•  

     

     

    Notre-Dame est toujours là...

     

    (image internet)

     



     

    La tapisserie de Notre-Dame

     

    [...]Un homme de chez nous, de la glèbe féconde
    A fait jaillir ici d'un seul enlèvement,
    Et d'une seule source et d'un seul portement,
    Vers votre assomption la flèche unique au monde.

     

    Tour de
    David voici votre tour beauceronne.
    C'est l'épi le plus dur qui soit jamais monté
    Vers un ciel de clémence et de sérénité,
    Et le plus beau fleuron dedans votre couronne.

     

    Un homme de chez nous a fait ici jaillir,
    Depuis le ras du sol jusqu'au pied de la croix,
    Plus haut que tous les saints, plus haut que tous les rois
    La flèche irréprochable et qui ne peut faillir [....]

     

    Charles Péguy

     



     

    On la voulait éternelle.

     

    Et pourtant, le 15 avril 2019, Notre-Dame était en feu et...la flèche est tombé !

     

    Nous ne l'oublierons jamais !

     

     

     

    Notre-Dame est toujours là...

    (image internet)



    Mais il ne faut pas désespérer, comme nous le rappelle Denis Tillinac :

    « L'émotion fut unanime, a quelques sectaires près ; sa spontanéité aura même permis, chez nos compatriotes pas très bien dans leurs pompes, un certain ressourcement : l'histoire dans ses convulsions nous accable de « bruit et de fureur » mais nous avons en partage, sans le savoir de quoi l'affronter sans désespérer. Nous avons sur l'Île de la Cité, un havre, une boussole, une vigie, - un tabernacle de pierre où réfugier nos aspirations moins fallacieuses. Nous sommes moins orphelins que nous avions lieu de le craindre. Notre-Dame de Paris est toujours là, alléluia ! »

    « Notre-Dame est toujours là et sa douleur nous rappelle opportunément ce que nous sommes : des héritiers comblés. »

     


    20 commentaires
  •  

     

     

     

    Adieu Madame...

     

    Doris Day est décédée à l'âge de 97 ans.

     

    J'ai vu pratiquement toute les charmantes comédies dans lesquelles elles chantait et dansait aussi parfois en compagnie de Roc Hudson.

     

    Elle apportait de la gaieté dans toutes ses interprétations, cependant elle savait aussi interpréter des rôles plus durs, car c'était une actrice accomplie, elle était aux dires des réalisateurs, une perfectionniste.

     

    Le cinéma a encore perdu une de ses perles !

     

    Livia

     

     

     


    14 commentaires
  •  

     

    Pour oublier le ciel un peu tourmenté de ce mois de mai, je vous propose un petit morceau de l'été dernier en Auvergne : promenade dans la vallée de la Santoire, sur le sentier de la Vigerie à la découverte des dessins de la faune et de la flore du pays peints sur les arbres, les rochers et les clôtures...

     

    Ma petite fille les a tous photographier, mais comme ils sont très nombreux, j'ai du faire un choix, ce n'était pas facile, car ces dessins sont tous plus beaux les uns que les autres.

     

    Liviaaugustae

     

    Suivons le sentier de la Vigerie...

     

     

     

    Petit morceau d'été...

    Explications aux début du sentier...

     

     

     

    Petit morceau d'été...

    Ici, c'est un joli hibou peint sur le tronc d'un arbre

     

     

     

    Petit morceau d'été...

    Là, une petite bergeronnette printanière (sous espèce flava)

     

     

     

    Petit morceau d'été...

    Sur cette clôture, une rigolote vache rousse de Salers (une auvergnate éponyme).

     

     

     

    Petit morceau d'été...

    Envol d'un pic épeiche...

     

     

     

    Petit morceau d'été...

    Le petit faon endormi sur un rocher.

     

     

     

    Petit morceau d'été...

    Une martre des pins sur un tronc...

     

     

     

    Petit morceau d'été...

    Un beau pic vert

     

     

     

    Petit morceau d'été...

    Un adorable petit hérisson, sur le tronc d'un arbre mort

     

     

     

    Petit morceau d'été...

    Pour terminer, quelques petites fleurs de montagnes.

     

    Félicitons les artistes naturalistes qui ont peint toutes ces petites bêtes!

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     


    22 commentaires
  •  

     

     

     

    Aujourd'hui Notre-Dame est en ruine à cause de « négligences » (les politiques veulent que les français croient à un accident), mais il y a tout juste 1 an (passé sous silence par les médias), Notre-Dame de Saint-Omer à faillit brûler elle aussi : elle était en en réfection comme Notre-Dame de Paris : « des jeunes » ont escaladé l'échafaudage et ont allumé un feu sur le toit », vite éteint heureusement.

     

    Celui qui a voulut brûler l'église Saint Patrik à New York est sous les verrous !

     

    Mais les brûleurs de cathédrale chez nous sont-ils punis ?

     

    Car vouloir éradiquer les cathédrales, n'est-ce pas vouloir éradiquer aussi notre religion? 

     

    Livia

     

     

     

    Victor Hugo disait en la voyant :

     

    « C'est un livre de pierre »

     

     

     

    Léon Daudet, fils d'Alphonse, la voyait comme :

     

    «La Sentinelle spirituelle de l'Occident »

     

     

     

    Péguy la comparait à un vaisseau flottant dans Paris :

     

    « Double vaisseau de charge aux deux rives de Seine

     

    Vaisseau de pourpre et d'or, de myrrhe et de cinname

     

    Vaisseau de blé, de seigle et de justesse d'âme

     

    D'humilité, d'orgueil et de simple verveine. »

     

     

     

    « Je vous le dis «  s'ils se taisent les pierres crieront »

     

    Saint Luc

     

     

     

    « Restaurer un édifice, ce n'est pas l'entretenir, le réparer ou le refaire, c'est le rétablir dans un état complet »

     

    Eugène Viollet-Le-duc

     

     

     

    Notre-Dame de France...

    Notre Dame au soleil couchant

     



     

    Soleil couchant

     


    En passant sur le pont de la Tournelle, un soir,
    Je me suis arrêté quelques instants pour voir
    Le soleil se coucher derrière Notre-Dame.
    Un nuage splendide à l'horizon de flamme,
    Tel un oiseau géant qui va prendre l'essor,
    D'un bout du ciel à l'autre ouvrait ses ailes d'or,
    - Et c'était des clartés à baisser la paupière.
    Les tours au front orné de dentelles de pierre,
    Le drapeau que le vent fouette, les minarets
    Qui s'élèvent pareils aux sapins des forêts,
    Les pignons tailladés que surmontent des anges
    Aux corps roides et longs, aux figures étranges,
    D'un fond clair ressortaient en noir ; l'Archevêché,
    Comme au pied de sa mère un jeune enfant couché,
    Se dessinait au pied de l'église, dont l'ombre
    S'allongeait à l'entour mystérieuse et sombre.
    - Plus loin, un rayon rouge allumait les carreaux
    D'une maison du quai ; - l'air était doux ; les eaux
    Se plaignaient contre l'arche à doux bruit, et la vague
    De la vieille cité berçait l'image vague ;
    Et moi, je regardais toujours, ne songeant pas
    Que la nuit étoilée arrivait à grands pas.

     

    Théophile Gautier

     

     


    16 commentaires
  •  

     

     

    Notre Dame de Paris...

     

    Notre Dame au soleil couchant



    Notre-Dame de Paris (1163-1345)

    A 856 ans, elle représente la mémoire de notre nation!

    Le pays se mobilise pour la reconstruire

    "Tous les yeux s’étaient levés vers le haut de l’église. Ce qu’ils voyaient était extraordinaire. Sur le sommet de la galerie la plus élevée, plus haut que la rosace centrale, il y avait une grande flamme qui montait entre les deux clochers avec des tourbillons d'étincelles, une grande flamme désordonnée et furieuse dont le vent emportait par moments un lambeau dans la fumée."

    Notre Dame de Paris (1831), Victor Hugo





    Notre Dame.

    (…)
    Comme, pour son bonsoir, d'une plus riche teinte,
    Le jour qui fuit revêt la cathédrale sainte,
    Ébauchée à grands traits à l'horizon de feu ;
    Et les jumelles tours, ces cantiques de pierre,
    Semblent les deux grands bras que la ville en prière,
    Avant de s'endormir, élève vers son Dieu.
     (…)


    III
    Et cependant, si beau que soit, ô Notre-Dame,
    Paris ainsi vêtu de sa robe de flamme,
    Il ne l'est seulement que du haut de tes tours.
    Quand on est descendu tout se métamorphose,
    Tout s'affaisse et s'éteint, plus rien de grandiose,
    Plus rien, excepté toi, qu'on admire toujours.

    Car les anges du ciel, du reflet de leurs ailes,
    Dorent de tes murs noirs les ombres solennelles,
    Et le Seigneur habite en toi.
    Monde de poésie, en ce monde de prose,
    A ta vue, on se sent battre au cœur quelque chose ;
    L'on est pieux et plein de foi !

    Aux caresses du soir, dont l'or te damasquine,
    Quand tu brilles au fond de ta place mesquine,
    Comme sous un dais pourpre un immense ostensoir ;
    A regarder d'en bas ce sublime spectacle,
    On croit qu'entre tes tours, par un soudain miracle,
    Dans le triangle saint Dieu se va faire voir.
     (…)

    Théophile Gautier

     

     


    24 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique