•  

     

     

    J'ai écrit ce texte, pour le jeu Café/thé N° 83 de Brigitte en m'inspirant de sa jolie photo et aussi des promenades que nous avons faites en famille.

     

    Je remercie Brigitte, http://www.unebonnenouvelleparjour.com/ qui donne aux poètes amateurs l'occasion d'écrire....

     

    Liviaaugusate

     

     

    Automne en demi-teinte...

    La photo de Brigitte

     

     

     

     

     

    Brumes sur le lac...

     

    Sur les bords du lac, règne un silence végétal, silence plein de rumeurs : frémissement de feuilles balancées par le vent, crissement des insectes, bruissement d'aile soudain d'un oiseau qui s'envole...

     

    Le ciel gris pâle ne peut se mirer dans les eaux du lac qui se cache, s'emmitoufle dans un manteau de brume cotonneuse, un poisson parfois vient en surface gober une mouche et le miroir éclate en ronds mouvants... quelques gouttes d'eau éparses font jaillir dans les bois des notes cristallines.

     

    La nature d'automne respire doucement baigné de lumière dorée !

     

    Automne 2016

     

     


    17 commentaires
  •  



     

    Les vacances sont finies depuis un long moment déjà, je me suis attardée auprès de mes enfants, pour les aider pour la rentrée des classes, aller chercher les deux petits à midi et leur éviter la cantine, (leur bête noire) ainsi que la garderie le soir, les parents travaillant tous deux jusqu'à 18h.

     

    Le temps n'était pas vraiment au rendez-vous, le ciel certains jours était chagrin et les températures fraîches, mais comme nous avions le soleil dans le cœur, nous avons malgré tout, passé de très bonnes vacances !

     

    Me voilà de retour, ravie de vous retrouver, lire vos écrits et admirer vos photos...

     

     

    Les vacances sont finies...

    Photo prise à Meneham

     

    Août 2017

     



     



     

    J'ai retrouver durant ces vacances, la mer bretonne à défaut de la mer des caraïbes, car je ne peux vivre loin d'elle, qu'elle soit bretonne ou pas !

     

    C'est un spectacle merveilleux, toujours recommencé et pourtant jamais pareil.

     

    Elle change souvent de parure :  elle porte une toilette d'émeraude quand le soleil est voilé, mais lorsqu'il resplendit elle s'habille en bleu turquoise lamé argent, sous les nuages elle porte sa robe de deuil gris foncé aux reflets vert...

     

    Elle roule à l'infini ses vagues qui s'enroulent les unes aux autres et viennent en murmurant s'étaler en vaguelettes brodées d'une petite écume blanche.

     

    En colère, elle gronde, tape et s'écrase sur les rochers, envahit la plage, lui enlève le sable, reprenant ainsi son dû, et dans ces moments-là, il faut rester au loin !

     

    Liviaaugustae

     

     


    22 commentaires
  •  

     

    Pause vacances d'été...

     

    Bruyères sur la lande bretonne...

     

    (Photo prise en 2010 en Côtes d'Armor)

     

     

     

     

     

    Blog en Pause.

     

    Je vous souhaite à tous un bel été et de bonnes vacances.

     

     

     

    Et durant ces vacances suivons le conseil d'André Breton :

     

    « Ne pas alourdir ses pensées du poids de ses souliers »

     

    A bientôt

     

    Liviaaugustae

     


    23 commentaires
  •  

     

     

     

     

    « En te levant le matin, rappelle-toi combien précieux est le privilège de vivre, de respirer, d'être heureux. »

     

    Marc Aurèle

     

     

    Invitation aux vacances...

    Fenêtre ouverte sur les vacances...

     

    (photo prise au Pays Basque, de la terrasse du gîte où nous avons résidé l'été dernier)

     

     

     

     

     

     

     

    « Les grandes vacances sont là. Plein soleil, pluies diluviennes, orages furieux : peut me chaut, je me claquemure dans ma maison. Dès l'arrivée des enfants et petits-enfants, elle évoque Berlin ou Dresde après les bombardements alliés. C'est le prix à payer pour goûter les joies des retrouvailles en famille. Je paye et ne m'en plains pas.

     

    L'été, je n'ai qu'un ennemi : La culture. Elle sévit en tout lieux, c'est une déferlante. Chaque jour, la presse locale assigne aux estivants un devoir de vacances.

     

    Musique baroque dans une église, expo de photographies anciennes ou d'objets artisanaux, un son et lumière dans les ruines d'un château en costumes d'époques, la prestation d'un groupe folklorique andin ou breton, représentation théâtrale engagée... Il a aussi les randonnées pédestres à vocation didactique, la visite d'un centre de ville historique avec écouteur. Ajoutez les festivals dérivés de celui d'Avignon qui prolifèrent comme du chiendent...

     

    A chacun sa pitance culturelle. La mienne se contente de mes auteurs favoris, tous lisibles en collection de poche et de mes compositeurs de prédilection en CD. Cela ne coûte rien au contribuable, et laisse du temps...

     

    Ce temps voluptueux où corps et âmes, nous prenons congés de celui des horloges. Ce temps béni où chacun redevient jusqu'au terme des congés payés, papillon, lézard ou couleuvre. Le temps, notre trésor le plus précieux, qui se dilapide bêtement si l'on succombe à la tentation d'aller consommer dans la cohue , la culture des « cultureux » ? Résister à leur harcèlement n'est pas difficile, il suffit d'obéir à l'injonction de nos désirs.

     

    J'écris ces lignes allongé sur un canapé, un roman de Balzac à portée d'une main, un verre de Campari-pamplemousse à portée de l'autre ; et, pour accompagner mon oisiveté, j'ai inséré un enregistrement des sonates de Haydn dans le lecteur CD.

     

    C'est en cet aimable compagnonnage que je cultive ma désertion de leur culture.

     

    Denis Tillinac

     

     

     

    Je compte faire exactement comme le conseille Denis Tillinac (mis à part le Campari-pamplemousse), écouter de la musique choisie par moi et lire les auteurs que j'apprécie, faire les balades et les visites de monuments que j'aurai choisies, en désertant « la culture obligée »...

     

    Et suivre l'injonction de mes désirs profonds !

     

    Liviaaugustae

     

     


    14 commentaires
  •  

     

    « La vie c'est la communication de proche en proche »

     

    Victor Hugo

     

     

    Ces écrits venus du coeur...

    Les petits mots aussi entretiennent l'amitié et... l'amour !

     

    (image internet)

     

     

     

    J'ai lu cet article sur internet, il paraît qu'envoyer des cartes postales à nos proches et amis cela fait ringard, dixit les jeunes qui le nez vissé sur leurs smartphones, envoient toutes les secondes à peu près , un SMS avec photo ce qui, d'après eux remplace « vachement mieux » les cartes postales ! C'est super, génial, méga, plus top, plus in et que sais-je encore ?

     

    Il faut avouer aussi que « ces jeunes » peine tellement à écrire correctement leur langue, qu'ils trouvent plus « pratique »  d'écrire quelques mots tronqués sur un smartphone.

     

    Cependant, n'étant plus une « jeune » je préfère envoyer des cartes postales, souvenirs de vacances, aux fêtes et aux anniversaires, des cartes de vœux que je vais choisir avec amour pour ceux que je porte dans mon cœur, car il y a un grand choix, toutes plus belles les unes que les autres, et pour toutes les bourses, cossues ou pas !

     

    Cependant dixit cet article, (sont-ce les « vieux »  qui les envoient ?) la carte postale et la carte de vœu se vend encore très bien.

     

    Car, aller faire le tour des buralistes, des kiosques ou magasins qui les vendent, et trouver LA carte dont on rêvait, est déjà un petit plus durant les vacances... et puis c'est un souvenir qui reste, et qui prouve que l'on pense à vous, donc que l'on a de l'affection, voire de l'amour pour vous, alors pas d'hésitations durant l'été, écrivons des cartes postales, des cartes de vœux pour les fêtes et anniversaires, un petit mot gentil écrit sur le bord d'une table à la terrasse d'un café, ou à la plage sur les genoux, (là attention à l'écriture), vaut bien au moins deux sourires !

     

    En plus, on peut collectionner ces cartes, moi qui vous parle, j'en ai deux grandes boîtes pleines, je les relis parfois et redécouvre avec émotion : l'écriture pointue de maman, celle élégante et calligraphiée de ma marraine, ainsi que les pattes de mouches d'une amie décédée qui me ramènent au temps où elle et moi, étions jeunes et belles et... heureuses par dessus le marché !

     

    Liviaaugustae

     

     


    16 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique