l'aider !

     

    J'ai eu de la chance en achetant ce livre, car je ne connaissais absolument pas l'auteur, mais le résumé m'a attiré et j'ai été conquise, c'est un premier roman et j'espère que cet auteur en écrira beaucoup d'autres pour notre plus grand plaisir !

     

    Liviaaugustae

     

     


    votre commentaire
  •  

     



     

    Le récit biblique de Samson et Dalila est l'un des plus célèbres de l'Ancien Testament. Tout concoure à rendre passionnante cette histoire d'amour et de trahison.

     

    A cette époque de l'histoire d'Israël, certaines tribus sont sous la domination des Philistins. Samson est le fils de Manoah de la tribu de Dan. Le femmes de Manoach jusqu'alors stérile, apprend de l'ange de Dieu qu'elle enfantera un fils et ce fils délivrera Israël des Philistins. Cette enfant devra être consacré à Dieu dès sa naissance. En tant que Nazir, Samson est donc soumis à des lois qui impliquent entre autre, que le rasoir ne passera jamais sur sa tête......

     

    Samson est présenté comme un héros d’une force herculéenne, force qu’il doit, selon le récit biblique, à sa longue chevelure.

     

    Ainsi Samson tue un lion à mains nues. Prisonnier des Philistins, il parvient à défaire ses liens et armé d'une mâchoire d'âne, il défait 1000 Philistins.

     

    Mais l'épisode le plus célèbre est sa séduction par Dalila.

     

    Celle-ci est sollicitée Par les philistins, pour qu'elle les aide à découvrir le secret de la force de Samson. Elle le séduit alors et apprend que sa force lui vient de ses chevelure de nazir, car il est consacré à Dieu. Dalila, après l'avoir rasé le livre aux Philistins, qui lui crèvent les yeux et le font prisonnier à Gaza.

     

    Lors d'un sacrifice à leur dieu Dagon, quelque temps après, Samson est sorti de son cachot, et est attaché entre deux colonnes, il implore Dieu de lui rendre sa force.

     

    Il écarte les colonnes à mains nues afin de le faire s'écrouler et tue avec lui, des milliers de Philistins.

     



     

    S'inspirant de cette histoire de la bible, Alfred de Vigny, nous a offert ce long et merveilleux poème, qui nous raconte comment certains hommes aussi peuvent être malmenés par les femmes, celui-là en particulier !

     

     

    Samson et Dalila...

    Samson et Dalila

     

    Paul Rubens

     



     



     

    La colère de Samson

     

    Le désert est muet, la tente est solitaire.
    Quel Pasteur courageux la dressa sur la terre
    Du sable et des lions? - La nuit n'a pas calmé
    La fournaise du jour dont l'air est enflammé.
    Un vent léger s'élève à l'horizon et ride
    Les flots de la poussière ainsi qu'un lac limpide.
    Le lin blanc de la tente est bercé mollement ;
    L'œuf d'autruche allumé veille paisiblement,
    Des voyageurs voilés intérieure étoile,
    Et jette longuement deux ombres sur la toile.

    L'une est grande et superbe, et l'autre est à ses pieds :
    C'est Dalila, l'esclave, et ses bras sont liés
    Aux genoux réunis du maître jeune et grave
    Dont la force divine obéit à l'esclave.
    Comme un doux léopard elle est souple, et répand
    Ses cheveux dénoués aux pieds de son amant.
    Ses grands yeux, entr'ouverts comme s'ouvre l'amande,
    Sont brûlants du plaisir que son regard demande,
    Et jettent, par éclats, leurs mobiles lueurs.
    Ses bras fins tout mouillés de tièdes sueurs,
    Ses pieds voluptueux qui sont croisés sous elle,
    Ses flancs plus élancés que ceux de la gazelle,
    Pressés de bracelets, d'anneaux, de boucles d'or,
    Sont bruns ; et, comme il sied aux filles de Hatsor,
    Ses deux seins, tout chargés d'amulettes anciennes,
    Sont chastement pressés d'étoffes syriennes.[...]

     


    L'Homme a toujours besoin de caresse et d'amour,
    Sa mère l'en abreuve alors qu'il vient au jour,
    Et ce bras le premier l'engourdit, le balance
    Et lui donne un désir d'amour et d'indolence.
    Troublé dans l'action, troublé dans le dessein,
    Il rêvera partout à la chaleur du sein,
    Aux chansons de la nuit, aux baisers de l'aurore,
    A la lèvre de feu que sa lèvre dévore,
    Aux cheveux dénoués qui roulent sur son front,
    Et les regrets du lit, en marchant, le suivront.
    Il ira dans la ville, et là les vierges folles
    Le prendront dans leurs lacs aux premières paroles.
    Plus fort il sera né, mieux il sera vaincu,
    Car plus le fleuve est grand et plus il est ému.
    Quand le combat que Dieu fit pour la créature
    Et contre son semblable et contre la Nature
    Force l'Homme à chercher un sein où reposer,
    Quand ses yeux sont en pleurs, il lui faut un baiser.
    Mais il n'a pas encor fini toute sa tâche. -
    Vient un autre combat plus secret, traître et lâche ;
    Sous son bras, sous son cœur se livre celui-là,
    Et, plus ou moins, la Femme est toujours DALILA.

    Elle rit et triomphe ; en sa froideur savante,
    Au milieu de ses sœurs elle attend et se vante
    De ne rien éprouver des atteintes du feu.
    A sa plus belle amie elle en a fait l'aveu :
    " Elle se fait aimer sans aimer elle-même.
    " Un Maître lui fait peur. C'est le plaisir qu'elle aime,
    " L'Homme est rude et le prend sans savoir le donner.
    " Un sacrifice illustre et fait pour étonner
    " Rehausse mieux que l'or, aux yeux de ses pareilles,
    " La beauté qui produit tant d'étranges merveilles
    " Et d'un sang précieux sait arroser ses pas. "

    - Donc ce que j'ai voulu, Seigneur, n'existe pas. -
    Celle à qui va l'amour et de qui vient la vie,
    Celle-là, par Orgueil, se fait notre ennemie.
    La Femme est à présent pire que dans ces temps
    Où voyant les Humains Dieu dit : Je me repens !
    Bientôt, se retirant dans un hideux royaume,
    La Femme aura Gomorrhe et l'Homme aura Sodome,
    Et, se jetant, de loin, un regard irrité,
    Les deux sexes mourront chacun de son côté.

    Eternel ! Dieu des forts ! vous savez que mon âme
    N'avait pour aliment que l'amour d'une femme,
    Puisant dans l'amour seul plus de sainte vigueur
    Que mes cheveux divins n'en donnaient à mon cœur .
    - Jugez-nous. - La voilà sur mes pieds endormie.
    - Trois fois elle a vendu mes secrets et ma vie,
    Et trois fois a versé des pleurs fallacieux
    Qui n'ont pu me cacher a rage de ses yeux ;
    Honteuse qu'elle était plus encor qu'étonnée
    De se voir découverte ensemble et pardonnée [...]

    Il dit et s'endormit près d'elle jusqu'à l'heure
    Où les guerriers, tremblant d'être dans sa demeure,
    Payant au poids de l'or chacun de ses cheveux,
    Attachèrent ses mains et brûlèrent ses yeux,
    Le traînèrent sanglant et chargé d'une chaîne
    Que douze grands taureaux ne tiraient qu'avec peine,
    La placèrent debout, silencieusement,
    Devant Dagon leur Dieu qui gémit sourdement
    Et deux fois, en tournant, recula sur sa base
    Et fit pâlir deux fois ses prêtres en extase ;
    Allumèrent l'encens ; dressèrent un festin
    Dont le bruit s'entendait du mont le plus lointain,
    Et près de la génisse aux pieds du Dieu tuée
    Placèrent Dalila, pâle prostituée,
    Couronnée, adorée et reine du repas,
    Mais tremblante et disant : IL NE ME VERRA PAS !

    Terre et Ciel ! avez-vous tressailli d'allégresse
    Lorsque vous avez vu la menteuse maîtresse
    Suivie d'un œil hagard les yeux tachés de sang
    Qui cherchaient le soleil d'un regard impuissant ?

    Et quand enfin Samson secouant les colonnes
    Qui faisaient le soutien des immenses Pylônes
    Ecrasant d'un seul coup sous les débris mortels
    Ses trois mille ennemis, leurs Dieux et leurs autels ? -

    Terre et Ciel ! punissez par de telles justices
    La trahison ourdie en ces amours factices
    Et la délation du secret de nos cœurs
    Arraché dans nos bras par des baisers menteurs !

     

    Alfred de Vigny

     

     


    12 commentaires
  •  

     

     

     

     

    Novembre enveloppe toute chose de brouillards tout gris, tant et si bien que la ville grisaille elle -aussi.

     

    Pour oublier cette triste météo je vous offre ce « petit morceaux d'été »...

     

    Car bien que le temps l'été dernier fut couci-couça, nous avons fait une belle promenade en famille à Riantec (Rianteg en breton), une jolie petite ville située dans le Morbihan à quelques encablures de Vannes et dont l'église, Sainte Radegonde possède de magnifiques mosaïques ainsi que des vitraux non moins beaux, issus des manufactures Mauméjean.

     

    Liviaaugustae

     

     

     

     

     

    Cette « paroisse » fut fondée en l'an 1398 par trois familles de la noblesse : famille de Coizetière , La Fouesnardière et la famille Kerdurand, qui se partageaient ces terres. (wikipédia)

     

    Les alentours sont eux aussi très jolis et comme il faisait beau ce jour-là, nous avons décidé d'aller nous balader sur les bords de la petite mer de Gâvres.

     

     

    Petit morceau d'été...

    Nous avons donc commencé par la splendide église Sainte Radegonde...

     

     

     

    A l'intérieure il y a aussi des merveilles

     

     

    Petit morceau d'été...

    L'autel de la chapelle Sainte Anne

     

     

    Petit morceau d'été...

    Un détail de la mosaïque

     

     

    Petit morceau d'été...

    Nous avons admirer aussi le petit château de Kerdurand

     

     

    Petit morceau d'été...

    Au bout d'un joli sentier, le majestueux dolmen de Kerporel nous attendait.

     

     

    Petit morceau d'été...

    Puis nous avons longé la petite mer de Gâvres, au bord des plages les chardons bleus se laissaient caresser par la brise marine.

     

     

    Petit morceau d'été...

    Nous avons clôturer l'après midi par une dégustation de crêpes arrosées de cidre...

     

     

    (images wikipédia)

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     


    24 commentaires
  •  

     

     

     

    L'année dernière, pour le jeu Café/thé N° 80, d'écureuil bleu, j'ai écrit ce petit poème, m'inspirant de films et de photos de mes frères, ces derniers allaient presque tous les ans au Canada, chez des cousins qui possèdent une maison sise dans une forêt : ils ont vu des biches boire dans le ruisseau, et des aubes glacées se lever, tandis qu'autour la forêt rutilait d'or et de rubis emmêlés...

     

    Liviaaugustae

     

     

     

    Ma cabane au Canada...

    L'automne tout en rubis...

     

    (Image internet)

     

     

     

     

     

    Là-bas, l'automne...

     

     

     

    Prends ma main, viens, suis-moi.

     

    Je t'emmène par delà les mers

     

    Dans ma cabane au Canada,

     

    Nichée sous les grands arbres.

     

    L'automne y est déjà,

     

    En habits d'or et de rubis emmêlés,

     

    La forêt embrasée, rutile à l'infini.

     

     

     

    Un ruisseau chante tout près de là,

     

    Et les biches, le matin, viennent s'y désaltérer.

     

    Tu verras se lever les aurores glacés,

     

    Le soleil filtrer entre les feuilles dorées, 

     

    Et le temps bon enfant, s'arrêtera.

     

    Devant l'âtre chaud, lovés l'un contre l'autre,

     

    Nous regarderons les flammes danser.

     

    Liviaaugustae

     

     


    16 commentaires
  •  

     

    Pause automnale...

     

    (image internet)

     

     

     

    Petite pause pour ce week-end d'automne en famille

     

    A bientôt

     

    Liviaaugustae

     


    10 commentaires



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires