•  

     

     

     

    Equipement scientifique – Chambre Positron

     

    En physique des particules, le positron ou positon, encore appelé antiélectron, est l'antiparticule associée à l'électron. Il possède une charge électrique de +1 charge élémentaire (contre -1 pour l'électron), le même spin et la même masse que l'électron.

     

    (Avez-vous compris quelque chose ? Moi pas du tout!)

     

    (image internet)

     

     

     

     

     

     

     

    La « sérendipité » c'est un mot que j'ai découvert, au cours d'une lecture.

     

    Sérendipité : (Nom féminin – anglo_américain serendipity)

     

    Capacité, aptitude à faire par hasard une découverte inattendue et à en saisir l'utilité (science, pratique)

     

    Voilà ce que j'ai découvert dans le Dictionnaire Larousse, mais cela ne m'a pas éclairée tout à fait.

     

    Je vous livre donc les explications de Juliette Levivier dans l'article de laquelle j'ai découvert ce mot, un peu barbare...

     

     

     

    « Parti chercher des épices en Inde, Christophe Colomb revint en brandissant des bananes des Caraïbes – découverte inattendue qui le propulsa au rang des grands inventeurs. Ainsi en est-il également des sœurs Tatin, dont la maladresse, nous valut un des monuments de la pâtisserie française, et Dom Pérignon, qui se mit au champagne après avoir explosé quelques bouteilles d'une honnête piquette en enduisant leur goulot de cire d'abeille pour réduire la part des anges . La tarte Tatin et le champagne, mais aussi les bêtises de Cambrai, le téflon, la pénicilline, le velcro et le post-it etc... sont les gagnants d'un heureux concours de circonstances.

     

    Bien connue des scientifiques, la sérendipité est l'art de trouver ce que l'on ne cherchait pas grâce à la collaboration d'un heureux hasard et d'une intelligence bien formaté. Ce mot, inventé par un Anglais (comme le porridge, erreur malheureusement volontaire, que l'on ne peut qualifier de monument gastronomique), tirerait son origine d'un très ancien conte persan relatant les aventures des trois fils du Sérendip (Ceylan), que le hasard lance sur les traces d'un chameau égaré . Ce conte philosophique met en avant la sagacité des jeunes princes, leur curiosité, leur capacité d'observation au réel : hasard associé à la créativité, à la réflexion, à l'intuition, à la logique et à la perspicacité, c'est tout cela, la sérendipité. […]

     

    J'espère que comme à moi cette explication vous a suffit (à moins de connaître déjà le mot) pour comprendre cette sérendipité !

     

     

     

    C'est la « sérendipité » que je préfère...je crois que je vais en préparer une !

     

    (image internet)

     

     

     

    Cependant, j'ai trouvé cet article sur wikipédia, et apparemment les sœurs Tatin n'ont rien inventé !

     

    « La découverte accidentelle de ce gâteau par les sœurs Tatin est une histoire inventée par le critique culinaire Curnonsky qui a lancé la mode de ce dessert à Paris en 1926. »

     

    Selon Curnonsky, se serait le restaurateur Louis Vaudable, propriétaire du Maxim's, qui en aurait découvert le secret lors d'un dîner à l'auberge des sœurs Tatin, alors qu'il était venu chasser en Sologne.

     

    Curnonsky a présenté cette tarte sous le nom de « tarte des demoiselles Tatin », inventant pour l'occasion l'histoire de la maladresse d'une sœur Tatin, la tarte étant en réalité l'œuvre du pâtissier de chez Maxim's. »

     

    Les idées reçues ont la vie dure, cela fait des décennies que j'entends l'histoire des sœurs Tatin, je la croyais vraie !

     

    Liviaaugustae

     

     


    18 commentaires
  •  

     

     

     

    Nous voilà rentrés en Carême depuis dimanche, pour concrétiser ce Carême je vous propose le poème de François de Malherbe.

     

    Ce poème nous rappelle que sans Dieu, l'homme est bien peu de chose dans ce grand Univers !

     

    Liviaaugustae

     

     

     

    Entrée en Carême...

    Le Christ dans le Désert (1872)

     

    Yvan Kramskoï

     

    (image wikipédia)

     

     

     

     

     

     Lauda anima mea Dominum 

     

    « N'espérons plus, mon âme, aux promesses du monde.

     

    Sa lumière est un verre, et sa faveur une onde,

     

    Que toujours quelque vent veut empêcher de calmer.

     

    Quittons ces vanités, lassons-nous de les suivre :

     

    C’est Dieu qui nous fait vivre,

     

    C’est Dieu qu’il faut aimer. »

     

    François de Malherbe poème à méditer à cette occasion.

     



     



     

    Un mot sur le poète

     

     

     

    Entrée en Carême...

    François de Malherbe (1555-1628)

     



     



     

    François de Malherbe est un poète français, né à Caen vers 1555 et mort à Paris en 1628.

     

    Poète officiel de 1605 à1628, son évolution de la magnificence à la sobriété traduit le passage du goût baroque au goût classique, amenant à la poésie vers un grand dépouillement.

     

    Son influence a été considérable sur la poésie française. Bien qu'il n'ait pas écrit d'art poétique, une doctrine était tirée de ses œuvres, de ses annotations et des remarques orales rapportées par ses contemporains.Notamment par ses disciples François Maynard et Honorat de Bueil de Racan qui, suivant leur maître, créent le corpus louant « l'harmonie classique », qui prédominera pendant près d'un siècle.

     

    Durant tout le XVIIe siècle, Malherbe est la référence majeure des théoriciens classiques. Dans son « Art Poétique » Nicolas Boileau le loue avec ferveur, commençant son éloge par le célèbre hémistiche « Enfin Malherbe vint ».

     

    (Texte et image Wikipédia)

     

     

     


    18 commentaires
  •  

     

     

     

    Apparition à Bagneux...

     

    Le visage du Christ su la voiture sculpté dans la neige !

     

     

     

    A Bagneux dans les hauts de Seine, le curé a fait une découverte étonnante en sortant de chez lui.

     

    Sur le capot de sa voiture il a trouvé une sculpture de neige, représentant le Christ, œuvre éphémère et surprenante, d'un artiste inconnu qui a du talent.

     

    Sur les réseaux sociaux, il a partagé la photo et l'a commentée avec humour : « Miracle à Bagneux, Jésus apparaît sur le capot de ma Clio, je n'ose plus rouler... » !

     

     

     

    L'artiste a du talent, la tête du Christ est magnifique, c'est dommage que sa sculpture soit éphémère !

     

    Cependant il mérite des félicitations !

     

    Liviaaugustae

     


    18 commentaires
  •  

     

     

     

    Hier, j'ai présenté une œuvre d'art des premiers chrétiens dont le paon est le symbole de la résurrection et aussi de la pureté, un commentaire sur le paon du tableau m'a inspiré cet article.

     

     

     

    Les hommes et les bêtes...

    Le paon supposé fat

     

    (image internet)

     

    C'était l'animal symbolique de Junon, épouse de Jupiter, qui grâce aux innombrables yeux des plumes du paon, pouvait, en principe, surveiller son auguste et volage mari, qui malgré les yeux de Junon, a pris de multiples déguisements : pluie d'or avec Danaé, Cygne avec Léda, nuage avec Io, taureau avec Europe, etc... pour assouvir ses amours extra conjugaux et échapper ainsi à la vigilance de sa femme.

     

    Lire ci-dessous les explications de Marie-Gabrielle Leblanc

     

    « C'est seulement récemment, disons depuis 200 ou 300 ans, qu'on s'est imaginé faussement que le paon est vaniteux et qu'on en a fait l'emblème de la vanité. Dans les premiers siècles chrétiens il apparaît souvent dans la décoration des églises (célèbres mosaïques de Ravenne en Italie au Ve et VIe siècle). Au Moyen Age, il est aussi vu comme le symbole des vertus du chrétien, qui doit "tendre vers les réalités d'en-haut" (saint Paul) et fuir toute bassesse et immoralité. En effet, on observe que le paon est un oiseau très propre et délicat, qui jamais ne va se percher sur du fumier ou des ordures. »

     

    Les hommes pourvus (peu ou prou) de moult défauts , ont prêté à chaque animal un des leurs, ainsi qu'une caractéristique humaine.

     

    Tandis que les romains avaient couronné l'aigle, et l'avait attribué à Jupiter le dieu des dieux, Napoléon 1er admirant les romains avait prit l'aigle comme emblème, mais à la chute de l'empire, les français ont repris ce malheureux coq, Hitler s'est emparé de l'aigle, ainsi que les américains, les anglais quand à eux ont adopté le lion !

     

     

     

    Les hommes et les bêtes...

    L'aigle de Jupiter

     

    (image internet)

     

     

     

    Les hommes et les bêtes...

    Le roi lion

     

    (image internet)

     

     

     

     

     

    Les animaux ne sont ni gentils (l'agneau), ni méchants et cruels (les loups et requins) encore moins vaniteux (le paon), l'autruche (lâche qui se cache la tête dans le sable devant le danger), etc...

     

     

     

    Les hommes et les bêtes...

    L'autruche avec la tête près du sol

     

    (image internet)

     

     

     

     

     

    Pour l'autruche cela remonte au géographe grec Strabon qui descendant le long du Nil observait la faune et la flore, il aurait aperçut des autruches la tête près du sol et en aurait déduit que ces dernières enfouissaient leur tête dans le sable, cette idée reçue, perdure jusqu'à nos jours (on parle d'ailleurs de faire l'autruche), ne surtout pas s'y fier, elle se défend à coups de becs et de pattes qui sont fatals pour l'adversaire et l'envoient au tapis.

     

    Les animaux ont juste l'instinct de conservation, c'est ce qui leur permet de survivre dans la nature (qui n'est pas non plus une mère comme les écolos le répètent, ceci est aussi une idée reçue).

     

    Quand à moi, c'est le tigre que je couronnerai volontiers roi, car je le trouve splendide (en Inde c'est lui le roi de la jungle, puisqu'il n'y a pas de lions) !

     

     

     

    Les hommes et les bêtes...

    Pour moi le roi, c'est le tigre royal

     

    (image internet)

     

     

     

    Liviaaugustae

     

     

     

     

     

     


    14 commentaires
  •  

     

     

     

     

    Il neige encore aujourd'hui sur la ville, le cœur lourd, je regarde tomber du ciel ces petits flocons qui font froid dans le dos, hier j'ai été obligée de sortir ayant un rendez-vous, et ces maudits flocons, poussés par le vent s'infiltraient sous le parapluie et se glissaient jusqu'à mon cou pour fondre en larmes...

     

    Pour oublier (si c'est possible) l'hiver et surtout cette neige entêtante, je vous offre une balade dans mon île au le soleil :

     

    Liviaaugustae

     

     

     

    Pied de nez à l'hiver...

    Au bout de la route la mer...

     

     

     

    Pied de nez à l'hiver...

    Baignade au Trou de Madame Louis

     

    (tou a man louis en créole, au fond mon fils regarde les poissons)

     

     

     

    Pied de nez à l'hiver...

    Petite halte au Bas Du Fort au Fort Fleur de l'Epée

     

     

     

    Pied de nez à l'hiver...

    Direction la Prise-d'Eau à la Grande Rivière pour se rafraîchir....

     

     

     

    Pied de nez à l'hiver...

    Sur fond d'azur, l'arbre du voyageur surplombe un arbre à pain (fouyapin en créole)

     

     

     

    Pied de nez à l'hiver...

    Le cocotier nous offre à boire son eau parfumée...

     

    « Les palmiers, qui s'éventent comme de belles demoiselles... »

     

     

     

    Pied de nez à l'hiver...

    Dans le jardin de mon père, les irpinias épousent les alamandas...

     

     

     

    Pied de nez à l'hiver...

    Et tandis la nuit a déjà gagné la terre, le ciel garde un reste de jour bleu...

     

     

     

     

     

     

     

     

     


    20 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique