•  

     

     

    Une histoire de fleurs et de couleurs...

     

    (image internet)

     

     

     

     

     

    Dites-le avec des fleurs en couleur, ce que nous faisons d'ailleurs à longueur de conversation depuis longtemps...

     

     

     

    Lorsque je la rencontrais elle était en son jardin fraîche comme une rose, elle ressemblait tant à une fleur que les papillons eux-même se trompaient et se posaient sur son épaule et soudain, je vis la vie en rose et n'eut plus qu'une idée en tête, lui conter fleurette.

     

    Je lui offrit une fleur, qu'elle accepta en souriant, j'aurai tant voulu pourtant la couvrir de fleurs, cependant j'avais les nerfs à fleur de peau, et devais être blanc comme un linge, car aujourd'hui on n'ose pas, on n'ose plus parler d'amour, les censeurs veillent et « estent» en justice pour un mot maladroit et parfois même un seul regard. Ce genre de chose vous fait rire jaune et broyer du noir...

     

    Elle m'apprit qu'elle rêvait du prince charmant, qu'elle était très fleur bleue, elle dit aussi qu'elle aimait cuisiner et qu'elle était un fin cordon bleu, qu'elle avait la main verte, que tout dans ce jardin poussait grâce à ses bons soins, j'étais ébloui, tout cela n'était pas pour me déplaire.

     

    Le soleil brillait dans un ciel tout bleu et je sus que j'avais enfin trouvé mon âme sœur !

     

    Cependant bien des années après, sur la jolie fleur il ne resta que les épines, elle m'en fit voir de toutes les couleurs et avec toutes ses dépenses vida mon compte qui passa dans le rouge, ce qui me mettait dans une colère noire car j'étais rouge de honte quand le banquier me convoquait,

     

    Cela ne pouvait pas durer, j'avais une peur bleue de mourir à la fleur de l'âge, j'ai eu envie de laisser ce trésor à quelqu'un d'autre....je pris mes jambes à mon cou un soir de lune rousse et je parti au bout du monde, travailler dans l'or noir.

     

    Depuis je déteste les fleurs et les couleurs !

     

    *(Ester : latin médiéval stare, soutenir une action en justice, du latin classique stare, se tenir debout)

    Dictionnaire Larousse

     

    Liviaaugustae

     


    22 commentaires
  •  

     

     

     

     

    Je vous ai parlé hier du livre  «La Sonate oubliée », dont une grande partie se passe à Venise au Pio ospedale della Piéta au XVIIIe siècle, j'ai fait des recherche sur cet Ospedale, je vous propose ci-dessous de découvrir cet établissement glané sur wikipédia. C'est très intéressant.

     

    Pour écouter les Quatre Saisons dont parle le livre, clic sur le lien ci-dessous :

     

    https://www.youtube.com/watch?v=GRxofEmo3HA

     

    Liviaaugusate

     

     

     

    Le Pio ospedalle della Piéta...

    Le Pio Ospedale della Piéta

     

    Gravure de A. Portio et A. Dalla Via

     

     

     

    Le Pio ospedalle della Piéta est un hospice, orphelinat et conservatoire de musique vénitien actif notamment aux XVIIe et XVIIIe siècles.

     

    Trois autres institutions analogues existaient à Venise :

     

     

    Cette institution, financée par la République de Venise, fut fondée en 1346 pour accueillir les nouveau-nés abandonnés, que l'on pouvait lui confier en les déposant dans un emplacement spécialement aménagé dans le mur d'enceinte : les religieuses les prenaient en charge de l'autre côté. On recueillait aussi les orphelins, les enfants illégitimes ou les enfants de familles indigentes. La Pietà n'abritait que des filles qui pouvaient y demeurer autant que nécessaire.

     

    Cloîtrées presque comme des religieuses, certaines d'entre elles recevaient une éducation musicale poussée, ce qui en faisait des chanteuses et des musiciennes de valeur : quelques-unes pouvaient chanter les parties de ténor et de basse des chœurs et jouer de tous les instruments. Une hiérarchie distinguait les jeunes filles, selon leur talent : à la base se trouvaient les figlie di coro ; plus expérimentées étaient les privilegiate di coro qui pouvaient prétendre à être demandées en mariage et pouvaient se produire à l’extérieur ; au sommet étaient les maestre di coro qui pouvaient instruire leurs compagnes. Des concerts publics et payants étaient organisés et très courus des mélomanes, aussi bien que des amateurs d’aventures galantes. Chaque ospedale avait un maître de chœur, maestro di coro, responsable de l’enseignement de la musique (le terme s’applique à la musique vocale, mais aussi instrumentale), un organiste, un professeur d’instruments, maestro di strumenti, et d’autres professeurs spécialisés.

     

    Francesco Gasparini fut maître de violon de cette institution et plus tard à partir de 1704 c'est Antonio Vivaldi qui l'occupa . Ce dernier occupa diverses fonctions dont celle de compositeur principal de 1713 à 1740, année où il quitta définitivement Venise.

     

     

     

    Le Pio ospedalle della Piéta...

    Portrait d’un violoniste vénitien du XVIIIe siècle, considéré comme étant celui de Vivaldi

     



     

    Les autres maîtres qui y enseignèrent furent Giovanni Porta, Nicola Porpora et Gaetano Latilla.

     

    À l'instar des autres hospices vénitiens, le genre musical qui prévalait à la Pietà était l'oratorio. Toutefois d'autres genres furent pratiqués dans cette institution dont le concerto, en recourant par ailleurs à des instruments inhabituels (comme la viole d'amour).

     

     

     

    Le Pio ospedalle della Piéta...

    Concert donné dans la salle des Filarmonici par les pensionnaires d'un Ospedale vénitien

     

    Francesco Guardi.

     

     

     

     


    20 commentaires
  •  

     

     

     

     

    En ce mois de Marie, je vous offre cette Vierge des miracles, son histoire que je viens de découvrir, est très belle.

     

    Cette Vierge est toujours vénérée aujourd'hui et un pèlerinage lui est dédié tous les ans, il parait qu'elle continue à faire des miracles de nos jours.

     

    Liviaaugustae

     

     

     

    Notre-Dame des miracles...

    Notre Dame des miracles de Saint-Maur-des-Fossés

     

     

    Au XIe siècle, Guerlenc, comte de Corbeil, avait tenté de s'emparer de biens abbatiaux : il tomba gravement malade, sa demande de guérison fut exaucée, il décida de se convertir et commanda au sculpteur Rumolde une statue en bois de la Vierge Marie.

    Il fut décidé de commencer par l’image de la Vierge Marie. Rumolde venait à peine de s’attaquer au bois pour lui donner forme qu’il s’entendit appeler au dehors de la chapelle qui lui servait d’atelier, mais après de vaines recherches, n'ayant vu personne, il revint à son ouvrage qu’il eut la surprise de trouver complètement achevé. La Vierge Marie eut l’occasion par la suite de lui apparaître sous l’aspect de cette image et de le guérir d’un mal mortel. Ces faits se seraient produits le 10 juillet 1068.

      Appelée d’abord la Vierge « achyropoÏete » (c’est-à-dire : « Non faite de main d'homme »), la statue fut bientôt nommée Notre-Dame des Miracles, nom qui est toujours le sien aujourd’hui, car elle obtint de nombreux miracles aux pèlerins qui venaient la prier.

    Le pèlerinage à Notre-Dame des Miracles de Saint-Maur des Fossés (Val-de-Marne) s’est interrompu seulement en 1968 mais a repris à l’aube du 3e millénaire. Il fut - dit-on aussi important en son temps que Lourdes aujourd’hui ! Il a lieu, chaque mois de décembre, le samedi après-midi le plus proche du 8 décembre et les pèlerins y ont déjà obtenu plusieurs miracles en ce début de XXIe siècle.

     


    22 commentaires
  •  

     

     

     

     

     

    Une belle assiettée de soins intensifs...

     

    (image internet)

     

     

     

     

     

    La Santé est une chose importante, alors dans tous les magasines, on nous donne moult conseils sur tout et parfois aussi sur rien !

     

    Dans un magasine, chez mon médecin, (c'était l'endroit idéal pour lire un article sur les recherches pour la santé, en attendant mon tour), j'ai lu cette étonnante nouvelle qui devrait nous soigner les intestins. Est-ce que cela va aboutir ? On n'en sais encore rien !

     

    Cependant j'ai trouvé intéressant, les recherches à propos de l'emmental, je vous les offre aujourd'hui :

     

     

     

     

     

    Manger du fromage pour soulager ses douleurs ?

     

    Il paraît que des chercheurs de l'institut nationale de la recherche agronomique (NRA) de Rennes ont annoncé avoir mis au point un emmental qui pourrait « prévenir comme soulager les maladies inflammatoires de l'intestin, telles que la colite ou la maladie de Crhon. (un endolorissement au toucher de l'abdomen ou une enflure abdominale ; diarrhée ; fièvre ; diminution de l'appétit et une perte de poids ; saignement rectal ; crampes d'estomac.) Rien que çà ! Un mal dont souffre paraît-il 200000 français.

     

    « Nous avons donc demander à un industriel breton de nous fabriquer une meule d'emmental à partir de trois souches sélectionnées » ont-ils expliqué et les tests pratiqués sur des souris, ont démontré que ce fromage freinait et prévenait les pathologies et pourrait atténuer aussi les effets secondaires de la chimiothérapie »

     

    Les travaux de ces scientifiques ont permis d'isoler trois souches de bactéries. Ces bactéries sont connues non seulement pour leur action anti-inflammatoire, mais aussi pour être à l'origine de la fermentation des trous dans le fromage. (Espérons que ces dites bactéries ne feront pas de trous dans les intestins comme ils font dans le fromage).

     

    Un brevet est déposé et un essai clinique est en cours au CHU de Rennes depuis 2015. (Il vaut mieux du fromage que les trucs chimiques)

     

     

     

    Voilà ! Vous savez tout sur ce fromage miracle qui nous guérira des maux de ventre !

     

    Liviaaugustae

     


    18 commentaires
  •  

     

     

    Merci à vous tous pour vos gentils petits mots durant mon long week-end.

     

     

     

    Neige de printemps...

    Les marronniers du jardin en fleurs...

     

     

     

    Hier nous avons eu du vent, il secouait les marronniers du jardin. Comme s'il secouait de grosses houppettes, pour leur chiper les pétales de leurs fleurs pour poudrer le jardin... il semblait parfois lors des petites rafales, qu'il neigeait, neige légère, neige de printemps, neige de pétales...

     

     

     

    Neige de printemps...

    Le jardin poudré par le vent…

     

     

     

    Neige de printemps...

    Les pétales du cerisier du Japon eux aussi ont payé un tribut au vent et colorent l'herbe en rose... Le palmier n'en revient pas !

     

     

     

    Liviaaugustae

     

     

     

     


    16 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique