•  

     

     

     

    8 Mai 2018

     

    Fête de Jeanne D'Arc

     

     

     

     

     

    Aujourd'hui nous commémorons  Jeanne d'Arc.

     

     

     

    Nous fêterons aussi l'armistice de 1945, car on ne peut parler de victoire, de Gaulle qui avait participé à cette guerre en faisant de la résistance Outre-Manche, ne la fêtait pas, c'est F. Miterrand, planqué et collaborateur au gouvernement socialiste de Pétain qui a décidé de fêter ce jour et l'a décrété férié.

     

    Livuaaugustae

     

     

     

     

     

     

     

    L'historique de la fête de Jeanne D'Arc

     

     

     

    Fête de Jeanne d'Arc...

    La vision et l'inspiration

     

    Louis Maurice Boutet de Montvel

     

     

     

    Fête de Jeanne d'Arc...

    A Chinon, Jeanne d'Arc se présente au roi Charles VII.

     

     

     

    Fête de Jeanne d'Arc...

    Jeanne d'Arc au siège d'Orléans

     

    Jules Eugène Lenepveu

     

     

     

     

    Depuis 1456 c'est-à-dire au procès de réhabilitation de Jeanne d'Arc où son rôle providentiel est affirmé par la royauté française, les politiques essayent de s'approprier la figure de Jeanne d'Arc.

     

     

     

    Fête de Jeanne d'Arc...

    Jeanne d'Arc au bûcher

     

    Hermann Anton Stilke

     

     

     

    C'est au tournant du XVIIIe et du XIXe siècles, dans une atmosphère de préromantisme qu'elle devient un symbole, un drapeau pour les peuples qui veulent se libérer.

     

    Puis Michelet, républicain de gauche, déclare qu'elle est la fille du peuple et la sainte de la patrie. Durant toute la seconde moitié du XIXe siècle, on trouve une Jeanne d'Arc catholique et royaliste qui s'oppose à une Jeanne d'Arc républicaine. Ce symbole va être délaissée au alentours de 1900 avec la montée du socialisme international.

     

    Par contre au sortir de la Première Guerre mondiale, en 1920, Jeanne d'Arc réunit tout le monde. Elle est canonisée au terme d'un procès de cinquante ans. C'est au cours de cette même année que les députés votent une loi instituant la Fête national de Jeanne d'Arc. Cet unanimisme durera jusqu'en 1940.

     

    Durant la Seconde Guerre mondiale elle devient un enjeu. Pour le régime de Vichy elle est le modèle de la bonne française catholique, de son côté le général de Gaulle revendique la figure de Jeanne d'Arc au nom de la liberté pour lutter contre l'occupant.

     

    Aujourd'hui, Jeanne d'Arc ayant été un peu reléguée, le Front National s'en est emparé, et en a fait l'emblème de la France menacée.

     

     

     

    Fête de Jeanne d'Arc...

    Le général De Gaulle en 1959 avec Jeanne D'Arc lors des fêtes Johannique d'Orléans.

     

     

     

     

     

     

     

    Et depuis De Gaulle, tous les présidents de la Ve république y ont assistés et faits généralement un discours à Orléans lors des fêtes de Jeanne d'Arc.

     

    A part Hollande qui ne s'y est jamais rendu, (Emmanuel Macron, une année a représenter le gouvernement), il y eut beaucoup de polémiques si vous vous en souvenez, sur sa présence et... surtout sur son discours trop nationaliste paraît-il !

     

    Mais en ce mois de mai 2018 durant ces fêtes, en tant que président a-il fait acte de présence à Orléans ?

     

    J'ai assisté aux fêtes johanniques durant les 4 années où j'ai résidé à Orléans (pour le travail de mon mari), c'est une fête magnifique et très émouvante, elle attire non seulement les orléanais et les gens des alentours mais aussi de nombreux touristes étrangers, elle est clôturée le soir par des feux d'artifices.

     

    Liviaaugustae

     

     

     

     

     

     

     

     

     


    10 commentaires
  •  

     

    1er avril 2018

     

    Ce n'est pas un poisson d'avril... aujourd'hui, c'est la fête de Pâques.

     

     

    Pâques...

     

     

    Les cloches sont les messagères du Ciel, elles sont revenues nous parler de la Résurrection et nous inviter à la prière

     

    Joyeuses fêtes de Pâques

     

    Liviaaugustae

     

     

     

    Pâques...

    La Résurrection (Noli me tangere)

     

    Fresque de Giotto, vers 1305.

     

     

     

    Hymne du bréviaire romain pour le temps de Pâques

     

    (Mise en ver par Pierre Corneille (1665)

     

     

     

    à Vêpres

     

    Après l'enfer vaincu Jésus sort de la tombe,

     

    Il revient à nos yeux ;

     

    Et laissant dans les fers un tyran qui succombe,

     

    Il nous ouvre l'entrée au royaume des cieux.

     

    Sauveur de tout le monde, en cette pleine joie

     

    Dont Pâques remplit nos cœurs,

     

    Daigne si bien guider ton peuple dans ta voie,

     

    Que d'une mort funeste il échappe aux rigueurs.

     

    Gloire à toi, rédempteur et monarque suprême,

     

    Par toi-même ressuscité !

     

    Même gloire à ton Père, au Saint-Esprit la même,

     

    Et durant tous les temps de l'éternité !

     

    Pierre Corneille

     

     

     

     

     


    14 commentaires
  •  

     

    31 Mars Samedi Saint

     

    Les marches du Calvaire...

     

     

     

    Le bouquet oublié...

    (image internet)

     



     

    Le bouquet sous la croix

     


    D'où vient-il ce bouquet oublié sur la pierre ?
    Dans l'ombre, humide encor de rosée, ou de pleurs,
    Ce soir, est-il tombé des mains de la prière ?
    Un enfant du village a-t-il perdu ces fleurs ?

    Ce soir, fut-il laissé par quelque âme pensive
    Sous la croix où s'arrête un pauvre voyageur ?
    Est-ce d'un fils errant la mémoire naïve
    Qui d'une pâle rose y cacha la blancheur ?

    De nos mères partout nous suit l'ombre légère ;
    Partout l'amitié prie et rêve à l'amitié ;
    Le pèlerin souffrant sur la route étrangère
    Offre à Dieu ce symbole, et croit en sa pitié !

    Solitaire bouquet, ta tristesse charmante
    Semble avec tes parfums exhaler un regret.
    Peut-être es-tu promis au songe d'une amante :
    Souvent dans une fleur l'amour a son secret !

    Et moi j'ai rafraîchi les pieds de la Madone
    De lilas blancs, si chers à mon destin rêveur ;
    Et la Vierge sait bien pour qui je les lui donne :
    Elle entend la pensée au fond de notre cœur !

    Marceline Desbordes-Valmore

     

     


    24 commentaires
  •  

     

    Vendredi 30 Mars 2018

     

    Aujourd'hui c'est un vendredi pas comme les autres... il est Saint !

     

     

     

    «Jésus sera en agonie jusqu'à la fin du monde : il ne faut pas dormir pendant ce temps-là ! »

     

    Blaise Pascal

     

     

     

    Vendredi Saint...

    Crucifixion

     

     

     

    Le crucifix

     

     

     

    […] La flagellation du Christ n'est pas finie.

     

    Tout ce qu'il a souffert dans sa lente agonie,

     

    Au mont des Oliviers et dans les carrefours,

     

    Sous la croix, sur la croix, il le souffre toujours.

     

    Après le Golgotha, Jésus, ouvrant son aile,

     

    A beau s'être envolé dans l'aurore éternelle,

     

    Il a beau resplendir, superbe et gracieux,

     

    Dans la tranquillité sidérale des cieux,

     

    Dans la gloire, parmi les archanges solaires,

     

    Au-dessus des douleurs, au-dessus des colères,

     

    Au-dessus du nuage âpre et confus des jours ;

     

    Chaque fois que sur terre et dans nos temples sourds

     

    Et dans nos vils palais, des docteurs et des scribes

     

    Versent sur l'innocent leurs lâches diatribes,

     

    Chaque fois que celui qui doit enseigner, ment,

     

    Chaque fois que d'un traître il jaillit un serment,

     

    Chaque fois que le juge, après une prière,

     

    Jette ce mot : Justice ! Et, par derrière,

     

    Tend une main hideuse à l'or mystérieux,

     

    Torquemada*, j'entends le bruit de ta cognée ;

     

    Tes bras sont nus, ta face est de sueur baignée ;

     

    A quoi travailles-tu seul dans ton noir sentier ?

     

    Torquemada répond : « Je suis charpentier

     

    Et j'ai la hache au poing dans ce monde où nous sommes.

     

    « Qu'est-ce que tu fais ? Un bûcher pour les hommes.

     

    Avec quel bois ? « Avec la croix de Jésus Christ. […]

     

    Victor Hugo

     

     

     

    *Torquemada : Grand inquisiteur lors de l'inquisition espagnol.

     


    22 commentaires
  •  

     

    29 mars 2018

     

    Jeudi Saint

     

    C'est le départ des cloches !

     

     

     

     

     

     

     

    Le Jeudi Saint, au terme de la liturgie eucharistique, le célébrant porte au « reposoir » les pains consacrés qui seront donnés aux fidèles lors de la « messe des pré-sanctifiés » (pré-consacrés) le Vendredi Saint. L'autel où vient d'être célébré la Cène du Seigneur est vide et dépouillé ? Devant ce reposoir eucharistique, ce sont les heures de Gethsémani que nous devons revivre. Les cloches sont condamnées au silence pendant trois jours en signe de deuil.

     

     

     

    Gethsémani...

    Cette nuit-là les cloches s'envolent...

     

    (image internet)

     

     

     

     

     

    Pour expliquer l'absence de sonneries pendant cette période, on a longtemps raconté aux enfants, que les cloches partaient pour Rome et que le Pape les bénissait avant leur retour.

     

    On a dit aussi aux enfants qu'elles revenaient chargées de friandises qu'elles déversaient dans les jardins et les prés et sur les balcons des appartements à leur retour.

     

    Ce n'est que dans la nuit du samedi au dimanche de Pâques qu'elles carillonnent pour annoncer la joie de la Résurrection du Christ.

     

    Durant la Semaine Sainte, on faisait sonner les crécelles dans les rues pour annoncer les offices. Les crécelles remplaçaient les cloches, à l'autel pour les cérémonies et messes, c'est aussi la crécelle qui était employée.

     

    Les enfants de chœur passaient plusieurs fois dans la journées et criaient : 

     

    • la première fois « Réveillez-vous ».

    • La deuxième fois :  « Préparez-vous ».

    • La troisième : « Dépêchez-vous ».

      (Portail de l'église catholique )

     

     

     

    Durant ces trois jours, dans le silence des cloches :

     

    • Réveillons-nous

    • Préparons-nous

    • Dépêchons-nous

      Car on peut craindre qu'un jour, nous soyons complètement privés de Dieu !

     

    Livia

     

     

     

     


    12 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique