•  

     

    Je vous offre ce texte d'une journaliste que j'apprécie beaucoup, un texte plein de bonne philosophie qui peut nous aider à prendre le temps de réfléchir au fond de notre caverne, pour essayer d'en sortir... pour replonger dans la réalité, afin d'être prêts à faire face aux mensonges que l'on nous distille en boucle !

     

    Il ne faut plus que nous donnions dans le panneau des fausses vérités ! 

     

    « Les mensonges les plus courts sont les meilleurs ! »

     

    Liviaaugustae

     

     

     

     

     

    Et comme nous le conseille Bossuet :

     

    « Il faut voir le monde tel qu'il est, et non tel que l'on voudrait qu'il soit ».

     

     

    La caverne de Platon...

    Buste de Platon, copie romaine d'un original grec du dernier quart du Ive siècle av. J. C.

     

    Il est généralement considéré comme l'un des premiers philosophes occidentaux.

     

     

     

     

     

    Avec sa caverne, Platon a fait le buzz. Depuis les calendes grecques, on étudie cette belle allégorie dont les enseignements sont toujours d'actualité. Il n'a pas prit une ride le vieux Platon !

     

    Pour ceux d'entre vous qui n'auraient pas révisé le bac de philo récemment, je me permets un petit résumé à la hache : « des hommes sont enchaînés dans une caverne souterraine, dos à la lumière. Il vivent dans un monde d'ombres ; de l'extérieur, il ne perçoivent qu'une faible lueur et des sons feutrés ? Telle est la condition de l'homme qui, enfermé dans les limites étroites du monde matériel, loin de celui des idées, vit dans un univers d'illusions et n'a pas une juste appréhension du monde réel.

     

    Imaginons qu'un de ces prisonniers soit libéré et accompagné vers la sortis. La confrontation avec l'extérieur sera difficile. Il souffrira mais, peu à peu, parviendra à percevoir le réel avec une acuité nouvelle. Telle est la condition de l'homme qui, s'extrayant du monde des illusions, parvient à celui de la connaissance, de la vérité, de la justice et du bien.

     

    Imaginons maintenant que cet homme redescende dans la caverne. Les autres prisonniers, incapables d'assimiler son expérience et d'en supporter les répercussions, le recevront fort mal : « ne le tueront-ils pas ? », se demande Platon.

     

    « Ces étranges prisonniers sont semblables à nous », nous dit Platon. Tiens donc ! Seraient-ils comme nous, enfermés dans un monde où les apparences comptent plus que la vérité ?

     

    Seraient-ils, comme beaucoup d'entre nous, enchaînés par l'opinion dominante, fascinés par le théâtre d'ombres chinoises que projettent les journaux, la télévision ou internet ? Seraient-ils prêt à croire, par exemple , que la télé-réalité reflète fidèlement la réalité ? Ou que l'identité sexuelle est un choix et non une donnée naturelle ?

     

    Ce qu'il y a de bien, dans la caverne, c'est qu'on y est au chaud et qu'on ne s'y sent pas seul : il y a foule, dans le monde des illusions... On est un peu à l'étroit, il y a une petite odeur de moisi, mais on s'y sent en sécurité. C'est très douillet les préjugés ! Et les apparences, quel confort ! Tant pis si l'on est confond opinion et vérité (ce que font tous les sondages avec l'approbation unanime des médias), si l'on se laisse manipuler par des idées trop simples pour être honnêtes, et si l'on s'habille en « prêt-à-penser », c'est moins cher et à la mode.

     

    Mais il ne faut pas prendre des vessies pour des lanternes. Il est temps de sortir de la caverne, de retrouver une liberté de pensée, de parole, d'action et d'omission (on appelle cela l'objection de conscience). Cela fait un peu mal au début, mais on s'habitue peu à peu. Il est vrai, comme le fait remarquer Platon, que l'on se trouve alors en décalage vis-à-vis des hommes des cavernes qui, affolés, ne songent qu'à nous faire la peau !

     

    N'ayons pas peur de nous confronter à la réalité. Le monde est bien plus beau que les hommes des cavernes ne le pensent ! Bien sûr, il y a du bon grain et de l'ivraie, mais la vérité est toujours préférable à l'illusion car elle est porteuse de vie.

     

    On ne se dirige pas correctement si l'on n'est pas de plein pied dans le réel. Comment être juste si l'on base ses jugements sur les préjugés ? Comment connaître les autres si l'on ne va au-delà des apparences, si l'on ne cherche pas à connaître la valeur de chaque personne, si l'on s'en tient à son statuts social, à sa réussite professionnelle ou à ses résultats sportifs ?

     

    La réalité, on ne la choisit pas, mais on peut choisir de vivre avec. L'homme n'évolue que lorsqu'il prend le risque de sortir de la caverne, lorsqu'il accueille la réalité comme elle est : aveuglante mais salutaire !

     

    Si l'un de vos ados passe son bac cette année, « revisitez » avec lui le mythe de la caverne. Parlez ensemble de la liberté intérieure, du discernement, de la conscience, des apparences, des préjugés.

     

    Platon a des « trucs à leur dire » à nos ados (et à nous aussi) ! Ses idées lui ont survécu, ce qui prouve que l'on s'est extirpé de la caverne, la sagesse a une permanence que n'a pas la matière.

     

    Merci Platon !

     

    Juliette LEVIVIER

     

     


    18 commentaires
  •  

     

     

     

     

    « Les plus beaux moments de ma vie, ont été les moments que j'ai passé à la maison au sein de ma famille ».

     

    Thomas Jefferson

     

     

    Pause...

    Les ajoncs sont en fleurs sur les chemins qui borde l'Anse de Mancel à Séné...

     

    (Photo prise au printemps dernier)

     

     

     

    Blog en pause

     

    Entièrement d'accord avec Thomas Jefferson, je m'en vais chez mon fils, dans le Morbihan, pour les fêtes de l'Ascension et la fête des mères.

     

    A bientôt

     

     


    12 commentaires
  •  

     

    J'ai lu cette histoire dans une de mes revues, je vous propose de voir les destructions auxquelles se livre EI en proie à la haine de l'Occident et des chrétiens d'Orient qui payent très cher leur attachement à leur foi, et par haine ces malades, ont détruit cette belle église et enlever le curé !

     

    Liviaaugustae

     

     

     

     

     

    La ville de Qaryatayn a été prise par l'EI, la nuit du 5 au 6 août 2015.

     

    À la tête de la paroisse de Qaryatayn, non loin de Palmyre (Syrie), le père Mourad a été enlevé par les hommes du groupe État islamique le 21 mai 2015. Il est resté en captivité plus de 140 jours, avant d’être libéré, le 10 octobre 2015. . Le monastère de Mar Elian, fondé au VIIe siècle est détruit avec un bulldozer...

     

     

    Retraite spirituelle...

    Les bulldozers en action...

     

    (image internet)

     

     

     

    Retraite spirituelle...

    L'église du monastère de Mar Elian avant le passage de l'EI...

     

    (image internet)

     

     

    Retraite spirituelle...

    Ce qui reste de l'église après le passage de l'EI...

     

    (image internet)

     

     

     

    Menacé de décapitation à plusieurs reprises s’il ne se convertissait pas à l’Islam, fouetté et soumis à un simulacre d’exécution, les conditions de détention du père Mourad ressemblent à un chemin de croix.

     

    « La première semaine a été la plus difficile », raconte-t-il. Le huitième jour, un individu habillé en noir pénètre dans sa cellule. Le père Mourad croit sa dernière heure arrivée et lui demande les raisons de son enlèvement.  « Prends-le comme une retraite spirituelle », lui répond son geôlier. 

     

    « Dès lors, ma prière, mes journées prirent du sens », confie le prêtre syrien.  « J’ai senti qu’à travers lui, c’était le Seigneur qui m’adressait cette parole. Grâce à la prière, j’ai pu regagner ma paix. On était en mai, le mois de Marie. Mon compagnon de cellule et moi nous sommes mis à réciter le chapelet, que je ne priais pas beaucoup auparavant. Toute ma relation avec la Vierge en a été renouvelée. » 

     

     

     

     

     

     


    23 commentaires
  •  

     

     

    Dans les bras de Morphée

     

    (Souvent employée pour dire que l'on va dormir.)

     

     

    Le goût des mots...

    Narcisse, Morphée et Iris

     

    (Pierre Guérin)

     

     

     

     

     

    Morphée était un des nombreux enfants du dieu grec Hypnos.

     

    Selon les Métamorphoses d'Ovide, Morphée vivait avec ses frères et son père dans la grotte obscure d'une montagne sacrée quelque part près de la Crimée (il est possible que le nom de la Crimée actuelle, vienne des Cimmériens antiques). Mais les grecs l'appelaient aussi Tauris, et plus tard Tauride, (d'après le nom de la tribu des Tauris ou Taures.)

     

    De cette grotte Hypnos envoyait ses enfants pour visiter les songes des hommes. Au sein de cette fratrie, Morphée était la vedette. Il n'apparaissait que dans les rêves des héros, des rois et des nobles, et n'interprétait que des personnages importants. Son talent pour se montrer sans arrêt sous de nouvelle formes lui valu son nom (du grec morphé qui veut dire forme)

     

    De nos jours, cet esprit du sommeil et des hallucinations est probablement mieux connu d'après la drogue à laquelle il a donné son nom : la morphine.

     

     


    17 commentaires
  •  

     

     

     

     

    Je vous propose une balade en Eure-et-Loire, pour oublier un peu cette élection, qui nous a pris la tête depuis le mois de janvier...

     

    Mon séjour pour le week-end du 1er mai à Unverre, petit village, en Eure-et-Loire, où habite ma nièce, fut merveilleux.

     

    J'y ai retrouver mon frère venu de la Guadeloupe, nous avons dégusté des plats créoles (crabes farcis, colombo, acras de malangas, tarte aux maracujas etc...) et dégusté des punchs, que mon frère avait ramenés... dans la joie et la bonne humeur.

     

    Car il était interdit de parler politique et ceux qui enfreignaient cet édit, devaient mettre 50 centimes dans une tire-lire.

     

    Une excellente idée, ces discussions oiseuses qui ne mènent à rien sont fatigantes, chacun donne son point de vue mais personne n'écoute !

     

    Cette tire-lire, nous a permis de passer un séjour reposant, calme et joyeux !

     

    Nous nous sommes aussi promenés dans les environs d'Unverre et j'ai découvert un très beau coin de France.

     

     

    Souvenirs du 1er mai...

    Ma photo de l'église Saint-Martin d'Unverre, (XIIe et XVIe siècles).

     

    Elle possède un très beau porche à colombage ou « caquetoire », je trouve cet ancien mot français charmant, on imagine tout de suite les bavardages à la sorties des messes, sous ce joli porche !

     

    (Je n'ai malheureusement pas pu visiter l'intérieur qui est paraît-il splendide, ce sera pour une prochaine fois)

     

     

    Nous avons aussi été à Châteaudun, mais pour y faire des achats, car il y a une boutique qui ne vend que des produits des Antilles, dans laquelle j'ai fait moult provisions que j'ai ramenées à Nantes.

     

    Cette ville possède un magnifique château, que nous n'avons admirer que de loin, car il était assez tard et nous étions pressés de rentrer, ma nièce attendait des denrées pour nous préparer le repas.

     

     

    Souvenirs du 1er mai...

    Château de Châteaudun

     

     

     

     

     

    Le château de Châteaudun fut édifié entre le XIIe siècle, le XV et XVIe siècles. Il est situé sur un éperon rocher dominant la ville et le Loir, dans le département d'Eure-et-Loir ? Le donjon, bâtiment le plus ancien, a été construit vers 1180 par Thibaut V, comte de Blois. Jean de Dunois, bâtard de Louis 1er d'Orléans et compagnon de Jeanne D'Arc, a reçut le château en récompense de la libération de son demi- frère Charles d'Orléans, prisonnier des Anglais, le transforme en résidence en ajoutant un corps de logis de style gothique et la chapelle. Une deuxième aile de style Renaissance est ajoutée au XVIIIe siècle.[...]

     

    (Texte et image wikipédia)

     

     

    Souvenirs du 1er mai...

    Sur la grande place de la ville se dresse cette magnifique fontaine.

     

    (J'ai emprunté cette photo à wikipédia, car lorsque nous y avons été, des barrières étaient érigées tout autour. Et ma photo est moins belle !)

     

     

     

     

     

    Le lendemain avec des amis de mon frère, nous avons été nous balader à Bonneval, une autre charmante petite ville, qui possède de jolis canaux sur lesquels l'été on peut se promener en barque, j'espère qu'un jour, nous pourrons y canoter...

     

     

    Souvenirs du 1er mai...

    Un des canaux de Bonneval avec ses lavoirs, je ne crois qu'ils servent encore aujourd'hui, comme à Vannes ils sont là pour faire joli...

     

     

    Souvenirs du 1er mai...

    L'église Notre-Dame de style gothique est du XIIIe siècle . La flèche s'élève à 65 mètres au-dessus du sol.

     

    Elle est magnifique, et bien que le soleil jouait parfois à cache-cache avec les nuages, nous avons passé une belle après-midi dans cette « Petite Venise de la Beauce » !

     

     

    Souvenirs du 1er mai...

    La flèche de Notre-Dame de Bonneval émergeant d'un bouquet d'arbre pour s'élancer vers le ciel.

     

     

    Souvenirs du 1er mai...

    Une habitation ancienne avec une très belle échauguette, se mire dans l'eau.

     

     

     

    J'espère que vous avez aimé cette balade en photos, au Centre de la France !

     

    Liviaaugustae

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     


    20 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique