•  

     

     

    « Sans la religion, la société est comme un vaisseau sans boussole ».

    Napoléon Ier

     

     

     

    Au-delà de l'air du temps...

    Un péril  stigmatisé en 2006 par des images spectaculaires à Saint Georges des Gardes en août où les machines (comme dans Terminator) ont pris le pouvoir en grignotant inexorablement l’église néo-gothique du 19ème.

     

     

    […] La décristianisation de la vieille Europe s’accélère, préfigurant à terme une conversion de tous les peuples de la terre à un mélange de relativisme, d’immanentisme et de scientisme. La quête de l’invisible et les aspirations à l’absolu sont accommodées à la sauce bouddhiste ou New Age et les psys prescrivent du Lexomil aux âmes en peine. Ainsi l’humanité « émancipée » dérive vers « le meilleur des mondes » sous la férule high-tech d’un Big Brother maquillé en démocrate compatissant.

    Pour l’heure, depuis la mort de l’utopie communiste, qui n’était qu’un dévoiement de l’espérance chrétienne, mais allumait des étoiles dans le ciel, il semble que seul l’islamisme radical propose une alternative

    Le djihad ensanglante une partie de la planète. Il enrôlera des âmes en perdition, y compris sur notre sol. Mais comme le communisme, il sera vaincu par le consumérisme mondialisé. On s’en réjouira jusqu’au moment où une autre utopie faussement rédemptrice, venue on ne sait d’où, mettra à nouveau le monde à feu et à sang. Car sauf à le lobotomiser, l’homme ne peut pas affronter son angoisse sans le recours d’une espérance susceptible d’ensoleiller son cœur tout en irriguant l’inconscient collectif. Il ne pourra pas longtemps forger sa propre loi et tailler sa propre route sans la caution d’une transcendance. D’autant que la science ayant désenchanté l’univers, il devra chercher plus loin et plus haut que le ciel de quoi s’évader du scepticisme nauséeux auquel le condamne la « modernité ». Tout lui sera bon pour se faire la belle. Tout y compris le pire, « sang et muerte. […]

    Denis Tillinac

     

    Certains maires, de gauche, démolissent les églises, d’autres comme à Nantes, les vendent un bon prix, elles sont donc transformées en « boîtes de nuit », c’est le cas du « Marlow », qui fut autrefois une chapelle, bradée par Mr Ayrault, une église en plein centre, a été transformée : rez-de-chaussée en magasin, appartements au premier et second…

    Et puis, il y les autres, qui lorgnent sur nos églises, et rêvent de nous les faucher pour s’y installer…

    Le désir de Mr Boubaker, sur Europe 1, de « transformer les églises en mosquée » a fait grand bruit, si les politiques et les journaleux  n’en ont rien dit, comme toujours lorsqu’il s’agit de choses sérieuses et essentielles, les français par contre, croyants ou  non, se sont sentis « agressés » dans ce qu’ils ont de plus chers, à savoir leur « patrimoine » !  Et selon un sondage Ifop, 67%, des français gauche et droite, disent non aux mosquées dans les églises !

    « Car pareil souhait, s’il se réalisait, aboutirait à une véritable substitution culturelle. » (Alain Finkielkraut)

     De plus, sachant que pour un musulman, tout lieu où se dit la prière devient terre d’islam, cela revient à une déclaration de guerre. 

    Liviaaugustae

     

    Voulez-vous voir, les dangers qu’encourent les églises et cathédrales en France, mais aussi dans bien d’autres pays occidentaux ?

    Clic sur le lien ci-dessous :

    http://www.clochersenperil.fr/

     


    10 commentaires
  •  

     

     

    « L'ignorance... cette prison qui nous empêche d'atteindre le paradis ».

     

    Anonyme

     

     

    L’inédie ou le « respirianisme » …

     

    (L’inédie (appelé aussi respirianisme ou pranisme) est le fait pour une personne de vivre sans se nourrir en puisant son énergie dans le milieu ambiant, cela sur de longues périodes pouvant concerner une partie non négligeable de sa vie.

    La possibilité de l’inédie est contraire aux connaissances de la physiologie humaine, les rares cas cliniquement suivis sont entachés de soupçons de charlatanisme. L’extrémisme de ce comportement est dénoncé comme cause de sous nutrition ainsi que la mort d’au moins trois personnes. »

    L'Australienne Ellen Greve, alias « Jasmuheen », déclare ne se nourrir que de la « force de l'amour divin » depuis 1993. Cette pratique, également baptisée respirianisme, aurait déjà provoqué (directement ou indirectement) la mort d'au moins trois personnes.

     

    Voulez-vous faire la connaissance de l’apôtre « Jasmuheen » l’australienne qui possède la lumière ?

    Cette détraquée  met Dieu  à contribution pour vendre un régime !

     

     

    L'inédie...

    Ellen Greve allias « Jasmuheen »

     

    Mise au défi d'apporter la preuve de ses dires par une équipe de télévision australienne, Ellen Greve a accepté, il y a quelques années, d'être filmée à son domicile, puis surveillée dans une retraite en pleine nature afin de pouvoir respirer l'air frais d'où proviendraient « 70 % de ses nutriments ». Au bout du quatrième jour de jeûne sans eau, le médecin supervisant l'expérience, Beres Wenck, présidente de la branche du Queensland de l'Association médicale australienne, lui a fortement recommandé d'arrêter l'expérience craignant pour sa santé.

    Selon ce médecin, « les pupilles de Greve étaient dilatées, son discours ralenti et elle était « déshydratée ». Vers la fin du test, le médecin déclarait : « Son pouls est le double de celui qu'elle avait au départ. Elle risque une insuffisance rénale. L'émission de télévision 60 minutes serait responsable si on l'encourageait à continuer. Elle devrait arrêter maintenant. »

    L'expérience fut donc interrompue. Le Dr Beres Wenck précisa : « Malheureusement il y a quelques personnes qui vont croire ce qu'elle dit, et je suis sûre que c'est seulement un petit nombre de personnes, mais je crois qu'il est irresponsable pour quelqu'un d'encourager d'autres à faire quelque chose qui va nuire à leur santé.» Bien qu'Ellen Greve prétende avoir des milliers de disciples, principalement en Allemagne, aucune preuve n'a été apportée qu'il lui soit, ou lui ait été possible, de vivre pour une longue période de temps sans aucune boisson ni nourriture.

    Texte et images wikipédia

     

    Après lecture de cet article, on n’a vraiment  pas envie de la suivre et   l’accompagner dans ses délires !

    Cette femme est la preuve que tous les fous ne sont pas enfermés !

    Liviaaugustae

     

     


    14 commentaires
  •  

     

     

     

    Les délires à l'école...

    Molière par Pierre Mignard (1658)

    Chantilly

     

     

    Molière ! Revient ! Ils sont devenus fous ! 

     

     Au fou!!!

     et voila pourquoi nous ne comprenons rien.

     Heureusement quelqu'un a traduit.

    Il y a  vraiment de quoi se délecter en lisant la prose du Conseil Supérieur de l’Éducation Nationale (enfin c'est comme cela qu'ils s'appellent eux-mêmes...). 

    Jusqu'alors on frisait le ridicule maintenant on le dépasse ! 

    En littérature, par exemple, il s’agira désormais de

    « mobiliser en réception et en production les  connaissances permettant d’analyser les propriétés d’un élément linguistique et son degré d’acceptabilité ».  

    En bon français : faire de l'étude de texte.

    En langues vivantes, on va

    « se familiariser avec des mobilités virtuelles, se préparer à des mobilités physiques et communiquer pour devenir médiateur entre les cultures ».  

    En bon français : apprendre une langue étrangère.

    Mais la médaille revient sans doute à l’éducation physique et sportive. Les élèves devront ainsi apprendre à

    « se déplacer de façon autonome, plus longtemps et plus vite dans un milieu aquatique profond standardisé" 

    En bon français : nager dans une piscine.

    et

    « coopérer pour s’adapter collectivement à la confrontation adverse et s’exercer au duel « médié » par une balle dans le but de remporter un match » 

    En bon français : pratiquer un sport collectif.

    Dans Le Malade imaginaire, Molière critique ceux qui enrobent leur incompétence d’un langage jargonnant et qui sont d’autant plus ridicules qu’ils se prennent au sérieux !

    Mais ces "pseudo-enseignants" du Conseil Supérieur de l'E. N. savent-ils encore qui fut Molière ???

    Offert par mon ami Jean-Claude du blog Guadeloupe attitude :

    http://halleyjc.blog.lemonde.fr/ 

     

    C’est le charabia invraisemblable, qui est fabriqué dans la cuisine socialiste de l’éducation nationale, on n’y comprend rien, mais c’est fait  pour !

    Liviaaugustae


    1 commentaire
  •  

     

     

     

    Le mythe de Procuste...

    Thésée tuant Procuste.

    Kalix Attique à figures rouges (440-430 avant J.C.)

    (British Museum)

     

     

     

     

    Le mythe de Procuste...

    Thésée et Procuste.

    Kalix Attique (500-490 avant J.C.)

    (Musé du Louvre)

     

    Dans la mythologie grecque, Procuste (déformation de Procruste, en grec ancien littéralement « celui qui martèle pour allonger ») est le surnom d’un brigand de l’Attique nommé Polypémon (le très nuisible). Il a pour autre surnom Damastès « le dompteur ».

    File de Posedon, il est marié à Sillée et est le père nouricier de Sinis (lui aussi fils de Poseidon).

    Dans sa bibliothèque historique, Diodore de Sicile nous a transmis la courte légende suivante :

    « Après cela, Thésée tua Procuste qui demeurait à Corydalle dans l’Attique. Procuste contraignait les voyageurs à se jeter sur un lit ; il leur coupait les membres trop grands dépassant du lit ; il étirait les pieds de ceux qui étaient trop petits. C’est pour cette raison qu’on l’appelait Procuste. »

    Une version plus ancienne lui prête deux lits : un petit pour les grands prisonniers, un grand lit pour les petits. La valeur du mythe se renforce quand le lit devient unique et ne correspondant à aucune taille précise.

     

    En mathématiques, l’analyse procustéenne est une technique pour l’étude de la distribution statistique des formes. Elle est utilisée en biologie pour comparer des formes vivantes. Le nom de Procuste vient de la nécessité de donner la même taille à tous les spécimens avant de faire les calculs pour éviter un biais. Cette mise à l’échelle qui supprime les différences de tailles conduit à comparer des proportions relatives.

    En informatique, on donne parfois le nom de procuste à une affectation de variable formatée, qui consiste à écrêter les éléments excédentaires (troncature) ou à compléter avec des éléments considérés comme neutre (padding) en cas de déficit. […]

    Texte et images wikipédia

     

     

    Avec ces exemples, on saisit mieux ce que font nos gouvernants d’aujourd’hui, avec les esprits, en  « procustant » le savoir. 

    En élaguant allègrement l’histoire de France, en supprimant grec et latin, (qui est la base de notre langue, et l’âme de la France), en manipulant l’école…  ils veulent raccourcir les esprits et mettre tout le monde au même niveau (le plus bas bien entendu) pour mieux contrôler !

    Malgré une mobilisation de professeurs, de parents et de français courroucés, cette réforme infâme aura lieu, puisque,  comme un voleur,  le premier ministre a usé du 49-3 en catimini dans la nuit de mardi à mercredi !

    Au secours Thésée!

    Liviaaugustae

     


    14 commentaires
  •  

     

     

     

     

    Les saltimbanques...

    Masques de théâtre antiques.

    Mosaïque romaine (musée du Capitole)

     

     

    Pendant longtemps les hommes furent chevelus, et poilus, ils eurent des queues de cheval, des perruques, des barbes… tout cela était sensé représenter le mâle !

    Et puis nous avons connu les hommes rasés de près, les cheveux coupés courts, et bien soignés, cela ne les empêchait de rester viriles !

    Aujourd’hui, ce sont les saltimbanques qui donnent le ton !

    Sortant pratiquement tous du fin fond des banlieues, sans bagages intellectuels, et sans culture,  ils sont pourtant qualifiés de : star, idole,  icône,  roi, reine… ou carrément dieux ! rien n’est trop beau pour eux.

    Ils sont à nouveaux barbus, chevelus, hirsutes, pas soignés mais seulement en apparence car ils cocottent comme…les cocottes, se font teindre les cheveux, font des liftings, s’habillent sans goût mais à grands frais : d’une chemise dont les pans ne sont pas rentrés,  d’un jean très délavé, de chaussures pointues, sans cravate, une veste de smoking complétant la tenue « branchée », le tout signé de truc-machin-chose…

    Mais d’un ton très docte, ils viennent à la télévision, et dans les médias écrits, donner des « conseils », sur tout, et sur n’importe quoi,  ils « s’engagent »… sur tout et sur n’importe quoi, puisqu’ils sont grassement payés pour ce genre de prestation !

    Sans talent, la plupart tiennent le devant de la scène, en vendant leur tronche pour des pubs, et ne font la « Une » que grâce à leurs parties de jambes en l’air, où à leur cure de désintoxication, celui-ci pour la drogue, celui-là pour l’alcool !

    Ce sont les modèles que l’on offre aux jeunes, et beaucoup malheureusement  copient « leurs idoles » !

    N’est-ce pas  un peu en partie pour cela que la planète tourne à l’envers ?

    En feuilletant «Gala » chez mon coiffeur, j’ai été si écœurée par la bêtise, contenue entre ces pages glacées, que cela m’a donné  l’idée de cette philippique anti- star…

    Liviaaugustae


    18 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique