•  

     

     

     

     

    Aujourd'hui, 2e tour des présidentielles !

     

     

    Présidentielles ?

    (Image internet)

     

     

     

    Le ciel ici est gris et bas, de la pluie, un peu de vent, atmosphère triste, Nantes s'est vidé pour ce long week-end, le vote n'intéresse pas !

     

    Dans les bureaux de vote, c'est le grand calme, les volontaires se faisant rares pour aider, ils essayent de recruter les votants pour dépouiller ce soir, j'ai refusé poliment prétextant que je n'étais pas à Nantes.

     

    Ces deux « M » ne m'inspirent rien de bon, que le FN et le PS se mouillent pour aider leurs candidats !

     

    Liviaaugustae

     

     


    8 commentaires
  •  

     

    Les aléas de la politique...

     

    La rosace de l'église de Bonneval une petite ville de la Beauce.

     

    (photo prise lors de mon week-end du 1er mai chez ma nièce)

     

     

     

     

     

    En ces temps troublés, où tout semble perdu, avec des acteurs politiques de second ordre, qui ne pensent qu'à leur bien-être personnel et se fichent éperdument de celui de la France et des français, avec Charles Maurras reprenons courage, gardons la foi et restons debout !

     

     

     

    « Mais rien n’est possible sans la réforme intellectuelle de quelques-uns. Ce petit nombre d’élus doit bien se dire que, si la peste se communique par simple contagion, la santé publique ne se recouvre pas de la même manière.

     

    Leurs progrès personnels ne suffiront pas à déterminer un progrès des mœurs. Et d’ailleurs ces favorisés, fussent-ils les plus sages et les plus puissants, ne sont que des vivants destinés à mourir un jour ; eux, leurs actes et leurs exemples ne feront jamais qu’un moment dans la vie de leur race, leur éclair bienfaisant n’entrouvrira la nuit que pour la refermer, s’ils n’essaient d’y concentrer en des institutions un peu moins éphémères qu’eux le battement de la minute heureuse qu’ils auront appelée sagesse, mérite, vertu. Seule l’intelligence, durable à l’infini, fait durer le meilleur de nous.

     

    Par elle, l’homme s’éternise : son acte bon se continue, se consolide en habitudes qui se renouvellent sans cesse dans les êtres nouveaux qui ouvrent les yeux à la vie. Un beau mouvement se répète, se propage et renaît ainsi indéfiniment. Si l’on veut éviter un individualisme qui ne convient qu’aux protestants, la question morale redevient question sociale : point de mœurs sans institutions. Le problème des mœurs doit être ramené sous la dépendance de l’autre problème, et ce dernier, tout politique, se rétablit au premier plan de la réflexion des meilleurs.

     

    Je comprends qu’un être isolé, n’ayant qu’un cerveau et qu’un cœur, qui s’épuisent avec une misérable vitesse, se décourage, et tôt ou tard, désespère du lendemain. Mais une race, une nation sont des substances sensiblement immortelles ! Elles disposent d’une réserve inépuisable de pensées, de cœurs et de corps. Une espérance collective ne peut donc pas être domptée. Chaque touffe tranchée reverdit plus forte et plus belle. Tout désespoir en politique est une sottise absolue. »

     


    8 commentaires
  •  

     

     

    27 avril, Aujourd'hui c'est la fête de sainte Zita

     

     

     

    Pause...

     

    Zita est née en Toscane vers 1218, dans un milieu très modeste, à l'âge de 12 ans, elle fut placée comme servante dans une riche famille de Lucques.

     

    Elle restera à leur service jusqu'à sa mort.Elle est connue pour avoir donné de nombreux signes de charité envers les plus pauvres. Son hagiographie fait état de nombreux miracles de son vivant.

     

    A sa mort en 1728, elle est vénérée par la population qu'elle avait beaucoup aidé et l'évêque du diocèse autorise la dévotion à son égard. Elle sera canonisée en 1696 par Innocent XII.

     

    En 1955 Pie XII la déclare patronne des domestiques et servants de maison.

     

    Sa dépouille a été retrouvée intacte et elle est installée dans une châsse vitrée en la basilique San Frediano de Lucques.

     

     

    Pause...

     

    Convallaria Majalis

     

     

     

    Je vous offre ces clochettes du bonheur avant de partir pour le long week-end du 1er mai

     

    A bientôt...

     

     

     


    15 commentaires
  •  

     

    Tandis que nous nous déchirons sur cette présidentielle, en Angleterre prudemment ils se tournent vers le ciel !

     

     

    Consécration...

    La grandiose consécration.

     

     

     

    Le samedi 18 février dernier, il y avait beaucoup de monde à la cathédrale de Westminster pour assister à la consécration de l'Angleterre et du Pays de Galles au cœur immaculée de Marie.

     

    La cérémonie était présidée par le cardinal Vincent Nichols, archevêque de Westminster. Ce dernier a également procédé au couronnement de Notre-Dame de Fatima qui vient d'être installée dans la cathédrale catholique de Londres.

     

    Dans son homélie, l'archevêque a invité les fidèles à réciter le Rosaire.

     

    Cette consécration constitue un signe particulièrement encourageant dans ces temps troublés et difficiles, tant pour l'Eglise que pour le monde entier.

     

    Renseignements trouvés sur : infocatho

     

     


    6 commentaires
  •  

     

    Effet de manches...

     

    La belle strasbourgeoise (1703)

     

    (Détail)

     

    Nicolas de Largillierre

     

     

     

     

     

     

     

    « C'est une autre paire de manches »

     

     

     

     

     

    Voilà, comment naquit cette expression !

     

     

     

    Les manches dans lesquelles, comme aujourd'hui, on enfilait les bras, n'étaient pas au Moyen-Âge et à la Renaissance, fixées à la robe ou au pourpoint.

     

    Ce qui permettait aux dames de les détacher pour les offrir en signe de gage d'amour ou d'amitié, à leurs chevaliers servants qui parfois les arboraient en public.

     

    On pouvait aussi changer de manches en fonction des circonstances ou du lieu, ce qui permettait de modifier l'aspect de l'habit.

     

    De là l'expression « une autre paire de manches » pour signifier d'abord, un changement d'apparence. Très vite elle est devenue synonyme de «c'est  une tout autre histoire », « c'est une affaire différente ». En outre à une époque, les manches, larges et bouffantes, pouvaient abriter divers objets, ce qui aurait donné naissance à la formule « mettre quelqu'un dans sa manche », que nous avons transformé, vu l'évolution du costume, en : « le mettre dans sa poche ».

     


    16 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique